HomeParapharmacieL’usage thérapeutique du CBD : ce qu’en dit la médecine

L’usage thérapeutique du CBD : ce qu’en dit la médecine

Publié le

spot_img

Subis­sant une expé­ri­men­ta­tion depuis mars 2021, le can­na­bi­diol ou CBD est une sub­stance active du can­na­bis, qui est de plus en plus pré­sent dans les bou­tiques dédiées. L’engouement autour de ce pro­duit peut être en par­tie expli­qué par les nom­breuses ver­tus bien­fai­trices qu’il pré­sente à la san­té. De plus, il a été rap­por­té que le CBD est uti­li­sé dans le cadre du trai­te­ment du can­cer, des dou­leurs chro­niques, de l’épilepsie…et ne consti­tue en aucun cas une sub­stance récréa­tive ni néfaste.

CBD : quelques repères en médecine

Issues des régions équa­to­riales, le can­na­bis est une plante qui existe sous plu­sieurs espèces. Les plus consom­mées, en rai­son de leurs ver­tus psy­cho­tropes (elles peuvent appor­ter de modi­fi­ca­tion au sys­tème ner­veux cen­tral), sont celles de la famille Can­na­bis Sati­va. Envi­ron 500 com­po­sés du Can­na­bis sont connus, par­mi les­quelles figure une soixan­taine de can­na­bi­noïdes.  Etant pré­sent dans le can­na­bis, le can­na­bi­diol est le second can­na­bi­noïde qui fait le plus objet d’étude, après le THC.

En effet, la prin­ci­pale sub­stance du can­na­bis est le can­na­bi­noïde tétra­hy­dro­can­na­bi­nol (appe­lé com­mu­né­ment THC), mais on y retrouve éga­le­ment une quan­ti­té impor­tante du CBD. Ce der­nier n’est pas clas­sé, sui­vant le règle­ment, dans la caté­go­rie des psy­cho­tropes, mal­gré qu’il pré­sente des effets psy­choac­tifs à tra­vers une inter­ac­tion avec le sys­tème séro­to­ni­ner­gique. Cela serait d’ailleurs à l’origine de l’effet apai­sant que les com­mer­çants, comme la bou­tique CBD Mon­key, mettent en avant afin d’aider les per­sonnes affec­tées par l’anxiété, les dou­leurs chro­niques et les troubles de som­meil.

Il est impor­tant de savoir que les pro­duits mis sous l’étiquette CBD sur le mar­ché, se pré­sentent prin­ci­pa­le­ment sous deux grandes formes : fleurs entières de can­na­bis ou forme d’extraits natu­rels de fleurs. Ces pro­duits ren­ferment majo­ri­tai­re­ment du CBD et géné­ra­le­ment un peu de THC (son taux est par­fois infime). Dans le lan­gage cou­rant, ils sont réduits aux pro­duits CBD, bien que cela ne cor­res­ponde pas à la réa­li­té et à la com­plexi­té des com­po­sants des pro­duits mis sur le marché.

La méde­cine ou la com­mu­nau­té scien­ti­fique accorde depuis quelques années, un inté­rêt par­ti­cu­lier à l’utilisation du CBD, puisqu’il est sus­pec­té de faire par­tie de cer­tains effets thé­ra­peu­tiques poten­tiels du can­na­bis. À cet effet, une grande par­tie des don­nées dis­po­nibles aujourd’hui ne sont pas issues des larges essais cli­niques rigou­reux. Elles pro­viennent plu­tôt de la recon­nais­sance des scien­ti­fiques selon laquelle, le CBD pour­rait avoir d’effets sur de nom­breuses affec­tions de l’organisme.

Usage thérapeutique du CBD : quels en sont les bienfaits ?

Le CBD est uti­li­sé dans le domaine de la méde­cine, dans le cadre du trai­te­ment et du sou­la­ge­ment de plu­sieurs mala­dies ain­si que leurs symp­tômes. Rap­pe­lons qu’il entre d’ailleurs dans la com­po­si­tion de mil­liers de médicaments.

Il présente un effet anti-inflammatoire important

À l’instar de tous les can­na­bi­noïdes, le CBD est une sub­stance active pré­sen­tant des pro­prié­tés anti-inflam­ma­toires consi­dé­rables. Il appa­raît de ce fait comme un com­plé­ment ali­men­taire très uti­li­sé chez les spor­tifs, qui s’en servent pour se sou­la­ger des dou­leurs arti­cu­laires et mus­cu­laires. De même, les per­sonnes atteintes de dou­leurs inflam­ma­toires chro­niques peuvent avoir recours au CBD, dans le cadre de la pré­ven­tion et du soulagement.

Uti­li­sé en méde­cine pour le trai­te­ment de l’inflammation, le can­na­bi­diol peut aus­si appor­ter du sou­la­ge­ment aux enflures ain­si qu’aux dou­leurs asso­ciées à la poly­ar­thrite rhu­ma­toïde. Il per­met le ralen­tis­se­ment du déve­lop­pe­ment de cette mala­die et la réduc­tion de la des­truc­tion articulaire.

Il est un antidouleur naturel

Lors d’une étude effec­tuée en 2019, le CBD s’est avé­ré effi­cace en tant qu’antidouleur clas­sique à court terme. Cette étude a rap­por­té que le can­na­bi­diol pos­sède plu­sieurs pro­prié­tés anal­gé­siques et anxio­ly­tiques très consi­dé­rables. Ain­si, le CBD est uti­li­sé en méde­cine pour ses ver­tus natu­relles dans toute forme de douleur.

Il est un immunomodulateur

Hor­mis la pré­ven­tion et le sou­la­ge­ment des dou­leurs, le CBD a un effet sur le sys­tème can­na­bi­noïde de l’organisme. Il pré­sente en effet les bien­faits suivants :

  • Réduc­tion de l’inflammation ;
  • Pré­ser­va­tion du stress oxy­da­tif ;
  • Équi­li­brage du sys­tème immu­ni­taire.

Rap­pe­lons que le sys­tème immu­ni­taire est en pos­ses­sion de dif­fé­rents cap­teurs pour les can­na­bi­noïdes que l’on consomme, ajou­té à ceux que le corps pro­duit. Il est pos­sible que ce sys­tème can­na­bi­noïde soit dés­équi­li­bré par les situa­tions telles que les inflam­ma­tions, les mala­dies auto-immunes…L’usage thé­ra­peu­tique du CBD dans ce cas, apporte du sou­tien et per­met le rééqui­li­brage de ce sys­tème. Son action est directe sur les cel­lules immu­ni­taires et il pro­voque de nom­breuses réac­tions anti-inflam­ma­toires et antioxydantes.

Il soulage le stress et l’anxiété

Étant don­né qu’il pos­sède des effets anxio­ly­tiques, le CBD aide l’organisme à com­battre le stress émo­tion­nel de même que l’anxiété, de façon géné­rale. Il est d’une grande uti­li­té dans la relaxa­tion et la détente, ce qui fait de lui un véri­table remède pour les per­sonnes qui pré­sentent des angoisses et du stress chro­nique. Il peut aus­si être d’une grande aide, lors du trai­te­ment de la dépres­sion.

En outre, les scien­ti­fiques estiment que le CBD serait effi­cace lors d’un stress post-trau­ma­tique, d’un trouble obses­sion­nel com­pul­sif ou en cas de panique.

Il permet de prévenir la dégénérescence

Le CBD peut faire retar­der le déve­lop­pe­ment d’une affec­tion dégé­né­ra­tive, en sou­la­geant les symp­tômes, ceci de par ses effets sur le sys­tème céré­bral. Il met en acti­vi­té les cel­lules du cer­veau contre les consé­quences du stress oxy­da­tif ou encore des pro­duits toxiques. Le can­na­bi­diol aide le sys­tème vas­cu­laire céré­bral à com­battre les lésions sus­cep­tibles de l’atteindre.

En outre, le CBD peut être d’une grande uti­li­té dans le cadre de la prise en charge de la sclé­rose laté­rale amyo­tro­phique, en rai­son de ses ver­tus anti-inflam­ma­toires et anxio­ly­tiques. Il a été éga­le­ment rap­por­té que cette molé­cule peut inver­ser la fonc­tion cog­ni­tive anor­male des per­sonnes atteintes de la mala­die d’Alzheimer ou encore de la mala­die de Par­kin­son.

Le can­na­bi­diol assure la pro­tec­tion de l’organisme contre les dom­mages céré­braux et contri­bue à la réduc­tion du débit san­guin. Il assure donc la pro­tec­tion du cer­veau ain­si que la pré­ven­tion de plu­sieurs mala­dies neu­ro­dé­gé­né­ra­tives.

Il aide à traiter l’épilepsie et autre trouble neurologique

Appa­rais­sant comme une sub­stance non addi­tive, le CBD est effi­cace contre les troubles neu­ro­lo­giques. Cette molé­cule agit comme un vrai séda­tif, et per­met de sou­la­ger la dys­to­nie et le trai­te­ment de l’épi­lep­sie.

Aus­si, le CBD apaise l’agitation qui sur­vient géné­ra­le­ment chez les per­sonnes atteintes de la mala­die de Par­kin­son. Il peut éga­le­ment aider à trai­ter les troubles du spectre autis­tique, de même que la schi­zo­phré­nie. À cet effet, les études ont révé­lé que le CBD peut appor­ter du sou­la­ge­ment aux symp­tômes de la schi­zo­phré­nie, en par­ti­cu­lier les expres­sions émo­tion­nelles qui rendent moins sen­sibles les patients, ou dans le cadre d’un retrait social.

Il aide à maintenir la santé cutanée

Le CBD assure la réduc­tion de la syn­thèse lipi­dique et la régu­la­tion de l’activité des glandes séba­cées, per­met­tant ain­si de pré­ve­nir et de trai­ter l’acné. Les effets anti-inflam­ma­toires de cette molé­cule sur les séba­cées, aug­mentent sa capa­ci­té thé­ra­peu­tique dans le trai­te­ment de l’acné et l’élimination des érup­tions. Le CBD est aus­si béné­fique dans le cadre de la prise en charge de plu­sieurs autres affec­tions telles que :

  • Eczé­ma ;
  • Pso­ria­sis ;
  • Rou­geurs ;
  • Autres affec­tions cutanées.

Tou­jours en matière de san­té cuta­née, il existe des crèmes faites à par­tir de CBD, qui per­mettent le trai­te­ment local des atteintes de la peau et son hydra­ta­tion de façon effi­cace. Le can­na­bi­diol pos­sède des ver­tus nour­ris­santes et hydra­tantes qui per­mettent de :

  • Réduire l’intensité des dou­leurs articulaires ;
  • Sou­la­ger les pro­blèmes de la peau ;
  • Dimi­nuer les inflam­ma­tions mus­cu­laires.

En ce qui concerne le mode d’emploi, il suf­fi­ra sim­ple­ment d’appliquer la crème sur la par­tie de la peau concernée.

Usage thérapeutique du CBD : autres bienfaits selon la médecine

Le CBD est géné­ra­le­ment uti­li­sé pour évi­ter les effets secon­daires des médi­ca­ments ou de la prise en charge médi­cale, comme les vomis­se­ments et les nau­sées. Dans ce contexte, il peut être uti­li­sé en com­plé­ment des trai­te­ments lourds, au regard de la chi­mio­thé­ra­pie. En dehors du fenu­grec, le can­na­bi­diol a éga­le­ment la capa­ci­té d’augmenter l’appétit.

Aus­si, le CBD favo­rise l’endormissement et per­met d’avoir un som­meil de qua­li­té, grâce à ses pro­prié­tés relaxantes et séda­tives : il est donc idéal en cas d’insomnie. Plu­sieurs recherches avancent que le CBD pour­rait avoir d’effets pro­met­teurs sur les can­cers du sein méta­sta­sés. Selon les scien­ti­fiques, il serait en mesure de désa­mor­cer le gène favo­ri­sant la mul­ti­pli­ca­tion des cel­lules can­cé­reuses, dans de nom­breux cas de cancers.

Usage thérapeutique du CBD : quels contre-indications et effets indésirables ?

Il est cru­cial de prendre connais­sance des contre-indi­ca­tions et des effets indé­si­rables avant de faire usage thé­ra­peu­tique du CBD.

Contre-indications du CBD

Le CBD doit être uti­li­sé avec pru­dence ou pas du tout en cas :

  • De pro­blèmes artériels ;
  • D’antécédents fami­liaux de pro­blèmes artériels ;
  • De gros­sesseou d’allaitement ;
  • De pro­blèmes car­diaques ;
  • De sys­tème car­dio­vas­cu­laire sensible ;
  • De la mala­die de Par­kin­son ;
  • D’allergie au pol­len de l’espèce bota­nique Can­na­bis Sati­va L.

Effets indésirables possibles du CBD

Bien avant, notons que l’usage thé­ra­peu­tique du CBD peut favoriser :

  • La som­no­lence ;
  • Le som­meil profond ;
  • L’endormissement.

À fortes doses, il peut pro­vo­quer les situa­tions suivantes :

  • Les troubles diges­tifs ;
  • Les nau­sées ;
  • La sen­sa­tion de bouche sèche ;
  • Les étour­dis­se­ments.

Pour évi­ter les effets indé­si­rables, il est recom­man­dé de com­men­cer des cures avec de petites doses de CBD et de les aug­men­ter avec le temps.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...