HomeBien-êtrePeut-on conduire après avoir consommé du CBD ?

Peut-on conduire après avoir consommé du CBD ?

Publié le

spot_img

Sui­vant un arrê­té de la Cour de Jus­tice euro­péenne qui date du novembre 2020, il res­sort que l’usage du can­na­bi­diol, appe­lé CBD, est auto­ri­sé en Europe. Dès lors, il est dis­po­nible dans des maga­sins spé­cia­li­sés, et est consom­mé sous plu­sieurs formes légales en France. Le CBD a pour com­po­sé psy­choac­tif le can­na­bis, qui confère aux consom­ma­teurs une sen­sa­tion de « high ». De ce fait, beau­coup se demandent s’il est pos­sible, au regard de la loi, de la consom­mer avant une conduite. Dans cet article, voyons s’il l’on peut conduire après la consom­ma­tion du CBD et com­bien de temps après.

CBD : Définition

Le can­na­bi­diol est un can­na­bi­noïde, qui pro­vient du can­na­bis. Pos­sé­dant de nom­breux effets spi­ri­tuels, le can­na­bis est une plante qui ren­ferme assez de varié­tés de molé­cules dif­fé­rentes. En effet, le CBD n’a pas un impact psy­cho­trope sur le men­tal, contrai­re­ment au THC qui affecte la coor­di­na­tion motrice, le juge­ment et le temps de réac­tion. De plus, le CBD n’a pas d’influence sur la san­té à long terme et ne rend pas addic­tif. Vous pou­vez donc faire usage du CBD léga­le­ment, puisqu’il ren­ferme prin­ci­pa­le­ment des ver­tus anes­thé­siantes et anti-anxio­ly­tiques.

En rai­son des dif­fé­rentes ver­tus que pos­sède le CBD, beau­coup de recherches médi­cales et scien­ti­fiques s’y inté­ressent. Il est d’ailleurs indi­qué par des pro­fes­sion­nels de san­té, dans les pays comme les Etats-Unis, le Cana­da, dans le cadre du trai­te­ment des situa­tions suivantes :

  • Stress ;
  • Dou­leurs musculaires ;
  • Troubles de sommeil ;
  • Anxié­té.

En outre, il a été rap­por­té que le CBD serait d’une grande effi­ca­ci­té dans le cadre de la prise en charge du can­cer. En France, plu­sieurs expé­ri­men­ta­tions sont tou­jours en cours en matière du can­na­bis thé­ra­peu­tique.

Les fran­çais peuvent se pro­cu­rer faci­le­ment du CBD : soit dans les bou­tiques spé­cia­li­sées soit sur inter­net. Il existe sous diverses formes (l’huile, l’infusion, les boos­ters, les fleurs à fumer, les bon­bons) et vous pou­vez vous en pro­cu­rer sur https://thegreenstore.fr/cbd . Vous y trou­ve­rez toute forme de CBD pour pas­ser des moments de dou­ceur, prendre soin de votre peau, de votre corps et aus­si de votre esprit.

Est-il possible de conduire à la suite de la consommation du CBD ?

Bien que le CBD paraisse inof­fen­sif et pré­sente une sen­sa­tion d’apaisement, il pos­sède quelques effets secon­daires, aux­quels il faut faire atten­tion. Alors, le CBD a une action sur le cer­veau en fai­sant aug­men­ter les taux d’anandamide et de GABA. La pré­sence de ces sub­stances dans le crâne influence l’état men­tal, en sti­mu­lant une relaxa­tion puis­sante et rapide. Ce sont des effets légers et agréables, mais ils peuvent pro­vo­quer des ver­tiges, de la fatigue ou un chan­ge­ment d’humeur.

De ce fait, il n’est pas recom­man­dé de consom­mer le CBD pen­dant que vous condui­sez, bien qu’il soit pos­sible d’en prendre. Cela vous évite tout risque d’amende for­fai­taire ou tout pro­blème avec la jus­tice. Il est mieux de ne pas s’exposer, ni d’exposer les autres à des risques d’accident sur la route. Nous vous recom­man­dons donc de ne pas conduire sous l’effet du CBD, peu importe la dose, et d’assurer votre protection.

Combien de temps attendre pour conduire, après avoir consommé du CBD ?

En géné­ral, le CBD ren­ferme une petite quan­ti­té de THC (0,2%), et celle-ci peut dis­pa­raître au bout de six heures. C’est donc le mini­mum de temps néces­saire à attendre avant de prendre le volant à la suite de la consom­ma­tion du CBD. Ain­si, il est pré­fé­rable de consom­mer le can­na­bis thé­ra­peu­tique le soir ou lorsque vous tra­vaillez en jour­née, et que vous n’avez pas besoin de conduire avant de vous rendre sur votre lieu de travail.

En réa­li­té, l’usage du CBD ne consti­tue pas en soi un dan­ger consi­dé­rable pour la conduite, mais le consom­ma­teur pour­rait avoir une mau­vaise réac­tion. Cela peut même entraî­ner des effets indé­si­rables. C’est pour cela qu’il est recom­man­dé de ne pas conduire, à l’instant que vous avez consom­mé le can­na­bi­diol.

En outre, il est pos­sible que vous subis­siez des sanc­tions pré­vues par les lois répres­sives fran­çaises, même pour la moindre dose de THC pré­sent dans l’organisme. Par la même occa­sion, vous pou­vez avoir quelques pro­blèmes avec la justice.

Lorsque vous êtes posi­tif au test sali­vaire en cas de contrôle des forces de l’ordre, vous ris­quez une amende de 4 500 euros et près de deux ans d’emprisonnement. Une immo­bi­li­sa­tion de votre véhi­cule et la mise en four­rière, sont des pos­si­bi­li­tés à ne pas écar­ter, sans oublier un retrait de six points concer­nant votre per­mis de conduire.

Quels sont les effets du CBD sur l’esprit et le corps ?

Plu­sieurs études ont rap­por­té que le CBD pos­sède des ver­tus béné­fiques à l’esprit et au corps. En effet, il :

  • Lutte contre les cel­lules can­cé­ri­gènes ;
  • Per­met de dimi­nuer le taba­gisme, ou même faire arrê­ter de consom­mer du tabac ;
  • Per­met de sou­la­ger cer­taines dou­leurs.

Même si plu­sieurs études ne sont pas encore publiées sur le CBD en France, il n’est plus sans doute que le can­na­bi­diol est une molé­cule qui pro­meut. D’ailleurs, les per­sonnes qui sont affec­tées par la mala­die de Par­kin­son ou l’anxié­té en font déjà usage, comme un allié de leur affec­tion. Le CBD favo­rise éga­le­ment le sou­la­ge­ment de dif­fé­rents cas de patho­lo­gies bénignes. Tou­te­fois, il pré­sente des effets secon­daires qu’il convient de prendre en compte, mais les effets béné­fiques prennent le dessus.

Quels sont les effets secondaires du CBD ?

A l’instar de toute molé­cule, la consom­ma­tion du CBD peut entraî­ner des effets secon­daires, même s’ils ne sont pas alar­mants. Il s’agit :

  • D’une baisse de la pres­sion arté­rielle en cas d’utilisation d’une grande dose d’huile de CBD ;
  • Des nau­sées ;
  • De la sen­sa­tion de bouche sèche. Elle est due à l’activation des récep­teurs endo­can­na­bi­noïdes, qui pro­voque un arrêt de sécré­tion de salive ;
  • Des étour­dis­se­ments et des ver­tiges, à la suite d’une dimi­nu­tion de pres­sion arté­rielle asso­ciée à la consom­ma­tion du CBD ;
  • D’insomnies ou de som­no­lence lors de la prise du CBD chez cer­taines personnes.

CBD : en quoi diffère-t-il du THC et que dit la loi ?

Le CBD est une molé­cule qui pro­vient des plantes de la famille des can­na­bi­na­cées. Il s’agit des végé­taux can­na­bi­noïdes qui com­prennent plu­sieurs varié­tés de can­na­bis et de chanvre (sur­tout le Can­na­bis Sati­va, d’où pro­vient la molé­cule CBD). Très connu pour ses effets psy­cho­tiques, le can­na­bis est un stu­pé­fiant dont les effets néfastes sont entrai­nés par une molé­cule nom­mée tré­tra­hy­dro­can­na­bi­nol (THC).

Ce der­nier est un puis­sant psy­cho­trope, c’est pour cette rai­son qu’il fait par­tie des stu­pé­fiants. Même si le CBD est issu de la même plante, il ne peut pas engen­drer les mêmes consé­quences. Si la quan­ti­té de THC dont il ren­ferme lui fait de l’ombre, il ne consti­tue pas un psy­cho­trope, mais une molé­cule très bénéfique.

Le CBD est pré­sent dans les pro­duits cos­mé­tiques, les com­plé­ments ali­men­taires ain­si que dans les e‑liquides. Sous cer­taines condi­tions (avec un 0,20%) pré­vues par la loi, il est consom­mable léga­le­ment en France, alors que THC ne l’est pas. Il s’agit d’une régle­men­ta­tion stricte et c’est la conte­nance qui est concer­née et non le pro­duit fini. Faites donc atten­tion afin de ne pas être pris au piège.

De plus, la loi a pré­vu que le CBD peut être consom­mé, mis sur le mar­ché et être ache­té léga­le­ment, afin que la pro­ve­nance et la liste des ingré­dients puissent être véri­fiées. En revanche, il est inter­dit de fumer la fleur de CBD.

Derniers articles

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...

Les troubles psychologiques : causes, symptômes et traitements

Les souffrances et les changements réguliers de comportement sont notamment les principales caractéristiques des...

Pour aller plus loin

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...