HomeSantéQuel est le prix d’un défibrillateur ?

Quel est le prix d’un défibrillateur ?

Publié le

spot_img

La sur­ve­nue d’un acci­dent car­diaque est le plus sou­vent brusque. Le risque de mor­ta­li­té lié à un tel évè­ne­ment est très éle­vé. Le drame peut tou­te­fois être évi­té grâce à l’utilisation d’un appa­reil qui per­met de sti­mu­ler l’activité car­diaque. Cet appa­reil est appe­lé défi­bril­la­teur et pos­sède diverses carac­té­ris­tiques. En rai­son de son impor­tance vitale, il est sou­vent recom­man­dé de l’avoir en entre­prise et dans les endroits rece­vant du public. Ain­si, il est pos­sible d’en faire direc­te­ment l’acquisition ou de le louer. Les prix de ces deux opé­ra­tions varient en fonc­tions de cer­tains critères.

Qu’est-ce qu’un défibrillateur cardiaque ?

Le défi­bril­la­teur car­diaque est un appa­reil qui per­met de déli­vrer un choc élec­trique dans le cœur, lorsqu’une per­sonne souffre d’un trouble du rythme car­diaque. Une telle inter­ven­tion aug­mente les chances de sur­vie de la vic­time. Cet appa­reil a donc une fonc­tion vitale, qui a d’ailleurs contri­bué à ce que son acqui­si­tion soit à la por­tée du grand public. Il est pos­sible d’en savoir davan­tage sur l’utilisation d’un défi­bril­la­teur via ce lien www.cardiopro.fr. Une fois le défi­bril­la­teur à dis­po­si­tion, il est impor­tant d’en connaître les prin­ci­pales carac­té­ris­tiques.

En effet, les défi­bril­la­teurs sont consti­tués de deux élé­ments prin­ci­paux que sont : le bloc élec­trique et les élec­trodes. Le bloc élec­trique assure la déli­vrance du cou­rant élec­trique en direc­tion du cœur. Quant aux élec­trodes, elles consti­tuent le moyen de trans­mis­sion qui assure l’acheminement du cou­rant élec­trique vers le cœur. Le fonc­tion­ne­ment de ces élec­trodes néces­site qu’elles soient recou­vertes d’un gel qui assure la conduc­tion du cou­rant élec­trique. Il existe aus­si des élec­trodes adap­tées au for­mat pédia­trique, peu importe le type de défi­bril­la­teur utilisé.

Rela­ti­ve­ment à ces types de défi­bril­la­teur, il en existe de deux sortes. Il s’agit des défi­bril­la­teurs semi-auto­ma­tiques (DSA) et des défi­bril­la­teurs entiè­re­ment auto­ma­tiques (DEA). La pre­mière caté­go­rie de défi­bril­la­teur fonc­tionne en ana­ly­sant d’abord l’activité élec­trique du cœur du patient. En fonc­tion des résul­tats de cette ana­lyse, l’appareil juge­ra oppor­tun ou non, de pro­cé­der à la défi­bril­la­tion. Si la trans­mis­sion du choc car­diaque est pos­sible, l’équipement en fera la recom­man­da­tion à l’équipe de secours, dont l’un des membres se char­ge­ra de réa­li­ser la défibrillation.

La seconde caté­go­rie de défi­bril­la­teur fonc­tionne de façon auto­nome. D’abord, ils pro­cèdent à l’analyse du rythme car­diaque en le sui­vant grâce au tra­cé. Sur base de cette ana­lyse, ils jugent de la néces­si­té de déli­vrer ou non un choc élec­trique. Si la défi­bril­la­tion est néces­saire, l’appareil pro­cède lui-même au cal­cul de l’énergie néces­saire à la reprise de l’activité car­diaque, puis envoie le choc.

Comment utiliser le défibrillateur en cas d’accident cardiaque ?

Avant toute chose, il est impor­tant d’indiquer que le but de l’utilisation du défi­bril­la­teur n’est pas de trai­ter la cause de l’accident car­diaque. Cet appa­reil est un moyen de réani­ma­tion qui per­met de sti­mu­ler le redé­mar­rage de l’activité car­diaque. D’ailleurs, le retour à la nor­male du rythme car­diaque de l’individu ne garan­tit pas sa sur­vie. Le défi­bril­la­teur est donc un appa­reil qui, dans le pire des cas, per­met de retar­der le drame en atten­dant l’arrivée d’une équipe de secours.

Pour cela, il est impor­tant de mai­tri­ser son mode d’utilisation afin d’être à même de réagir en cas d’accident car­diaque d’un proche. Ain­si, lorsqu’une per­sonne est vic­time d’une crise car­diaque, il est d’abord impor­tant d’analyser sa situa­tion puis d’appeler immé­dia­te­ment les secours. La des­crip­tion des symp­tômes obser­vés chez la vic­time est éga­le­ment impor­tante. Par la suite, il est recom­man­dé d’essayer une réani­ma­tion car­dio-res­pi­ra­toire en fai­sant 30 com­pres­sions de 5 à 6 cm, à un rythme de 100 à 120. Il faut ensuite réa­li­ser deux insuf­fla­tions et obser­ver la réac­tion de la victime.

Si son état ne varie pas, il faut main­te­nant recou­rir au défi­bril­la­teur. Il faut le mettre en marche et res­ter atten­tif aux ins­truc­tions qu’il donne via le guide vocal dont il est équi­pé jusqu’à l’arrivée des secours. Sur base de ces ins­truc­tions, il fau­dra véri­fier que la peau de la vic­time n’est pas au contact de l’eau ou de tout autre élé­ment conduc­teur. Ensuite, il faut dévê­tir le torse de la vic­time et sor­tir les élec­trodes. Si elles ne sont bran­chées, la per­sonne en charge de la réani­ma­tion doit les bran­cher au bloc électrique.

Tou­jours en sui­vant les ins­truc­tions du guide vocal, les élec­trodes doivent être pla­cées de part et d’autre du cœur. L’une doit se situer sous l’épaule droite, et l’autre sous l’aisselle gauche. Une fois le choc envoyé, il pour­ra tra­ver­ser le muscle car­diaque. Dès que les élec­trodes sont posées sur le tho­rax de la vic­time, le défi­bril­la­teur prend le relai pour ana­ly­ser le rythme car­diaque, et pro­cé­der à la déli­vrance du choc élec­trique si nécessaire.

Comment faire le choix d’un défibrillateur cardiaque ?

L’achat d’un défi­bril­la­teur car­diaque doit être basé sur des cri­tères bien défi­nis. D’abord, il est décon­seillé de choi­sir des marques peu connues dans le domaine du secou­risme. Ain­si, il faut pri­vi­lé­gier les marques célèbres ayant une cer­ti­fi­ca­tion CE, et pour les­quelles le fabri­cant offre une garantie.

Par la suite, le seuil de détec­tion du bat­te­ment car­diaque doit ensuite être véri­fié, de même que la puis­sance des chocs. Rela­ti­ve­ment au seuil mini­mum de détec­tion, il doit être de 150 micro­volts. Par la suite, la résis­tance de la bat­te­rie ou des piles uti­li­sées doit être contrô­lée. L’avis d’un pro­fes­sion­nel serait de toute uti­li­té sur ce critère.

En outre, il est impor­tant de faire le choix d’un défi­bril­la­teur ayant un indice de pro­tec­tion (IP) 54 au mini­mum. Enfin, pour les défi­bril­la­teurs à ins­tal­ler dans les lieux publics accueillant des per­sonnes de diverses natio­na­li­tés (sites tou­ris­tiques, aéro­ports), il est essen­tiel de contrô­ler la pos­si­bi­li­té du choix de la langue. Ce n’est qu’après avoir véri­fié l’effectivité de ses cri­tères qu’il faut s’intéresser au prix d’achat ou de loca­tion du défibrillateur.

Combien coûte un défibrillateur cardiaque ?

L’installation d’un défi­bril­la­teur auto­ma­ti­sé externe est une impo­si­tion de la loi fran­çaise. Cette impo­si­tion s’adresse à tout éta­blis­se­ment rece­vant du public. Ain­si, ces éta­blis­se­ments peuvent pro­cé­der à l’achat ou à la loca­tion d’un défi­bril­la­teur. Le coût des défi­bril­la­teurs varie en fonc­tion de sa caté­go­rie et de son fabri­cant, que ce soit dans le cadre d’un achat ou d’une loca­tion. Tou­te­fois, il existe des four­chettes de prix qui per­mettent de faire une esti­ma­tion glo­bale du prix d’un défibrillateur.

Ain­si pour les achats, les prix de défi­bril­la­teurs s’inscrivent dans la four­chette de 1190 euros à 2490 euros. Cet inter­valle de prix s’applique aus­si bien aux défi­bril­la­teurs entiè­re­ment auto­ma­tiques qu’aux défi­bril­la­teurs semi-auto­ma­tiques. Les fabri­cants ayant les marques les plus chères sont Car­diac Science, Defib­tech, Col­son ou encore ZOLL. Quant aux marques ayant les prix les plus abor­dables sur le mar­ché, on peut citer Hage­nuk, CARDIAID ou encore Heart­sine.

Il est tout de même impor­tant de pré­ci­ser que cha­cune de ces marques fabrique éga­le­ment des défi­bril­la­teurs adap­tés aux soins pédia­triques. Les coûts de ces der­niers varient entre 900 et 1700 euros. Il n’est tou­te­fois pas exclu de pré­fé­rer l’achat des élec­trodes pédia­triques qui seront rac­cor­dées au défi­bril­la­teur uti­li­sé pour les adultes. Le prix de ces élec­trodes varie entre 150 et 200 euros.

Rela­ti­ve­ment à la loca­tion d’un défi­bril­la­teur, il s’agit d’une opé­ra­tion auto­ri­sée et règle­men­tée par la loi fran­çaise. Le prix de la loca­tion varie en fonc­tion de la durée de la loca­tion, de la marque du défi­bril­la­teur et des charges d’entretien et de main­te­nance. Ain­si, pour une loca­tion men­suelle d’un défi­bril­la­teur, on se retrouve avec un prix situé entre 39 et 69 euros. Cette four­chette de prix peut varier si des pres­ta­tions de for­ma­tion à l’usage de l’appareil s’ajoutent au tableau.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...