HomeSantéFormation des aides-soignants aux soins palliatifs

Formation des aides-soignants aux soins palliatifs

Publié le

spot_img

La sau­ve­garde de la digni­té et la garan­tie d’une qua­li­té de vie opti­male sont les pré­oc­cu­pa­tions majeures de l’entourage d’une per­sonne en fin de vie ou atteinte d’une mala­die grave. Ces der­nières sont en géné­ral très vul­né­rables sur les plans phy­siques, moraux et psy­cho­lo­giques. En dépit de la pré­sence des membres de la famille, un sou­tien pro­fes­sion­nel est néces­saire. Ce sou­tien se mani­feste par l’octroi de soins pal­lia­tifs aux malades par des aides-soi­gnants. Étant don­né l’importance de ces soins et la vul­né­ra­bi­li­té de leur cible, il est impor­tant d’avoir toutes les com­pé­tences requises via une for­ma­tion adéquate.

Quels sont les prérequis pour un emploi d’aide-soignante ?

Le conte­nu des offres d’emploi d’aide-soignant vise des qua­li­tés et des apti­tudes essen­tielles chez les pos­tu­lants. Entre autres qua­li­tés recher­chées, la capa­ci­té à iden­ti­fier les besoins du patient et à lui offrir avec promp­ti­tude des soins d’hygiène et de confort est par­ti­cu­liè­re­ment appré­ciée par les recru­teurs. L’aptitude à appor­ter un sou­tien psy­cho­lo­gique à la per­sonne ain­si qu’à son entou­rage, est éga­le­ment un atout lorsqu’on recherche un emploi d’aide-soignante. Ces deux com­pé­tences sont notam­ment indis­pen­sables pour les aides-soi­gnants admi­nis­trant des soins palliatifs.

Quelle est l’importance des soins palliatifs ?

Les soins pal­lia­tifs consti­tuent le socle de l’accompagnement médi­cal offert aux malades en situa­tions de détresse. En effet, ces soins sont réser­vés aux per­sonnes atteintes de mala­dies graves, évo­lu­tives ou incu­rables. Ils consti­tuent un ensemble de trai­te­ments, qui ont pour but de garan­tir aux patients, un confort et une qua­li­té de vie proche de la nor­male. L’intérêt de ces soins réside notam­ment dans le fait que tout malade, peu importe la gra­vi­té de sa situa­tion, a droit à la sau­ve­garde de sa digni­té phy­sique et à la pré­ser­va­tion de son état psychique.

Bien que ces soins ne soient pas don­nés dans un but cura­tif, ils per­mettent notam­ment d’améliorer entre autres l’inconfort que res­sent le malade. Ain­si, en tenant compte des dif­fi­cul­tés de la per­sonne concer­née, les aides-soi­gnants lui offrent un large panel de ser­vices. D’abord, les soins offerts sont spé­ci­fiques à la situa­tion cli­nique de chaque patient. Pour les patients souf­frant de mala­die à carac­tères évo­lu­tifs, l’office des soins pal­lia­tifs est prin­ci­pa­le­ment de cher­cher à conte­nir l’évolution de la maladie.

A défaut, les aides-soi­gnants confor­mé­ment aux recom­man­da­tions des méde­cins trai­tants, apportent les soins sus­cep­tibles de sou­la­ger le patient de l’inconfort qu’il res­sent. Les per­sonnes atteintes de mala­dies incu­rables en phase ter­mi­nale quant à elles, béné­fi­cient de soins orien­tés vers le sou­la­ge­ment des dou­leurs phy­siques qu’ils res­sentent, du fait de leur mala­die. Les divers soins dis­pen­sés per­mettent notam­ment de pré­ser­ver la digni­té phy­sique du malade. Tou­te­fois, il est impor­tant de pré­ci­ser que les soins des­ti­nés à amé­lio­rer le confort phy­sique du patient doivent évi­ter au maxi­mum tout achar­ne­ment thérapeutique.

Ensuite, des soins psy­cho­lo­giques sont offerts au malade, ain­si qu’à son entou­rage. Ces soins visent, dans le cas des patients non atteints de mala­dies incu­rables, à ame­ner les patients à déve­lop­per de l’optimisme. Quant aux patients en fin de vie, le sou­tien psy­cho­lo­gique vise entre autres, à leur don­ner de la quié­tude psy­chique. L’appui psy­cho­lo­gique per­met dans tous les cas d’éviter que le patient ne s’envahisse d’idées qui pour­raient le conduire à mettre fin à ses jours. Le sou­tien psy­cho­lo­gique per­met à l’entourage d’avoir une bonne appré­hen­sion de la situa­tion du parent.

En quoi consiste la formation des aides-soignants aux soins palliatifs ?

Les règle­men­ta­tions en matière de san­té recom­mandent une for­ma­tion spé­ci­fique en soins pal­lia­tifs avant d’accéder à un emploi d’aide-soignante. La néces­si­té de la for­ma­tion s’explique notam­ment par la déli­ca­tesse et les pré­cau­tions que requiert la prise en charge des per­sonnes en fin de vie. Aus­si, faut-il sou­li­gner l’éventualité de l’engagement de la res­pon­sa­bi­li­té de l’aide-soignant en tant que pro­fes­sion­nel. Ain­si, il est impor­tant de se faire for­mer afin d’avoir toutes les com­pé­tences nécessaires.

Les objec­tifs péda­go­giques de cette for­ma­tion concernent en pre­mier lieu, la maî­trise des notions de culture médi­cale, et des notions rela­tives aux soins pal­lia­tifs. Par la suite, la maî­trise du cadre légal des soins pal­lia­tifs est indis­pen­sable. Cet aspect de la for­ma­tion per­met aux aides-soi­gnants de connaître prin­ci­pa­le­ment les droits des patients. Ils sont éga­le­ment infor­més des diverses pro­cé­dures à adop­ter en cas de problème.

Par ailleurs, les aides-soi­gnants sont outillés sur l’identification des cas de soins pal­lia­tifs, et sur leur dis­tinc­tion avec la fin de vie. Les réflexes de réac­ti­vi­té en cas de situa­tions d’urgences ou encore le déve­lop­pe­ment de cer­taines apti­tudes essen­tielles comme celle du tra­vail en équipe ensei­gné, leur sont éga­le­ment dis­pen­sés. De façon spé­ci­fique, les aides-soi­gnants sont éga­le­ment for­més pour être à même de com­prendre et de répondre promp­te­ment aux besoins du patient.

Pour cela, ils doivent savoir inter­pré­ter la colère, la tris­tesse ou même la dépres­sion du malade. Afin de per­mettre à ces agents médi­caux de réagir avec pro­fes­sion­na­lisme, cer­tains gestes impor­tants leur sont ensei­gnés. Ces gestes regroupent en effet les divers soins cor­po­rels dus au patient. En pre­mier lieu, ces gestes concernent les soins den­taires et les toi­lettes. En deuxième lieu, ils concernent  la prise en charge des escarres et des manières de tou­cher le patient.

Comment avoir accès aux formations des aides-soignants en soins palliatifs ?

Les for­ma­tions des aides-soi­gnants en soins pal­lia­tifs sont dis­po­nibles dans les ins­ti­tuts de for­ma­tions aux métiers de la san­té. De même, ces for­ma­tions sont sou­vent orga­ni­sées par les auto­ri­tés sani­taires, aux fins de rendre les com­pé­tences en soins pal­lia­tifs acces­sibles au plus grand nombre. Elles peuvent être dis­pen­sées en pré­sen­tiel ou en ligne. En fonc­tion du centre de for­ma­tion et des objec­tifs péda­go­giques, la for­ma­tion peut durer de quelques heures à plu­sieurs jours.

Le coût de la for­ma­tion est éga­le­ment très variable. Elle peut coû­ter jusqu’à plu­sieurs dizaines d’euros, en fonc­tion de la durée de la for­ma­tion et d’autres para­mètres. Cepen­dant, cer­taines for­ma­tions sont gra­tuites et tota­le­ment prises en charge comme la for­ma­tion DPC soins pal­lia­tifs. Dans ces cas-là, les for­ma­tions sont géné­ra­le­ment orga­ni­sées par des orga­ni­sa­tions indépendantes.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...