LE HOQUET

Publié le

spot_img

Le hoquet se défi­nit comme une contrac­tion spas­mo­dique du dia­phragme déter­mi­nant une brusque secousse de l’ab­do­men et du tho­rax. A côté des hoquets bénins ou ceux tra­dui­sant une patho­lo­gie sous-jacente (inflam­ma­toire, néo­pla­sique ou infec­tieuse), cer­tains médi­ca­ments peuvent déclen­cher des hoquets.
?? Irri­ta­tion des nerfs péri­phé­riques, pneu­mo­gas­trique ou phrénique.

ETIOLOGIES

  • Oeso­phage ++ ( RGO, her­nie hia­tale, oeso­pha­gite, ulcère ).
  • Iatro­gènes pro­ba­ble­ment par  » irri­ta­tion  » diges­tive (cf infra)
  • ORL y com­pris corps étran­ger sur un tym­pan ( insecte voire cheveu !)
  • Par inges­tion ali­men­taire, alcool
  • Pneu­mo­nie, pleu­ré­sie, péri­car­dite, IDM
  • Iatro­gènes : BZP, bar­bi­tu­riques, corticoïdes
  • Can­cers ( tho­rax, abdomen ).
  • Des affec­tions du SNC : tumeurs, trau­ma­tisme, ménin­gite, encé­pha­lite, syphilis
  • Causes méta­bo­liques : uré­mie, les grands désordres métaboliques
  • Psy, idio­pa­thique : anxié­té, stress, conver­sion hys­té­rique, etc…

CAT
Dans les formes rebelles, Rx tho­rax, fibro­sco­pie, écho­gra­phie abdo­mi­nale, etc…

TRAITEMENT SYMPTOMATIQUE
A défaut du trai­te­ment étio­lo­gique démontré.
—- Les manoeuvres res­pi­ra­toire, déglu­ti­tion, etc…
—- PRIMPERAN, MOTILIUM peuvent être tentés.
—- Chlor­pro­ma­zine gouttes ( X matin, midi et XX le soir ) asso­cié avec AZANTAC, RANIPLEX 150 effer­ves­cent après chaque repas (trai­te­ment d’é­preuve sur  » irri­ta­tion  » diges­tive iatrogène,alimentaire, alcoolique ).
—- Chlor­pro­ma­zine (LARGACTIL inj 25 mg/amp de 5 ml ) : 10 à 50 mg x 3/J IM ( ++ post opératoire )
—- Myo­re­laxants ?? (TRANCOPAL,… )
—- LIOSERAL ( baclo­fène ) 5 mg x 3/J ( la presse Médi­cale 1991,20:658 ) qui peut être asso­cier au PROZAC . Trt pro­lon­gé pos­sible dans les formes réci­di­vantes idiopathiques
—- TEGRETOL dans les formes pro­lon­gées, invalidantes

Le hoquet d’o­ri­gine médicamenteuse
http://cat.inist.fr/?aModele=afficheN&cpsidt;=1758217

Le hoquet d’o­ri­gine médi­ca­men­teuse, rare, est essen­tiel­le­ment un diag­nos­tic d’é­li­mi­na­tion. Le méca­nisme exact de cet effet indé­si­rable médi­ca­men­teux reste sou­vent mécon­nu.Par ordre de fré­quence : les classes médi­ca­men­teuses suivantes
  • cor­ti­coides (23 pour cent)
  • psy­chia­trie (15 pour cent, prin­ci­pa­le­ment les anti­dé­pres­seurs non imipraminiques)
  • neu­ro­lo­gie (13 pour cent, prin­ci­pa­le­ment les médi­ca­ments dopa­mi­ner­giques antiparkinsoniens)
  • anti­bio­tiques (12 pour cent, bêta-lac­ta­mines, macro­lides, fluoroquinolones)
  • médi­ca­ments car­dio­lo­giques (7 pour cent, sur­tout les digitaliques)
  • antal­giques (6 pour cent, sur­tout opiacés)
  • antiin­flam­ma­toires non sté­roi­diens (6 pour cent)

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...