HomeGrossesseContraception d’urgence ou pilule du lendemain : que savoir ?

Contraception d’urgence ou pilule du lendemain : que savoir ?

Publié le

spot_img

La néces­si­té d’utilisation d’une contra­cep­tion d’urgence dans le but d’éviter une gros­sesse non dési­rée peut sur­ve­nir chez toute femme ou jeune fille. La phar­ma­cie en ligne New­phar­ma a d’ailleurs publié en 2018 le résul­tat d’un son­dage, qui indique qu’une Fran­çaise sur trois a déjà fait usage de cette contra­cep­tion. Encore appe­lée pilule du len­de­main, la contra­cep­tion d’urgence ne pos­sède pas une contre-indi­ca­tion médi­cale abso­lue à l’emploi, de même qu’une limite d’âge. Défi­ni­tion, types, indi­ca­tions, effets secon­daires et prix de la contra­cep­tion d’urgence ici.

Contraception d’urgence : définition

La contra­cep­tion d’urgence ou la pilule du len­de­main est défi­nie comme un moyen de contra­cep­tion, uti­li­sé dans le cadre de la pré­ven­tion d’une gros­sesse à la suite d’un rap­port sexuel. C’est-à-dire qu’elle est uti­li­sée pour évi­ter une gros­sesse non dési­rée dans un contexte de rap­port mal ou non pro­té­gé. En effet, il s’agit d’un médi­ca­ment concen­tré en pro­ges­té­rone, dont l’action dif­fère en fonc­tion du moment où il est pris.

Lorsque le rap­port sexuel est effec­tué avant l’ovu­la­tion, la contra­cep­tion va repous­ser l’ovulation, et mini­mi­ser le risque de fécon­da­tion. Autre­ment dit, la pilule du len­de­main apporte des modi­fi­ca­tions chi­miques aux spermes et à l’ovule, avant leur fusion.

Lorsque le rap­port sexuel est réa­li­sé durant ou après l’ovulation, la pilule du len­de­main aura pour action d’empêcher la nida­tion. Par ailleurs, il est conseillé d’avoir recours à la contra­cep­tion d’urgence, dans les trois ou cinq jours qui suivent le rap­port sexuel. Cepen­dant, plus vite vous en faites usage, plus rapi­de­ment elle sera efficace.

Contraception d’urgence : lequel choisir ?

La pilule du len­de­main est déli­vrée sous forme de com­pri­mé unique, que vous devrez prendre tôt avec un verre d’eau à la suite du rap­port sexuel. On dis­tingue prin­ci­pa­le­ment deux types de contra­cep­tion d’urgence qui sont : Nor­le­vo et EllaOne.

La contraception d’urgence Norlevo

Com­po­sée de Lévo­nor­ges­trel, qui est un pro­ges­ta­tif, la pilule du len­de­main Nor­ve­lo a pour action de blo­quer l’évolution du fol­li­cule ova­rien, dans l’optique de repous­ser l’ovulation. Mais ceci n’est pos­sible que si la taille du fol­li­cule n’a pas dépas­sé qua­torze mil­li­mètres, le temps qu’il faut aux sper­ma­to­zoïdes pour qu’ils ne soient pas fécon­dants. Ce type de contra­cep­tion d’urgence est à prendre jusqu’aux 72 heures (soit trois jours) qui suivent le rap­port sexuel non ou mal protégé.

La contraception d’urgence EllaOne

Conçue à base d’acé­tate d’ulipristal, qui est un anti­pro­ges­ta­tif, la pilule du len­de­main EllaOne bloque le déve­lop­pe­ment du fol­li­cule ova­rien afin de repous­ser l’ovulation, tant que sa taille n’excède pas dix-huit mil­li­mètres. Son action peut être pré­sente jusqu’à la veille de l’ovulation, et elle est à prendre jusqu’aux 120 heures (soit cinq jours) qui suivent le rap­port sexuel mal ou non pro­té­gé.  La contra­cep­tion d’urgence ElleOne (Uli­pris­tal) est plus connue du grand public, sous le terme pilule du sur­len­de­main.

Contraception d’urgence : quelles sont les indications ?

La pilule du len­de­main peut être uti­li­sée après un rap­port sexuel à risque, c’est-à-dire sans aucun moyen de contra­cep­tion et dans le cadre d’un viol ou d’une agres­sion. Ceci, sur­tout si la femme n’est pas pro­té­gée par une méthode effi­cace de contraception.

En outre, la contra­cep­tion d’urgence peut être uti­li­sée en cas d’échec ou de mau­vais usage de la méthode contra­cep­tive, prin­ci­pa­le­ment en cas :

  • De déchi­rure, d’usage incor­rect ou du glis­se­ment du préservatif ;
  • D’oubli du contra­cep­tif oral durant trois jours consé­cu­tifs ou plus ;
  • D’injection de l’acétate de médroxy­pro­ges­té­rone avec plus de quatre semaines de retard ;
  • D’usage d’une pilule com­po­sée de déso­ges­trel (dosée à 0,75 mil­li­gramme) avec plus de douze heures de retard de l’heure habi­tuelle, ou au-delà de 36 heures qui suivent la pilule précédente ;
  • D’injection de l’énantate de noré­this­té­rone, avec plus de deux semaines de retard ;
  • Du dépla­ce­ment, de déchi­rure, du retrait pré­coce ou de rup­ture d’un dia­phragme ou encore d’une cape cer­vi­cale ;
  • D’un com­pri­mé ou d’un film sper­mi­cide non dis­sout bien avant l’acte sexuel ;
  • D’échec de la méthode du retrait (comme une éja­cu­la­tion sur les organes géni­taux externes ou à l’intérieur du vagin) ;
  • D’expul­sions du sté­ri­let (DIU) ou de l’implant hor­mo­nal contraceptif.

Il est éga­le­ment pos­sible d’utiliser la contra­cep­tion d’urgence en cas de vomis­se­ment ou de diar­rhée, à la suite de l’utilisation de la pilule.

Contraception d’urgence : quels effet et taux de réussite ?

La pilule du len­de­main Nor­le­vo est fiable à 95%, si elle est uti­li­sée dans les 12 heures qui suivent le rap­port sexuel, et à 58% dans les 24 heures ou plus. Quant à la pilule du len­de­main EllaOne, elle est plus efficace.

Cepen­dant, la contra­cep­tion d’urgence n’assure pas une pro­tec­tion com­plète. Il fau­dra faire un test de gros­sesse pour vous assu­rer qu’une gros­sesse est pré­sente ou non. De ce fait, il est conseillé de pra­ti­quer un test de gros­sesse dans les 21 jours qui suivent le rap­port sexuel mal ou non protégé.

Par ailleurs, si vous pre­nez la contra­cep­tion d’urgence en cas d’oubli, n’interrompez pas la contra­cep­tion habi­tuelle. Il faut d’abord prendre le com­pri­mé oublié lorsque vous vous ren­dez compte de l’oubli et conti­nuer avec les com­pri­més au jour le jour jusqu’à la fin de la pla­quette. Aus­si, veuillez vous pro­té­ger avec un pré­ser­va­tif jusqu’aux pro­chaines règles.

De plus, la contra­cep­tion d’urgence n’assure en aucun la pro­tec­tion vis-à-vis des infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles (IST). Il vaut mieux faire un dépis­tage en cas de rap­port sexuel à risques.

Contraception d’urgence : contre-indications, effets secondaires et prix

Il n’existe pas en théo­rie une contre-indi­ca­tion à la pilule du len­de­main, puisqu’il ne four­nit qu’un pro­ges­ta­tif. Mais en cas d’allergies aux com­po­sants de la contra­cep­tion d’urgence, il vaut mieux évi­ter d’en faire usage. Voi­ci les pré­cau­tions, les effets secon­daires et le prix de chaque type de pilule du lendemain.

Cas de la contraception d’urgence Norlevo

  • Pré­cau­tions : ce type de contra­cep­tion d’urgence est décon­seillé en cas d’antécédents de sal­pin­gite et de gros­sesse extra-uté­rine. Il est cru­cial de prendre un avis médi­cal en cas de risque d’insuf­fi­sance hépa­tique et throm­boem­bo­lique ;
  • Effets secon­daires : les nau­sées, les ver­tiges, les dou­leurs de l’utérus, les règles plus abon­dantes et/ou déca­lées, la fatigue, les dou­leurs abdo­mi­nales, les cépha­lées, la ten­sion au niveau des seins ;
  • Prix : 4,34 euros, EG (2,65 euros), Mylan (2,65 euros), Géné­riques Bio­ga­ran (4,34 euros). Sur pres­crip­tion, la pilule du len­de­main est rem­bour­sée à 65%.

En outre, il est pos­sible d’utiliser la contra­cep­tion d’urgence Nor­le­vo en cas d’allaitement. Mais en rai­son du lévo­nor­ges­trel qui peut être excré­té dans le lait mater­nel, il est recom­man­dé d’allaiter avant l’utilisation du com­pri­mé, et d’attendre huit heures une fois que vous l’avez pris.

Cas de la contraception d’urgence Ellaone

  • Pré­cau­tions : il faut prendre un avis médi­cal avant d’utiliser ce type de pilule du len­de­main dans le cadre d’un asthme sévère ou d’insuffisance hépa­tique. Évi­tez de faire usage à la fois des contra­cep­tions Nor­le­vo et EllaOne, puisqu’ils vont inter­agir de façon négative ;
  • Effets secon­daires : les ver­tiges, la ten­sion au niveau des seins, les troubles de l’humeur, les règles abon­dantes et/ou repous­sées, les cépha­lées, la fatigue ;
  • Prix : 17,23 euros. La contra­cep­tion d’urgence EllaOne est rem­bour­sée à hau­teur de 65% sur prescription.

Par ailleurs, notons que la contra­cep­tion d’urgence est acces­sible en phar­ma­cie, dans les centres de plan­ning fami­lial, dans les infir­me­ries des lycées et col­lèges et dans les centres hos­pi­ta­liers pri­vés et publics. Aucune ordon­nance médi­cale n’est requise pour Nor­le­vo, mais obli­ga­toire pour avoir accès à EllaOne.

Contraception d’urgence : est-il possible qu’elle remplace la contraception normale ?

La pilule du len­de­main ne peut être consi­dé­rée comme une méthode de contra­cep­tion nor­male, parce qu’elle :

  • Ne ren­ferme pas assez d’hormones ; ce qui peut pro­vo­quer le dérè­gle­ment du cycle menstruel ;
  • N’est pas autant fiable que d’autres moyens de contraception ;
  • N’assure pas la pro­tec­tion contre les gros­sesses non dési­rées pen­dant les rap­ports sexuels suivants.

Pour cela, il est recom­man­dé de conti­nuer avec votre contra­cep­tion habi­tuelle et de faire usage des pré­ser­va­tifs pen­dant au moins sept jours.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...