Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
DIETETIQUE DE L'INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE
Les grands principes

Source : http://www.tircel.net

Les aliments sont constitués de protéines, glucides, lipides, vitamines, sels minéraux et boissons.
Ils sont regroupés en catégories selon les nutriments qu'ils apportent en majorité.

POURQUOI MODIFIER LES HABITUDES ALIMENTAIRES ?

Une alimentation contrôlée peut diminuer la rapidité de dégradation des reins
  • En consommant moins d'aliments riches en protéines que le rein ne peut plus normalement éliminer.
  • En contrôlant les apports hydriques et salés afin d'éviter les phénomènes de surcharge responsables d'oedèmes, de défaillance cardiaque et d'un contrôle plus difficile de l'hypertension artérielle.
  • En contrôlant la consommation des aliments riches en sels minéraux notamment en potassium, magnésium, phosphore responsables notamment de troubles osseux ou cardiaques.
Protides : Viandes, poissons, oeufs.... Evitez les excès !

Pour le patient qui débute une insuffisance rénale, une restriction stricte n'est pas nécessaire. Envisagez une ration protidique normale de l'ordre de 1 g par kg/jour.
Manger de la viande, du poisson ou des oeufs une fois par jour est raisonnable. Cela n'entraîne aucun trouble, réduit le travail du rein qui se détériore moins vite et reste compatible avec une alimentation variée. A terme, l'apport recommandé baisse à 0.7 ou 0.8 g/kg/j. Privilégier les protéines animales (viande, poisson, oeufs) qui apportent davantage de sels minéraux (fer) que les protéines végétales (pain, riz ou légumes secs).

Glucides (sucres) Pain, riz, céréales : pas de restriction"

On recommande une ration plus importante en glucides complexes d'absorption lente (riz, pâtes, biscottes, pain) et, sauf chez les diabétiques, une ration normale de glucides simples d'absorption rapide (miel, confitures, pâtisseries)

Lipides (graisses) : “Préférez les huiles végétales Olive, arachide, tournesol, noix."

Les lipides sont classés en acides gras saturés (beurre, lard) plutôt à risques et en acides gras mono-insaturés (huile d’arachide, d’olive) et poly-insaturés (huile de tournesol, maïs, noix.) qui auraient un rôle plutôt bénéfique dans la prévention des complications cardiovasculaires.

Boissons "Boire normalement sauf cas particulier"

L'organisme a besoin de 1,5 à 2 litres de liquides par jour (café, eau, soupe, tisane) et même, pour le plaisir, un quart de vin par jour. Il faut surveiller le volume quotidien de boissons sans pour autant le diminuer ni surtout l'augmenter trop car même si l'insuffisant rénal conserve un volume d'urines normal (1,5 à 2 litres), il n'est pas capable d'éliminer un apport liquidien excessif qui va alors s'accumuler dans l'organisme.

Vitamines “A, B, C ne les oubliez pas”

Ce sont les vitamines A (choux, carottes), E (huile végétale), B1 (farine complète, pommes de terre), B2( foie, lait), B6 (légumes verts), B12 (viande), PP (noix, abats), H (levures, jaune d’oeuf), C (fruits frais). La restriction de certains aliments peut conduire à une carence vitaminée qui justifie une supplémentation médicamenteuse.

Les sels minéraux

Les sels minéraux méritent une attention toute particulière car leur excès ou leur carence peut être lourd de conséquences.

Sel de cuisine (chlorure de sodium) : Limiter les excès

Normalement, l'organisme a besoin de 6 à 8 g de sel par jour mais le plus souvent ce sont 12 à 15 g, voire plus, qui sont ingérés.
Le sel est présent naturellement dans la viande, le poisson et les crustacés. On le trouve à des teneurs variables dans le pain (1 demi-baguette = 1 g de sel), les pâtisseries (2 croissants = 1 g de sel), les fromages (portion de camembert =1 g de sel), les condiments, les charcuteries, les potages industriels, les plats cuisinés, les conserves.
Dans l'insuffisance rénale chronique, il est recommandé de réduire l'apport en sel, à environ 4 g par jour.
Pour cela on supprime le sel de cuisson tout en diminuant la consommation d'aliments salés. Seulement de façon exceptionnelle, en présence d'oedèmes, d'une hypertension artérielle sévère ou d'une insuffisance cardiaque, on peut être amené à réduire cet apport à 2 g par jour. Dans ce cas, il faudra supprimer les conserves, les plats industriels, les plats surgelés, les crustacés, les fromages.

Potassium : Réduire le chocolat, les légumes secs et les fruits secs

L’élimination par le rein du potassium est suffisante tant que l’insuffisance rénale n’est pas trop sévère mais à condition que l’apport alimentaire en potassium n’excède pas 5 g par jour et que sa teneur dans le sang reste inférieure à 5 mmol/l. Par précaution, on évitera les aliments riches en potassium tels que le chocolat, les légumes secs, les fruits secs et certains fruits comme la banane. Lorsque la quantité de potassium dosée dans le sang excède la valeur normale, il faut réduire avec les conseils de la diététicienne les quantités de potassium alimentaire et cuire les légumes dans deux eaux de cuisson consécutives en jetant à mi-cuisson la première eau.

Calcium Compléter par un apport médicamenteux

L’insuffisance rénale entraîne une réduction de l’absorption digestive du calcium alimentaire du fait d’un trouble de la synthèse de la vitamine D. De plus, la diminution de l’apport alimentaire en produits laitiers, consécutive à la restriction protidique, est responsable d’une ration quotidienne en calcium insuffisante. Un apport médicamenteux de calcium est donc souvent nécessaire.

Phosphore : Surveiller les apports

Le phosphore est surtout contenu dans les protéines animales, viandes, oeufs, poissons.
Du fait de l’insuffisance rénale, l’élimination urinaire de phosphore est diminuée entraînant une augmentation du phosphore dans le sang qui aggrave les troubles calciques. Il est conseillé de ne pas dépasser un apport quotidien en phosphore de 900 mg/j.

Fer : Compléter sous forme de comprimés ou d'injections

Le manque de fer, en rapport surtout avec les pertes sanguines, est très fréquent au cours de l’insuffisance rénale. Il n’y a pas d’aliment qui puisse compenser suffisamment ce déficit. Un traitement apportant du fer sous forme de comprimés ou d’injections pourra être nécessaire.

Bicarbonates : Lutter contre l'acidose

L’acidose métabolique est une conséquence directe de l’insuffisance rénale, par réduction de l’élimination rénale des acides sanguins. L’acidose est un facteur de dénutrition, de fatigue musculaire, de lésions osseuses. Elle provoque également une augmentation du potassium dans le sang.
Le contrôle de l’acidose est une priorité chez l’insuffisant rénal. On peut apporter des bicarbonates sous forme médicamenteuse en sachets ou comprimés ou bien en faisant boire de l’eau de Vichy mais prudemment compte tenu de la teneur en sel.

====================================

ALIMENTS LES PLUS RICHES EN :
.
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente