CAT : VS AUGMENTEE
1999 - 2007 -2012

DEFINITION
On parle d'augmentation de la VS quand celle-ci, à la première heure, dépasse les valeurs suivantes:
---- Avant 60 ans : 20 mm
---- Aprés 60 ans : 30 mm
---- Femme enceinte : 50 mm
Pour d'autres auteurs, on retient les formules suivantes :
---- Homme : Age/2
---- Femme : (Age + 10)/2

Le problème existe seulement lorsqu'il n'existe pas de pathologie connue pour expliquer cette augmentation.
Voir Intérêt du couple VS-CRP
Voir Profil protéique


Faut-il encore prescrire une VS en 2012 ?
Le point de vue de l'interniste : Dr Michel Mignon (CHU Nancy). La VS est une boussole en médecine primaire. [Vidéo] (mp4)
Le point de vue de la biologiste : Dr Christine Jacob (CHU Nancy). Malgré son manque de spécificité, la mesure de la VS garde des indications. [Vidéo] (mp4)

    L'interrogatoire cherchera des signes associés :
  • Asthénie, amaigrissement
  • La fièvre, des sueurs nocturnes
  • Des SF urinaires, digestifs, respiratoires, ORL, oculaires, etc...
  • Des douleurs ( os, articulations, céphales, etc...)
  • Bref, tout signe fonctionnel ou symptome pouvant diriger l'enquête étiologique.
  • Voyages +++ Alimentation à risque.

EXAMEN CLINIQUE
Complet, méticuleux : du souffle cardiaque à la dentition avec recherche d'ADP et de lésions cutanées...

BIOLOGIE
  • Traquer les " fausses augmentations " : grossesse, anémie (++ jusqu'à 40, 50), obésité, pilule, hyperlipidémie,...
  • La Nfs a généralement déjà été faite et n'a pas apporté d'orientation étiologique.
  • Fibrinogène, CRP et/ou profil protéique inflammatoire
  • L'électrophrorèse des protéines (Ig monoconale ou élévation des alpha 2 et gamma pour l'inflammation).
  • De principe : Profil enzymatique hépatique, créatininémie, ferritine, LDH (?)
  • ECBU, recherche de sang dans les selles, parasito des selles.
  • Hémoculture si fièvre
ET ENSUITE
Au terme de ce bilan, soit l'orientation diagnostique est obtenue soit il faut aller plus avant (la clinique restant toujours muette ou sans orientation nette - type asthénie, amaigrissement).
    Dans une hierarchie dirigée par les facteurs de risque :
  • Sérologie CMV, HIV./ IDR,
  • Rx poumon, ASP, Echographie abdominale et pelvienne
  • Rx Sinus, Panoramique dentaire
  • Bilan auto-immun : facteur rhumatoïde, C3, C4, anticorps antinucléaires.
  • Bilan parasitaire des selles et paludisme si zone d'endémie ou voyage

    En cas de négativité, on fera réaliser :
  • Fibroscopie, colonoscopie
  • TDM thoracique, abdomino-pelvien
  • Biopsie de l'artère temporale au delà de 60 ans
Si le bilan reste négatif avec une VS > 100 mm à la première heure, une hospitalisation en Médecine Interne est licite voire impérative si il existe une altération de l'état général..

Si le bilan est négatif , la VS < 100 mm avec un état général conservé et aucune symptomatologie, une surveillance rapprochée peut être envisagée.

CAT VS ELEVEE
Texte complet : Professeur Eric HACHULLA, service de médecine interne, hôpital Claude Huriez, Docteur Bernadette HENNACHE, laboratoire de biochimie, hôpital cardiologique, CHRU, 59037 Lille cedex [Lire](pdf)

Examens de première intention à réaliser en cas de syndrome inflammatoire évoluant depuis plus de 3 semaines et restant inexpliqué après un examen clinique minutieux
  • Numération formule
  • Bilan hépatique et rénal
  • Electrophorèse des protéines
  • Profil protéique
  • Radiographie de thorax
  • Echographie abdominale
  • Hémocultures si la température matinale est supérieure à 37,5°C et vespérale supérieure à 38°
  • ECBU et bandelette urinaire
  • IDR à la tuberculine
Si après ces différents examens le syndrome inflammatoire reste inexpliquée, une hiérarchie des examens complémentaires doit être établie, celle que nous retenons est habituellement celle présentée dans le tableau ci-dessous

Examens complémentaires de 2ème intention (les examens 4, 5, 6, 7, 8 sont faits de manière séquentielle)
  1. Radiographie de sinus et radiographie dentaire
  2. Biopsie d’artère temporale au-delà de 55 ans
  3. Anticorps antinucléaire, anticorps anticytoplasme des neutrophiles
  4. Echographie cardiaque (5 % des endocardites n’ont pas de souffle à l’auscultation)
  5. Scanner thoraco-abdomino-pelvien
  6. Biopsie ostéomédullaire avec myéloculture
  7. Scintigraphie gallium + technetium
  8. Coloscopie
Au terme de ce bilan, on retrouve habituellement une cause dans 90 % des cas.

Etiologie des syndromes inflammatoires évoluant au long cours et pouvant se limiter au plan clinique à une asthénie, un amaigrissement ou une fébricule
($) Causes les plus fréquentes chez le sujet âgé
  1. Pathologies infectieuses($)
    • endocardite
    • tuberculose pulmonaire, digestive, viscérale, médullaire
    • abcès profonds
    • parasitoses et mycoses profondes
    • infection virale chronique : VIH, hépatites B et C
  2. Néoplasies($)
    • cancer profond
    • cancer colique
    • cancer avec métastases
    • hémopathie
    • lymphome hodgkinien et non hodgkinien
    • leucémies
  3. Maladies systémiques et rhumatologiques inflammatoires
    1. lupus érythémateux systémique
    2. maladie de Horton (si + de 55 ans)($)
    3. périartérite noueuse($), maladie de Wegener
    4. myosite
    5. maladie de Still de l’adulte
    6. rhumatismes inflammatoires chroniques($)‘
  4. Maladies thromboemboliques($)
  5. Causes rares
    1. maladie de Whipple
    2. fièvres périodiques
    3. phéochromocytome
    4. thyroïdite
    5. hépatopathie auto-immune
    6. entéropathie inflammatoire
    7. maladie de Münchhausen
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente