Accueil Recherche NouveautésEmail webmaster Tous les textes - FMCSommaire généralPage précédente
LES MALADIES HUMAINES TRANSMISES PAR LES TIQUES
Sources: Impact Médecin N° 99/1991 et
Médecine et Maladies infectieuses Tome 28 N°spécial, Mai 1998

Les tiques sont des acariens rattachés à deux familles.
---- Les Ixodidae ou tiques dures
---- Les Argasidae ou tiques molles
Toutes les tiques sont hématophages mais seules certaines espèces présentent une importance médicale (médecine humaine ou vétérinaire). Les piqûres de tiques sont généralement indolores, sauf celles de quelques argasides. La piqûre entraine parfois une inflammation locale et un prurit.

COMMENT RETIRER UNE TIQUE ?
Prendre son temps car elle ne saute pas, mais savoir que les risques de transmission des germes éventuellement présents dans la tique augmentent avec le temps. Les risques sont maxima après 36-48h de fixation.
Il est tout à fait déconseillé de l'écraser. Il faut l'arracher le plus près possible de la peau, afin éviter de casser le rostre, en essayant de tirer dans l'axe du corps.
On peut appliquer un coton d'éther, d'alcool ou autre pendant quelques minutes, pour tenter de gêner la tique, mais l'arrachage actif est inévitable. A l'aide d'une loupe on peut vérifier si le rostre est sorti, puis assurer une désinfectation locale soigneuse.

Remarque : de plus en plus d'études tendent à prouver que l'utilisation de produits chimiques pour "endormir" ou tuer la tique (entre autres l'éther ou l'huile) constitue une agression pour la tique : celle-ci réagit par une régurgitation accrue de salive dans la peau , ce qui augmente les phénomènes inflammatoires.
Voir les crochets O'TOM / TICK TWISTER inventés et mis au point par un vétérinaire français [Lien]

A consulter http://www.maladies-a-tiques.com/

LES PRINCIPALES MALADIES BACTERIENNNES TRANSMISES PAR LES TIQUES

1/ BORRELIOSES

MALADIE DE LYME
Maladie pouvant affecter différents systèmes et due à un ensemble de bactéries spiralées, regroupées sous le terme de Borrelia burgdorferi. Les vecteurs sont des tiques Ixodidae du groupe Ixode ricinus.
L'épidémiologie est liée aux zones de répartition et à la période d'activité du vecteur, soit avril à septembre. En France le vecteur se rencontre sur presque tout le territoire à l'exception d'une bande côtière méditerranéenne et au-dessus de 1000m.
Les syndromes autrefois décrits comme polyradiculonévrites sont à rattacher à la borréliose de Lyme

FIEVRE RECURRENTE A TIQUES Elle est provoquée par une douzaine de spirochètes transmis par des tiques molles (Ornithodores) surtout répandues dans les climats chauds.

2/ RICKETTSIOSES

FIEVRE Q
Infection à Coxiella burneti, mondialement répandue et à sémiologie trés polymorphe.
La transmission se fait principalement par voie respiratoire, mais également par voie transcutanée, au contact d'animaux infectés (ovins, caprins,chats) et par voie digestive, par ingestion de lait contaminé. Il semble que le rôle des tiques soit principalement de disséminer C.burneti parmi les animaux.

RICKETTSIOSES ERUPTIVES
Parmi les 14 serotypes de rickettsies isolés de patients, 9 sont transmis par les tiques (les autres le sont par les poux, les puces, certains petits acariens etc..). Trois sont largement répandues:
----- la Fièvre boutonneuse méditerranéenne : Rickettsia conorii >transmise dans le bassin méditerranéen par la tique du chien (Rhipicephalus sanguineus), par le même et d'autres vecteurs très divers >en Afrique et au Moyen-Orient jusqu'en Inde
----- la Fièvre pourprée des Montagnes Rocheuses : R. rickettsii transmise en Amérique du Nord par Dermacentor andersoni surtout et, en Amérique Centrale et du Sud (fièvre pourprée mexicaine, fièvre de Tobia, typhus de Sao-Paulo etc...).par des espèces du genre Amblyomma notamment.
----- Le typhus de Sibérie : R. sibirica, en ex-URSS mais aussi au Pakistan et dans le nord de la Chine, transmis par des Dermacentor.

Quatre autres rickettsioses ont des distributions beaucoup plus localisées :
----- Le typhus du Queensland : R. australis transmis par Ixodes holocyclus sur la côte est de l'Australie (moins de 100 cas sont connus).
----- La fièvre boutonneuse israélienne : une rickettsie proche de R.conorii et comme elle transmise par des Rhipicephalus
----- La fièvre boutonneuse japonaise ou orientale : R.japonica, transmise par divers genres de tiques. Maladie endémique dans le sud-ouest du Japon (une centaine de cas connus).
----- La fièvre à tique africaine : R. africae transmise par différentes espèces d'Amblyomma. Maladie restreinte à la partie la plus méridionale du continent africain.

Les deux dernières rickettsioses transmises par tiques, dont quelques rares cas isolés sont décrits depuis le début des années 1990 : la fièvre d'Astrakhan et la fièvre de Mongolie, sont dues respectivement à une rickettsie proche de R.conorii non encore nommée, et à R. mongolotimonae .

3/. EHRLICHIOSES
Germe intracellulaire gram négatif, du genre Ehrlichia donnant des syndrômes infectieux sevères, rash, ictère avec leucopénie, neutropénie,augmentation des transaminases et hyperbilirubinémie modérée.

----- L'ehrlichiose monocytaire, dûe à Ehrlichia chaffeensis (germe proche d'E.canis) : environ 400 cas au sud-est des États-Unis. La maladie prend la forme d'un syndrome pseudogrippal le plus communément.
----- L'ehrlichiose granulocytaire humaine, dûe à un germe proche de E.equi et E. phagocytophyla, a été décrite aux États-Unis en 1994. Elle est connue en Europe, par quelques cas en Slovénie (identification par amplification génique) et par des résultats sérologiques dans quelques autres pays européens. L'agent a été observé chez la tique Ixodes ricinus en Suède et en France.
Voir
Ehrlichiose, maladie émergente (04/2001)

LES MALADIES VIRALES TRANSMISES PAR LES TIQUES

1 - Les syndromes méningoencéphalitiques (tous les dégrés de gravité)
----- Encéphalites à tiques : causées par plusieurs variants arbovirus de la famille Flaviviridae du genre Flavivirus circulant parmi les rongeurs forestiers et dont les vecteurs sont Ixodes ricinus en Europe tempérée et Ixodes persulcatus en ex-URSS notamment en Sibérie.
Maladie touchant les personnes fréquentant les forêts. Des infections consécutives à l'ingestion de lait cru sont connues, elles donnent alors souvent lieu à des cas familiaux. Il s'agit d'une méningoencéphalite, sévère en Union Soviétique avec parfois des séquelles neurologiques du type poliomyélite.
Un vaccin efficace (virus inactivé) existe ; en France il est distribué sous ATU de ce fait la vaccination n'est pratiquée que dans les centres de vaccination agréés pour la fièvre jaune.

----- le louping-ill : causé par un virus du même nom, appartenant au même complexe que celui des encéphalites à tiques et ayant le même vecteur. Il affecte habituellement le mouton mais des cas humains sont connus chez des bergers écossais.

----- des syndromes encéphalitiques, dus au virus Powassan, ont été observés dans l'Extrême -Est de la Russie ainsi qu'aux États-Unis et au Canada.

2 - Les syndromes hémorragiques :
----- Fièvre Crimée-Congo : virus de la famille Bunyaviridae du genre Nairovirus, distribué plutôt dans les zones chaudes eurasiatiques, d'Europe (notamment ex-Yougoslavie et Grèce)jusqu'en Chine, via l'Iran et le Pakistan et également très largement distribué dans les steppes d'Afrique sub-saharienne.
C'est une maladie rurale touchant surtout les éleveurs (de nombreux mammifères domestiques présentent des anticorps) qui se manifeste par des hémorragies (épistaxis, hématémèse, hématuries, rash pétéchial, hémorragies profondes). Dans les formes sévères s'observent des insuffisances pulmonaires ou hépatorénales aigües (5 à 30% de mortalité). Découverte en 1944 au cours d'une épidémie en Crimée, la maladie peut se présenter sous forme de cas sporadiques ou épidémiques. Diverses espèces de tiques semblent impliquées notamment en Afrique tandis qu'en Asie des Hyalomma joueraient le rôle principal.

----- Fièvre hémorragique de Omsk: Flavivirus répandu dans les steppes de l'Asie centrale, dont les rongeurs forestiers seraient le réservoir et des tiques des genres Dermacentor et Ixodes, les vecteurs. La maladie se contracteraitnon seulement par piqûre de tiques mais également par contact direct avec les rats musqués. Il s'agit d'un syndrome hemorragique, surtout épistaxis, rarement mortel (0,5 à 3% des cas)

----- Fièvre de la Forêt de Kyasanur : Flavivirus qui infeste les singes (entelles et macaque) en plusieurs zones du continent indien et au Pakistan. Il est transmis à l'homme par Haemaphysalis spinigera. Connue depuis 1957, sous forme d'épidémies de gravité variable, cette maladie se caractérise par des hémorragies digestives avec parfois d'autres symptômes tels que atteinte méningée, oedème pulmonaire, hépatosplénomégalie (8 à 10% des cas sont mortels)

3 - Les syndromes fébriles algiques (ou "dengue-like")

----- La fièvre à tiques du Colorado : causée par un Coltivirus (Reoviridae) qui circule parmi différents rongeurs sauvages et est transmis par Dermacentor andersoni principalement. La maladie se rencontre surtout dans l'ouest américain et affecte souvent des campeurs, chasseurs etc... Le tableau clinique est caractéristique des arboviroses : fièvre biphasique avec céphalées, myalgies et arthralgies, photophobie, vomissements. L'issue fatale est exceptionnelle (observée chez trois enfants).

----- La fièvre à tiques du Kémérovo : causée par un Orbivirus (Reoviridae)transmis par I. ricinus, en Sibérie occidentale. Le tableau clinique est voisin de la fièvre à tiques du Colorado.

LES MALADIES PARASITAIRES TRANSMISES PAR LES TIQUES BABEBIOSES AMERICAINES (à Babesia microti)

Transmise par Ixodes scapularis (=I. dammini) à partir des rongeurs, c'est une maladie qui, comme l'ehrlichiose monocytaire, prend souvent la forme d'un syndrome pseudogrippal.

BABEBIOSE EUROPEENNEBabesia divergens)
Transmise par I. ricinus à partir des bovins. La maladie (une trentaine de cas, pour moitié à issue fatale) ne s'observe que chez des patients immunodéprimés, notamment splénectomisés.


Revu et corrigé en octobre 1999 par Claudine Perez-Eid,
Institut Pasteur - 25 Rue du Dr. Roux, 75724 Paris Cedex 15, France


Pour des informations complémentaires voir
http://www.maladies-a-tiques.com
"Les maladies à vecteurs" par François Rodhain, coll. Que sais-je ?
Accueil NouveautésEmail webmaster Sommaire FMC Sommaire généralPage précédente