HomeSantéAntigène spécifique de la prostate (PSA) : Des concepts sur l’expertise bien différents

Antigène spécifique de la prostate (PSA) : Des concepts sur l’expertise bien différents

Publié le

spot_img

L’Antigène Spé­ci­fique de la Pros­tate (PSA) est une sub­stance fabri­quée d’une manière natu­relle par la pros­tate. Elle est pré­sente dans le sang de tous les hommes. C’est en effet un mar­queur de l’activité de la pros­tate dosable par une simple prise de sang.

Quel est le taux nor­mal du PSA ? Com­ment inter­pré­ter les résul­tats du dosage de PSA ? Le dépis­tage du can­cer de la pros­tate par dosage du PSA est-il oppor­tun ? Quels sont les avis des experts sur le dosage PSA ? Quelles sont les recom­man­da­tions de la HAS ?

Cet article apporte tous les détails sur la ques­tion de l’antigène spé­ci­fique de la pros­tate (PSA).

Définition : qu’est-ce que le taux de PSA ?

L’antigène spé­ci­fique de la pros­tate ou PSA est une pro­téine fabri­quée par la pros­tate. Elle assure la flui­di­té du sperme et favo­rise le dépla­ce­ment des sper­ma­to­zoïdes. Le PSA se trouve en petite quan­ti­té chez tous les hommes.

De fait, lorsqu’il y a un taux éle­vé d’antigène spé­ci­fique de la pros­tate dans le sang, cela évoque une ano­ma­lie. Mais, ne vous alar­mez pas. Cer­taines de ces ano­ma­lies sont bénignes. C’est le cas par exemple de l’hypertrophie bénigne de la pros­tate ou adé­nome de la prostate.

En revanche, d’autres peuvent se révé­ler malignes. C’est le cas du can­cer de la pros­tate. Notons qu’il n’est pas néces­saire de faire un contrôle sys­té­ma­tique. Tou­te­fois, après 50 ans, un contrôle régu­lier est pro­po­sé par les médecins.

Le can­cer de la pros­tate repré­sente la 4e cause de mor­ta­li­té par can­cer. Il est très fré­quent chez l’homme et se place devant le can­cer du pou­mon ou encore le can­cer colo­rec­tal. C’est jus­te­ment pour cette rai­son qu’il est bien de connaître le taux nor­mal de PSA dans le sang.

Taux normal de PSA

La valeur nor­male admise moyenne du taux de PSA dépend de la tech­nique uti­li­sée. En effet, elle est de l’ordre de 4 ng/ml de sang. L’âge est un fac­teur indis­pen­sable dans l’évaluation du taux nor­mal de PSA. Il varie en fonc­tion de celui-ci.

En effet, il est infé­rieur à 2,5 ng/ml pour les hommes de moins de 50 ans. Par contre, de 50 à 60 ans, il est infé­rieur à 3,5 ng/ml et infé­rieur à 4,5 ng/ml chez les hommes de 60 à 70 ans.

Âge Taux nor­mal
Hommes < à 50 ans < 2.5 ng/ml
Entre 50 et 60 ans < 3,5 ng/ml
Entre 60 et 70 ans < 4,5 ng/ml

 

Dosage de PSA

Le dosage de l’antigène spé­ci­fique de la pros­tate se fait par une simple prise de sang. Selon les recom­man­da­tions, il n’est pas conseillé d’avoir de rap­port sexuel la veille du dosage. Aus­si, il n’est pas recom­man­dé d’avoir un tou­cher rec­tal dans les 3 jours pré­cé­dents le dosage.

Tou­te­fois, chez les hommes ayant plus de 50 ans et moins de 75 ans, il est recom­man­dé d’effectuer un dosage de PSA et un tou­cher rec­tal. Pour­quoi donc ana­ly­ser le taux de PSA ?

Intérêt du dosage

Rap­pe­lons que le PSA est une pro­téine exclu­si­ve­ment pros­ta­tique. Le dosage de PSA par­ti­cipe à l’établissement du diag­nos­tic et per­met de suivre l’évolution du can­cer. Sou­li­gnons qu’un dosage nor­mal n’exclut pas la pré­sence d’une tumeur de la prostate.

À l’aide d’un tou­cher rec­tal, il est pos­sible de véri­fier le volume et l’aspect de la pros­tate. Il est bien de savoir que le PSA n’est pas spé­ci­fique du can­cer de pros­tate. Une biop­sie de la pros­tate est donc néces­saire pour confir­mer le diagnostic.

Taux du PSA élevé

Cer­tains fac­teurs peuvent aug­men­ter le taux d’antigène pros­ta­tique spé­ci­fique. En voi­ci quelques-uns :

  • Tumeur de la prostate ;
  • Pros­ta­tite aiguë ou chronique ;
  • Adé­nome ou hyper­tro­phie bénigne de la prostate ;
  • Inflam­ma­tion de la prostate ;
  • Éja­cu­la­tion récente ;
  • Tou­cher rectal.

Comme indi­qué, le dosage san­guin de PSA est uti­li­sé pour le dépis­tage du can­cer de la pros­tate. Il est un mar­queur tumo­ral. Son aug­men­ta­tion peut être asso­ciée à des symp­tômes uri­naires comme les mic­tions impé­rieuses ou des infec­tions urinaires.

Aus­si, le PSA peut être uti­li­sé pour sur­veiller le can­cer de la pros­tate après une mise en place d’un trai­te­ment. Qu’en est-il donc du taux bas de PSA ?

Taux bas de PSA

En géné­ral, le taux de PSA infé­rieur à la nor­male est rare et peu signi­fi­ca­tif. En revanche, lorsqu’il s’agit de la frac­tion de PSA libre, ce taux peut être signi­fi­ca­tif. En effet, un taux bas de PSA libre peut être un argu­ment en faveur d’un éven­tuel can­cer de la prostate.

Il est pos­sible d’envisager un dépis­tage du can­cer de la pros­tate. Tou­te­fois, celui-ci n’est pas recom­man­dé de façon sys­té­ma­tique. Les avis sur le dépis­tage du can­cer pros­ta­tique par dosage de PSA sont variables. Il est donc capi­tal d’avoir toutes les infor­ma­tions claires sur le PSA en rap­port avec le can­cer de la prostate.

Dépistage du cancer de la prostate

Le dosage du PSA a ouvert la voie à un pos­sible dépis­tage du can­cer de la pros­tate. Tou­te­fois, il est à noter qu’aucun pro­gramme de dépis­tage sys­té­ma­tique n’a été mis en place. En fait, le dépis­tage par dosage du PSA a sou­le­vé plus de ques­tions que de réponses.

D’une part, les ques­tions sont rela­tives à l’impact du dépis­tage en termes de réduc­tion de la mor­ta­li­té pour la popu­la­tion ciblée. D’autre part, elles concernent les risques de sur­diag­nos­tic et de surtraitement.

Surdiagnostic et sur traitement avec le dosage de PSA

De façon plus expli­cite, le dépis­tage révèle des can­cers qui ne seraient jamais deve­nus symp­to­ma­tiques avant le décès du sujet. En consé­quence, celui-ci est sou­mis au trai­te­ment d’un can­cer sans impact sur le pro­nos­tic de la maladie.

Il s’agit là sur­tout des can­cers diag­nos­ti­qués à un stade pré­coce sans réelle agres­si­vi­té chez les sujets âgés. Le Bri­tish Medi­cal Jour­nal estime que le dépis­tage est asso­cié à un plus grand nombre de diag­nos­tics de can­cers au Stade I.

Or, ceux-ci sont sans impact impor­tant sur le diag­nos­tic des stades II à IV. Ils sont éga­le­ment sans effet signi­fi­ca­tif avé­ré sur les décès par can­cer de la pros­tate : 0,88 ; 0,71 à 1,09, p = 0, 25. Dans tous les cas, chaque méde­cin a le devoir de four­nir les infor­ma­tions claires sur cette ques­tion au patient.

Les auto­ri­tés en charge de la san­té ne sont pas exemptes de cette obli­ga­tion. D’ailleurs, c’est à elles de don­ner les direc­tives néces­saires sur le dépis­tage du can­cer de la pros­tate par dosage PSA. Il est bien d’aider la popu­la­tion à com­prendre que le dosage du PSA n’est pas pour pré­ve­nir le cancer.

Recommandations défavorables à un dépistage systématique

Pour cer­tains experts, les bonnes inten­tions et le bon sens ne suf­fisent pas, vu les don­nées défa­vo­rables du dépis­tage sys­té­ma­tique. C’est pour­quoi ils appellent l’Association Fran­çaise d’Urologie (AFU) à une remise en ques­tion de sa volon­té d’aller plus vite.

En effet, il faut admettre que les condi­tions du dépis­tage ne sont pas rem­plies. Jusqu’à ce moment, les consé­quences dra­ma­tiques sont encore plus cer­taines que les béné­fices faibles.

Recommandations françaises

L’Anaes (Agence Natio­nale d’Accréditation et d’Évaluation en San­té) s’est expri­mée à deux reprises sur la ques­tion du dépis­tage. Sa pre­mière inter­ven­tion sur le dépis­tage sys­té­ma­tique du can­cer de la pros­tate remonte à 1999.

Selon elle : « les connais­sances actuelles ne per­mettent pas de recom­man­der un dépis­tage de masse du can­cer de la pros­tate ». En revanche, elle sou­ligne la néces­si­té de « conduire une réflexion com­plé­men­taire sur l’information au patient ».

Cette réflexion doit être menée éga­le­ment « sur l’opportunité d’un dépis­tage indi­vi­duel par la bonne pres­crip­tion du dosage du PSA ».

En 2004, l’Anaes, avec le concours de l’AFU, rap­pelle que :

  • « Le béné­fice en termes de réduc­tion de mor­ta­li­té glo­bale d’un dépis­tage sys­té­ma­tique du can­cer de la pros­tate par le dosage du PSA sérique total n’est pas démontré » ;
  • « Les résul­tats des études por­tant sur le dépis­tage sys­té­ma­tique ne per­mettent pas de conclure sur l’opportunité d’un dépis­tage individuel ».

La HAS et l’INCa ont rap­pe­lé cette posi­tion dans le cadre d’un com­mu­ni­qué de presse. Celui-ci a été dif­fu­sé à l’occasion de la publi­ca­tion des études PLCO et ERSPC en mars 2009.

Dépistage systématique du cancer de la prostate : recommandations internationales

Dépistage du cancer de la prostate - avis

L’agence d’évaluation des tech­no­lo­gies de san­té et socié­tés savantes a publié une revue sys­té­ma­tique des recom­man­da­tions inter­na­tio­nales. Il en res­sort une concor­dance de recom­man­da­tions sur le dépis­tage sys­té­ma­tique au niveau de plu­sieurs pays.

Selon celles-ci, en l’état actuel des connais­sances, il n’est pas oppor­tun de mettre en place des pro­grammes de dépis­tage sys­té­ma­tique. Cela concerne aus­si bien le dosage de PSA que le tou­cher rectal.

D’après ces recom­man­da­tions, une infor­ma­tion adap­tée devrait être déli­vrée aux hommes qui sou­haitent un dosage du PSA. Celles-ci per­met­tront de les éclai­rer sur ses avan­tages et ses incon­vé­nients. Elles doivent détailler les risques liés à la démarche diag­nos­tique et au traitement.

Dans plu­sieurs pays, des pro­grammes de ges­tion du risque de can­cer de la pros­tate ont été mis en place. C’est le cas du Pro­gramme de ges­tion du risque de can­cer de la pros­tate éla­bo­ré par le NHS bri­tan­nique. Celui-ci garan­tit la déli­vrance d’une infor­ma­tion loyale aux patients.

De l’obligation d’informations

Les méde­cins ont le devoir d’informer réel­le­ment les patients et doivent s’ouvrir aux orien­ta­tions des autres pays. L’économie de véri­té dans ce domaine est très mau­vaise. D’ailleurs, l’information est deve­nue une obli­ga­tion légale.

Non seule­ment ils sont tenus de bien infor­mer leurs patients, ils doivent aus­si en faire la preuve. Rap­pe­lons à cet effet que la juris­pru­dence en tra­duit les consé­quences assu­ran­tielle et pénale.

Par ailleurs, la HAS, l’INCa et l’AFU évo­quaient la pers­pec­tive de nou­veaux éclai­rages dans le com­mu­ni­qué de presse (mars 2009). Ceux-ci appor­te­raient de solu­tion à la poli­tique publique à adop­ter pour le dépis­tage du can­cer de la prostate.

Cancer de la prostate : des pistes d’amélioration de la politique publique

Sur la ques­tion du dépis­tage par dosage du PSA, de nou­veaux éclai­rages ont été appor­tés par cer­taines auto­ri­tés publiques et socié­tés savantes, notamment :

  • Office Par­le­men­taire d’Évaluation des Poli­tiques de San­té (OPEPS) ;
  • Asso­cia­tions Fran­çaise d’Urologie (AFU).

Rapport de l’OPEPS

En avril 2009, l’OPEPS a publié un rap­port sur le dépis­tage et le trai­te­ment du can­cer de la prostate.

En effet, l’OPEPS a rele­vé les lacunes de la poli­tique actuelle de dépis­tage. En résu­mé, il consi­dère qu’il était temps de favo­ri­ser une meilleure détec­tion des can­cers agres­sifs signi­fi­ca­tifs sur la vie des patients à moyen terme.

Par ailleurs, il pro­pose d’améliorer l’efficacité du dépis­tage en ratio­na­li­sant son orga­ni­sa­tion. L’AFU a éga­le­ment for­mu­lé des recom­man­da­tions à ce sujet.

Dépistage du cancer de la prostate : recommandations de l’AFU

L’association fran­çaise d’urologie appelle à un dépis­tage « modu­lé » en fonc­tion de l’âge. De ses recom­man­da­tions, on note :

  • 45 à 54 ans : dépis­tage orga­ni­sé pour les groupes à risque ;
  • 55 à 69 ans : orga­ni­ser le dépis­tage annuel si le PSA >1 ng/ml, tous les 3 ans si PSA <1 ng/ml ;
  • 70 à 75 ans : pro­po­ser un dépis­tage indi­vi­duel au patient. Il doit être suf­fi­sam­ment infor­mé sur la mala­die, les trai­te­ments et les effets indésirables ;
  • Après 75 ans : le dépis­tage n’est pas recommandé.

Outre ces nou­veaux éclai­rages, on assiste à de nou­velles don­nées de la littérature.

Nouvelles littératures sur le dosage du PSA

Au sujet du dosage du PSA, l’Anaes avait for­mu­lé des recom­man­da­tions pour la pra­tique cli­nique en 2004. Elle sou­li­gnait la néces­si­té de rééva­luer les conclu­sions pro­po­sées à l’aune des résul­tats qu’apporteront les études PLCO et ERSPC.

Notons que ces deux études étaient menées aux USA et en Europe. L’objectif était de sou­pe­ser l’effet du dépis­tage du can­cer de la pros­tate par le dosage du PSA. Cette éva­lua­tion doit se faire en rap­port avec la mor­ta­li­té spé­ci­fique par can­cer de la prostate.

En effet, les deux essais ont été publiés dans un numé­ro spé­cial de New England Jour­nal of Medi­cine en mars 2009. Leu paru­tion a donc sou­le­vé une vague de contro­verses scien­ti­fiques en rai­son de leurs conclu­sions jugées contradictoires.

Ain­si, la Direc­tion Géné­rale de la San­té a sai­si la HAS en 2010 pour l’examen des conclu­sions de ces études. On se demande en quoi consis­te­rait l’opportunité d’organiser un dépis­tage sys­té­ma­tique du can­cer de la pros­tate par le dosage PSA.

Synthèse de la HAS : études de PLCO et d’ERSPC

Après ana­lyse cri­tique des articles, il se révèle que PLCO et ERSPC sont deux études de phi­lo­so­phies différentes.

En effet, les deux études sont plus des éva­lua­tions de pro­po­si­tions de tests de dépis­tage. Ain­si, elles ne sont pas des éva­lua­tions d’un pro­gramme com­plet, sys­té­ma­tique et homo­gène, pré­cise la HAS. Notons qu’aucune des deux n’a pro­po­sé un sui­vi systématique.

De même, elles ne rap­portent pas d’informations détaillées sur les hommes dépis­tés posi­tifs et trai­tés. Mal­heu­reu­se­ment, les articles ne four­nissent pas d’amples infor­ma­tions sur les effets secon­daires des trai­te­ments. La HAS met l’accent sur­tout sur les « trai­te­ments inutiles » liés au surdiagnostic.

En résu­mé, les deux études docu­mentent notam­ment les désa­van­tages et les dif­fi­cul­tés du dépis­tage. Elles ne démontrent pas que le dépis­tage puisse avoir des béné­fices. C’est ce que révèlent les conclu­sions de la HAS.

Conclusion de la HAS : analyse critique des articles

À l’issue de l’analyse cri­tique des articles des études ERSPC-PLCO, plu­sieurs points peuvent être tirés en guise de conclu­sion. En effet, la HAS estime que les deux études pré­sentent trop de dis­sem­blances. L’étude euro­péenne en par­ti­cu­lier est trop hété­ro­gène pour jus­ti­fier une méta-analyse.

De même, ces études ne montrent aucun béné­fice d’un dépis­tage sys­té­ma­tique du can­cer de la pros­tate par dosage de PSA. Elles se contentent d’apporter plu­sieurs argu­ments sur les incon­vé­nients de ce dépistage.

Par ailleurs, le dépis­tage oppor­tu­niste dans les pays à l’étude montre un fort niveau de conta­mi­na­tion dans les groupes témoins. Il est donc pos­sible que les incon­vé­nients docu­men­tés soient liés aux moda­li­tés de sui­vi des résul­tats du dosage de PSA.

Après ana­lyse, la ques­tion de l’opportunité d’un dépis­tage du can­cer de la pros­tate n’est pas réel­le­ment per­ti­nente. Le sou­hait serait plu­tôt une ana­lyse des pra­tiques actuelles de dépis­tage oppor­tu­niste. C’est à par­tir de là que des recom­man­da­tions pour­ront être for­mu­lées sur le dosage de PSA.

Dosage de PSA : conclusions et avis de la HAS

Les articles des études ERSPC et PLCO ont été le point focal d’un grand débat scien­ti­fique. Par­tant d’eux et des récents tra­vaux parus en France, la HAS tire 4 conclu­sions et avis sur la ques­tion (cf. rap­port de la HAS). En effet, elle :

  • Consi­dère qu’aucun élé­ment scien­ti­fique nou­veau n’est de nature à jus­ti­fier la rééva­lua­tion de l’opportunité d’une poli­tique de dépis­tage sys­té­ma­tique du can­cer de la pros­tate par dosage du PSA ;
  • Rap­pelle, dans ces condi­tions, les recom­man­da­tions publiées par l’Anaes en 1999 et 2004. L’Anaes affir­mait que « les connais­sances actuelles ne per­mettent pas de recom­man­der un dépis­tage de masse du can­cer de la pros­tate » par dosage du PSA. Elle pro­pose que soit étu­diée l’inscription au pro­gramme de tra­vail de la HAS de l’élaboration des recom­man­da­tions pro­fes­sion­nelles. Celles-ci pré­ci­se­ront les indi­ca­tions du dosage de PSA dans le cadre de la démarche diagnostique ;
  • Relève l’existence d’éléments concor­dants ten­dant à démon­trer l’importance des incon­vé­nients du dépis­tage. Elle insiste dès lors sur la néces­si­té de mieux appré­cier les effets délé­tères des pra­tiques actuelles de pres­crip­tion des dosages de PSA. Cette appré­cia­tion se fera au moyen de la mise en place d’une étude de pratiques ;
  • Met l’accent sur l’importance de l’information à appor­ter aux hommes envi­sa­geant la réa­li­sa­tion d’un dépis­tage indi­vi­duel du can­cer pros­ta­tique. Elle n’a pas man­qué de rap­pe­ler la dis­po­ni­bi­li­té d’un guide d’information publié par l’Anaes en 2004.

Par ailleurs, l’Anaes annonce une mise à jour de ce guide d’information qui sera réa­li­sée en col­la­bo­ra­tion avec l’INCa.

En somme, le PSA (anti­gène spé­ci­fique de la pros­tate) mérite d’être scru­té de fond en comble encore par des études. De même, les pro­fes­sion­nels de san­té doivent infor­mer le public sur les avan­tages et les incon­vé­nients du dosage du PSA.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...