HomeParapharmacieANAPEN : INDICATIONS, POSOLOGIE, CONTRE-INDICATIONS, EFFETS INDÉSIRABLES, RECOMMANDATIONS

ANAPEN : INDICATIONS, POSOLOGIE, CONTRE-INDICATIONS, EFFETS INDÉSIRABLES, RECOMMANDATIONS

Publié le

spot_img

ANAPEN est un médi­ca­ment dis­po­nible dans de plus d’une phar­ma­cie ou offi­cine en France, aus­si bien en vente libre que sur ordon­nance. Com­po­sé de la sub­stance active adré­na­line, il est uti­li­sé en par­ti­cu­lier pour sou­la­ger les symp­tômes de l’anaphylaxie. Étant don­né qu’il s’agit d’un auto-injec­teur, la mai­trise de la tech­nique de son admi­nis­tra­tion consti­tue l’une des prin­ci­pales pré­oc­cu­pa­tions des acteurs de la san­té. Alors qu’est-ce que ANAPEN ? Quelles sont ces indi­ca­tions et contre-indi­ca­tions ? Quelle est la poso­lo­gie ain­si que sa tech­nique d’administration recom­man­dée ? Quels sont ses effets ? Quelles sont les diverses pré­cau­tions d’usage ? Voi­ci les réponses !

ANAPEN : Présentation

ANAPEN est un médi­ca­ment appe­lé auto-injec­teur qui contient la sub­stance active épi­né­phrine (adré­na­line). Cette der­nière fait par­tie de la classe des prin­cipes actifs connus sous le nom « sym­pa­tho­mi­mé­tiques ». À la base, l’épinéphrine est une hor­mone natu­rel­le­ment pro­duite par le corps, prin­ci­pa­le­ment en cas de stress. C’est aus­si la rai­son pour laquelle elle est un agent vaso­pres­seur. Autre­ment dit, elle est sus­cep­tible d’augmenter la pres­sion du sang dans les vaisseaux.

Alter­na­tive à Epi­Pen, éga­le­ment un auto-injec­teur d’adrénaline, ANAPEN est dis­po­nible par­fois sans ordon­nance qui se pré­sente sous 3 formes à savoir :

  • Dis­po­si­tif d’auto-injection de 150 μg/0,3ml avec 2 seringues préremplies ;
  • Dis­po­si­tif d’auto-injection de 300 μg/0,3 ml avec 2 seringues pré­rem­plies de solu­tion d’adrénaline ;
  • Dis­po­si­tif d’auto-injection de 500 μg/0,3 ml éga­le­ment avec 2 seringues pré­rem­plies de cette solution.

Par ailleurs, il com­prend d’autres ingré­dients (exci­pients) comme le chlo­rure de sodium, l’acide chlor­hy­drique, le méta­bi­sul­fite de sodium et le caou­tchouc naturel.

ANAPEN : Indications et contre-indications

ANAPEN est géné­ra­le­ment indi­qué pour le trai­te­ment d’urgence de la com­pli­ca­tion des aller­gies, l’anaphylaxie carac­té­ri­sée par le choc ana­phy­lac­tique. D’autre part, ce médi­ca­ment com­prend quelques contre-indications.

Indications

Les mani­fes­ta­tions néces­si­tant ANAPEN incluent l’urticaire et celles de l’œdème de Quincke, qui résultent des mêmes réac­tions aller­giques. De plus, les aller­gènes en cause sont :

  • Les sub­stances conte­nues dans cer­tains médicaments ;
  • Le latex ;
  • Les sérums et transfusions ;
  • Les sub­stances conte­nues dans les ali­ments ;
  • Les piqures d’insectes.

En prin­cipe, au cours d’une réac­tion de type aller­gique, la ten­sion arté­rielle peut chu­ter consi­dé­ra­ble­ment en pro­vo­quant chez les vic­times une dif­fi­cul­té à res­pi­rer. Cela peut s’accompagner du gon­fle­ment de la gorge, des bouf­fées de cha­leur, de la diar­rhée, des crampes d’estomac et d’une fai­blesse géné­ra­li­sée. Ce sont les signes typiques d’une aggra­va­tion des aller­gies. L’adrénaline ou épi­né­phrine ou encore ANAPEN agit dans l’organisme pour réduire ces symptômes.

Outre l’anaphylaxie, ANAPEN est pres­crip­tible à toutes les per­sonnes qui pré­sentent un bron­chos­pasme, un asthme bron­chique ou une asys­tole (forme d’arrêt car­diaque). En cas de sai­gne­ment des vais­seaux de la peau ain­si que des muqueuses, d’une hypo­ten­sion arté­rielle ou d’une hypo­gly­cé­mie, le pra­ti­cien peut pres­crire ANAPEN.

D’autre part, le dis­po­si­tif d’injection ANAPEN est uti­li­sé lors des inter­ven­tions chi­rur­gi­cales qui ont pour but de trai­ter la conjonc­ti­vite. Par exemple, on peut pro­cé­der à la dila­ta­tion des pupilles. Dans cer­tains cas par contre, l’ANAPEN agit effi­ca­ce­ment pour le trai­te­ment du glau­come pri­mi­tif à angle ouvert et du priapisme.

Contre-indications

ANAPEN est décon­seillé prin­ci­pa­le­ment en cas d’hypersensibilité au prin­cipe actif (adré­na­line) et aux exci­pients, notam­ment les sul­fites. En plus de cette hyper­sen­si­bi­li­té, ce médi­ca­ment peut être non recom­man­dé pour le trai­te­ment de la tachy­aryth­mie (irré­gu­la­ri­tés des bat­te­ments ou de l’hypertension arté­rielle. Aus­si, dans cer­tains cas de car­dio­pa­thie isché­mique et de fibril­la­tion ven­tri­cu­laire, on recom­mande d’utiliser ANAPEN avec pru­dence, voire de ne pas l’employer du tout.

ANAPEN : Grossesse et allaitement

ANAPEN

En ce qui concerne l’indication du dis­po­si­tif ANAPEN chez les femmes enceintes, l’incertitude per­siste. De fait, à ce jour, aucune étude n’a per­mis de confir­mer ou non son inno­cui­té. Tou­te­fois, on recom­mande de s’en ser­vir chez ces femmes seule­ment s’il ne pré­sente aucun risque pour le fœtus. Dans le même temps, le risque devrait l’emporter sur le béné­fice escomp­té chez la mère.

En effet, les experts estiment que la sub­stance active (adré­na­line) est sus­cep­tible de réduire de façon très signi­fi­ca­tive le flux du sang dans le pla­cen­ta. De plus, elle a plus de faci­li­té à pas­ser dans le lait de la mère. Alors, ANAPEN devrait être évi­té aus­si bien pen­dant la gros­sesse que pen­dant l’allaitement. Il vous revient au méde­cin de prendre les dis­po­si­tions nécessaires.

ANAPEN : effets positifs sur l’organisme

ANAPEN a plu­sieurs effets posi­tifs sur l’organisme. Entre autres, on peut citer :

  • Aug­men­ta­tion de la fré­quence et de la force des contrac­tions du cœur ;
  • Amé­lio­ra­tion de la conduc­tion auri­cu­lo-ven­tri­cu­laire (conduc­tion AV) ;
  • Aug­men­ta­tion de l’automatisme ;
  • Déclen­che­ment d’une vasoconstriction ;
  • Aug­men­ta­tion de la demande en oxygène ;
  • Aug­men­ta­tion de la pres­sion arté­rielle (pou­vant réduire le rythme cardiaque) ;
  • Dimi­nu­tion du tonus et de la motri­ci­té du trac­tus gas­tro-intes­ti­nal (qui pro­vo­quait des vomissements) ;
  • Déten­tion des muscles [muscles des bronches.

En dehors de ces effets, il sem­ble­rait que l’adrénaline aide dans la réduc­tion de la pres­sion intrao­cu­laire. De plus, elle déclenche une hyper­gly­cé­mie et aug­mente les concen­tra­tions d’acides gras libres (acides gras non esté­ri­fiés) dans le sang.

ANAPEN : posologie et mode d’administration

Il est très facile d’utiliser le dis­po­si­tif ANAPEN. La poso­lo­gie doit être rigou­reu­se­ment res­pec­tée afin d’éviter la com­pli­ca­tion des effets secon­daires éventuels.

Posologie

Pour admi­nis­trer la dose idéale d’ANAPIN, les pra­ti­ciens prennent en compte plu­sieurs fac­teurs. Ce sont :

  • Le poids corporel ;
  • Le risque de réac­tion aller­gique [sen­si­bi­li­sa­tion] ;
  • La capa­ci­té à tolé­rer le médicament.

Ain­si, sur la base de ces para­mètres, les enfants doivent rece­voir une dose de 0,3 mg lorsqu’ils ont un poids supé­rieur ou égal à 30 kg. Ceux dont le poids est com­pris entre 15 et 30 kg peuvent se voir admi­nis­trer une dose régu­lière de 0,15 mg. Pour ceux qui ont un poids infé­rieur 15 kg, le méde­cin peut pro­po­ser d’autres doses. Quant aux adultes, ils doivent s’injecter des doses régu­lières d’injection d’adrénaline de 0,3 mg bien que cela soit ajustable.

Mode d’administration

Le médi­ca­ment ANAPEN est injec­table dans la cuisse. En géné­ral, la vic­time se sert d’un dis­po­si­tif auto­ma­tique unique et spé­cial. On dit que ce der­nier res­semble le plus sou­vent à un sty­lo qu’on retire d’abord de l’emballage [car­ton]. Par la suite, il fau­dra l’activer en enle­vant son capu­chon de sécu­ri­té puis on pose la pointe sur la cuisse. On main­tient ain­si pen­dant quelques secondes seule­ment [10 secondes].

Le fait de pro­cé­der ain­si per­met éga­le­ment d’activer le pis­ton. Par la suite, une aiguille que com­prend le dis­po­si­tif est enfon­cée à l’intérieur du muscle de la cuisse. La dose d’adrénaline est ain­si injec­tée dans le corps. Après l’injection, il res­te­rait peut-être quelques gouttes de la solu­tion injec­table. La voie d’administration du médi­ca­ment ANAPEN est donc intramusculaire.

Précautions d’emploi

Après l’injection d’adrénaline dans les muscles de la cuisse, la vic­time doit immé­dia­te­ment consul­ter un méde­cin puisqu’il s’agit d’un trai­te­ment d’urgence. Ce der­nier per­met donc réduire la gra­vi­té des symp­tômes ain­si que les com­pli­ca­tions éven­tuelles, le temps que la per­sonne soit prise en charge.

Tou­te­fois, si elle ne voit pas ses symp­tômes réduire 10 minutes après la pre­mière dose d’ANAPEN, elle peut s’injecter de nou­veau la deuxième solu­tion conte­nue dans le second sty­lo. On rap­pelle qu’il est très impor­tant de se confor­mer à la poso­lo­gie pro­po­sée par le pra­ti­cien. En réa­li­té, outre les fac­teurs sus­men­tion­nés, le méde­cin peut consi­dé­rer d’autres élé­ments lors de l’indication de la poso­lo­gie. Il n’est donc pas pru­dent que la vic­time la modi­fie. Il en est de même pour le mode d’administration.

D’autre part, les cher­cheurs sont exi­geants quant à la mai­trise de l’emploi du dis­po­si­tif. Tous les pro­fes­sion­nels doivent de cette part apprendre à leurs patients l’utilisation de ce médi­ca­ment. En cas de doute ou d’oubli, ceux-ci doivent les consul­ter de nou­veau pour une nou­velle démonstration.

Concer­nant les condi­tions de conser­va­tion du dis­po­si­tif auto-injec­table ANAPEN, on peut dire que le sty­lo doit tou­jours être gar­dé dans son tube et sur­tout à une tem­pé­ra­ture ambiante. Cela lui per­met d’être pro­té­gé, donc bien conser­vé. Lorsque l’aspect de la solu­tion d’adrénaline injec­table change d’aspect [cou­leur et rési­dus de par­ti­cules], il est recom­man­dé de ne pas l’utiliser. Sauf si on obtient l’aval d’un pro­fes­sion­nel de san­té. De plus, ANAPEN doit être gar­dé hors de la por­tée des enfants.

Précautions pour l’environnement

Les médi­ca­ments comme ANAPEN ne doivent pas être jetés dans les eaux usées [toi­lettes ou évier]. En outre, on ne doit pas les jeter sur les ordures ména­gères, car ils contiennent des sub­stances nocives pour l’environnement et les occu­pants des mai­sons. Il serait donc sou­hai­table de prendre ren­dez-vous chez un méde­cin afin que celui-ci explique les pro­cé­dures d’évacuation les médi­ca­ments péri­més ou déjà utilisés.

ANAPEN : Effets indésirables

À l’instar de la majo­ri­té des médi­ca­ments dis­po­nibles sur le mar­ché, ANAPEN est sus­cep­tible de pro­vo­quer dans cer­taines cir­cons­tances quelques effets secon­daires. Ce sont des réac­tions indé­si­rables qu’on observe après la prise d’un médi­ca­ment, même à des doses thé­ra­peu­tiques. Dans le cas du dis­po­si­tif ANAPEN, on dis­tingue des effets fré­quents et peu fré­quents. Ils vont de légers à graves.

Effets fréquents

Les effets fré­quents s’observent chez 1 per­sonne sur 100. Ils incluent :

  • L’anxiété ;
  • La peur ;
  • Les ver­tiges ;
  • Les maux de tête ;
  • Les nau­sées ;
  • Les agi­ta­tions ;
  • Les trem­ble­ments ;
  • La pâleur ;
  • La ten­sion ;
  • La dif­fi­cul­té de mic­tion avec hyper­pla­sie prostatique ;
  • Les vomis­se­ments ;
  • La trans­pi­ra­tion excessive ;
  • Les bat­te­ments du cœur ;
  • La trans­pi­ra­tion ;
  • La fai­blesse généralisée.

Lorsqu’une vic­time res­sent l’un de ces symp­tômes, il est recom­man­dé de consul­ter un méde­cin. Bien qu’ils soient peut-être légers, ils peuvent pro­vo­quer des com­pli­ca­tions. Le spé­cia­lise sau­ra alors dans quelles mesures il pour­rait éta­blir un plan de soulagement.

Néan­moins, la vic­time peut cher­cher à mieux com­prendre son état ain­si que les avan­tages et incon­vé­nients de son médi­ca­ment. En outre, ces effets indé­si­rables sont si légers qu’ils peuvent dis­pa­raître avec le temps sans traitement.

Effets graves

Par ailleurs, il est encore plus néces­saire de se rendre aux urgences si les effets sui­vants apparaissent :

  • Des dou­leurs à la cage thoracique ;
  • Des infec­tions sur la zone de l’injection [gon­fle­ment, rou­geur, bru­lure ou zone sensible] ;
  • Des dif­fi­cul­tés à respirer ;
  • Une aug­men­ta­tion des bat­te­ments du cœur ou de la fré­quence cardiaque ;
  • Des signes avant-cou­reurs des AVC [acci­dents vas­cu­laires céré­braux] : dif­fi­cul­tés d’élocution, fai­blesse géné­rale, vision floue, étour­dis­se­ments, etc.] ;
  • Un rythme car­diaque non régulier ;
  • Des troubles du sys­tème ner­veux (troubles de mémoire, troubles de som­meil, paranoïa).

Il convient de rap­pe­ler que de nom­breuses per­sonnes pré­sentent des effets autres que ceux men­tion­nés. Par consé­quent, il fau­dra lire la notice du médi­ca­ment ANAPEN avant son uti­li­sa­tion. Ain­si, on peut s’y attendre.

ANAPEN : Surdosage

ANAPEN

Que faire en cas de sur­do­sage ? Quels sont les signes ? C’est la ques­tion que se posent en géné­ral les uti­li­sa­teurs. Il faut rete­nir que le sur­do­sage peut éga­le­ment pro­vo­quer des mani­fes­ta­tions en dépha­sage de l’action ini­tiale du médi­ca­ment. Si l’on injecte une dose éle­vée d’ANAPEN, alors on peut s’attendre à avoir :

  • Une ten­sion arté­rielle très éle­vée (hyper­ten­sion) ;
  • Une fibril­la­tion AV ;
  • Une aryth­mie cardiaque ;
  • Des bru­lures ;
  • Une tachy­car­die ;
  • Une hémor­ra­gie du cerveau ;
  • Un infarc­tus.

Par­fois, la mort peut sur­ve­nir. La meilleure des dis­po­si­tions à prendre est d’avertir un méde­cin. Il pour­rait alors inter­rompre l’administration et essayer de réduire la ten­sion par l’emploi des alphas blo­quants et des bêta­blo­quants (aryth­mie).

ANAPEN : Recommandations

Avant toute uti­li­sa­tion d’ANAPEN, il est sou­hai­table d’informer le pra­ti­cien des patho­lo­gies qu’on pré­sente habi­tuel­le­ment. En outre, il fau­dra l’informer de son état (gros­sesse ou allai­te­ment) et de tout autre trai­te­ment en cours. Voi­ci quelques recom­man­da­tions ou pré­cau­tions selon ces situations.

Cas d’une injection d’adrénaline accidentelle

Lorsque la vic­time s’injecte l’adrénaline (ANAPEN), ailleurs que dans la cuisse, elle devrait immé­dia­te­ment se rendre dans l’hôpital le plus proche. En réa­li­té, ce médi­ca­ment ne doit être admi­nis­tré que dans la cuisse.

Par ailleurs, l’adrénaline inhibe la sécré­tion d’insuline. Alors, lorsqu’elle est injec­tée à un enfant atteint de dia­bète, la dose d’insuline ou d’autres médi­ca­ments hypo­gly­cé­miants doit être augmentée.

Cas du diabète

Les per­sonnes dia­bé­tiques pour­raient voir leur taux de gly­cé­mie aug­men­ter tem­po­rai­re­ment après l’injection d’ANAPEN. Alors, elles doivent en par­ler à leur méde­cin. Ce der­nier se char­ge­ra de leur appor­ter la lumière sur la cor­ré­la­tion entre le dia­bète et la sub­stance active d’ANAPEN. Aus­si, il pour­ra déci­der de les suivre ou non. Dans tous les cas, il est néces­saire que le méde­cin soit au cou­rant de tous les détails. Si ces per­sonnes se rendent plu­tôt dans un centre de san­té d’urgence, elles doivent éga­le­ment infor­mer le pro­fes­sion­nel qui les prend en charge.

Cas de l’asthme et du glaucome

Les per­sonnes atteintes de l’asthme ont ten­dance à avoir des dif­fi­cul­tés de res­pi­ra­tions après l’injection de ce médi­ca­ment. Elles doivent éga­le­ment aver­tir les pro­fes­sion­nels de leur état.

Concer­nant les per­sonnes qui souffrent du glau­come, leurs symp­tômes habi­tuels peuvent s’aggraver après une injec­tion d’adrénaline. Pour pré­ser­ver leur vie, il s’avère très pri­mor­dial de par­ler au pra­ti­cien. Prin­ci­pa­le­ment, il fau­dra abor­der l’influence du glau­come sur l’administration d’ANAPEN ain­si que le sui­vi thérapeutique.

Cas des maladies cardiaques et de la maladie de Parkinson

L’anaphylaxie a des symp­tômes presque simi­laires à ceux des mala­dies car­diaques. D’une cer­taine façon ceux-ci peuvent s’aggraver en rai­son de l’injection d’adrénaline dans le corps. Après l’administration, les per­sonnes qui en sont atteintes doivent se rendre aux urgences comme énon­cé. Là-bas, elles infor­me­ront le per­son­nel médi­cal d’urgence afin que celui-ci décide mieux de la conduite à tenir.

Les per­sonnes atteintes de la mala­die de Par­kin­son peuvent éga­le­ment voir leurs symp­tômes se com­pli­quer après l’injection intra­mus­cu­laire d’ANAPEN. Comme dans les autres cas, c’est une urgence qui mérite d’être signalée.

Par ailleurs, les experts estiment que le meilleur moment pour injec­ter l’adrénaline est dès l’apparition d’un stri­dor, d’une res­pi­ra­tion sif­flante, d’un essouf­fle­ment ou de signes cli­niques de choc d’hypotension.

ANAPEN : Interactions

ANAPEN

L’adrénaline peut inter­agir avec plu­sieurs autres médi­ca­ments. Par exemple, elle inhibe presque l’action des anal­gé­siques et des som­ni­fères. Aus­si, lorsqu’elle est employée avec des gly­co­sides et des anti­dé­pres­seurs, elle pour­rait aug­men­ter les aryth­mies car­diaques.

En outre, l’adrénaline réduit l’efficacité de quelques classes d’antihypertenseurs et des diu­ré­tiques. Le patient trai­té doit alors aver­tir le méde­cin afin que celui-ci décide ou non d’interrompre le trai­te­ment d’ANAPEN ou de l’un des médi­ca­ments cités.

ANAPEN : formations pour son utilisation

Les patients et tout leur entou­rage doivent apprendre à recon­naitre les réac­tions aller­giques. Sur­tout, ils doivent savoir faire une injec­tion d’adrénaline. Cela revient à connaitre les dif­fé­rents com­po­sants du dis­po­si­tif ain­si que leur usage. Aujourd’hui, de nom­breux centres de recherches pro­posent des for­ma­tions en ce sens.

De leur côté, les pro­fes­sion­nels de san­té doivent éga­le­ment apprendre à se ser­vir des dis­po­si­tifs d’ANAPEN. Ils doivent pou­voir dis­tin­guer les signes avant-cou­reurs des chocs ana­phy­lac­tiques. Par consé­quent, ils devront être en mesure d’adopter les bonnes conduites à tenir. Les per­sonnes char­gées d’éduquer les patients doivent connaître tous les dis­po­si­tifs d’injection et être en mesure d’expliquer la bonne tech­nique à utiliser.

Les réac­tions aller­giques peuvent sur­ve­nir en dehors du domi­cile. Alors, il est néces­saire d’établir une bonne com­mu­ni­ca­tion entre l’école (cas des enfants) et les ser­vices de san­té. Cela va per­mettre de ras­su­rer tout le monde quant à l’efficacité du médi­ca­ment ain­si que la sur­vie des per­sonnes concernées.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...