HomeNon classéCANCER ET VIEILLISSEMENT LE PRIX D'UNE REVOLUTION EN 20 LIGNES

CANCER ET VIEILLISSEMENT LE PRIX D’UNE REVOLUTION EN 20 LIGNES

Publié le

spot_img

1996 – MAJ 2012 – 2016
Voir texte com­plet [Lire]

MAJ 2016
Can­cé­ri­sa­tion : La piste méta­bo­lique [Lire]
Can­cer et vieillis­se­ment : La piste met­for­mine [Lire]

Voir éga­le­ment les textes sur les télo­mé­rases [Lire]

La cel­lule euca­ryote est le résul­tat d’une sym­biose pro­ca­ryote anaé­ro­bie et une bac­té­rie aéro­bie (l’ac­tuelle mito­chon­drie) éner­gé­ti­que­ment plus effi­cace par oxy­da­tion com­plète du glu­cose dans le cycle de Krebs. Elle a per­mis la créa­tion des êtres mul­ti­cel­lu­laires. Le vieillis­se­ment et le can­cer sont les prix à payer
La trans­for­ma­tion can­cé­reuse d’une cel­lule euca­ryote cor­res­pond à la rup­ture de la sym­biose (pro­ca­ryote-mito­chon­drie) avec déré­pres­sion de gènes ances­traux mis en som­meil et de gènes foe­taux inhi­bés à la fin de l’embryogénèse. La cel­lule ain­si trans­for­mée rede­vient immor­telle ( télo­mé­rase active) avec « para­doxa­le­ment » un méta­bo­lisme éner­gé­tique moins favorable.(cf infra)

Le prix Nobel 2012 de Méde­cine attri­bué à
John Gur­don et Shi­nya Yamanaka

En effet, ces scien­ti­fiques ont prou­vé que les cel­lules adultes pou­vaient être repro­gram­mées pour rede­ve­nir plu­ri­po­tentes. Ceci « a chan­gé la manière dont nous com­pre­nons le déve­lop­pe­ment des cel­lules et de l’or­ga­nisme », a com­men­té le jury. Aupa­ra­vant, les cher­cheurs esti­maient qu’une fois les cel­lules deve­nues matures il était impos­sible qu’elles repassent à un stade non dif­fé­ren­cié. Ces tra­vaux ont per­mis de pro­gram­mer des cel­lules dif­fé­ren­ciées adultes pour qu’elles rede­viennent poly­va­lentes, ouvrant un poten­tiel infi­ni en thé­ra­pie cel­lu­laire. Elles rem­placent avan­ta­geu­se­ment les cel­lules souches embryon­naires, et éli­minent le risque de rejet. Mais il reste encore du che­min à par­cou­rir avant de s’as­su­rer de leur totale inno­cui­té : l’un des risques est celui d’une pro­li­fé­ra­tion cel­lu­laire anar­chique (càd can­cé­reuse ??).

 
  • La cel­lule euca­ryote actuelle ( càd avec noyau conte­nant le maté­riel géné­tique ) est une cel­lule sym­bio­tique appa­rue il ya des mil­lions d’an­nées. Sché­ma de synthèse
  • Pour le règne ani­mal, c’est une endo-sym­biose entre un orga­nite anaé­ro­bie ( sans noyau ) et une bac­té­rie aéro­bie ( l’ac­tuelle mito­chon­drie ). Le sys­tème est plus com­plexe ( avec for­ma­tion d’un noyau ) mais éner­gé­ti­que­ment plus effi­cace ( plus d’ATP par oxy­da­tion com­plète des nutriments ).
  • Pour la cel­lule végé­tale, même révo­lu­tion avec une cya­no­bac­té­rie pho­to­syn­thé­tique ( l’ac­tuel chloroplaste ).
  • La cel­lule euca­ryote repré­sente la brique néces­saire à l’ap­pa­ri­tion des orga­nismes mul­ti­cel­lu­laires avec une res­tric­tion de taille : la fin de l’im­mor­ta­li­té cel­lu­laire = vieillis­se­ment pro­gram­mé ( apop­tose – envi­ron 70 divi­sions ). Les télo­mères et la Télo­mé­rase paraissent direc­te­ment impli­qués dans ce phénomène..
  • La trans­for­ma­tion can­cé­reuse d’une cel­lule cor­res­pond à la rup­ture de cette sym­biose avec déré­pres­sion de gènes ances­traux mis en som­meil et de gènes foe­taux inhi­bés à la fin de l’embryogénèse. La cel­lule ain­si trans­for­mée rede­vient immor­telle ( télo­mé­rase active )


    Source Can­cer : les méca­nismes bio­lo­giques [Lire]
    (Gré­go­ry Séga­la – futura-sciences.com)

     Can­cé­ri­sa­tion : La piste méta­bo­lique [Lire] (2016)

  • Si le can­cer est une faillite au niveau du mul­ti­cel­lu­laire, pour la cel­lule trans­for­mée c’est une pers­pec­tive bio­lo­gique de sur­vie. La recherche des onco­gènes, pro-onco­gènes, etc… nous semble être une vue  » tar­dive  » de la cancérisation.
  • C’est plus pro­ba­ble­ment dans une meilleure connais­sance de l’é­qui­libre endo-sym­bo­tique que se trouvent les réponses au fléau du can­cer. Nous esti­mons que les contri­bu­tions des bac­té­rio­lo­gistes ( en par­ti­cu­lier les archéo-bac­té­rio­lo­gistes ) sont sous exploitées.
    Une connais­sance com­pa­ra­tive des bio­lo­gies molé­cu­laires bac­té­ries – archéo­bac­té­ries – cel­lules can­cé­reuses – cel­lules nor­males don­ne­ra la clé du trai­te­ment et sur­tout de la pré­ven­tion active de la trans­for­ma­tion cancéreuse.

    Can­cer et mito­chon­dries : le lien se confirme
    RTFlash n°671 12 octobre 2012

    Des cher­cheurs japo­nais diri­gés par le pro­fes­seur Tat­su­shi Iga­ki, de l’U­ni­ver­si­té de Kobe, viennent d’é­lu­ci­der un méca­nisme cel­lu­laire fon­da­men­tal qui trans­forme les tumeurs bénignes en tumeurs malignes.

    Les scien­ti­fiques japo­nais ont tra­vaillé sur des mouches dro­so­philes, le modèle le plus uti­li­sé en géné­tique. Dans un pre­mier temps, ils ont cher­ché à déclen­cher la for­ma­tion de tumeurs bénignes en aug­men­tant l’ac­ti­vi­té trans­crip­tion­nelle du gène onco­gène RAS.

    Dans un deuxième temps, les cher­cheurs ont pro­vo­qué des muta­tions et tran­ferts de gènes à l’in­té­rieur de la tumeur, dans les mito­chon­dries qui sont les « cen­trales éner­gé­tiques » de la cel­lule. Ils ont alors obser­vé, outre une dimi­nu­tion du ren­de­ment des mito­chon­dries, que des chan­ge­ments se pro­dui­saient, non dans la tumeur elle-même, mais dans les cel­lules avoi­si­nantes qui sont deve­nues malignes.

    Les cher­cheurs ont alors pu mon­trer que la baisse de l’ac­ti­vi­té mito­chon­driale asso­ciée à l’ac­ti­va­tion du gène RAS pro­voque un stress cel­lu­laire qui se trans­met aux cel­lules voi­sines par la pro­duc­tion de cyto­kines inflam­ma­toires et de fac­teurs de crois­sance. Sous l’ef­fet de ces méca­nismes, les cel­lules péri­phé­riques se trans­forment alors en cel­lules cancéreuses.

    « Si nous trou­vons le moyen de blo­quer effi­ca­ce­ment ce pro­ces­sus en cas­cade, nous pour­rons empê­cher que des tumeurs bénignes ne se trans­forment en can­cers », sou­ligne le Pro­fes­seur Igaki

    Article rédi­gé par Mark FURNESS pour RTFlash

    Escu­lape
    La baisse de l’ac­ti­vi­té mito­chon­driale est le résul­tat de la rup­ture de la sym­biose. Les mito­chon­dries cou­pées des sol­li­ci­ta­tions éner­gé­tiques de la cel­lule, dimi­nuent natu­rel­le­ment leur pro­duc­tion éner­gé­tique à leur seul béné­fice. La cel­lule ain­si cou­pée des mito­chon­dries n’ar­rivent plus à uti­li­ser l’oxy­gène et subit donc bien un « stress oxy­da­tif » .… qui d’a­près cette étude serait tran­mis aux cel­lules voi­sines qui se trans­forment en cel­lules can­cé­reuses (tou­jours par rup­ture de la symbiose)

    ==================================

    Voir mise à jour 10/1999 : VIEILLISSEMENT La mito­chon­drie en accusation

 

Pour en savoir plus, un  » pavé de 1200 pages  » fan­tas­tique pour ama­teur un peu maso

BIOLOGIE MOLECULAIRE DE LA CELLULE
Bruce Alberts – Den­nis Bray – Julian Lewis – Mar­tin Raff – Keith Roberts – James D.Watson

Col­lec­tion : Méde­cine-Sciences. Flammarion.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...