HomeSantéAnatomie des muscles fessiers : présentation, pathologies et traitement

Anatomie des muscles fessiers : présentation, pathologies et traitement

Publié le

spot_img

Consti­tuées du muscle le plus volu­mi­neux et le plus puis­sant du corps humain, les fesses sont situées à l’arrière des hanches entre la racine des membres infé­rieurs et le tronc. Les muscles fes­siers jouent un rôle impor­tant dans la loco­mo­tion et l’équi­libre des individus.

Bien que n’étant pas par­ti­cu­liè­re­ment sen­sibles, les muscles fes­siers sont expo­sés à un nombre consé­quent de patho­lo­gies. Cela peut avoir des effets néfastes d’ampleurs consi­dé­rables sur l’individu concer­né. Décou­vrez l’ensemble des muscles fes­siers, leurs patho­lo­gies et les trai­te­ments possibles.

Présentation de l’anatomie des muscles fessiers

Les fesses sont com­po­sées de plu­sieurs muscles. Encore appe­lés muscles glu­téaux, ils sont de manière syner­gique res­pon­sable de la sta­bi­li­sa­tion du bas­sin et des mou­ve­ments effec­tués par la cuisse.

Il s’agit prin­ci­pa­le­ment du muscle grand fes­sier, du muscle moyen fes­sier et du muscle petit fes­sier.

Le muscle grand fessier

Com­mu­né­ment appe­lé grand glu­téal de nos jours, le grand fes­sier se retrouve sur la par­tie pos­té­rieure des fesses. C’est un muscle assez large, épais et dont la forme est celle d’un qua­dri­la­tère.

C’est lui qui, grâce à son expan­sion, donne aux fesses un aspect bom­bé. Ce muscle qui est par ailleurs le plus super­fi­ciel des muscles fes­siers est consti­tué de 2 fais­ceaux qui recouvrent les autres muscles glu­téaux. Il s’agit d’un fais­ceau super­fi­ciel et d’un autre dit profond.

Le fais­ceau dit pro­fond est situé dans la par­tie pos­té­rieure de la fosse iliaque externe du liga­ment sacros­cia­tique. Il va jusqu’au bord laté­ral du sacrum, et prend fin au niveau de la face laté­rale du fémur.

Concer­nant le fais­ceau super­fi­ciel, il s’insère sur le pos­té­rieur de la crête iliaque et au niveau de la crête sacrée et se ter­mine sur l’aponévrose du moyen fessier.

Le grand fes­sier exerce sur le corps 3 prin­ci­pales actions.

  • Sta­bi­li­sa­tion du bassin ;
  • Exten­sion de la cuisse sur le bassin ;
  • Rota­tion laté­rale de la cuisse.

Par ailleurs, il existe de nom­breux exer­cices pour mus­cler son grand fes­sier et ampli­fier les effets ci-dessus.

Le muscle moyen fessier

Le plus sou­vent dési­gné par moyen glu­téal de nos jours, le muscle moyen fes­sier est assez large, épais et de forme tri­an­gu­laire. Assez mus­clé, il se retrouve sur la face externe du bas­sin et confère aux fesses leur ron­deur et leur galbe. Consi­dé­ré comme le muscle super­fi­ciel de la hanche, il va jusqu’au grand tro­chan­ter en par­tant de la fosse iliaque externe.

Ce muscle recouvre le petit fes­sier et assure la liai­son entre les muscles dor­saux et le bas­sin et sa par­tie anté­rieure est recou­verte de ten­seurs du fas­cia lata. Son action sur le corps humain porte pré­ci­sé­ment sur :

  • Rota­tion interne de la cuisse (fais­ceaux antérieurs) ;
  • Sta­bi­li­sa­teur laté­ral du bas­sin : par exemple lors de l’appui sur un pied ;
  • Abduc­tion de la cuisse sur le bassin ;
  • Rota­tion externe de la cuisse (fais­ceaux postérieurs).

C’est donc un élé­ment très impor­tant qui vient com­plé­ter et amé­lio­rer les fonc­tion­na­li­tés du grand glutéal.

Le muscle petit fessier

Le muscle petit fes­sier ou petit glu­téal est un muscle tout aus­si épais que les 2 pré­cé­dents. Apla­ti et tri­an­gu­laire, on le retrouve au niveau de la face externe du bas­sin recou­vert prin­ci­pa­le­ment par le moyen glu­téal et le ten­seur du fas­cia lata.

Le petit fes­sier va de la fosse iliaque externe au grand tro­chan­ter. Son action se fait en syner­gie avec le muscle moyen fes­sier. Plus pré­ci­sé­ment, il ren­force le tra­vail des fais­ceaux anté­rieurs de ce der­nier par :

  • L’abduction de la cuisse sur le bassin ;
  • La rota­tion interne de la cuisse ;
  • Le léger flé­chis­seur de la hanche.

Ain­si, on remarque que les muscles fes­siers agissent dans une excel­lente coor­di­na­tion pour rem­plir effi­ca­ce­ment leur rôle.

Le muscle piriforme

Ancien­ne­ment dénom­mé muscle pyra­mi­dal du bas­sin, le muscle piri­forme est étroit de forme tri­an­gu­laire et logé en pro­fon­deur. Il s’étend du sacrum au grand tro­chan­ter. D’un point de vue fonc­tion­nel, ce muscle est rota­teur externe lorsque la cuisse est ten­due et adduc­teur pour une cuisse fléchie.

Le muscle obturateur interne

Le muscle obtu­ra­teur interne est logé en des­sous du piri­forme. Son appel­la­tion vient du fait que son inser­tion supé­rieure fait office de péri­mètre interne à un trou de l’os coxal ou trou obtu­ra­teur. Son extré­mi­té est faite d’un ten­don dans la fosse digi­tale sur la face interne du grand trochanter.

À l’image du muscle piri­forme, l’obturateur interne est rota­teur externe pour la cuisse ten­due et abduc­teur de la cuisse fléchie.

Les jumeaux supérieurs et inférieurs

Les jumeaux sont loca­li­sés sous le piri­forme tout en recou­vrant les fibres mus­cu­laires de l’obturateur interne. Le jumeau supé­rieur s’insère sur le côté externe de l’épine scia­tique tan­dis que le jumeau infé­rieur s’insère dans l’échancrure scia­tique tout près de la tubé­ro­si­té ischiatique.

En plus d’avoir les mêmes actions que le piri­forme et l’obturateur interne, ces muscles per­mettent de gar­der la tête du fémur dans la fosse coty­loïde de l’os coxal. Cela accroit la sta­bi­li­té de la hanche.

Le carré fémoral

Le car­ré fémo­ral ou car­ré cru­ral est un muscle court, ayant un aspect plat et rec­tan­gu­laire. Il se loge en des­sous de l’obturateur interne et des jumeaux.

Ses fibres mus­cu­laires prennent fin sur la par­tie basse de la ligne inter­tro­chan­té­rienne pos­té­rieure du fémur. Ce muscle est rota­teur de la cuisse et sta­bi­lise la tête fémo­rale dans l’articulation de la hanche.

Le muscle ilio-psoas

Encore appe­lé muscle psoas-iliaque, l’ilio-psoas est un muscle très puis­sant dont le rôle est de flé­chir la hanche. C’est géné­ra­le­ment ce muscle qu’on met à l’épreuve lorsqu’on fait des abdos. Il s’insère dans la face interne du fémur et rem­plit la cavi­té iliaque d’où il prend son origine.

Diagnostic des pathologies du muscle fessier

Le diag­nos­tic d’une patho­lo­gie du muscle glu­téal fait appelle à une vaste pano­plie de méthodes le plus sou­vent com­plé­men­taires les unes aux autres et résu­mées dans le tableau ci-dessous.

 

Méthode d’examen Objec­tif de l’examen
Ins­pec­tion visuelle

Pal­pa­tion du tis­su musculaire

 Diag­nos­tic manuel

Tests bio­mé­ca­niques

Déter­mi­ner la spé­ci­fi­ci­té, l’intensité, nature, durée, dépen­dance à la pos­ture, etc. de la douleur ;

Déter­mi­ner le tonus mus­cu­laire des fesses et du bas du dos ;

Exa­mi­ner l’activité motrice et la sensibilité ;

Cla­ri­fier la zone d’endommagement musculaire.

Radio­gra­phie Iden­ti­fier les bles­sures pos­sibles de la colonne vertébrale ;

Déter­mi­ner le dépla­ce­ment des disques inter­ver­té­braux ou des vertèbres ;

Déter­mi­ner de pos­sibles ano­ma­lies ana­to­miques congé­ni­tales dans la struc­ture de la colonne ver­té­brale, du bas­sin, etc. ;

Exclu­sion ou confir­ma­tion d’un pro­ces­sus tumo­ral dans la colonne vertébrale ;

Détec­tion de l’ostéoporose, ostéo­chon­drose, etc.

Tomo­gra­phie informatisée La tomo­den­si­to­mé­trie pose des pro­blèmes de radio­gra­phie simi­laires, mais avec un résul­tat visuel plus détaillé (sec­tions trans­ver­sales et tri­di­men­sion­nelles de la colonne vertébrale).
IRM (ima­ge­rie par réso­nance magnétique) Il per­met de révé­ler des vio­la­tions dans les tis­sus mous entou­rant la colonne ver­té­brale, les articulations.
Scin­ti­gra­phie de contraste iso­to­pique Détecte les méta­stases, les abcès, l’ostéomyélite, les arcs non vertébraux.
UAC, ana­lyse d’urine Pour exclure ou confir­mer le pro­ces­sus inflam­ma­toire, les rhumatismes
ENMG (élec­tro­neu­ro­myo­gra­phie) Déter­mine le tonus mus­cu­laire, l’innervation alté­rée dans le syn­drome de compression
Écho­gra­phie de l’articulation de la hanche, ponction Nom­mé stric­te­ment selon les indi­ca­tions pour le pro­ces­sus tumoral

En confor­mi­té avec le tableau ci-des­sus, un diag­nos­tic stan­dard d’une dou­leur dans le muscle fes­sier s’effectue dans l’ordre suivant :

  • Dis­cu­ter avec le patient pour le recueil d’informations ;
  • Réa­li­ser l’inspection visuelle ;
  • Pal­per le tis­su mus­cu­laire et effec­tuer le diag­nos­tic manuel ;
  • Déter­mi­ner le volume de mou­ve­ments actifs et passifs ;
  • Effec­tuer des tests bio­mé­ca­niques, des tests mus­cu­laires et des tests phy­siques (test de Tren­de­len­burg, test de Tho­mas, etc.) ;
  • Appli­quer la tech­nique de sta­bi­lo­mé­trie : c’est la déter­mi­na­tion du rap­port de contrac­tions mus­cu­laires réflexes toniques et cloniques ;
  • Ins­pec­ter les zones en marge des fesses ;
  • Effec­tuer la radiographie ;
  • Pas­ser une électromyographie.

Ces méthodes sont mises en œuvre de manière suc­ces­sive et ne sont géné­ra­le­ment pas toutes uti­li­sées. En fait, plus une dou­leur est intense ou com­plexe à pré­ci­ser, plus le diag­nos­tic est approfondi.

Quelques pathologies des muscles fessiers et leurs traitements

muscles fessiers - pathologies

Il existe de mul­tiples patho­lo­gies sus­cep­tibles d’entraver le bon fonc­tion­ne­ment des muscles glutéaux.

Sciatique

La scia­tique est une irri­ta­tion du membre infé­rieur situé sur le tra­jet du nerf scia­tique. Le nerf scia­tique est le plus impo­sant et le plus long nerf de l’organisme. Il assure simul­ta­né­ment la sen­si­bi­li­té d’une par­tie du membre infé­rieur, et d’une par­tie de ses mouvements.

On dit qu’il est sen­si­tif et moteur. Cette patho­lo­gie se mani­feste par une dou­leur dans la fesse et la cuisse et peut s’étendre au pied en fonc­tion notam­ment de la gravité.

En cas de scia­tique diag­nos­ti­quée, les méde­cins font géné­ra­le­ment recours aux trai­te­ments comme à base des médi­ca­ments anti­dou­leurs, des séances de kiné­si­thé­ra­pie, les éti­re­ments thé­ra­peu­tiques, le repos mus­cu­laire et l’immobilisation de la colonne ver­té­brale, etc.

Cellulalgie

Avec des symp­tômes assez proches de ceux de la scia­tique, la cel­lu­lal­gie se carac­té­rise par des dou­leurs dans la fesse dues à la pré­sence de nodules dou­lou­reux à l’intérieur des muscles. Ces nodules sont en géné­ral situés au voi­si­nage du nerf scia­tique, et il n’est pas rare que ces 2 patho­lo­gies atteignent un indi­vi­du au même moment.

Le trai­te­ment de la cel­lu­lal­gie fait en géné­ral appel au trai­te­ment mani­pu­la­tif de la jonc­tion dor­so­lom­baire. On y asso­cie pour plus d’efficacité un trai­te­ment local des zones de cel­lu­lal­gie avant de com­plé­ter avec une réédu­ca­tion dor­so­lom­bo abdo­mi­nale et une cor­rec­tion des gestes sportifs.

Tendinite

La ten­di­nite ou ten­di­no­pa­thie est une irri­ta­tion des ten­dons des muscles fes­siers. Ce sont des affec­tions dou­lou­reuses des ten­dons. Les ten­dons sont des struc­tures fibreuses res­pon­sables notam­ment de la liai­son des muscles aux os.

Cette patho­lo­gie touche plus pré­ci­sé­ment le moyen glu­téal et entraine des dou­leurs dans la fesse. Ces dou­leurs peuvent très vite deve­nir intenses au point d’empêcher cer­tains gestes de la vie quotidienne.

Pour venir à bout de cette affec­tion, on peut notam­ment avoir recours à la kiné­si­thé­ra­pie comme dans le cas de la scia­tique. Elle consiste pré­ci­sé­ment à réa­li­ser des mas­sages trans­verses et pro­fonds en fai­sant en plus appel à des tech­niques de phy­sio­thé­ra­pie ou d’autres à l’instar de la tecar­thé­ra­pie. On peut par ailleurs faire appel au trai­te­ment médi­cal basé prin­ci­pa­le­ment sur l’administration du cor­ti­sol au niveau de la zone enflammée.

Le der­nier type de trai­te­ments fait davan­tage office de sou­la­ge­ment ou de cal­mant. Il s’agit des éti­re­ments appro­priés de la zone affec­tée. Ain­si, ces éti­re­ments ne peuvent en aucun cas se sub­sti­tuer à l’un des 2 trai­te­ments pré­cé­dents. Dans le meilleur des cas, ils viennent en complément.

Furoncle

Le furoncle est une infec­tion qui se mani­feste par la pré­sence d’un abcès cuta­né. Elle est pro­vo­quée par un sta­phy­lo­coque et a lieu au niveau de la base d’un poil. L’action de la bac­té­rie va à son tour impli­quer un fol­li­cule pileux et les tis­sus envi­ron­nants. Ain­si, les zones assez poi­lues connais­sant des frot­te­ments fré­quents à l’instar des fesses, de la barbe, ais­selles, dos, etc. sont les plus affectés.

Pour s’en défaire, le méde­cin trai­tant recom­mande fré­quem­ment un trai­te­ment local qui à terme fait dis­pa­raitre l’affection. Un trai­te­ment anti­bio­tique par voie orale est la clé lorsqu’il s’agit d’une furon­cu­lose ou de furoncle situé sur une par­tie du visage.

Cellulite

Éga­le­ment dési­gnée par lipo­dy­stro­phie, ou peau d’orange dans le jar­gon fami­lial, la cel­lu­lite est due à la modi­fi­ca­tion de struc­ture des tis­sus adi­peux qu’on retrouve sous la peau. De façon spé­ci­fique, elle tra­duit la pré­sence d’un dépôt de graisse sous la peau au niveau des adi­po­cytes, cel­lules spé­cia­li­sées dans le sto­ckage des lipides.

Tou­chant essen­tiel­le­ment les femmes pour des rai­sons mor­pho­lo­giques notam­ment, la cel­lu­lite s’observe sur­tout à l’arrière des cuisses et sur les fesses. Elle confère à la peau un aspect par­se­mé de petites bosses qu’on qua­li­fie de capitons.

La cel­lu­lite a comme prin­ci­pal trai­te­ment la lipo­suc­cion. C’est une tech­nique de chi­rur­gie esthé­tique qui consiste à aspi­rer de la graisse logée en des­sous de la peau du patient en uti­li­sant des canules. Cepen­dant, ce trai­te­ment ne concerne pas tout le corps, mais, seuls cer­tains types de graisses, à l’exemple de celles situées au niveau des hanches, des cuisses et des fesses [encore appe­lée culotte de cheval].

Érythème fessier [fesses rouges]

L’éry­thème fes­sier est une inflam­ma­tion de la peau au niveau des fesses. Affec­tant essen­tiel­le­ment des bébés, elle se mani­feste par la pré­sence des rou­geurs sèches ou suin­tantes accom­pa­gnées de petits bou­tons ou non.

La prin­ci­pale cause en est le frot­te­ment avec la couche et la macé­ra­tion avec les selles et l’urine. C’est une affec­tion cou­ram­ment obser­vée chez les nour­ris­sons, sur­tout lorsque ce der­nier acquière la posi­tion assise, soit lorsqu’il atteint entre 6 et 12 mois.

Elle est très sen­sible au trai­te­ment, ce qui per­met d’éviter une sur­in­fec­tion par un cham­pi­gnon. Concer­nant le trai­te­ment, il faut déjà noter que cette patho­lo­gie est faci­le­ment évi­table chez votre bébé.

Il suf­fit en réa­li­té de chan­ger constam­ment votre enfant afin de le tenir à sec, d’éviter de lui faire por­ter des vête­ments trop ser­rés et net­toyer conve­na­ble­ment ses fesses sur­tout sans pro­duit agressif.

Escarres

Les escarres sont des lésions de la peau, sus­ci­tée par une pres­sion récur­rente sur un point d’appui notam­ment : les fesses, les coudes, etc. Ce type d’affection touche par­ti­cu­liè­re­ment les per­sonnes dans un fau­teuil rou­lant et celles ali­tées pou­vant dif­fi­ci­le­ment chan­ger de position.

Une telle situa­tion induit la com­pres­sion de la peau entre le sup­port d’appui et l’os, ce qui tend à apla­tir les vais­seaux san­guins. La consé­quence immé­diate est l’arrêt de la cir­cu­la­tion san­guine au niveau des tis­sus affec­tés. Ces der­niers finissent par mou­rir et se nécroser.

En géné­ral, lorsque les rou­geurs de la peau appa­raissent en sur­face [pre­mier signe visible d’une escarre], les muscles et les os sont déjà atteints par la mala­die. Les escarres sont l’une des patho­lo­gies des muscles fes­siers les plus répandus.

Selon de nom­breux méde­cins, la pré­ven­tion demeure la meilleure stra­té­gie de lutte contre cette patho­lo­gie. Elle repose notam­ment sur le repo­si­tion­ne­ment fré­quent des per­sonnes ali­tées, l’hygiène et les soins cuta­nés méti­cu­leux et le main­tien constant du mouvement.

Le trai­te­ment cura­tif à pro­pre­ment par­ler repose sur :

  • Réduc­tion de la pression ;
  • Contrôle de la douleur ;
  • Net­toyage et pan­sage des plaies ;
  • Bonne nutri­tion ;
  • Contrôle de l’infection ;
  • Éven­tuel­le­ment chirurgie.

Il faut mettre un accent par­ti­cu­lier sur la pré­ven­tion de cette mala­die, car sa pré­ven­tion est très effi­cace et s’avère beau­coup moins dif­fi­cile que son traitement.

Quelques exercices pour renforcer les muscles glutéaux

Quelques exer­cices sont excel­lents pour la pré­ven­tion de cer­taines patho­lo­gies des muscles fes­siers. Il en existe une mul­ti­tude appro­priée pour le déve­lop­pe­ment des muscles glutéaux.

En effet, avec ces exer­cices, il est pos­sible de ren­for­cer de manière ciblée son pos­té­rieur afin d’obtenir des muscles fes­siers plus résis­tants. D’autres exer­cices ont une action géné­rale sur l’ensemble des muscles glu­téaux et offrent de nom­breux effets bénéfiques.

Le squat

Exer­cice assez com­plet, le squat est prin­ci­pa­le­ment connu pour son excellent apport sur la mus­cu­la­tion des fesses. Ses effets s’étendent éga­le­ment au ren­for­ce­ment des cuisses. C’est donc un exer­cice de base en déve­lop­pe­ment mus­cu­laire qui s’avère effi­cace même lorsqu’il est réa­li­sé au simple poids du corps.

Les fentes

À l’instar du squat, le mou­ve­ment de la fente ren­force simul­ta­né­ment les cuisses et les muscles fes­siers. Sa par­ti­cu­la­ri­té et son prin­ci­pal avan­tage sont de sol­li­ci­ter de manière indé­pen­dante chaque jambe au cours de l’application.

Le soulevé de terre

Plus tech­nique que les deux pré­cé­dents, le sou­le­vé de terre encore appe­lé dead­lift est un exer­cice qui couvre une grande par­tie des muscles du corps. Il sol­li­cite notam­ment les muscles fes­siers, les ischio­jam­biers et les muscles dorsaux.

Les exer­cices pour ren­for­cer ses muscles glu­téaux sont mul­tiples et faciles à pra­ti­quer pour la plu­part. Il est par­ti­cu­liè­re­ment impor­tant d’effectuer de tels exer­cices en vue d’un ren­for­ce­ment mus­cu­laire du fes­sier. Cela dimi­nue consi­dé­ra­ble­ment le risque de sur­ve­nance de cer­taines patho­lo­gies des muscles fessiers.

Derniers articles

La question de la qualité nutritionnelle des repas en résidence senior

Le bien-être de nos parents et grands-parents est une préoccupation constante, surtout lorsque l'âge...

Prophylaxie médicale : tout savoir sur les masques FFP

Depuis la pandémie de la Covid-19, l’utilisation des masques respiratoires s’est largement répandue dans...

Comment booster la présence de collagène dans votre organisme ?

Le collagène est un composant bien connu dans le monde du cosmétique. Au-delà de...

8 aliments à consommer pour réduire la graisse abdominale

Saviez-vous que notre santé est largement influencée par nos choix alimentaires au quotidien ?...

Pour aller plus loin

La question de la qualité nutritionnelle des repas en résidence senior

Le bien-être de nos parents et grands-parents est une préoccupation constante, surtout lorsque l'âge...

Prophylaxie médicale : tout savoir sur les masques FFP

Depuis la pandémie de la Covid-19, l’utilisation des masques respiratoires s’est largement répandue dans...

Comment booster la présence de collagène dans votre organisme ?

Le collagène est un composant bien connu dans le monde du cosmétique. Au-delà de...