HomeSantéÉpaule douloureuse : causes, symptômes et traitements

Épaule douloureuse : causes, symptômes et traitements

Publié le

spot_img

Les épaules sont les muscles du corps les plus sol­li­ci­tés quo­ti­dien­ne­ment. Elles servent à pra­ti­que­ment tous les gestes, comme por­ter un sac à dos, enfi­ler une tenue, attra­per des choses en hau­teur, etc. Cepen­dant, les pra­tiques quo­ti­diennes peuvent par­fois mettre l’épaule à rude épreuve. C’est ce qui est à la base du malaise de l’épaule dou­lou­reuse. Qu’est-ce que l’épaule dou­lou­reuse ? Quels sont les causes et les symp­tômes de cette dou­leur ? Quels trai­te­ments uti­li­ser pour apai­ser l’épaule douloureuse ?

L’épaule douloureuse : qu’est-ce que c’est ?

Avant de ren­trer dans le vif du sujet, il est indis­pen­sable de pré­sen­ter briè­ve­ment cette par­tie du corps humain. Pour infor­ma­tion, l’épaule est une par­tie incon­tour­nable du corps humain. Tous les mou­ve­ments que nous fai­sons passent géné­ra­le­ment par cette par­tie du corps. En effet, l’articulation de l’épaule per­met de réa­li­ser de nom­breux mou­ve­ments tels que l’élévation, la rota­tion, l’adduction, l’abduction. Cette par­tie du corps est com­po­sée de :

  • Liga­ments ;
  • Os ;
  • Ten­dons.

Les os sont atta­chés par des liga­ments, qui contri­buent à main­te­nir l’articulation. Plu­sieurs muscles par­ti­cipent aux mou­ve­ments de l’épaule. Mais lorsque les efforts dépassent la force des épaules, cela peut cau­ser des dou­leurs. On parle alors d’épaule dou­lou­reuse ou de dou­leurs à l’épaule.

L’épaule dou­lou­reuse est donc la pré­sence de malaises aux épaules suite à des acti­vi­tés ou mou­ve­ments. Le mal de l’épaule peut avoir plu­sieurs origines.

Quelles sont les causes d’une épaule douloureuse ?

L’épaule est une arti­cu­la­tion très com­plexe du corps. Compte tenu de cette com­plexi­té, les causes des dou­leurs à l’épaule peuvent varier. Les dou­leurs peuvent notam­ment avoir des ori­gines ten­di­neuse, osseuse ou articulaire.

Dans la majo­ri­té des cas, une épaule dou­lou­reuse est due à une ten­di­nite de l’épaule. Par défi­ni­tion, la ten­di­nite de l’épaule est une inflam­ma­tion des ten­dons des muscles qui favo­risent sa mobilité.

De plus, la mala­die peut être liée à des patho­lo­gies comme les cal­ci­fi­ca­tions ou les bur­sites. Aus­si il faut savoir que l’épaule dou­lou­reuse est par­fois liée à des causes trau­ma­tiques comme les déchi­rures, les entorses, les frac­tures de l’humérus, de la cla­vi­cule ou de l’omoplate. Cer­taines études ont éga­le­ment prou­vé que cette mala­die est cau­sée par des troubles inflammatoires.

Tou­te­fois, les dou­leurs à l’épaule peuvent aus­si sur­ve­nir suite à :

  • Une mala­die neurologique ;
  • Une mala­die infectieuse ;
  • Un pro­blème pul­mo­naire ou cardiaque.

On com­prend donc que les causes sont nom­breuses. Cela dit, si vous sen­tez une cer­taine dou­leur au niveau de cette arti­cu­la­tion, n’hésitez pas à contac­ter votre médecin.

Épaule douloureuse : quels sont les symptômes ?

Les symp­tômes de l’épaule dou­lou­reuse sont nom­breux. Il s’agit notamment :

  • De dou­leurs variables dans l’épaule, qui sur­viennent au repos ou après une intense activité ;
  • Une rai­deur de l’épaule ;
  • Un œdème ou une enflure ;
  • Une dou­leur irra­diant dans le bras et allant jusqu’à la main, dans la poi­trine ou le dos.

On peut aus­si rele­ver les symp­tômes comme les sen­sa­tions de cra­que­ment dans l’épaule, la perte ou la dimi­nu­tion de la mobi­li­té de cette arti­cu­la­tion du corps.

Les dou­leurs à l’épaule ont des impacts sur les gestes du quo­ti­dien. De ce fait, elles peuvent s’avérer han­di­ca­pantes, ce qui demande une prise en charge rapide. Pour cela, l’idéal est de se rendre chez le pro­fes­sion­nel de san­té pour le diagnostic.

Comment diagnostiquer de l’épaule douloureuse ?

Le trai­te­ment d’une épaule dou­lou­reuse se fait en fonc­tion de sa cause. Cela dit, en rai­son de la mul­ti­pli­ci­té des ori­gines de cette mala­die, le diag­nos­tic peut être com­pli­qué. Il s’agira dans un pre­mier temps pour le méde­cin de détec­ter si la dou­leur est rela­tive à l’épaule ou à un autre pro­blème. Pour ce faire, il sou­met­tra le patient à un inter­ro­ga­toire pré­cis pour répondre aux ques­tions de son hypo­thèse. Les ques­tions sont habi­tuel­le­ment rela­tives aux anté­cé­dents du patient, à son métier et aux der­nières acti­vi­tés réa­li­sées. Les résul­tats per­met­tront donc d’estimer la nature réelle de la douleur.

De sur­croit, le pro­fes­sion­nel de san­té peut recou­rir à des tests mus­cu­laires pour détec­ter le muscle du ten­don res­pon­sable de la dou­leur. Lorsque la dou­leur ne semble pas être liée à des causes mus­cos­que­let­tiques, le méde­cin peut mener des exa­mens plus pous­sés. Le plus sou­vent, ce sont les écho­gra­phies qui per­mettent de diag­nos­ti­quer si les symp­tômes de l’épaule dou­lou­reuse sont rela­tifs à un pro­blème neu­ro­lo­gique, diges­tif, car­dio­vas­cu­laire ou pulmonaire.

Comment traiter l’épaule douloureuse ?

Une fois que le diag­nos­tic est éta­bli par le pro­fes­sion­nel de san­té, il est main­te­nant pos­sible de trai­ter la mala­die. En réa­li­té, lorsque le pro­blème pro­vient réel­le­ment de l’épaule, le méde­cin peut pres­crire des antal­giques comme le para­cé­ta­mol ou des anti-inflam­ma­toires. À ces médi­ca­ments, le patient peut asso­cier des séances de phy­sio­thé­ra­pie.

Cepen­dant, en cas de dou­leur forte, on peut pres­crire des infil­tra­tions de cor­ti­sone. L’intervention chi­rur­gi­cale reste une option de trai­te­ment, mais elle est uti­li­sée dans des cas très rares. En géné­ral, elle est recom­man­dée suite à une rup­ture aiguë de l’épaule pro­vo­quée par un traumatisme.

Hor­mis ces solu­tions, il est aus­si pos­sible de sou­la­ger l’épaule dou­lou­reuse sans aucun médi­ca­ment. Pour cela, il fau­dra uti­li­ser des appa­reils de ges­tion de la dou­leur. Ces appa­reils asso­cient la cha­leur antal­gique et la tech­nique de neu­ro­sti­mu­la­tion trans­cu­ta­née élec­trique. Tout ceci per­met en fait de réduire effi­ca­ce­ment les dou­leurs mus­cu­laires et articulaires.

Épaule douloureuse : comment prévenir cette maladie ?

Il est indis­pen­sable de prendre des pré­cau­tions afin de limi­ter l’apparition des dou­leurs de l’épaule. Ain­si, la pre­mière des choses est d’éviter de sur­char­ger les muscles du corps. Autre­ment dit, il fau­dra évi­ter de faire des acti­vi­tés qui dépassent la capa­ci­té de vos muscles. À défaut, l’idéal est d’ailleurs d’éviter toute acti­vi­té qui pour­ra engen­drer des dou­leurs. Aus­si, faut-il évi­ter de for­cer un mou­ve­ment qui fait mal.

S’il faut four­nir un effort des épaules, vous devez tou­jours gar­der les coudes près du corps pour évi­ter de vous faire mal. Et si vous avez l’habitude de tra­vailler assis à un bureau, vous devez veiller à ce que vos coudes soient dis­po­sés à un angle de 45 degrés par rap­port à votre corps.

Pour finir, pri­vi­lé­giez éga­le­ment une ali­men­ta­tion saine et équi­li­brée afin de rendre vos muscles plus résis­tants aux dou­leurs. N’oubliez sur­tout pas de faire des consul­ta­tions régu­lières chez le méde­cin pour sur­veiller votre état de santé.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...