HomeNon classéEMDR - Eyes Movement Desensitization and Reprocessing Mouvements oculaires de désensibilisation et...

EMDR – Eyes Movement Desensitization and Reprocessing Mouvements oculaires de désensibilisation et de retraitement.

Publié le

spot_img

NB : La pré­sen­ta­tion sur le site Escu­lape d’une thé­ra­peu­tique ne signi­fie pas que
le Dr H. Ray­baud apporte une cau­tion ou une expé­rience posi­tive ou néga­tive à la méthode présentée.

 

Source :  (Ed Rob­bert Laffont)

L’in­té­gra­tion neu­ro-émo­tion­nelle par les mou­ve­ments ocu­laires (EMDR)

Lors­qu’un évè­ne­ment trau­ma­tique bou­le­verse notre vie (la mort d’un proche, un viol, un acci­dent), il ouvre une plaie dans notre cer­veau émo­tion­nel. Pour­tant notre cer­veau a une capa­ci­té innée à « digé­rer » des évè­ne­ments dif­fi­ciles ; comme la peau a la capa­ci­té à se refer­mer après une blessure.

En imi­tant les mou­ve­ments des yeux qui ont lieu spon­ta­né­ment pen­dant les rêves, la thé­ra­pie EMDR per­met au cer­veau de digé­rer très rapi­de­ment les rési­dus de trau­ma­tismes du passé.
Source www.guerir.fr (Dr David Ser­van-Schrei­ber : Doc­teur en Méde­cine et Doc­teur ès Sciences, char­gé de cours à la Facul­té de Méde­cine de Lyon I et Pro­fes­seur cli­nique de Psy­chia­trie à l’U­ni­ver­si­té de Pitts­burgh (USA))

. Le PTSD (Post-Trau­ma­tic Stress Disor­der, ou syn­drome de stress post-trau­ma­tique en fran­çais) est un énorme pro­blème auquel doivent faire face les vic­times d’é­vé­ne­ments trau­ma­ti­sants (acci­dents, agres­sions, viol ou catas­trophes, tec…). Ces per­sonnes revivent régu­liè­re­ment l’é­vé­ne­ment trau­ma­tique sous forme de rêves ou de flashs, sont inca­pables de sup­por­ter tout ce qui leur rap­pelle de près ou de loin cet évé­ne­ment, et vivent dans un état d’a­lerte per­ma­nent. Autant dire qu’en fonc­tion de la scène que la per­sonne a vécue (ou dont elle a peut-être été sim­ple­ment témoin), le syn­drome de stress post-trau­ma­tique peut trans­for­mer la vie en un véri­table sup­plice pour l’in­di­vi­du concer­né, et aus­si pour son entourage.

Pour ten­ter de sou­la­ger ces mani­fes­ta­tions post-trau­ma­tiques, plu­sieurs tech­niques sont uti­li­sées. La PNL et la kiné­sio­lo­gie essaient de modi­fier la per­cep­tion de l’é­vé­ne­ment par l’in­di­vi­du. D’autres méthodes consistent à confron­ter le sujet aux images du drame (pho­tos, films, scènes réelles, ou images men­tales) jus­qu’à dimi­nu­tion de l’an­goisse. C’est une thé­ra­pie sou­vent longue et pénible.

EMDR – Eyes Move­ment Desen­si­ti­za­tion and Reprocessing
Source : http://www.vitae-relaxo.com/dossier/archives/dossier11.02.htm

Comme beau­coup de méthodes, celle-ci est née d’une obser­va­tion for­tuite. Une psy­cho­logue amé­ri­caine, Fran­cine Sha­pi­ro, se pro­me­nait dans un parc, avec à l’es­prit un cer­tain nombre de vieux sou­ve­nirs pas très agréables. En même temps elle admi­rait le cadre tout autour d’elle, et elle se ren­dit compte que plus elle bou­geait les yeux de part et d’autre, plus ses sou­ve­nirs pénibles s’es­tom­paient. Intri­guée, elle déci­da de repro­duire l’ex­pé­rience avec un groupe de volon­taires. Comme les résul­tats sem­blaient confir­mer son expé­rience per­son­nelle, elle pour­sui­vit ses recherches et en fit le sujet de sa thèse de doc­to­rat. Petit à petit, la tech­nique s’est affinée.

EN PRATIQUE

Com­ment se déroule une séance de désen­si­bi­li­sa­tion avec l’EMDR ?
Le risque de réac­ti­ver des émo­tions et des dou­leurs intenses obligent le thé­ra­peute a prendre un cer­tain nombre de pré­cau­tions et à suivre un pro­to­cole à la fois pré­cis et adap­té au client.

Une séance peut se résu­mer suc­cinc­te­ment de la façon suivante :
Le thé­ra­peute invite la per­sonne à racon­ter puis à revivre men­ta­le­ment l’é­vé­ne­ment trau­ma­tique, et à éva­luer son niveau de stress sur une échelle de 1 à 10. Com­mence alors l’ap­pli­ca­tion de la tech­nique pro­pre­ment dite, qui consiste pour le client à conti­nuer de pen­ser à l’é­vé­ne­ment dou­lou­reux tout en bou­geant rapi­de­ment ses yeux de gauche à droite et de droite à gauche. Le thé­ra­peute donne ensuite à son client la pos­si­bi­li­té d’ex­pri­mer ce qu’il res­sent et d’é­va­luer à nou­veau son niveau de stress. L’exer­cice peut ain­si être répé­té plu­sieurs fois, jus­qu’à ce que le client constate une dimi­nu­tion satis­fai­sante de son angoisse.

Une désen­si­bi­li­sa­tion peut ain­si adve­nir en quelques séances, voire en une seule. La phase de « retrai­te­ment » ne s’in­té­resse plus seule­ment aux émo­tions, mais aus­si aux cog­ni­tions, ou « croyances », néga­tives liées au trau­ma­tisme. L’ob­jec­tif va donc être d’i­den­ti­fier et d’é­va­luer ces croyances néga­tives (en situant sur leur force sur une échelle), puis d’y sub­sti­tuer des croyances posi­tives, de modi­fier la per­cep­tion de l’é­vé­ne­ment à la lumière de res­sources men­tales et émo­tives nou­velles, tou­jours en uti­li­sant les mou­ve­ment oculaires.

L’EMDR a été uti­li­sé avec des vété­rans de la guerre du Viet­nam, des vic­times d’a­gres­sions ou d’ac­ci­dents, des per­sonnes ayant tué invo­lon­tai­re­ment, des vic­times d’a­gres­sions sexuelles, des enfants témoins ou vic­times de catas­trophes ou d’a­gres­sions, etc. Mais son champ d’ap­pli­ca­tion s’est aus­si éten­du au trai­te­ment des dépen­dances, à l’aide aux per­sonnes han­di­ca­pées ou sou­mises à des trai­te­ments chi­miques lourds, au deuil, et aus­si au déve­lop­pe­ment ou à la récu­pé­ra­tion de capa­ci­tés men­tales ou émo­tives dans tous les domaines de la vie.

Com­ment peut s’ex­pli­quer l’ef­fi­ca­ci­té de cette méthode ?

Per­sonne ne sait encore répondre pré­ci­sé­ment à cette ques­tion, et on en est réduit aux hypo­thèses. Selon les théo­ries de la PNL, ce serait le fait de sol­li­ci­ter un maxi­mum de canaux sen­so­riels qui per­met­trait à l’in­di­vi­du de trou­ver en lui les res­sources pour faire face au traumatisme.
Un kiné­sio­logue répon­drait que le mou­ve­ment des yeux a pour effet d’ac­ti­ver toutes les par­ties du cer­veau, et que c’est cela qui four­nit au patient de nou­velles res­sources émo­tives et cog­ni­tives. Un consen­sus semble se for­mer sur le fait que le trau­ma­tisme « gèle » le pro­ces­sus de trai­te­ment de l’in­for­ma­tion (comme il a d’ailleurs peut-être aus­si figé le regard). Comme si le « temps céré­bral » s’é­tait arrê­té là, la scène trau­ma­tique repasse en boucle indé­fi­ni­ment, avec son cor­tège de sen­sa­tions et d’é­mo­tions cau­che­mar­desque. Les mou­ve­ments alter­na­tifs (des yeux, mais on s’est ren­du compte que cela fonc­tion­nait aus­si avec les bras ou les jambes, ou encore avec les sons) semblent relan­cer le pro­ces­sus de trai­te­ment de l’in­for­ma­tion, per­met­tant à l’in­di­vi­du de dépas­ser la phase du trau­ma­tisme, d’en modi­fier sa per­cep­tion et de pui­ser de nou­velles res­sources dans la réa­li­té pré­sente et dans sa propre capa­ci­té à opé­rer des choix.

En dépit des suc­cès qu’il annonce, l’EM­DR est contes­té. Cer­tains lui reprochent l’ab­sence de fon­de­ment théo­rique dont nous venons de par­ler. D’autres estiment que la méthode n’a pas fait l’ob­jet d’é­tudes suf­fi­sam­ment sérieuses pour éta­blir son effi­ca­ci­té. Quelques-uns estiment qu’elle peut même être dan­ge­reuse. Tou­jours est-il que la méthode gagne en noto­rié­té, sou­la­geant mani­fes­te­ment au pas­sage un cer­tain nombre de per­sonnes tor­tu­rées par des sou­ve­nirs de traumatisme.

Pour en savoir plus :

  • emdr.com (US)
  • Psycho-solutions.be
  • Guerir.fr Dr David Ser­van-Schrei­ber : Doc­teur en Méde­cine et Doc­teur ès Sciences

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...