HomeNon classéDEPRESSION : JE SUIS CON !

DEPRESSION : JE SUIS CON !

Publié le

spot_img

Contact : Dr H. Raybaud

Source : MARIANNE 23 au 29 Novembre 1998 Pages 58 à 61
LA DEPRESSION : Mala­die de la fin du siècle

Alors que le Haut Comi­té de la San­té Publique (et notre expé­rience de tous les jours ) conclut  » La souf­france psy­chique est actuel­le­ment dans le domaine de la san­té, le symp­tôme majeur de la précarité « .
Alors que, en France, le sui­cide est la deuxième cause de mor­ta­li­té chez les 15 à 25 ans, juste der­rière les acci­dents de la route : 1500 décès.
Alors que la France enre­gistre chaque année 12 000 morts par sui­cide et que sont enre­gis­trées chaque année plus de 160.000 ten­ta­tives.… pro­bable sous-estimation !!
Alors que la majo­ri­té des dépres­sions que nous ren­con­trons sont des syn­dromes de désa­dap­ta­tion à un envi­ron­ne­ment de plus en plus dif­fi­cile (voir le bilan des sui­cides 1997) , il est intel­lec­tuel­le­ment facile, sans doute « micros­co­mé­ment » brillant, peut être ren­table, d’écrire :

 » La dépres­sion est une façon de rompre avec le passé
pour entrer dans le monde de l’ef­fi­ca­ci­té et de la performance »

ou
« La dépres­sion ne peut être un phé­no­mène déficitaire
tant elle assure une fonc­tion d’or­ga­ni­sa­tion de l’ac­ti­vi­té adaptative »

La fatigue d’être sois – Alain Erhen­berg / Odile Jacob, 320 p, 1998, 145 F

Voir une étude trés sérieuse Mieux vaut rire en Rolls Royce que pleu­rer en vélo : Mer­ci Mon­sieur INSERM

Et en 2011
Dépres­sion, 13 000 décès en 2010 : un véri­table pro­blème de san­té publique.
Prin­ci­pal objet de la 8ème Jour­née Euro­péenne de la Dépres­sion : pro­mou­voir, dans tous les pays d’Eu­rope, une jour­née consa­crée à la prise de conscience de l’im­por­tance des troubles dépres­sifs et affir­mer une volon­té com­mune d’exi­ger les solu­tions les mieux adap­tées. En France, 2% de la popu­la­tion seraient tou­chés par cette mala­die et 13 000 per­sonnes dépres­sives auraient mis fin à leurs jours rien qu’en 2010 (moins de 1000 décès pour le can­cer du col de l’u­té­rus). Cette patho­lo­gie est donc un véri­table pro­blème de san­té publique. . Selon l’OMS elle touche 121 mil­lions de per­sonnes dans le monde (850 000 décès) et sera en 2020 la pre­mière cause d’in­va­li­di­té après les mala­dies car­dio­vas­cu­laires et ce, tous âges et sexes confon­dus. Aujourd’­hui, en France, la dépres­sion est déjà la 2ème cause d’in­va­li­di­té pour les 15–44 ans (H/F) [Lire]
Voir éga­le­ment : Parle à mon c… , ma tête est malade [Lire]


Si, si, je suis con.
Je croyais que la dépres­sion, que je pré­fère sou­vent appe­ler syn­drome de désa­dap­ta­tion, syn­drome de désta­bi­li­sa­tion ou plus sim­ple­ment Ras le Bol repré­sen­tait une réac­tion défi­ci­taire mais oh com­bien nor­male à une accu­mu­la­tion de contraintes, d’emmerdements, de déses­poirs, de luttes inutiles, de désen­chan­te­ments, d’é­checs, de chô­mages, d’huis­siers, de dégoûts, d’a­mours, de haines, de petites lâche­tés, etc…

Demain, quand Mon­sieur Y 56 ans, chô­meur de longue durée vien­dra m’ex­pli­quer en consul­ta­tion qu’il n’a pas le moral, qu’il ne dort plus, qu’il vit avec 1140 balles par mois moins la CSG…
Demain, quand Made­moi­selle X, 24 ans, vien­dra m’ex­pli­quer qu’elle  » déprime « , que par­fois elle a envie de mou­rir parce que depuis sa sor­tie du BTS de secré­ta­riat elle ne trouve pas de tra­vail à l’ex­cep­tion de quelques CES d’ex­ploi­ta­tion sous payés. Qu’elle ne voit pas d’avenir…
Demain, quand Madame Z vien­dra m’ex­pli­quer que depuis le décès acci­den­tel de son fils.…
Et après-demain, parce que son mari picole depuis qu’il a per­du son bou­lot, parce qu’ils n’ont plus de quoi nour­rir, vêtir cor­rec­te­ment les gosses
Et dans les jours qui vont suivre, avec le Père Noël des autres qui approche…

NB NB NB NB
Les troubles bipo­laires repré­sentent une par­tie des syn­dromes dépressifs.
Dans sa forme aty­pique le diag­nos­tic demeure dif­fi­cile mais doit être de prin­cipe évo­qué en par­ti­cu­lier en l’ab­sence d’élé­ments déclen­chants (réac­tion­nels).
Toutes les addic­tions doivent éga­le­ment sou­le­ver la question.
Plus d’in­for­ma­tions : Les troubles bipolaires


Enfin, je vais pou­voir leur expliquer :

 patho­lo­gie est donc un véri­table pro­blème de san­té publique. . Selon l’OMS elle touche 121 mil­lions de per­sonnes dans le monde (850 000 décès) et sera en 2020 la pre­mière cause d’in­va­li­di­té après les mala­dies car­dio­vas­cu­laires et ce, tous âges et sexes confon­dus. Aujourd’­hui, en France, la dépres­sion est déjà la 2ème cause d’in­va­li­di­té pour les 15–44 ans (H/F) [Lire]
Voir éga­le­ment : Parle à mon c… , ma tête est malade [Lire]


Si, si, je suis con.
Je croyais que la dépres­sion, que je pré­fère sou­vent appe­ler syn­drome de désa­dap­ta­tion, syn­drome de désta­bi­li­sa­tion ou plus sim­ple­ment Ras le Bol repré­sen­tait une réac­tion défi­ci­taire mais oh com­bien nor­male à une accu­mu­la­tion de contraintes, d’emmerdements, de déses­poirs, de luttes inutiles, de désen­chan­te­ments, d’é­checs, de chô­mages, d’huis­siers, de dégoûts, d’a­mours, de haines, de petites lâche­tés, etc…

Demain, quand Mon­sieur Y 56 ans, chô­meur de longue durée vien­dra m’ex­pli­quer en consul­ta­tion qu’il n’a pas le moral, qu’il ne dort plus, qu’il vit avec 1140 balles par mois moins la CSG…
Demain, quand Made­moi­selle X, 24 ans, vien­dra m’ex­pli­quer qu’elle  » déprime « , que par­fois elle a envie de mou­rir parce que depuis sa sor­tie du BTS de secré­ta­riat elle ne trouve pas de tra­vail à l’ex­cep­tion de quelques CES d’ex­ploi­ta­tion sous payés. Qu’elle ne voit pas d’avenir…
Demain, quand Madame Z vien­dra m’ex­pli­quer que depuis le décès acci­den­tel de son fils.…
Et après-demain, parce que son mari picole depuis qu’il a per­du son bou­lot, parce qu’ils n’ont plus de quoi nour­rir, vêtir cor­rec­te­ment les gosses
Et dans les jours qui vont suivre, avec le Père Noël des autres qui approche…

NB NB NB NB
Les troubles bipo­laires repré­sentent une par­tie des syn­dromes dépressifs.
Dans sa forme aty­pique le diag­nos­tic demeure dif­fi­cile mais doit être de prin­cipe évo­qué en par­ti­cu­lier en l’ab­sence d’élé­ments déclen­chants (réac­tion­nels).
Toutes les addic­tions doivent éga­le­ment sou­le­ver la question.
Plus d’in­for­ma­tions : Les troubles bipolaires


Enfin, je vais pou­voir leur expliquer :

Pierre Fédi­da / Alain Erhen­berg (la fatigue d’être soi- Ed odile Jacob)

  • La dépres­sion est une perte d’éner­gie ou d’é­lan vital mais, sur­tout, elle concerne le vivant psy­chique devant res­ter inani­mé pour res­ter vivant
  • Pour l’es­sen­tiel, il s’a­git de rendre pos­sible un « réveil » de la vie psy­chique à par­tir de l’intérieur…
  • La dépres­sion est appa­rue comme un affect spé­ci­fique por­tant en lui une vio­lence consi­dé­rable et dont la par­ti­cu­la­ri­té serait que celle-ci engendre sa propre neu­tra­li­sa­tion équi­va­lant à une anes­thé­sie de tout affect de toute pensée
  • Dans toute dépres­sion il est ques­tion de morts négli­gées et d’hys­té­rie d’i­den­ti­fi­ca­tion à ces morts sou­vent trans­mis par les parents plu­tôt qu’ap­par­te­nant à la vie du patient
  • Etc…

    Edouard Zari­fian. Des para­dis plein la tête – Ed Odile Jacob

  • La dépres­sion est une souf­france de la rela­tion à soi-même et aux autres
  • Il y a main­te­nant de la dépres­sion par­tout parce qu’il y a un mar­ché pour les anti­dé­pres­seurs et pas l’in­verse
  • Avec Alain Erhen­berg je décris la dépres­sion comme une manière d’être à soi-même
  • La dépres­sion est la seule forme socia­le­ment accep­table de la contes­ta­tion ou de la fatigue d’être soi
  • Etc…

    Pour mémoire,

  • Pour les ana­lystes, la dépres­sion cor­res­pond à une régres­sion du Moi, due à l’exis­tence de conflits infan­tiles incons­cient non résolus.
    Cette régres­sion libi­di­nale trou­ve­rait sa cause dans une bles­sure nar­cis­sique infan­tile grave , dont l’ac­cès dépres­sif repré­sen­te­rait une réac­ti­va­tion déclen­chée par une perte d’ob­jet réelle ou symbolique.
  • Freud décrit la dépres­sion comme une  » psy­cho­né­vrose nar­cis­sique  » mar­quée par un conflit entre le Moi et le Sur Moi .
    L’é­chec du Moi à satis­faire les exi­gences irréa­listes de l’I­déal du Moi expli­que­rait la dimi­nu­tion de l’es­time de soi, symp­tôme majeur des dépressions .…
    Freud défi­nis­sait la nor­ma­li­té comme pou­voir  » aimer et travailler « .

Que Pro­po­sez vous ?

Parce que moi, demain âne bâté, je vais dis­cu­ter, écou­ter, pres­crire du TRANXENE et, mais là j’ai honte , du PROZAC ou équivalent !.

Voir éga­le­ment : Dépres­sion et Psychiatres
Voir éga­le­ment : Dépres­sion, Ras le bol
Voir éga­le­ment Après 16 ans, 15% de dépres­sion en France ! (Don­nées CREDES)

NB : Dépres­sion du sujet âgé
La dépres­sion de la per­sonne âgée est fré­quente mais non diag­nos­ti­quée et donc non trai­tée dans 60 à 70 % des cas.
En méde­cine géné­rale, la pré­va­lence est de 13 à 40% En mai­son de retraite, elle atteint 15 à 45 % des patients.[Lire]
Le risque sui­ci­daire est impor­tant > 10%.

PS :
L’é­tude Lépine menée à tra­vers l’Eu­rope en 1997 sur 78 000 patients :
—– 17 % souf­fraient de dépression.
—– 53 % d’entre eux ne cherchent pas à se traiter.
—– 2/3 de ceux qui demandent de l’aide ne reçoivent aucun trt.
—– Par­mi ceux qui sont trai­tés, un anti­dé­pres­seur n’est pres­crit qu’une fois sur quatre.
En 12 mois, 45 000 euro­péens vont en mou­rir et 700 000 vont essayer

Voir, enfin : Sui­cide 2000 : la fin d’un tabou ?

NB NB NB NB
Les troubles bipo­laires repré­sentent une par­tie des syn­dromes dépressifs.
Dans sa forme aty­pique le diag­nos­tic demeure dif­fi­cile mais doit être de prin­cipe évo­qué en par­ti­cu­lier en l’ab­sence d’élé­ments déclen­chant (réac­tion­nels).
Toutes les addic­tions doivent éga­le­ment sou­le­ver la question.
Plus d’in­for­ma­tions : Les troubles bipolaires

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...