HomeBien-êtreAnhédonie : Définition, Causes, Complications, Diagnostic, Traitement

Anhédonie : Définition, Causes, Complications, Diagnostic, Traitement

Publié le

spot_img

Lorsqu’un indi­vi­du effec­tue des acti­vi­tés agréables comme se bala­der ou jouer, il est cen­sé être dans l’allégresse. Il existe cepen­dant de ces per­sonnes qui ne pré­sentent aucun signe de gaie­té dans de pareilles situa­tions. Un tel phé­no­mène est qua­li­fié d’anhé­do­nie. Il ne s’agit pas d’une mala­die. Ce terme désigne plu­tôt un trouble de san­té, plus pré­ci­sé­ment de type psy­chia­trique. Qu’y a‑t-il d’autre à apprendre sur cette affec­tion ? Les détails sont don­nés ici.

Anhédonie : Définition

Issu des mots grecs a qui signi­fie sans et hêdo­nê qui veut dire plai­sir, l’anhédonie est un terme employé pour dési­gner l’insensibilité au plai­sir d’un indi­vi­du. Cette défi­ni­tion peut lais­ser croire que l’anhédonie est une abou­lie, car cette expres­sion tra­duit éga­le­ment un retrait de la vie. En véri­té, ces deux termes sont distincts.

L’aboulie est un mot plus géné­ra­liste. Elle fait en effet réfé­rence à une perte voire une dis­pa­ri­tion de l’envie à réa­li­ser des choses. On peut la dési­gner de manque de moti­va­tion. Dans le cas de l’anhédonie, l’individu éprouve un dés­in­té­rêt face à des acti­vi­tés ou choses qui autre­fois lui pro­cu­raient du plaisir.

De plus, le qua­li­fi­ca­tif d’anhédonie entre en jeu lorsque l’insensibilité dure en moyenne deux semaines et évo­lue en s’aggravant.

Anhédonie : Typologie

L’état de tris­tesse que pro­voque l’anhédonie peut atteindre tous les domaines de la vie. C’est en fonc­tion de la caté­go­rie concer­née que l’affection peut avoir une forme don­née. Ain­si, il est par exemple pos­sible de retrou­ver l’anhédonie :

  • Phy­sique ;
  • Sociale ;
  • Musi­cale ;

À ce jour, il n’existe que deux types d’anhédonie qui soient véri­ta­ble­ment connus, car ce sont les prin­ci­paux exis­tants. Il s’agit d’une part de l’anhédonie de consom­ma­tion qui désigne le fait de ne pas avoir d’émotions posi­tives lorsque l’on fait quelque chose.

D’autre part, il est ques­tion de l’anhédonie de moti­va­tion. Cette forme de l’affection pos­sède un méca­nisme simi­laire à celui de l’aboulie. Elle tra­duit en effet le manque d’envie à faire les choses.

Anhédonie : Causes

L’anhédonie est une consé­quence de l’atteinte à la schi­zo­phré­nie et à la dépres­sion. Elle consti­tue d’ailleurs un symp­tôme clé dans le diag­nos­tic de ces mala­dies, fai­sant de ces der­nières des fac­teurs de risques de l’affection. Il est éga­le­ment pos­sible de retrou­ver l’anhédonie dans le cadre d’autres troubles neu­ro­psy­chia­triques tels que :

  • La démence de type Alzheimer ;
  • Les troubles rela­tifs à l’abus de sub­stances psychotiques ;
  • La mala­die de Par­kin­son ;
  • Les troubles du com­por­te­ment alimentaires ;
  • Le syn­drome de stress post-traumatique ;
  • Les troubles du spectre autistique. 

Cepen­dant, il faut com­prendre que l’anhédonie ne consti­tue pas tou­jours une résul­tante de la pré­sence d’un trouble men­tal. Un indi­vi­du avec un sys­tème psy­cho­lo­gique en bon état peut éga­le­ment pré­sen­ter un signe d’anhédonie.

C’est le cas par exemple des per­sonnes atteintes de mala­dies coro­na­riennes ou de dia­bète. La perte d’un proche et l’anxiété consti­tuent éga­le­ment des causes de sur­ve­nue du trouble.

Anhédonie : les explications scientifiques de sa naissance

D’après les don­nées scien­ti­fiques, ce sont divers méca­nismes neu­ro­lo­giques qui conduisent à l’anhédonie. L’un d’entre eux concerne la dégra­da­tion du sys­tème dopa­mi­ner­gique. Selon le fonc­tion­ne­ment nor­mal de cette struc­ture, il faut que la dopa­mine soit pro­duite dans le cer­veau afin de per­mettre à un indi­vi­du d’avoir des émo­tions positives.

Si ce sys­tème est par­tiel­le­ment ou tota­le­ment alté­ré, cela peut expli­quer l’insensibilité brusque d’une per­sonne lors de moments agréables.

L’altération du circuit de récompense

Le cir­cuit de récom­pense a pen­dant plu­sieurs années été écar­té des éven­tuelles causes de l’anhédonie. Avec l’avancée des études scien­ti­fiques, il figure aujourd’hui par­mi les fac­teurs en jeu. Concrè­te­ment, l’expression cir­cuit de récom­pense désigne un ensemble de connexions neuronales.

Ces der­nières sont reliées au sys­tème régu­la­teur des émo­tions par l’intermédiaire de l’aire teg­men­tale ven­trale. Lorsque le fonc­tion­ne­ment de ce cir­cuit se retrouve affai­bli, cela peut don­ner nais­sance à une anhédonie.

L’anhédonie de consommation et de motivation : les voies neurologiques concernées

Des recherches sont en cours pour com­prendre les élé­ments condui­sant à la sur­ve­nue d’une forme pré­cise d’anhédonie. Pour l’instant, il existe quelques don­nées rela­tives à la nais­sance de l’anhédonie de moti­va­tion et celle de consommation.

D’après les sources dis­po­nibles, la pre­mière forme de l’affection est le résul­tat d’un cer­tain nombre de dys­fonc­tion­ne­ments dans le cadre de la pro­duc­tion de la dopa­mine. Quant à la seconde nature d’anhédonie, elle est la consé­quence de divers bou­le­ver­se­ments au niveau de la fonc­tion opioïde.

Anhédonie : symptômes

Anhé­do­nie

Pour être consi­dé­rée comme atteinte d’anhédonie, la per­sonne sus­pec­tée doit réunir deux cri­tères. La pre­mière est qu’elle ne doit plus éprou­ver du plai­sir durant les moments qui aupa­ra­vant la met­taient de bonne humeur.

La seconde est que l’individu concer­né doit per­son­nel­le­ment faire savoir sa perte de plai­sir durant la pra­tique de cer­taines acti­vi­tés agréables. Néan­moins, une per­sonne souf­frant d’anhédonie devrait pré­sen­ter cer­tains signes tels que :

  • La tris­tesse ;
  • L’indifférence ;
  • Le repli ;
  • La simu­la­tion d’émotions positives ;
  • Les envies suicidaires ;
  • Les larmes ;
  • Les sen­ti­ments néga­tifs envers soi-même ou son entourage.

Tou­te­fois, il est utile de noti­fier qu’un seul ou plu­sieurs de ces symp­tômes peut appa­raître chez l’individu. De plus, ces der­niers peuvent varier selon la forme de l’affection.

Ain­si, lorsqu’il s’agit par exemple d’anhédonie phy­sique, le patient pré­sente une insen­si­bi­li­té au plai­sir durant la pra­tique d’activités phy­siques telles que les rela­tions intimes, la danse ou la marche.

Dans le cadre de l’anhédonie sociale, l’individu en cause pré­sente des signes d’absence d’émotions posi­tives durant les moments d’interactions avec d’autres êtres vivants comme le fait de cau­ser avec un proche ou de tou­cher un ani­mal de compagnie.

Anhédonie : Diagnostic

Pour poser le diag­nos­tic de l’anhédonie, le méde­cin se base géné­ra­le­ment sur les signes mani­fes­tant que pré­sente son patient. Compte tenu du fait que ces der­niers ne sont pas tou­jours appa­rents, il revient au malade de faire part de son état au clinicien.

Pour ne pas oublier d’évoquer l’un des symp­tômes lors de l’entretien, il est conseillé au patient de noter à l’avance ces der­niers. Dans l’optique de pro­po­ser un trai­te­ment adap­té, le pro­fes­sion­nel de san­té s’intéressera aus­si aux condi­tions de sur­ve­nue de l’affection. Il va dans ce cadre prendre en compte les para­mètres psy­cho­lo­giques et fami­liaux.

C’est dans cette optique que le méde­cin peut être contraint d’effec­tuer des tests au niveau du cer­veau, du sang voire de l’urine du malade. Par ailleurs, durant le pro­ces­sus de diag­nos­tic, il est essen­tiel que le spé­cia­liste soit conscient de l’ampleur ou du niveau d’anhédonie auquel se trouve le patient.

Pour cela, dif­fé­rentes échelles psy­cho­mé­triques peuvent être consi­dé­rées. Le méde­cin pos­sède donc l’option entre l’échelle :

  • De Zucker­mann ;
  • De plai­sir de Snaith-Hamil­ton ;
  • De plai­sir-déplai­sir de Patrick Hardy ;
  • D’anhédonie Faw­cett J. ;
  • Révi­sée d’Anhédonie Sociale (SAS Social Anhe­do­nia Scale).

À cette liste s’ajoutent les ques­tion­naires d’anhédonie phy­sique et sociale de Chap­man.

Anhédonie : traitements

L’anhédonie se gué­rit par trai­te­ment de sa cause ; rai­son pour laquelle il demeure essen­tiel de recher­cher l’origine de l’affection. Par consé­quent, les solu­tions de gué­ri­son vont varier en fonc­tion de la source iden­ti­fiée.

Si par exemple, le mal pos­sède une cause iatro­gène, c’est-à-dire s’il est le résul­tat de la consom­ma­tion de cer­tains médi­ca­ments, le méde­cin peut recom­man­der l’arrêt de ces der­niers ou revoir à la baisse leur dosage.

Géné­ra­le­ment, ce sont les sti­mu­lants, les ben­zo­dia­zé­pines, les anti­dé­pres­seurs et les anti­psy­cho­tiques qui consti­tuent les médi­ca­ments impli­qués dans la nais­sance de ce genre d’affection. Cepen­dant, il semble utile de faire savoir que l’arrêt de ces pro­duits peut favo­ri­ser un retour de la sen­si­bi­li­té au plai­sir chez le sujet.

Il est pos­sible que cette action aggrave la patho­lo­gie pour laquelle les médi­ca­ments ont été prescrits.

Les autres options de traitement

D’autres méthodes ont don­né des résul­tats posi­tifs dans le cadre du trai­te­ment de l’anhédonie. Il s’agit de :

  • La pra­tique de thé­ra­pies cogni­to-com­por­te­men­tales (TCC) ;
  • L’utilisation d’antidépresseurs dopa­mi­ner­giques comme la dexa­drine ;
  • La réa­li­sa­tion de thé­ra­pies élec­tro­con­vul­sives (ECT) ;
  • La consom­ma­tion d’inhibiteurs sélec­tifs du recap­tage de la sérotonine.

Le méde­cin peut éga­le­ment pro­po­ser au patient d’intégrer dans ses habi­tudes quo­ti­diennes cer­taines pra­tiques comme le yoga, le sport, la médi­ta­tion, la consom­ma­tion de cho­co­lat (ali­ment sti­mu­lant la séro­to­nine), l’adoption d’un régime ali­men­taire sain et de bonnes nuits de sommeil.

L’usage de cer­taines plantes comme le pois Mas­cate et le mil­le­per­tuis en infu­sion est éga­le­ment prometteur.

De nouveaux traitements en cours de recherches

L’anhédonie est une affec­tion qui pos­sède encore de nom­breux secrets pour les scien­ti­fiques. C’est pour cela qu’il n’est pas pos­sible d’évoquer un trai­te­ment qui garan­tit à 100 % la gué­ri­son du malade. Cette insuf­fi­sance est tem­po­relle, car des recherches sont actuel­le­ment en cours pour iden­ti­fier des solu­tions sus­cep­tibles de cor­ri­ger entiè­re­ment le mal.

D’après les don­nées dis­po­nibles à ce sujet, il sem­ble­rait que la kéta­mine consti­tue une lueur d’espoir. Il s’agit d’une sub­stance très employée aux États-Unis, par­ti­cu­liè­re­ment comme anti­dé­pres­seur et anes­thé­sique général.

Une solu­tion pro­met­teuse repose aus­si sur la cor­rec­tion de la défor­ma­tion de la réa­li­té que pos­sède l’individu atteint d’anhédonie. Il s’agira concrè­te­ment de pro­cé­der à la restruc­tu­ra­tion de la dis­tor­sion cog­ni­tive au niveau de patient.

Anhédonie : Complications

Anhé­do­nie

Lorsqu’un indi­vi­du est sus­pec­té d’être atteint d’anhédonie, il est conseillé de le conduire dans un bref délai auprès d’un spé­cia­liste, car si l’affection n’est pas assez vite prise en charge, elle peut engen­drer des com­pli­ca­tions. C’est le cas par exemple des com­por­te­ments suicidaires.

À un stade don­né du trouble, cer­tains sujets peuvent éprou­ver le désir d’en finir avec leur vie. Géné­ra­le­ment dans ces cas, la per­sonne concer­née res­sent brus­que­ment un désir pour la pra­tique d’activités à risques comme le para­chu­tisme alors que cela n’était autre­fois pas le cas.

Chez d’autres patients, la com­pli­ca­tion d’une anhé­do­nie se tra­duit par la perte totale du plai­sir, notam­ment de type sexuel. Il s’agit d’une situa­tion sus­cep­tible de conduire à la fin d’une rela­tion amou­reuse ou de nuire à celle-ci.

Par ailleurs, lorsqu’elle n’est pas soi­gnée ou mal prise en charge, l’anhédonie peut aus­si contri­buer à la nais­sance d’une mala­die céré­brale. Cette der­nière est sus­cep­tible de consti­tuer un han­di­cap dans le quo­ti­dien de la per­sonne en cause.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...