HomeNon classéExtraits du Sommaire de la revue Prescrire, Juillet-août 2003, Volume 23, N°...

Extraits du Sommaire de la revue Prescrire, Juillet-août 2003, Volume 23, N° 241

Publié le

spot_img

la Revue Pres­crire a ouvert son site inter­net à l’adresse :
http://www.prescrire.org/

NB : De Mai 1999 à décembre 2002, les som­maires sont visibles sur Escu­lape Cli­quez ICI

www.prescrire.org

NOUVEAUX MEDICAMENTS ET NOUVELLES INDICATIONS

  • Méman­tine Une éva­lua­tion médiocre et un inté­rêt incer­tain dans la mala­die d’Alz­hei­mer (p.485–488)
  • Para­cé­ta­mol + tra­ma­dol Pas de pro­grès contre la dou­leur (p. 489–491)
  • Vac­cins hexa­va­lents Une sim­pli­fi­ca­tion pour la vac­ci­na­tion des nour­ris­sons contre l’hé­pa­tite B (p. 492–496)
  • Fer intra­vei­neux Nou­velle indi­ca­tion : uti­li­té mar­gi­nale en post­opé­ra­toire (p. 497 + site www.prescrire.org)
  • Agal­si­dase Avec du recul : les don­nées com­plètes rendent incer­tain l’in­té­rêt cli­nique

    o Point de vue de la rédac­tion : Une affaire de « médi­ca­ment orphe­lin » révé­la­trice (p. 498–499 + site www.prescrire.org)

    Actua­li­tés à la loupe
    oooo Affi­chage des prix à l’officine
    oooo Ima­ti­nib : deux indi­ca­tions remboursables
    oooo Acide folique CCD° 0,4 mg : rem­bour­sable (…) (p. 500–507)

    VIGILANCE
    oooo Hypo­gly­cé­mie par inter­ac­tion répa­gli­nide + gemfibrozil
    oooo Com­plé­ments ali­men­taires : gare à l’iode caché
    oooo Décès dus aux lits médi­caux à hau­teur variable
    oooo Gli­ta­zones : risques car­diaques et hépa­tiques (suite) (p. 508)
    oooo Effets indé­si­rables mus­cu­laires des sta­tines (p. 509–514)
    Glo­ba­le­ment, 1% à 6 % des patients qui prennent un hypo­cho­les­té­ro­lé­miant de la famille des sta­tines se plaignent de myal­gies sans gra­vi­té, asso­ciées ou non à une élé­va­tion de l’ac­ti­vi­té créa­tine kinase sérique. Des élé­va­tions de l’ac­ti­vi­té créa­tine kinase sérique de l’ordre de 10 fois la nor­male, sur­viennent avec une fré­quence de 0,1 % à 0,5 %. Dans de rares cas, la des­truc­tion mus­cu­laire est mas­sive, et peut être mor­telle ou lais­ser des séquelles. Les fac­teurs connus de risque sont une dose éle­vée de médi­ca­ment, une insuf­fi­sance rénale ou hépa­tique, une hypo­thy­roï­die, une patho­lo­gie mus­cu­laire pré­exis­tante, et l’as­so­cia­tion avec cer­tains médi­ca­ments : fibrates, etc. Les patients doivent être aver­tis des risques d’at­teinte mus­cu­laire. L’ap­pa­ri­tion de symp­tômes doit faire doser l’ac­ti­vi­té créa­tine kinase sérique. L’ar­rêt de la sta­tine est à envi­sa­ger au-delà de 5 fois la limite supé­rieure de la normale.

STRATEGIES

  • Décès péri­na­tals :
    Accom­pa­gner le deuil, à l’é­coute des pré­fé­rences des parents (p. 515–521) Les décès d’en­fants nés après 22 semaines d’a­mé­nor­rhée et/ou pesant moins de 500 g, décé­dés in ute­ro ou à moins de 7 jours de vie, touchent plus de 5 000 gros­sesses par an en France. Le deuil des parents est dif­fi­cile. La très grande majo­ri­té sou­haitent voir l’en­fant. Des parents sont par­fois mis à mal par l’at­ti­tude des soi­gnants. Les parents sont en géné­ral deman­deurs de davan­tage de dia­logue, d’ex­pli­ca­tions, d’in­for­ma­tions et d’empathie.
  • Ané­vrismes de l’aorte abdominale
    Sur­veillance, chi­rur­gie conven­tion­nelle ou endo­pro­thèse : avant tout selon la taille (p. 522–526) En cas de rup­ture d’a­né­vrisme de l’aorte abdo­mi­nale, la mor­ta­li­té est de 75 % à 92 % mal­gré les trai­te­ments. Le risque de rup­ture aug­mente avec la taille. La chi­rur­gie conven­tion­nelle pré­ven­tive expose à une mor­ta­li­té opé­ra­toire de 3 % à 6 %, et a pro­ba­ble­ment une balance béné­fices-risques favo­rable pour les ané­vrismes symp­to­ma­tiques ou d’un dia­mètre supé­rieur à 5,5 cm.
  • Les antal­giques opia­cés faibles
    Un inté­rêt modé­ré pour la pra­tique (p. 527–531) Pour trai­ter les dou­leurs légères à modé­rées, para­cé­ta­mol, anti-inflam­ma­toires non sté­roï­diens (AINS), aspi­rine sont en pre­mière ligne. L’as­so­cia­tion para­cé­ta­mol + codéine aug­mente peu l’ef­fet antal­gique du para­cé­ta­mol, au prix d’ef­fets indé­si­rables plus impor­tants. Les asso­cia­tions para­cé­ta­mol + dex­tro­pro­poxy­phène ou + tra­ma­dol ont encore moins d’intérêt.
  • Cys­tite aiguë simple de la femme jeune
    Un diag­nos­tic par les plaintes spon­ta­nées (p. 532–534) Chez les femmes âgées de 15 ans à 65 ans, non enceintes, sans anté­cé­dent impor­tant, et sans épi­sode infec­tieux uri­naire durant les 3 mois pré­cé­dents, l’as­so­cia­tion dys­urie + pol­la­kiu­rie, sans plainte de pertes vagi­nales ni de pru­rit vagi­nal, suf­fit à poser le diag­nos­tic de cys­tite aiguë simple.
  • Les anti­cho­li­nes­té­ra­siques dans la mala­die d’Alzheimer
    Un effet modeste, limi­té aux formes modé­ré­ment sévères (p. 534–536) L’ef­fet spé­ci­fique des anti­cho­li­nes­té­ra­siques est modeste : 10 % envi­ron des patients ont une amé­lio­ra­tion cli­nique, de courte durée.
  • Les rhab­do­myo­lyses
    Des simples dou­leurs mus­cu­laires à l’in­suf­fi­sance rénale aiguë (p. 537–539) La lyse des cel­lules mus­cu­laires sque­let­tiques entraîne une fai­blesse et des dou­leurs mus­cu­laires, mais aus­si des symp­tômes de com­pres­sion ner­veuse et vas­cu­laire. Les com­pli­ca­tions sont par­fois mortelles.
  • Ané­mie postopératoire
    Pré­ven­tion et fer par voie orale (p. 540–542) Le trai­te­ment repose avant tout sur le fer, par voie orale de pré­fé­rence. La déci­sion de trans­fu­sion dépend de l’hé­mo­glo­bi­né­mie (seuil en géné­ral à 8 g/dl) et des capa­ci­tés du patient à s’a­dap­ter à l’anémie.
  • Éva­lua­tion du clo­pi­do­grel (suite) La balance béné­fices-risques reste incer­taine o Rou­geole en Suisse et à Mar­seille (p. 542)

OUVERTURES
oooo Le sida dans l’U­nion Européenne
oooo Prise en charge des audioprothèses
oooo Moins de nais­sances le week-end
oooo Non mer­ci… (p. 545–546)

Le Conseil d’É­tat (p. 547–548)
Le Conseil d’É­tat, à la fois conseiller juri­dique du Gou­ver­ne­ment et juri­dic­tion admi­nis­tra­tive suprême, inter­vient aus­si dans le domaine de la san­té : exa­men de pro­jets de loi, tel que, chaque année, le pro­jet de loi de finan­ce­ment de la Sécu­ri­té sociale ; exa­mens des recours contre des déci­sions admi­nis­tra­tives, etc.

PRESCRIRE EN QUESTION

  • Vita­mine B1 par voie orale : inef­fi­cace en pré­ven­tion des piqûres de moustiques
  • Peut-on exploi­ter les résul­tats d’un essai cli­nique contraire à l’é­thique ? (p. 555–556)
  • et sur le site Prescrire : 
    • De l’hé­pa­rine avant un voyage aérien en cas d’ar­té­rite ? Atten­tion au risque hémorragique
    • Hyper­ten­sion arté­rielle : quelle place pour les anta­go­nistes de l’an­gio­ten­sine II ? (suite) Diu­ré­tiques tou­jours en pre­mière ligne
    • Pro­py­lè­ne­gly­col : quels risques de toxi­ci­té ? Pas de toxi­ci­té connue sur la repro­duc­tion, mais des réac­tions d’hypersensibilisation
    • Dro­tré­co­gine alfa : quel niveau de preuves avec l’es­sai PROWESS ? On ne sait tou­jours pas rigou­reu­se­ment quels patients sont sus­cep­tibles de tirer béné­fice de la dro­tré­co­gine et ceux sus­cep­tibles d’en pâtir
    • La lutro­pine alfa apporte-t-elle un pro­grès thé­ra­peu­tique tan­gible ? Pas de preuve d’une supé­rio­ri­té tan­gible sur les sub­stances d’o­ri­gine extrac­tive (2 pages, 2 références)

INFORMATIONS ABONNEMENTS
Les abon­ne­ments sont le seul finan­ce­ment de la revue Pres­crire. Nous ne pou­vons donc offrir d’a­bon­ne­ments gra­tuits. Cepen­dant, la revue Pres­crire a mis en place des tarifs spé­ci­fiques et adap­tés aux pro­fes­sion­nels de san­té exer­çant dans les pays à faibles res­sources (Tarifs Sou­tien Inter­na­tio­nal pour les pays dont le PNB est infé­rieur à 10 000 USD)*.
Si vous ne connais­sez pas la revue Pres­crire, nous pou­vons vous adres­ser un exem­plaire ; envoyez-nous votre nom et adresse com­plète. L’a­bon­ne­ment annuel à la revue Pres­crire com­prend la livrai­son de 11 numé­ros de la revue Pres­crire ain­si que de leurs éven­tuels sup­plé­ments, la mise à dis­po­si­tion d’ou­tils de recherche des articles de la revue (index papier, index Pres­crire sur CD-ROM), et l’ac­cès com­plet au Site Inter­net Pres­crire (www.prescrire.org). Prix de l’a­bon­ne­ment (1 an) : Tarif nor­mal = 190 Euros ; Tarif étu­diants = 95 Euros ; Tarif Ins­ti­tu­tions = 430 Euros

La revue Pres­crire BP 459 75527 Paris Cedex 11 FRANCE
Tél : 33 1 49 23 72 65 – Fax : 33 1 48 07 87 32
Site inter­net : www.prescrire.org

Derniers articles

Oxycodone : Indications, Posologie, Effets, Précautions d’emploi

Pour traiter les douleurs en fonction de leur intensité, l’Organisation Mondiale de la Santé...

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

Pour aller plus loin

Oxycodone : Indications, Posologie, Effets, Précautions d’emploi

Pour traiter les douleurs en fonction de leur intensité, l’Organisation Mondiale de la Santé...

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...