HomeNon classéVACCINATION B.C.G et les test de contôle.

VACCINATION B.C.G et les test de contôle.

Publié le

spot_img

Rap­pel arrê­té du 5 sep­tembre 1996 – MAJ 2007

Obli­ga­tions vaccinales
—- Les enfants de moins de 6 ans accueillis dans les écoles mater­nelles, chez les assis­tantes mater­nelles, dans les pou­pon­nières et mai­sons d’en­fant à carac­tère sanitaire.
—- Les enfants de plus de 6 ans, les ado­les­cents et les jeunes adultes qui fré­quentent les éta­blis­se­ments sco­laires du pre­mier et second degré, ain­si que tous les éta­blis­se­ments équivalents.

 

MAJ 2007
L’obligation de la vac­ci­na­tion par le BCG pour les enfants et les ado­les­cents est sus­pen­due depuis le décret 2007–1111 du 17 juillet 2007, publié au Jour­nal Offi­ciel du 19 juillet 2007.
La vac­ci­na­tion est désor­mais recom­man­dée chez les enfants appar­te­nant à des groupes à risque éle­vé de tuber­cu­lose dès le pre­mier mois de vie.
 

—- Les étu­diants en Méde­cine, Phar­ma­cie, Chi­rur­gie dentaire.
—- Les élèves des écoles de sages-femmes, d’in­fir­miers et toutes autres per­sonnes ins­crites dans des éta­blis­se­ments pré­pa­rants à des pro­fes­sions à carac­tère sani­taire ou social.

NB NB NB : En 2003, les pré­sentes recom­man­da­tions sont remises en ques­tions. Une modi­fi­ca­tion des textes offi­ciels est attendue.…

Les contre-indi­ca­tions à la vac­ci­na­tion par le BCG sont :
—- CI Défi­ni­tives : défi­cits immu­ni­taires congé­ni­taux ou acquis
—- CI tem­po­raires : der­ma­toses éten­dues en évolution
—- NB : la séro­po­si­ti­vi­té des enfants nés de mère infec­tée par le virus HIV ne crée pas de contre-indi­ca­tion défi­ni­tive en cas de néga­ti­va­tion séro­lo­gique ultérieure.

La tech­nique de vac­ci­na­tion de référenc
La voie intra­der­mique stricte est la tech­nique de vac­ci­na­tion de référence.
La poso­lo­gie est adap­tée : 0,05 ml avant 2 ans puis au delà, O,1 ml. Plus excep­tion­nel­le­ment (<5/1000), appa­rait une adé­nite sup­pu­rée ou « bécé­gite  » favo­ri­sée par une tech­nique défec­tueuse et le jeune âge. Elle peut évo­luer en quelques semaines ou mois vers la gué­ri­sion spon­ta­née, la cal­ci­fi­ca­tion ou la sup­pu­ra­tion. Elle peut néces­si­ter l’é­va­cua­tion du caséum (voire l’exé­rèse chi­ru­gi­cale) et 1 à 3 injec­tion locale d’isoniazide.
La bécé­gite géné­ra­li­sée est raris­sime et uni­que­ment dans le cas de dif­fi­cit immu­ni­taire cellulaire.

Avant trois ans, la vac­ci­na­tion par mulit­punc­teur MONOVAX® est possible.

Les tests tuberculiniques
Si la vac­ci­na­tion et le test peuvent être pra­ti­qués par un infir­mier diplo­mé d’é­tat, la lec­ture du test doit obli­ga­toi­re­ment être pra­ti­quée par un médecin.
L’in­tra­der­mo réac­tion reste le test de réfé­rence (0,1 ml de Tuber­cu­line PPD soit 10 U ) La lec­ture à 72 heures doit don­ner une indu­ra­tion dont le seuil de posi­ti­vi­té est de5 mm de dia­mètre . Une aug­men­ta­tion supé­rieure à 10 mm par rap­port à un test anté­rieur doit conduire à des inves­ti­ga­tions à la recherche d’une infec­tion tuberculeuse.

Avant 3 ans le test par mul­ti­punc­teur MONOTEST® peut être uti­li­sé.
Le seuil de posi­ti­vi­té est de 2 mm et doit en l’ab­sence de vac­ci­na­tion anté­rieure conduire à des inves­ti­ga­tions à la recherche d’une infec­tion tuber­cu­leuse.
Un test néga­tif suf­fit à la déci­sion de vac­ci­na­tion par le BCG.

Le timbre tuber­cu­li­nique ne doit plus être utilisé

Contrôle post-vac­ci­nal par IDR
« Sont consi­dé­rés comme ayant satis­fait à l’o­bli­ga­tion vac­ci­nale les per­sonnes ayant une IDR posi­tive (cf supra) ou pour les enfants jus­qu’à 3 ans, un test par mul­ti­pun­ter posi­tif. » (R. 215–4 du Code de la San­té Publique)

Le contrôle post vac­ci­nal doit être pra­ti­qué dans les 12 mois au plus et aprés au moins 3 mois aprés la vaccination.
Si le contrôle est néga­tif, il y lieu de revac­ci­ner une fois par voie intradermique.
Si le contrôle est posi­tif , un nou­veau contôle sera pra­ti­qué tous les 3 ans

Les sujets contact : CAT
Cli­quez ICI

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...