HomeNon classéPHYTOSTEROLS

PHYTOSTEROLS

Publié le

spot_img

Une étude de l’u­ni­té de pré­ven­tion des mala­dies car­dio-vas­cu­laires de l’hô­pi­tal de la Pitié-Sal­pé­trière a mon­tré que la consom­ma­tion de 20 g/J de la mar­ga­rine Pro-Activ entrai­nait une dimi­nu­tion trés spé­ci­fique du LDL-cho­les­té­rol (10% envi­ron) sans modi­fi­ca­ton du HDL.

Cette mar­ga­rine fabri­quée par Fruit d’Or ets enri­chie en phy­to­sté­rols c’est à dire de com­po­sés proches du cho­lés­té­rol mais issues de plantes. Elles semblent agir en inhi­bant l’ab­sorp­tion du cho­les­té­rol au niveau de l’in­tes­tin. Ce der­nier est éli­mi­né dans les selles.

A noter tou­te­fois que des études à plus grande échelle res­tent néces­saires pour éva­luer l’im­pact et les éven­tuels effets secon­daires à long terme.

A suivre, donc…

Ali­ments enri­chis en phy­to­sté­rols ou phytostanols
Pas de place en pré­ven­tion cardiovasculaire

Rev Pres­crire 2005 ; 25 (266) : 763–768

L’in­dus­trie ali­men­taire s’est engou­frée dans le cré­neau des « ali­ca­ments » c’est à dire des ali­ments sus­cep­tibles d’a­mé­lio­rer la san­té ou de pré­ve­nir des maladies.
Une nou­velle fois les mar­chands du Temple déna­turent l’in­for­ma­tion pour en tirer un pro­fit financier.…

Les phy­to­sté­rols peuvent appor­ter une petite baisse de la LDL-cho­les­té­ro­lé­mie (mau­vais cho­lés­té­rol) , mais en 2005, les don­nées concer­nant les béné­fices et les risques, en par­ti­cu­lier sur le long terme, sont insuf­fi­santes pour recom­man­der ces ali­ments, même en cas de risque car­dio­vas­cu­laire élevé.

 

Les plantes ren­ferment des sté­rols, alias phy­to­sté­rols, qui ont une struc­ture proche du cho­les­té­rol. Ces sté­rols se trouvent en faible quan­ti­té, par­ti­cu­liè­re­ment dans cer­taines huiles végé­tales telles que soja, maïs, tour­ne­sol, col­za. Ils sont en géné­ral peu absor­bés par l’in­tes­tin. On appelle phy­tos­ta­nols des phy­to­sté­rols satu­rés en hydrogène.

D’a­près plu­sieurs essais com­pa­ra­tifs de courte durée, un apport de 2 g par jour de phy­to­sté­rols ou de phy­tos­ta­nols, sous forme d’a­li­ment for­te­ment enri­chi, réduit de 6 % à 10 % envi­ron la LDL-cho­les­té­ro­lé­mie sans modi­fi­ca­tion de la HDL-cho­les­té­ro­lé­mie dans la popu­la­tion géné­rale. Cette dimi­nu­tion de la LDL-cho­les­té­ro­lé­mie se pro­duit éga­le­ment chez des patients ayant une cho­les­té­ro­lé­mie modé­ré­ment éle­vée, et chez les patients par ailleurs sous médi­ca­ment hypocholestérolémiant.

Il n’y a pas d’é­va­lua­tion cli­nique à long terme de la consom­ma­tion régu­lière d’a­li­ments enri­chis en phy­to­sté­rols ou en phytostanols.

Les effets indé­si­rables ont peu été étu­diés. Les essais ont sur­tout por­té sur des cri­tères bio­lo­giques, et les per­sonnes à fort risque car­dio­vas­cu­laire y sont peu repré­sen­tées. La consom­ma­tion régu­lière d’a­li­ments for­te­ment enri­chis en phy­to­sté­rols ou en phy­tos­ta­nols dimi­nue la bio­dis­po­ni­bi­li­té de la vita­mine E et de la vita­mine A dans des essais de courte durée. Leur consom­ma­tion est décon­seillée aux femmes enceintes et aux jeunes enfants.

Des réac­tions rares à type de throm­bo­pé­nie ou d’a­né­mie hémo­ly­tique ont été décrites. Ano­rexie, crampes, diar­rhée, consti­pa­tion, réac­tions aller­giques ont été rapportées.

Au cours de la sito­sté­ro­lé­mie fami­liale homo­zy­gote, une affec­tion géné­tique rare, les phy­to­sté­rols sont absor­bés en grande quan­ti­té et on observe une athé­ro­sclé­rose pré­coce. Il n’est pas exclu qu’il y ait une absorp­tion accrue des phy­to­sté­rols chez cer­tains patients, même en l’ab­sence de sito­sté­ro­lé­mie familiale.

D’é­ven­tuelles inter­ac­tions avec l’ab­sorp­tion ou la bio­dis­po­ni­bi­li­té de cer­tains médi­ca­ments n’ont pas été publiées. Mais une obser­va­tion d’in­te­rac­tion entre anti­vi­ta­mine K et phy­to­sté­rols a été notifiée.

En 2005, les don­nées concer­nant les béné­fices mais aus­si les risques, en par­ti­cu­lier sur le long terme, sont insuf­fi­santes pour recom­man­der ces ali­ments, même en cas de risque car­dio­vas­cu­laire élevé.
Les patients sou­cieux de pré­ven­tion car­dio­vas­cu­laire ont davan­tage inté­rêt à suivre un régime dit « méditerranéen ».

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...