HomeSantéToux du nourrisson : nouvelles modalités de prise en charge

Toux du nourrisson : nouvelles modalités de prise en charge

Publié le

spot_img

La toux est un réflexe natu­rel qui per­met le drai­nage des voies res­pi­ra­toires. Elle consti­tue une réponse de l’organisme à cer­tains sti­mu­lus et on la retrouve dans plu­sieurs affec­tions res­pi­ra­toires. Elle concerne aus­si bien les nour­ris­sons, les jeunes enfants que les adultes.

Quand elle sur­vient chez le nour­ris­son, la toux s’accompagne de troubles res­pi­ra­toires légers ou modé­rés. Pour la trai­ter, on recourt aux nou­velles moda­li­tés de prise en charge repo­sant essen­tiel­le­ment sur des mesures hygié­no­dié­té­tiques et non une médication.

Toux du nourrisson : présentation

Voi­ci une tri­bune qui pré­sente la défi­ni­tion, la typo­lo­gie, les symp­tômes asso­ciés et les étio­lo­gies de la toux du nourrisson.

Toux du nourrisson : définition

La toux du nour­ris­son est une action réflexe sem­blable aux cris d’un phoque ou aux aboie­ments d’un chien. Elle sur­vient chez les enfants ayant moins de 2 ans et per­met d’expulser l’air des organes pulmonaires.

Bien qu’en géné­ral, elle consti­tue le symp­tôme cli­nique d’une affec­tion res­pi­ra­toire, elle peut appa­raître sans qu’il existe une cause patho­lo­gique. La plu­part du temps, la toux pré­sente un carac­tère brutal.

Toux du nourrisson : typologie

Comme la toux de l’adulte, il existe dif­fé­rents types de toux du nour­ris­son notamment :

  • La toux sèche du nourrisson ;
  • La toux grasse du nourrisson ;
  • La toux rauque du nourrisson ;
  • La toux aiguë du nourrisson ;
  • La toux chro­nique du nourrisson.

Sur le plan cli­nique, ces divers types de toux du nour­ris­son pré­sentent plu­sieurs dissimilitudes.

Toux sèche du nourrisson 

La toux sèche du nour­ris­son cor­res­pond à une toux non pro­duc­tive. Elle ne s’accompagne pas d’expectorations et tra­duit géné­ra­le­ment une irri­ta­tion bron­chique. Chez la majo­ri­té des nour­ris­sons, elle pro­voque une res­pi­ra­tion sif­flante. On la retrouve sou­vent dans les infec­tions virales comme le rhume et la rhino-pharyngite.

Toux grasse du nourrisson 

À l’opposé de la toux sèche du nour­ris­son, la toux grasse du nour­ris­son est une toux pro­duc­tive. En géné­ral, elle s’accompagne d’impor­tantes expec­to­ra­tions. Il s’agit du rejet au tra­vers de cra­chats des muco­si­tés encom­brant les bronches. Dans la plu­part des cas, les toux grasses du nour­ris­son n’entraînent pas une res­pi­ra­tion sifflante.

Toux rauque du nourrisson

La toux rauque du nour­ris­son est une forme de taux affec­tant la voix. Elle s’accompagne la plu­part du temps d’une extinc­tion de voix et est extrê­me­ment bruyante. Chez plus d’un patient sur deux, elle tra­duit un dys­fonc­tion­ne­ment dans le larynx.

Toux aiguë du nourrisson 

Dans la forme aiguë de la toux du nour­ris­son, la toux est d’une durée rela­ti­ve­ment courte. Elle s’étend habi­tuel­le­ment sur une à quatre semaines. D’habitude, elle pré­sente une sévé­ri­té variable en fonc­tion de ses étiologies.

Toux chronique du nourrisson

À l’inverse de la toux aiguë du nour­ris­son, la toux chro­nique du nour­ris­son s’étend sur une longue durée. En géné­ral, elle peut agir sur une période de plus quatre semaines. Elle est géné­ra­le­ment d’une gra­vi­té moindre que la toux aiguë du nourrisson.

Toux du nourrisson : symptômes associés

La toux qu’il affecte l’adulte ou le nour­ris­son est très rare­ment un symp­tôme cli­nique iso­lé. Elle s’accompagne sou­vent des mani­fes­ta­tions cli­niques suivantes :

  • La fièvre modérée ;
  • L’écoulement nasal ;
  • La fatigue physique ;
  • Le gon­fle­ment de cer­tains gan­glions lymphatiques.

Plus rare­ment, on asso­cie la toux du nour­ris­son à une perte impor­tante d’appétit pou­vant entraî­ner une perte de poids.

Toux du nourrisson : étiologies

Les étio­lo­gies de la toux du nour­ris­son sont mul­tiples et variées. Les plus cou­rantes incluent :

  • L’inhalation d’un corps étranger ;
  • L’exposition à cer­tains polluants ;
  • Le reflux gastro-œsophagien ;
  • La laryn­gite ;
  • L’asthme du nourrisson ;
  • Cer­taines infec­tions virales.

Il y a aus­si la coque­luche qui consti­tue une cause non rare de la toux du nour­ris­son. Il faut noter, par ailleurs, que la sur­ve­nue de la toux du nour­ris­son dépend rare­ment d’anté­cé­dents géné­tiques et fami­liaux.

Inhalation d’un corps étranger 

L’inha­la­tion d’un corps étran­ger consti­tue l’une des causes les plus cou­rantes de la toux du nour­ris­son. Elle est à l’origine d’une toux de sur­ve­nue bru­tale ne com­pre­nant aucune mala­die sous-jacente. Elle peut entraî­ner des dif­fi­cul­tés res­pi­ra­toires majeures. Dans ce cas, il est impé­ra­tif de conduire le plus rapi­de­ment pos­sible le nour­ris­son aux urgences.

Les corps étran­gers pou­vant induire une toux chez le nour­ris­son sont les petits acces­soires, les mor­ceaux d’aliments, etc. En géné­ral, après l’expulsion du corps étran­ger la toux cesse.

Exposition à certains polluants 

Cer­tains pol­luants à savoir la pous­sière et la fumée peuvent cau­ser une toux chez le nour­ris­son. D’ordinaire, ils sont res­pon­sables d’une toux de sur­ve­nue bru­tale et régres­sant au bout de quelques minutes. Elle ne pro­voque aucun trouble res­pi­ra­toire et évo­lue rare­ment vers des com­pli­ca­tions. Par consé­quent, on n’est pas tenu d’amener le nour­ris­son à l’hôpital. Pour sa sécu­ri­té, cepen­dant, il est impor­tant de le pro­té­ger du pol­luant à l’origine de la toux.

Reflux gastro-œsophagien 

Le reflux gas­tro-œso­pha­gien en abré­gé RGO cor­res­pond à la remon­tée d’aliments ou de sels biliaires de l’estomac vers l’œsophage. Il est res­pon­sable de dou­leurs pha­ryn­gées, de remon­tées acides et d’un goût amer. Chez le nour­ris­son, il s’accompagne sou­vent de régur­gi­ta­tions ali­men­taires et d’une toux opti­mi­sée durant les repas.

La toux du nour­ris­son en cas de reflux gas­tro-œso­pha­gien peut per­du­rer pen­dant long­temps. Elle dis­pa­raît géné­ra­le­ment quand le nour­ris­son com­mence à se tenir en posi­tion debout. Cepen­dant, elle ne repré­sente aucun risque pour sa san­té, car elle est de sévé­ri­té faible et se com­plique rarement.

Laryngite 

La laryn­gite est une condi­tion patho­lo­gique se carac­té­ri­sant par une inflam­ma­tion du larynx. Elle est la consé­quence d’infections bac­té­riennes, d’infections fon­giques et d’infections répé­tées des sinus. Chez le nour­ris­son, elle se mani­feste par une toux sèche sévère néces­si­tant une consul­ta­tion médi­cale d’urgence.

Asthme du nourrisson 

L’asthme est une affec­tion pro­vo­quant un rétré­cis­se­ment impor­tant des voies res­pi­ra­toires. Il évo­lue par pous­sées et est res­pon­sable d’importants troubles res­pi­ra­toires. Chez le nour­ris­son où il entraîne une toux grasse, on l’associe prin­ci­pa­le­ment aux anté­cé­dents fami­liaux de mala­dies ato­piques. Il s’agit entre autres de la rhi­nite aller­gique, de l’asthme des parents et de l’eczéma.

L’asthme du nour­ris­son pré­sente rare­ment une ori­gine aller­gique. Quel­que­fois, il sur­vient à cause du taba­gisme des parents ou de la prématurité.

Infections virales

Plu­sieurs infec­tions virales peuvent cau­ser la toux du nour­ris­son. Il y a les infec­tions virales des voies res­pi­ra­toires hautes et celles des voies res­pi­ra­toires basses. Elles font inter­ve­nir divers agents viraux et pro­voquent des mani­fes­ta­tions variées.

Les infec­tions virales des voies res­pi­ra­toires hautes les plus cou­rantes chez le nour­ris­son sont :

  • L’otite moyenne aiguë (OMA) ;
  • La rhi­nite ;
  • La rhi­no-pha­ryn­gite ;
  • La rhi­no­si­nu­site.

Par contre, seule­ment deux infec­tions des voies res­pi­ra­toires basses sont fré­quentes chez le nour­ris­son. Il y a la bron­chio­lite et la bron­chite virale. La toux du nour­ris­son prend des formes variables en fonc­tion du type d’infection virale.

Toux du nourrisson : nouvelles modalités de prise en charge

Toux du nourrisson

Les nou­velles moda­li­tés de prise en charge de la toux du nour­ris­son reposent prin­ci­pa­le­ment sur le res­pect de mesures hygié­no-dié­té­tiques. Elles pré­voient la contre-indi­ca­tion de cer­taines classes thé­ra­peu­tiques, mais recom­mandent l’utilisation d’autres classes dans des condi­tions spé­ci­fiques. De même, elles apportent des pré­ci­sions sur l’utilisation de la kiné­si­thé­ra­pie respiratoire.

Prise en charge de la toux du nourrisson : principales mesures hygiéno-diététiques

Dans la prise en charge de la toux du nour­ris­son, les nou­velles moda­li­tés pré­co­nisent le res­pect de quatre mesures hygiéno-diététiques.

Première mesure hygiéno-diététique : désobstruction nasale pluriquotidienne

La pre­mière mesure hygié­no-dié­té­tique de prise en charge de la toux chez le nour­ris­son consiste en une désobs­truc­tion nasale. Elle doit idéa­le­ment se faire plu­sieurs fois par jour à l’aide d’un sérum physiologique.

En cas d’encombrement où elle s’avère indis­pen­sable, elle per­met de pré­ve­nir les dif­fi­cul­tés res­pi­ra­toires chez le nour­ris­son. Pour réa­li­ser une désobs­truc­tion nasale, il n’est pas néces­saire de se rendre dans un hôpi­tal. Pour la sécu­ri­té du nour­ris­son, cepen­dant, il est impor­tant de s’approprier le prin­cipe de sa réa­li­sa­tion avant toute chose.

Deuxième mesure hygiéno-diététique : mettre fin à l’exposition du nourrisson au tabac

Le taba­gisme pas­sif peut induire ou aggra­ver la toux du nour­ris­son. Pour cela, dans le cadre de sa prise en charge, on recom­mande d’éviter d’exposer le nour­ris­son au tabac. Il est alors impor­tant de ne pas fumer à proxi­mi­té du nour­ris­son et de le gar­der à dis­tance des endroits où on fume.

Troisième mesure hygiéno-diététique : hydratation optimale

Les nou­velles moda­li­tés de prise en charge de la toux du nour­ris­son pré­co­nisent une hydra­ta­tion opti­male. Cela per­met d’éviter le des­sè­che­ment de la gorge et l’apparition de com­pli­ca­tions. L’hydratation chez le nour­ris­son peut se faire avec de l’eau, un jus de fruits ou un breu­vage liquide.

Quatrième mesure hygiéno-diététique : contrôle de la température ambiante

L’humi­di­té est un élé­ment sus­cep­tible d’aggraver la toux chez le nour­ris­son. Pour cela, dans le cadre de sa prise en charge, on recom­mande de contrô­ler la tem­pé­ra­ture de la chambre du nour­ris­son. On doit faire en sorte qu’elle ne baisse pas au-des­sous de 19 ou 20 °C. De plus, il est impor­tant de ne pas sou­mettre le nour­ris­son à des bains froids.

Prise en charge de la toux du nourrisson : médicaments contre-indiqués

Les nou­velles moda­li­tés de prise en charge de la toux du nour­ris­son contre-indiquent l’utilisation des médi­ca­ments suivants :

  • Les muco­ly­tiques ;
  • L’hélicidine ;
  • Les muco­flui­di­fiants.

Il y a aus­si les sup­po­si­toires à base de déri­vés ter­pé­niques qui font éga­le­ment l’objet de contre-indi­ca­tions for­melles chez le nour­ris­son souf­frant de toux. Par ailleurs, les médi­ca­ments tels que les cor­ti­coïdes et les anti­bio­tiques bien qu’étant non contre-indi­qués ne sont pas conseillés dans le trai­te­ment. Ils ne pré­sentent aucun effet spé­ci­fique et sont sus­cep­tibles de pro­vo­quer des com­pli­ca­tions graves.

Mucolytiques

Les muco­ly­tiques ou les flui­di­fiants bron­chiques sont une classe phar­ma­ceu­tique favo­ri­sant les expec­to­ra­tions. Ils pré­sentent un faible inté­rêt et sont contre-indi­qués chez le nour­ris­son pour plu­sieurs rai­sons.

La prin­ci­pale est qu’ils accen­tuent l’encombrement des bronches et pro­voquent des réac­tions diges­tives et allergiques.

Hélicidine

L’héli­ci­dine est un sirop exer­çant un effet séda­tif sur la toux. Il s’agit d’une muco­gly­co­pro­téine déri­vée de l’escargot (Helix poma­tia L.). Bien qu’étant très effi­cace, on le contre-indique chez le nour­ris­son. La rai­son est qu’il existe un risque impor­tant de sur­ve­nue de réac­tions aller­giques.

Mucofluidifiants

Les muco­flui­di­fiants per­mettent la flui­di­fi­ca­tion et l’élimination du mucus. Ils ont démon­tré une très grande effi­ca­ci­té dans la prise en charge de la toux. À l’instar des muco­ly­tiques, cepen­dant, on les contre-indique chez le nour­ris­son, car il existe un risque d’encom­bre­ment accru des bronches.

Suppositoires à base de dérivés terpéniques

Les déri­vés ter­pé­niques sont des médi­ca­ments conte­nant du camphre, du cinéole, du niaou­li, du thym sau­vage, du ter­pi­nol, de la ter­pine ou du men­thol. Ils per­mettent de lut­ter effi­ca­ce­ment contre la toux. En rai­son du risque convul­sif qu’ils pré­sentent, néan­moins, ils sont contre-indi­qués chez le nourrisson.

Prise en charge de la toux du nourrisson : médicaments indiqués

Quelques médi­ca­ments sont indi­qués dans la prise en charge de la toux du nour­ris­son. Il y a principalement :

  • Les bron­cho­di­la­ta­teurs ;
  • Les anti­py­ré­tiques ;
  • Les anti­sé­cré­toires gastriques.

L’administration de ces médi­ca­ments se fait de façon non sys­té­ma­tique et dépend des étio­lo­gies de la toux du nourrisson.

Bronchodilatateurs

Les bron­cho­di­la­ta­teurs sont des médi­ca­ments entraî­nant une dila­ta­tion des bronches. Dans le trai­te­ment de la toux du nour­ris­son, ils sont indi­qués uni­que­ment en cas d’asthme. En géné­ral, ils sont sans risque pour la san­té du nourrisson.

Antipyrétiques

Les anti­py­ré­tiques per­mettent l’abaissement de la tem­pé­ra­ture cor­po­relle. On les uti­lise dans le trai­te­ment de la toux du nour­ris­son seule­ment en pré­sence de fièvre. On décon­seille de les asso­cier à d’autres médicaments.

Antisécrétoires gastrique

Les anti­sé­cré­toires gas­triques inhibent spé­ci­fi­que­ment l’activité sécré­toire de l’estomac. Ils sont res­pon­sables de la réduc­tion des quan­ti­tés d’acides chlor­hy­driques sécré­tés par les cel­lules parié­tales sto­ma­cales. En géné­ral, dans la prise en charge de la toux du nour­ris­son, on recom­mande de les uti­li­ser seule­ment en cas de reflux gas­tro-œso­pha­gien. Dans le cas contraire, elles sont sans aucun effet sur la régres­sion de la toux.

Prise en charge de la toux du nourrisson : indication de la kinésithérapie respiratoire

Dans une toux aiguë décou­lant d’une infec­tion bénigne des voies res­pi­ra­toires, il n’est pas néces­saire de recou­rir à une kiné­si­thé­ra­pie res­pi­ra­toire. Il en est de même pour les toux aiguës asso­ciées aux pol­luants phy­siques tels que la fumée et la poussière.

En revanche, en pré­sence d’une bron­chio­lite, une kiné­si­thé­ra­pie res­pi­ra­toire pour­rait s’imposer pour le bien-être du nour­ris­son. Il revient géné­ra­le­ment au méde­cin trai­tant de juger de sa néces­si­té ou pas en consi­dé­rant le tableau cli­nique du nourrisson.

 

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...