HomeNon classéNouvelles modalités de prise en charge de la toux chez le nourrisson...

Nouvelles modalités de prise en charge de la toux chez le nourrisson (enfant de moins de 2 ans) Point informations Afssaps

Published on

spot_img

28/10/2010 – 2012 [Texte com­plet]
 

MAJ 2012
Du fait du risque d’at­teinte neu­ro­lo­gique essen­tiel­le­ment convul­sif, les sup­po­si­toires conte­nant des déri­vés ter­pé­niques sont désor­mais contre-indi­qués chez les enfants de moins de 30 mois et chez les enfants ayant des anté­cé­dents de convul­sion fébrile ou d’é­pi­lep­sie quel que soit l’âge. [Lire]
Bron­cho­rec­tine, Ter­pone NNO, Tro­phi­rès NNO, Tro­phi­rès com­po­sé NNO, Bron­cho­der­mine sup­po NNO


Pré­co­ni­ser les mesures hygiéno-diététiques

Désobs­truc­tion nasale plu­ri­quo­ti­dienne au sérum phy­sio­lo­gique en cas d’encombrement nasal.
Evic­tion de l’exposition au tabac (ne pas fumer au domi­cile y com­pris dans une autre pièce que celle où dort le nourrisson).
Hydra­ta­tion régu­lière du nour­ris­son et limi­ta­tion de la tem­pé­ra­ture à 19–20°C dans la chambre.
Ne pas pres­crire d’antitussifs en cas de toux aiguë banale du nourrisson

Les muco­ly­tiques, les muco­flui­di­fiants et l’hélicidine sont contre-indi­qués chez le nourrisson.

Les sirops anti­his­ta­mi­niques H1 de pre­mière géné­ra­tion uti­li­sés dans le trai­te­ment de la toux seront pro­chai­ne­ment contre-indi­qués chez le nourrisson.
Il est, en outre, envi­sa­gé de contre-indi­quer le fens­pi­ride chez le nour­ris­son et les sup­po­si­toires à base de déri­vés ter­pé­niques chez les enfants de moins de 30 mois (c’est fait… 2012)
. Les sirops anti­tus­sifs à base d’opiacés, sont contre-indi­qués chez les nour­ris­sons en rai­son de leur effet dépres­seur res­pi­ra­toire. En aucun cas, les antal­giques opioïdes de forme pédia­trique ne doivent être uti­li­sés pour trai­ter la toux chez le nourrisson.
Aucun trai­te­ment d’aucune autre nature n’a fait la preuve de son effi­ca­ci­té ; la prise de miel n’est pas recom­man­dée chez les enfants de moins d’un an.

Rap­pel pour les autres médicaments

Les anti­py­ré­tiques peuvent éven­tuel­le­ment être pres­crits en cas de fièvre asso­ciée et mal supportée.
Les bron­cho­di­la­ta­teurs inha­lés ne sont pas recom­man­dés chez un nour­ris­son non asthmatique.
Les anti­bio­tiques sont non seule­ment sans effet, et sus­cep­tibles de déve­lop­per des résis­tances à n’importe quel stade de l’évolution d’une rhi­no­pha­ryn­gite simple. Ils sont éga­le­ment inef­fi­caces sur la durée de la toux dans cette situation.
Les cor­ti­coïdes par voie géné­rale ou par voie inha­lée ne sont pas recom­man­dés en cas de toux aiguë en rap­port avec une rhi­no­pha­ryn­gite, une pha­ryn­gite, une laryn­gite non dys­pnéï­sante, une tra­chéite, une bron­chite, et au cours du pre­mier ou du deuxième épi­sode de bron­chio­lite aiguë du nourrisson.
Les anti­sé­cré­toires gas­triques sont sans effet en l’absence d’un reflux gas­tro-oeso­pha­gien clai­re­ment identifié.
En cas de coque­luche , une anti­bio­thé­ra­pie à base de macro­lides doit être ins­tau­rée rapidement.
Les médi­ca­ments par voie orale, inha­lée, nasale ou en appli­ca­tion cuta­née conte­nant des déri­vés ter­pé­niques (ex : camphre, euca­lyp­tol, etc.) sont contre-indi­qués chez les nour­ris­sons et les enfants âgés de moins de 30 mois en rai­son de leur risque neu­ro­lo­gique, en par­ti­cu­lier convul­si­vant, chez les enfants en bas âge.

Kiné­si­thé­ra­pie respiratoire

Il n’est pas néces­saire de pres­crire de la kiné­si­thé­ra­pie res­pi­ra­toire face à une toux aiguë liée à une infec­tion banale des voies res­pi­ra­toires, non compliquée.
En revanche, la kiné­si­thé­ra­pie res­pi­ra­toire doit être dis­cu­tée au cas par cas dans la bron­chio­lite.

[Texte com­plet]

les déri­vés terpéniques
Men­thol, camphre, cinéole, niaou­li, thym sau­vage, ter­pi­nol, ter­pine, citral et huiles essen­tielles d’aiguille de pin, d’eucalyptus et de térébenthine.

Latest articles

Celebrex – Celecoxib : efficacité et sécurité clinique par rapport aux AINS

Inclus dans la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et plus particulièrement dans celle...

BPCO : causes, symptômes et traitements

La BPCO ou la bronchopneumopathie chronique obstructive est un ensemble d’affections respiratoires et graves,...

Boiteries de l’enfant : causes, symptômes et traitements

Une part importante de la population est confrontée à un problème orthopédique en France,...

Adrénaline solution injectable IM en auto-injecteur

Très utilisée pour stopper ou réduire l’impact des crises cardiaques, l’adrénaline est une hormone...

More like this

Celebrex – Celecoxib : efficacité et sécurité clinique par rapport aux AINS

Inclus dans la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et plus particulièrement dans celle...

BPCO : causes, symptômes et traitements

La BPCO ou la bronchopneumopathie chronique obstructive est un ensemble d’affections respiratoires et graves,...

Boiteries de l’enfant : causes, symptômes et traitements

Une part importante de la population est confrontée à un problème orthopédique en France,...