HomeNon classéREHYDRATATION DU NOURRISSON

REHYDRATATION DU NOURRISSON

Published on

spot_img

Source: American medical asso. – OMS – Prescrire N° 207

Que ce soit lors d’une gastroentérite ou simplement par la fièvre, l’anorexie, les vomissements, la déshydratation du NNO reste un problème d’actualité.
Il apparait que dans la grande majorité des cas (97%) la réhydratation par voie orale est efficace et doit être commencée même en cas d’hospitalisation.

La conduite à tenir va alors comprendre plusieurs volets dont l’analyse globale- l’aspect global du NNO – (l’oeil du maquignon) rest une éléments essentiels:

Réhydratation de l’enfant après 6 mois
Les mérites d’un simple jus de pomme

Les enfants réhydratés au jus de pomme dilué, puis avec leurs boissons préférées récupèrent et se réhydratent mieux Echec 16,5% des enfants ayant reçu le jus de pomme dilué versus 25% pour ceux avec solution de réhydratation. En termes de fréquence de la diarrhée et de vomissement ou de perte de poids ou de réadmission à l’hôpital aucune différence significative entre les 2 traitements de réhydratation n’est constatée
Ainsi, un simple jus de pomme dilué peut être une alternative et largement plus acceptée par les jeunes patients.
[Lire / Jama.jamanetwork.com]
Esculape Le Coca Cola dilué à 50/50 avec de l’eau peut être utilisé.

LES FAUX AMIS et VIEILLES COUTUMES

  • L’eau pure : Chez un nourrisson, en cas de déshydratation même modérée, une réhydratation par de l’eau pure sans apport de sodium peut entrainer une hyponatrémie et un oedème cérébral parfois grave (coma, état de mal convulsif, hypertension intracranienne). Lorsque l’alimentation apporte le sodium, l’eau pure peut être utilisée sans restriction.
  • Les boissons trop sucrées comme le Coca Cola ® sont inapropriées à la réhydratation d’un enfant diarrhéique . D’une part leur teneur en sodium (2 mmol/l) est trop faible pur assurer la compensation des pertes , d’aute part leur hyperosmolarité (750 mmol/l pour le Coca Cola ® ) est largement trop forte et peut aggraver la diarhée par appel osmotique

    NB (Esculape) : 500 ml de coca, 500 ml d’eau, 1/2 à 1 cuillère à café de sel de cuisine et 1 cuillère à café de jus de citron donne une solution acceptable….
    De même, un litre d’eau potable contenant 6 cuillères à café de sucre, 1 cuillère à café de sel et 1 cuillère à café de jus de citron donne une solution de réhydratation satisfaisante.

  • L’eau de riz – c’est à dire l’eau de cuisson du riz – largement conseillée peut apporter eau et sodium si l’eau de cuisson a été salée mais la concentration en glucides reste bien trop faible (voir en fin de texte la bouillie de riz)
  • Les préparations à base de soupe de carrotte doivent être abandonnées car elles apportent peu d’électrolytes mais masquent la diarrhée par leur pouvoir absorbant (Dr P. Berterottière. Service de nutrition pédiatrique. Hôpital Trousseau Paris)
  • Les médicaments antidiarrhéiques (ralentisseurs du transit, antisécrétoires, argiles, antispetiques intestinaux) : L’OMS et l’académie américaine de pédiatrie recommande de ne pas les utiliser chez le jeune enfant. (Voir Les diarrhées aigües).
  • L’allaitement maternel doit être poursuivi. Son arrêt multiplie le risque de déshydratation par 3 à 5
  • Arréter le lait de vache: Largement conseillée, cette attitude n’est en fait pas nécessaire chez les enfants souffrants d’une diarhhée aiguë. La revue Prescrire avait déjà en 1989 signalé que diverses études réfutaient cette attitude: l’Académie américaine de Pédiatrie reconnait maintenant cette donnée..
  • Les laits sans lactose : L’OMS les considère comme ” chers et inutiles” (Esculape : le goût déplait à beaucoup d’enfants…) Voir Liste
  • La couleur et odeur des selles n’ont aucun intérêt décisionnel. Seule la présence de sang dans les selles peut être évocatrice d’une infection intestinale bactérienne (salmonelle, E.coli pathogène, campylobacter, shigelles) justifiant coproculture et parfois antibiothérapie.(Voir Les diarrhées aiguës de l’enfant)

LES BONS PLANS de l’OMS

  • LA PREVENTATION
    En l’absence signes cliniques de déshydratation (Voir déshydratation du Nno)
    —- Aprés 6 mois l’augmenation des apports nutritionnels et hydriques (soupes, bouille de riz, yourts, eau) suffisent
    —- Avant 6 mois, chez l’enfant ne prenant pas encore d’alimentation solide, la solution de réhydratation doit être proposée avant le lait. Il n’y pas de restriction particulière à la consommation de lait – y compris en cas de diarrhée.
  • DESHYDRATATION MODEREE : (Voir déshydratation du Nno)
    Quel que soit l’âge, un protocole sur 4 heures doit être mis en place. Les quantitités ingérées doivent être notées par les parents ainsi que la présence d’urines dans les couches
    —- L’alimentation n’est pas proposée pendant ce premier temps
    —- L’OMS suggère la consommation de 75 ml/kg de solution de réhydratation orale sur 4 heures. Cette quantité peut être augmentée en cas de diarrhée profuse.
    —- En cas de vomissements, la majorité des enfants peuvent être hydratés par voie oral e en administrant 5 ml de solution (1 cuillère à café) toutes les 2 à 3 minutes
    L’état de l’enfant est réévalué au bout de 4 heures (Voir Désydratation du Nno) pour décider la suite du traitement.
    Dans tous les cas la réhydratation doit être poursuivie tant que dure la diarrhée.
  • DESHYDRARATION GRAVE (Voir Désydratation du Nno)
    L’hospitalisation est nécessaire mais débuter la réhydratation orale reste le plus urgent.
    A l’hôpital, elle reste maintenue associée à une perfusion IV de solution de Ringer lactate 100 ml/kg en 3 à 5 heures ou par sonde nasogastrique (20 ml/kg/keure)

LES SOLUTIONS DE REHYDRATATION
Tous les sachets sont à diluer dans 200 ml d’eau pour un coût moyen de 23 à 25 francs le litre et ne sont pas rembourssés par la la sécurité sociale alors que la plupart des antidiarrhéiques déconseillés le sont !!!!
Elles sont proposées fréquemment, par petites quantitées (20 à 30 ml à chaque prise) pour assurer 50 à 100 ml/ Kg pendant les 6 premières heures L’OMS suggère la consommation de 75 ml/kg de solution de réhydratation orale sur 4 heures. Cette quantité peut être augmentée en cas de diarrhée profuse.

NB JO du 5 juin 2003: Les solutés de réhydratation orale(SRO) sont désormais remboursables

/////
GLUCIDES
Na (mmol/l)
K (mmol/l)
Osmolarité
(mmol/l)
Nombre de sachets par boite
Type OMS Glucose = 111 mmol/l 90 20 311
Type SYSTEME D(Pour un litre d’eau potable) Sucre: 6 cuillères à cafél Sel: 1 cuillère à café Jus de citron: 1 cuillère à café Correcte
ADIARIL ° Glucose+saccharose
169 mmol/l
49 25 326 14
ALHYDRATE° Saccharose 58 mmol/l + dextrine-maltose 59 mmol/l 60 20 < 300 12
GES 45 ° Glucose + saccharose
167 mmol/l
49 25 298 10
BLEDILAIT RO ° Glucose + saccharose
171 mmol:L
51 25 326 14
FANOLYTE 90 mmol/l 60 20 240
dont 10 mmol /litre de citrates
.
Liste non limitative . . . . .

 

RECETTE DE LA BOUILLIE DE RIZ
Faire cuire 50 à 60 g (poids sec de riz) sans saler l’eau de cuisson dans un litre d’eau.
Mixer le riz et ajouter 1/4 à 1/2 cuillère à café de sel de cuisine et si possible une cuillère à café de jus de citron (riche en potassium).

RINGER LACTATE
La solution de Ringer lactate a une osmolarité de 271mmol/l répartie en 130 de sodium, 40 de potassium, 109 de chlorure et 28 de lactate.

LES HYDROLYSATS DE PROTEINES DE LAIT DE VACHE
Alfaré ® de Nestlé
Peptijunior ® de Nutricia
Galliagène ® de Gallia
Nutramigen ® de Mead et Johnson
Presgétimil ® de Mead et Johnson

LAITS SANS LACTOSE
AL 110 ® de Nestlé
Giargal ® de Gallia
HN RL ® de Milupa
Olac ® (Mead et Johnson)

Latest articles

Syndrome de Guillain Barré

Source : NEUROPATHIES PERIPHERIQUES Pr. Gilles Edan, CHU de Rennes (FRANCE) Le $ de Guillain-Barré...

MEGALERYTHEME – 5ème Maladie

Source : Bulletin Epidémiologie Hebdomadaire - BEH Le parvovirus B19 , agent du mégalérythème épidémique ou...

MYCOSES – CANDIDOSES VULVO­VAGINALES RECIDIVANTES (MVVR)

MAJ 11/2006 DEFINITION Quatre récidives cliniques par an pour la plupart des auteurs et avec preuves...

SIGMOÏDITE DIVERTICULITE AIGUË

- représente la complication aiguë d'une diverticulose connue ou non. Elle touche environ 12 à...

More like this

Syndrome de Guillain Barré

Source : NEUROPATHIES PERIPHERIQUES Pr. Gilles Edan, CHU de Rennes (FRANCE) Le $ de Guillain-Barré...

MEGALERYTHEME – 5ème Maladie

Source : Bulletin Epidémiologie Hebdomadaire - BEH Le parvovirus B19 , agent du mégalérythème épidémique ou...

MYCOSES – CANDIDOSES VULVO­VAGINALES RECIDIVANTES (MVVR)

MAJ 11/2006 DEFINITION Quatre récidives cliniques par an pour la plupart des auteurs et avec preuves...