HomeSantéDéshydratation du nourrisson: causes et traitements

Déshydratation du nourrisson : causes et traitements

Publié le

spot_img

Chez les nour­ris­sons, on parle de déshy­dra­ta­tion lorsque ce der­nier perd plus de fluides cor­po­rels qu’il n’en absorbe. Une telle condi­tion est due à la diar­rhée, aux vomis­se­ments, à la fièvre, etc. Les signes qui annoncent une déshy­dra­ta­tion chez les nour­ris­sons com­prennent la peau pâle, la langue et les lèvres sèches, les pleurs sans larmes, la res­pi­ra­tion lente… Bien qu’on puisse y remé­dier faci­le­ment, la déshy­dra­ta­tion chez le nour­ris­son peut créer des com­pli­ca­tions si elle n’est pas trai­tée rapidement.

Quelles sont les causes de la déshydratation ?

Bien que la déshy­dra­ta­tion puisse tou­cher tout le monde, elle est plus fré­quente chez les nour­ris­sons. Cela est nor­mal parce que, le corps des nour­ris­sons a plus besoin d’eau que celui des per­sonnes âgées.  La déshy­dra­ta­tion des nour­ris­sons peut être cau­sée par des fac­teurs suivants :

Diarrhée

En rai­son des mala­dies virales telles que la grippe, votre nou­veau-né peut souf­frir de la diar­rhée. Quand un enfant fait la diar­rhée, les miné­raux et les sels néces­saires pour son orga­nisme sont per­dus, au tra­vers de ses selles. Cela peut entraî­ner indu­bi­ta­ble­ment une déshydratation.

Vomissement

Plu­sieurs condi­tions telles que les virus dans l’intestin ou encore une intoxi­ca­tion ali­men­taire, peuvent entraî­ner des vomis­se­ments chez les nour­ris­sons. Les vomis­se­ments à leur tour, peuvent engen­drer une déshydratation.

Fièvre

Une fièvre qui atteint une tem­pé­ra­ture de 38 degrés Cel­sius ou plus est la réponse de votre enfant à une infec­tion. Une telle condi­tion peut entraî­ner une déshy­dra­ta­tion et faire perdre plus rapi­de­ment les liquides de votre bébé. Cela peut même l’empêcher de bien téter.

Période de chaleur

Comme les per­sonnes adultes, les nour­ris­sons peuvent aus­si se déshy­dra­ter lorsqu’il fait chaud. Si votre bébé souffre d’une mala­die rela­tive à la cha­leur ou a un coup de soleil, vous devez l’hydrater. Les signes avant-cou­reurs de coups de soleil com­prennent la fièvre, les fris­sons, le mal de tête, la déshy­dra­ta­tion, les ampoules etc.

Les signes de la déshydratation chez les nourrissons

Il existe une pano­plie de signes qui peuvent mon­trer que votre bébé est déshy­dra­té. Les prin­ci­paux signes ou symp­tômes de la déshy­dra­ta­tion comprennent :

Fontanelle enfoncée

La fon­ta­nelle est un espace de la mem­brane qui se situe entre les os du crâne incom­plè­te­ment for­mé des nou­veau-nés. Vous pou­vez aisé­ment sen­tir l’espace entre les deux os du crâne de votre bébé. Au fur et à mesure que l’enfant gran­dit, cet espace se referme. Quand un nou­veau-né crie ou pleure, la fon­ta­nelle gonfle un peu. Mais quand votre enfant est déshy­dra­té, la fon­ta­nelle s’enfonce. Si vous faites bien atten­tion, vous le recon­naî­trez. C’est l’un des prin­ci­paux symp­tômes de la déshy­dra­ta­tion chez les nour­ris­sons et les nouveau-nés.

Activité réduite

Un nour­ris­son déshy­dra­té sera natu­rel­le­ment moins actif et sans force. Il peut aus­si être som­nolent à tout moment.  Nor­ma­le­ment pen­dant l’allaitement, un bébé reste enthou­siaste et actif, mais quand il est déshy­dra­té, il fait tout le contraire. Son acti­vi­té dimi­nue au fil du temps. Si votre bébé est moins réac­tif, alors il y a de quoi s’en faire.

Peu de couche mouillée

Nous le savons tous, les nou­veau-nés et les nour­ris­sons ont constam­ment leurs couches mouillées, du moins, la plu­part du temps.  Quand votre bébé manque d’eau, ses couches ne seront plus mouillées comme cela se devrait. En d’autres mots, cela signi­fie qu’il éva­cue moins d’urine. Si votre nour­ris­son ne mouille pas sa couche pen­dant 6 à 7 heures, alors il est fort pro­bable qu’il soit déshydraté.

Peau froide et moite

Si un bébé com­mence à perdre les fluides de son corps, sa peau perd son élas­ti­ci­té ain­si que sa tex­ture. Autre­ment dit, la peau devient comme ridée. Pour vous assu­rer que votre enfant est vrai­ment déshy­dra­té, pin­cez légè­re­ment sa peau entre deux doigts. S’il l’est vrai­ment, sa peau ne rede­vien­dra pas à la nor­male aus­si­tôt lorsque vous la relâ­che­rez. C’est l’un des prin­ci­paux signes de la déshy­dra­ta­tion chez les nourrissons.

Absence de larmes

La perte consi­dé­rable de liquide ou de fluide dans le corps de votre enfant peut aus­si l’amener à ne plus cou­ler de larmes, même s’il pleure ardemment.

D’autres symp­tômes cou­rants de la déshy­dra­ta­tion comprennent :

  • Lèvres sèches ;
  • Yeux enfon­cés ;
  • Pâleur ;
  • Fatigue ;
  • Tou­jours grognon ;
  • Urine jaune fon­cée ou rouge ;
  • Consti­pa­tion ;
  • Som­no­lence excessive ;
  • Pré­sence de cernes sous les yeux ;
  • Selles molles (si la déshy­dra­ta­tion a été cau­sée par la diar­rhée).

Si votre bébé a l’un ou plu­sieurs des signes men­tion­nés, il serait oppor­tun que vous fas­siez appel à votre pédiatre, qui vous pro­po­se­ra un traitement.

Traitement de la déshydratation

L’objectif pre­mier que visent les trai­te­ments en cas de déshy­dra­ta­tion, est de réhy­dra­ter le nour­ris­son en recons­ti­tuant les fluides ou liquides qu’il a per­dus. La manière de pro­cé­der peut com­prendre une simple admi­nis­tra­tion d’une solu­tion de réhy­dra­ta­tion, ou une per­fu­sion intra­vei­neuse.

Il faut pré­ci­ser que le trai­te­ment dépen­dra de plu­sieurs fac­teurs comme la gra­vi­té de la déshy­dra­ta­tion ain­si que de l’âge de votre bébé.  C’est pour­quoi, il est recom­man­dé à tous les parents ayant un nour­ris­son, de consul­ter immé­dia­te­ment un méde­cin en l’occurrence un pédiatre. Ceci, lorsque le bébé pré­sente des symp­tômes de déshy­dra­ta­tion qui ne semblent pas finir. Ce pro­fes­sion­nel de la san­té peut vous recom­man­der de com­men­cer à trai­ter votre bébé à la mai­son, en sur­veillant de près ses symptômes.

Déshydratation du nourrisson : que faire à la maison ?

Si les symp­tômes que pré­sente votre enfant sont légers, votre pédiatre peut vous faire cer­taines recom­man­da­tions pour le trai­ter à la mai­son. Il vous conseille­ra pro­ba­ble­ment de :

  • Dépla­cer le nour­ris­son dans un endroit frais et enle­ver tous ses vête­ments ou cou­ver­tures en excès (si la tem­pé­ra­ture est éle­vée et que le bébé chauffe) ;
  • D’allaiter le bébé ou lui offrir un biberon ;
  • Gar­der une trace des couches mouillées du bébé.

Il n’est pas conseillé de prendre l’initiative de don­ner un liquide de réhy­dra­ta­tion orale à votre bébé. Les jus, l’eau ou encore le soda sont pros­crits. Vous devez néces­sai­re­ment en dis­cu­ter avec votre méde­cin d’abord.

La pre­mière consé­quence de cet acte est que, ces liquides peuvent ne pas être adap­tés à votre bébé. La seconde consé­quence est que la quan­ti­té que vous lui pro­po­se­rez peut encore aggra­ver la déshydratation.

Si votre pédiatre vous recom­mande un liquide de réhy­dra­ta­tion oral, vous devez suivre les ins­truc­tions qu’il vous don­ne­ra. Ces liquides sont bien dif­fé­rents des simples bois­sons ordi­naires que vous connais­sez car, ils contiennent des élec­tro­lytes per­met­tant de réhy­dra­ter votre bébé.

A l’hôpital

Si les symp­tômes ne s’améliorent pas avec les pre­mières recom­man­da­tions de votre pédiatre, il pour­rait vous deman­der d’a­me­ner le bébé pour un exa­men. Il pour­ra alors faire une éva­lua­tion com­plète, afin de déter­mi­ner le meilleur traitement.

Pour les parents qui allaitent leur bébé avec le lait mater­nel, votre pédiatre véri­fie­ra peut-être la tech­nique de prise de sein de votre bébé. Si mal­gré que vous pen­siez l’allaiter cor­rec­te­ment, votre bébé ne reçoit pas beau­coup de lait mater­nel, il peut vous deman­der de prendre un ren­dez-vous avec un consul­tant en lac­ta­tion. Ce der­nier pour­rait vous conseiller de com­plé­ter l’allaitement de bébé avec du lait mater­nel pompé.

Le méde­cin fera éga­le­ment un exa­men de san­té géné­ral du bébé. Si l’enfant a des infec­tions sous-jacentes, le pro­fes­sion­nel peut pres­crire des com­pri­més afin de trai­ter la mala­die existante.

Par ailleurs, le pédiatre peut don­ner à au bébé des liquides IV, afin de rem­pla­cer ce qui a été per­du. Ce trai­te­ment est lar­ge­ment pra­ti­qué, sur­tout lorsque le nour­ris­son ne mange pas bien ou qu’il a de graves diar­rhées ou de vomissements.

Comment prévenir la déshydratation chez les nourrissons ?

Si vous nour­ris­sez essen­tiel­le­ment votre bébé avec du bibe­ron, il est conseillé de lui offrir trois onces de pré­pa­ra­tion pour nour­ris­son ou du lait mater­nel pom­pé dans un bibe­ron. Vous devez le lui don­ner toutes les deux à trois heures.

Si vous allai­tez votre bébé, vous devez le mettre au sein toutes les deux à trois heures également.

Si votre enfant dort, réveillez-le afin de l’allaiter ou lui faire prendre son bibe­ron, si l’heure de son ali­men­ta­tion a son­né. Au fur et à mesure que les semaines et les mois passent, votre enfant com­men­ce­ra à prendre plus à chaque tétée. Il peut alors plus dor­mir entre les tétées.

Les diar­rhées et les vomis­se­ments sont sou­vent fré­quents chez les nour­ris­sons. Même si cela arri­vait, n’arrêtez pas de le nour­rir. En effet, il a besoin de liquides sup­plé­men­taires afin de rem­pla­cer ceux qu’il perd.  Il en est ain­si pour tous les cas de mala­dies que votre bébé ren­con­tre­ra. Conti­nuez à l’allaiter ou à le nour­rir au bibe­ron aus­si sou­vent que pos­sible, même s’il est malade.

Pre­nez le soin de sur­veiller le nombre de couches mouillées que votre bébé a dans une jour­née. Si ce nombre est en des­sous de la moyenne, alors n’hé­si­tez pas à contac­ter votre pédiatre.

Les nou­veau-nés et les nour­ris­sons n’aiment pas la cha­leur. S’il fait très chaud, emme­nez-le à l’extérieur. Cepen­dant, étant au dehors, ne l’ex­po­sez pas au soleil, main­te­nez-le à l’ombre.

Les bébés peuvent faci­le­ment sur­chauf­fer à l’intérieur d’une pièce ou d’un véhi­cule chaud. Dans ces cas, met­tez votre enfant à l’aise et offrez-lui un bibe­ron ou allai­tez-le, afin de rem­pla­cer les liquides qu’il perdra.

Sauf indi­ca­tion contraire de votre pédiatre, vous n’avez pas besoin de don­ner un bibe­ron d’eau à votre bébé pour pré­ve­nir sa déshy­dra­ta­tion. Lui don­ner de l’eau ne fera que rem­plir son ventre, sans pour autant lui four­nir de véri­tables nutri­ments. Seul le lait mater­nel et les pré­pa­ra­tions pour nour­ris­sons four­nissent à votre enfant le plein de nutri­ments. Selon les pro­fes­sion­nels de la san­té, les bébés ne devraient com­men­cer à prendre l’eau qu’à par­tir du 6ème mois. Même à ce stade, leur consom­ma­tion quo­ti­dienne d’eau ne devrait pas dépas­ser 4 à 8 onces.

Évi­tez les punaises d’estomac, afin de ne pas rendre votre enfant malade. Pour ce faire, lavez-vous fré­quem­ment les mains, sur­tout lorsque vous vou­lez pré­pa­rer le bibe­ron de votre bébé. Vous devez faire le même exer­cice lorsque vous chan­gez ses couches ou après avoir uti­li­sé la salle de bain. Ayez aus­si un dés­in­fec­tant des mains à votre portée.

Si vous remar­quez des signes de déshy­dra­ta­tion de votre bébé ou que vous êtes pré­oc­cu­pé par son niveau d’hydratation, ses habi­tudes ali­men­taires ou autre chose, n’hésitez pas à contac­ter un pédiatre.  Dans l’un ou dans l’autre cas, ne pani­quez pas car votre méde­cin sau­ra com­ment vous aider pour que tout revienne à la nor­male. Néan­moins, il vaut mieux pré­ve­nir que gué­rir dit-on. Il est alors pré­fé­rable d’empêcher la déshy­dra­ta­tion, du moins du mieux qu’on peut.

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...