HomeNon classéBOITERIE AIGUE DE L'ENFANT

BOITERIE AIGUE DE L’ENFANT

Publié le

spot_img

Source en fin de texte

De nom­breuses patho­lo­gies peuvent être impli­quées mais Les causes les plus fré­quentes ont une ori­gine hanche d’ou écho­gra­phie et radio­gra­phie com­pa­ra­tive G/D sys­té­ma­tiques en dehors d’une autre étio­lo­gie évi­dente et cer­taine (d’un autre endroit du MIF : Inéga­lite des MIF Pied et toute sa patho­lo­gie , Genou mais dou­leur pro­je­tée pos­sible à par­tir de la hanche, lom­baire, pied, muscles, nerfs, etc…)

BILAN
— NF, VS/CRP
— Radio­gra­phies, échographie
— A dis­cu­ter ensuite : Ponc­tion lom­baire, Scin­ti­gra­phie, IRM

PATHOLOGIES DE LA HANCHE

ENTRE 10 et 18 mois
—- Dys­pla­sie de hanche à l’âge de l’ac­qui­si­tion de la marche ( luxa­tion congé­ni­tale de la hanche )
—- Arthrite de hanche ++ Sta­phy­lo doré, strep­to bêta-hémolytique.
L’é­cho­gra­phie de la hanche trouve ici un rôle de pre­miers impor­tance. Elle montre la dis­ten­sion capi­tu­laire par l’é­pan­che­ment intra-arti­cu­laire. La ponc­tion arti­cu­laire s’im­pose au moindre doute Urgence

ENTRE 3 et 9 ans
— Syno­vite de hanche : rhume de hanche . L’âge moyen de ce syn­drome est d’en­vi­ron 6 ans. Fébri­cule, vitesse de sedi­men­ta­tion modé­ré­ment accélérée.
L’exa­men radio­lo­gique est géné­ra­le­ment nor­mal mais l’é­cho­gra­phie montre un épan­che­ment arti­cu­laire dans la plu­part des cas.
Le trai­te­ment com­porte une mise au repos abso­lu de la hanche jus­qu’à seda­tion des phé­no­mènes douloureux,
Le pro­nos­tic de la syno­vite tran­si­toire de hanche est favorable.
—- Ostéo­chon­drite pri­mi­tive de hanche, ++ garçon
L’exa­men radio­lo­gique est la clé du diag­nos­tic bien qu’il soit nor­mal au début de l’évolution.
:++ Bio­lo­gie nle
L’os­téo­chon­drite pri­mi­tive de hanche est une atteinte dys­tro­phique d’o­ri­gine vas­cu­laire de trai­te­ment très long et déli­cat. La durée de mise en décharge peut atteindre 12 à 18 mois et la durée de répa­ra­tion com­plète 3 à 4 ans dans les formes graves.
? Risque nécrose de la tête fémorale

PERIODE PERI-PUBERTAIRE
Epi­phy­sio­lyse aigue ou pro­gres­sive : Rx ++
Risque de nécrose tête fémo­rale ou de coxite lami­naire qui évo­luent vers la coxar­throse précoce

LES CAUSES PLUS RARES / CONTEXTE INFLAMMATOIRE
Ostéo­myé­lite à évo­quer en prio­ri­té. IRM et scin­ti­gra­phie osseuse au Technétium
L’ar­thrite rhu­ma­toïde juvénile
Le rhu­ma­tisme arti­cu­laire aigu :RAA
Le syn­drome de FiessingerLeroyReiter
La spon­dy­lar­thrite ankylosante
Une leu­cé­mie peut se révé­ler par une mono-arthropathie.

NB (

  • Uni­ver­si­té de Hei­del­berg ( résu­mé ): série de 131 cas de coxite fugace, mala­die de la hanche la plus fré­quente de l\“enfance. Le diag­nos­tic dif­fé­ren­tiel est très impor­tant. Dans cette série, le diag­nos­tic ini­tial a été modi­fié dans 11 cas : ces patients ayant pré­sen­té par la suite des mala­dies graves, comme une leu­cé­mie, une mala­die de Still ou une mala­die de Perthes.
  • Etude, fran­çaise ( résu­mée ):série de 38 enfants souf­frant de coxite tran­si­toire. Il semble que cette mala­die ne soit pas aus­si bénigne qu\“elle parait, car sur un sui­vi de 2 à 20 ans – moyenne=7 ans -, il reste dans 1/3 des cas des séquelles cli­niques et radio­lo­giques évo­quant une mala­die de Perthes à mini­ma. Les auteurs recom­mandent une radio de contrôle 45 jours après le début, pour exclure le risque d\“une mala­die de Perthes. L\“examen aux iso­topes ne per­met pas d\“affirmer le diag­nos­tic de rhume de hanche, mais montre une hyper­fixa­tion dans le cas d\“une mala­die de Perthes.

    *L’os­teo­chon­drite pri­mi­tive de hanche ou mala­die de Legg-Perthès-Calvé :
    Cette affec­tion est plus rare mais plus grave, et ce d’au­tant plus que l’en­fant est âgé. Elle cor­res­pond à une nécrose isché­mique des noyaux fémo­raux supé­rieurs. L’é­tio­lo­gie est incertaine.
    Les séquelles arti­cu­laires sont fré­quentes, cepen­dant elles n’au­ront sou­vent que des consé­quences à l’âge adulte sous la forme d’une dété­rio­ra­tion arti­cu­laire plus pré­coce. ( 25% d’ar­throse inva­li­dante et 25% de têtes irrégulières).
    Pour en savoir plus http://www.univ-st-etienne.fr/facmed/finit/cottalor/osteoch.html

Pour en savoir plus :
Boi­te­rie de l’en­fant (Dr Bru­no DOHIN Ser­vice de Chi­rur­gie Pédia­trique CH Le Mans )
http://www.pediaweb.com

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...