HomeSantéLa presbyacousie : causes, symptômes et traitements ?

La presbyacousie : causes, symptômes et traitements ?

Publié le

spot_img

La pres­bya­cou­sie s’attaque habi­tuel­le­ment aux per­sonnes âgées de plus de 50 ans. Cette mala­die a été long­temps consi­dé­rée comme un mal engen­dré par la vieillesse. Cepen­dant, elle peut être cau­sée par d’autres fac­teurs favo­ri­sant sa sur­ve­nue. Quelles sont les causes et symp­tômes de la pres­bya­cou­sie ? Quels sont les trai­te­ments adé­quats pour la vaincre ? Focus !

Description de la presbyacousie

La pres­bya­cou­sie désigne une patho­lo­gie se mani­fes­tant par une perte lente et pro­gres­sive de l’audition. En effet, elle est un phé­no­mène rare, mais demeure très fré­quent en France.

Ce mal est habi­tuel­le­ment remar­qué chez les per­sonnes du troi­sième âge. Il appa­raît géné­ra­le­ment, plus fré­quem­ment chez les hommes que chez les femmes. La rai­son de cela réside en ce que l’appareil audi­tif de l’homme se dété­riore plus rapi­de­ment que celui de la femme.

De plus, au fur et à mesure que l’âge évo­lue, le risque de déve­lop­per une pres­bya­cou­sie reste très éle­vé. Cepen­dant, cette forme de sur­di­té peut appa­raître à un jeune âge, plus pré­ci­sé­ment dans la ving­taine. Dans ces cas, il est remar­qué que le sujet pré­sente une pré­dis­po­si­tion héré­di­taire à la presbyacousie.

Il est donc impor­tant d’effectuer des consul­ta­tions dans cette tranche d’âge pour détec­ter le plus tôt pos­sible le mal. Des consul­ta­tions sont aus­si recom­man­dées dès le troi­sième âge pour détec­ter assez tôt la pathologie.

Caractéristiques de la presbyacousie

La pres­bya­cou­sie est un phé­no­mène de sur­di­té bila­té­rale. Autre­ment dit, elle attaque les deux oreilles simul­ta­né­ment. Elle est carac­té­ri­sée par une dif­fi­cul­té à per­ce­voir les sons émis. En effet, tout l’appareil audi­tif se dégrade plus pré­ci­sé­ment l’oreille interne et externe ain­si que les voies ner­veuses.

De plus, lorsqu’un sujet souffre de pres­bya­cou­sie, ses cel­lules neu­ro­sen­so­rielles trans­forment les sons et vibra­tions émis autour de lui. Le tym­pan du sujet atteint devient moins souple et déforme les infor­ma­tions et les sons reçus.

À ce stade, le sujet arrive dif­fi­ci­le­ment à cer­ner les paroles de ses pairs et ceci sur­tout dans un endroit bruyant. Par consé­quent, la com­mu­ni­ca­tion devient très dif­fi­cile avec une per­sonne souf­frant de la presbyacousie.

Par ailleurs, la pres­bya­cou­sie est éga­le­ment carac­té­ri­sée par :

  • La perte d’environ 2100 neu­rones chaque 10 ans ;
  • La mau­vaise oxy­gé­na­tion de l’appareil auditif ;
  • La des­truc­tion des neu­rones audi­tives.

Quels sont les différents types de presbyacousie ?

Les dif­fé­rents types de pres­bya­cou­sie concernent tous la perte audi­tive compte tenu d’une fré­quence don­née. La pres­bya­cou­sie est dite sen­so­rielle ou méca­nique, lorsque la perte audi­tive concerne les fré­quences aiguës uni­que­ment. Elle est dite ner­veuse quand elle porte sur les fré­quences vocales et aiguës. Elle est rela­tive à la cir­cu­la­tion san­guine lorsqu’elle engendre une perte d’audition de toutes les fré­quences (aiguës, graves, basses).

Quelles sont les causes de la presbyacousie ?

Cette forme de sur­di­té est cau­sée par des lésions du sys­tème ner­veux. Cela agit sur la trans­crip­tion des infor­ma­tions reçues. Cette patho­lo­gie peut éga­le­ment être cau­sée par des lésions de la mem­brane basi­laire et du liga­ment spiral.

De plus, plu­sieurs autres fac­teurs peuvent cau­ser cette forme de sur­di­té. Il s’agit en pre­mière posi­tion de l’âge. En effet, le vieillis­se­ment est un fac­teur entraî­nant la pres­bya­cou­sie. Il engendre l’affaiblissement total de toutes les par­ties du corps. Ain­si, l’appareil audi­tif éga­le­ment s’affaiblit et se dété­riore, puis engendre à la longue la pres­bya­cou­sie.

En outre, le deuxième élé­ment favo­ri­sant cette mala­die est l’écoute per­ma­nente des sons aigus ou forts. Les per­sonnes qui fré­quentent régu­liè­re­ment les boîtes, les bars et les concerts sont les plus pré­dis­po­sées à déve­lop­per la pres­bya­cou­sie. Aus­si est-il remar­qué l’apparition de ce mal chez les per­sonnes qui aiment jouer leur musique à fond.

Des mala­dies peuvent aus­si favo­ri­ser la sur­ve­nue de la perte pro­gres­sive d’audition. Il s’agit de l’artériosclérose, du dia­bète ou encore de l’hypertension artérielle.

L’artériosclérose est une mala­die qui dimi­nue l’oxygénation de l’oreille interne. Par consé­quent, cela conduit à long terme à une perte d’audition. Le dia­bète et l’hypertension quant à eux, réduisent le flux san­guin vers l’oreille interne condui­sant à une pres­bya­cou­sie pré­coce.

La prise régu­lière de cer­tains médi­ca­ments peut aus­si cau­ser ce phé­no­mène. Il est ques­tion des médi­ca­ments suivants :

  • Les anti­bio­tiques ;
  • Les anti-inflam­ma­toires non stéroïdiens ;
  • L’aspirine.

Par ailleurs, une pré­dis­po­si­tion héré­di­taire peut être aus­si un fac­teur condui­sant à cette mala­die. Les per­sonnes pos­sé­dant des gènes de pres­bya­cou­sie dans leur famille, pré­sentent un risque éle­vé de déve­lop­per la maladie.

Quels sont les symptômes de la presbyacousie ?

Les symp­tômes de la pres­bya­cou­sie sont géné­ra­le­ment très remar­quables. Les per­sonnes qui en souffrent peuvent mani­fes­ter une dif­fi­cul­té à entendre les sons bas. Elles peuvent aus­si mani­fes­ter un désir à aug­men­ter hau­te­ment le volume des sons. Elles ont habi­tuel­le­ment du mal à com­prendre les conversations.

De plus, des acou­phènes peuvent être remar­qués chez les per­sonnes souf­frant de la pres­bya­cou­sie. Les acou­phènes se tra­duisent par des sif­fle­ments de voix, des chu­cho­te­ments et des bour­don­ne­ments per­çus par le malade. Le sujet atteint de la pres­bya­cou­sie peut avoir du mal à com­prendre et à conver­ser dans un endroit bruyant.

Par ailleurs, d’autres signes peuvent se remar­quer chez les per­sonnes souf­frant de la pres­bya­cou­sie. Il s’agit :

  • D’un mal à suivre les discussions ;
  • D’une gêne à écou­ter les sons trop forts ;
  • Des troubles de l’équilibre ou des vertiges.

Quelles sont les répercussions de la presbyacousie ?

La pres­bya­cou­sie se mani­feste et évo­lue dif­fé­rem­ment chez chaque per­sonne. Elle est éga­le­ment une patho­lo­gie qui évo­lue len­te­ment. À un stade pri­maire, elle pré­sente moins de dégâts. Les per­sonnes qui en souffrent com­mencent par éprou­ver des dif­fi­cul­tés pour écou­ter des sons de 20 déci­bels. Elles arrivent à entendre uni­que­ment les sons allant de 20 à 40 décibels.

Ensuite, cette patho­lo­gie peut conduire à des migraines, la fatigue, le stress ou des ten­sions mus­cu­laires. Une hyper­ten­sion arté­rielle peut même être déclenchée.

À un stade évo­lué de la mala­die, l’audition se dété­riore de plus en plus. Les patients ont du mal à conver­ser et donc se rétractent. À cet effet, cela conduit à un iso­le­ment dans leur milieu de vie et dans les rela­tions sociales. Ce fai­sant, les patients se retrouvent dans un état de tris­tesse et de dépres­sion. Dans 20 % des cas, les per­sonnes souf­frant de cette forme de sur­di­té pré­sentent à long terme des symp­tômes de dépression.

En outre, étant don­né que les fonc­tions cog­ni­tives sont sol­li­ci­tées dans le pro­ces­sus d’audition, elles seront dou­ble­ment sol­li­ci­tées. Cela pour­rait conduire à une alté­ra­tion cog­ni­tive des années après. Un déclin cog­ni­tif est sur­tout remar­qué chez ceux qui sont à ce stade de la mala­die. Aus­si, est-il remar­qué un risque de démence.

Comment diagnostique-t-on la presbyacousie ?

Habi­tuel­le­ment, le diag­nos­tic de la pres­bya­cou­sie s’effectue par deux grands exa­mens. Il est ques­tion des exa­mens fonc­tion­nels et ceux d’imagerie. Le diag­nos­tic est réa­li­sé par un oto-laryn­giste et un audio­pro­thé­siste.

Examens fonctionnels

Les exa­mens fonc­tion­nels sont des tests effec­tués au sujet pour éva­luer sa capa­ci­té d’audition. Ils doivent être réa­li­sés chaque deux ans dans un centre audi­tif spé­cia­li­sé. Tout d’abord, une oto­sco­pie pour véri­fier l’état des tym­pans et des voies audi­tives est réalisée.

Ensuite, des tests audio­mé­triques doivent être effec­tués. Il s’agit de l’audiométrie vocale et tonale. Ces tests se réa­lisent durant 60 minutes et per­mettent d’abord de véri­fier la capa­ci­té du patient à entendre. Ils per­mettent de véri­fier aus­si la capa­ci­té à com­prendre les paroles. Les résul­tats des tests sont trans­crits sur un audio­gramme qui retrace les courbes des capa­ci­tés auditives.

Lors de ce test dans une cabine inso­no­ri­sée, le méde­cin émet un son de 20 à 60 déci­bels. Il essaie d’évaluer le moment où le patient per­çoit le son. Dans le cas où la courbe est située entre 0 et 40 déci­bels, il est ques­tion d’une pres­bya­cou­sie légère. Lorsqu’elle est située entre 40 et 70 déci­bels, la patho­lo­gie est à un stade moyen. Elle est sévère quand elle est entre 70 et 90 déci­bels et pro­fonde à plus de 90 décibels.

Examens d’imagerie

Les exa­mens d’imagerie réa­li­sés pour détec­ter la pres­bya­cou­sie sont entre autres une IRM, un scan­ner ou un exa­men de l’oreille. Par ailleurs, un bilan san­guin peut accom­pa­gner ces exa­mens. De plus, un bilan ORL peut être recom­man­dé par le méde­cin pour mieux diag­nos­ti­quer la patho­lo­gie. Ce bilan per­met de détec­ter la pré­sence d’acou­phènes étant à l’origine de la presbyacousie.

Quels sont les traitements possibles en cas de presbyacousie ?

Le trai­te­ment de la pres­bya­cou­sie se fait, compte tenu du stade de la mala­die. Ain­si, lorsqu’elle est à un niveau moins éle­vé, un trai­te­ment médi­ca­men­teux peut être recom­man­dé. Ce trai­te­ment repose prin­ci­pa­le­ment sur des vaso­di­la­ta­teurs et d’oxygénateurs tis­su­laires. Il per­met de pro­té­ger les vais­seaux san­guins de la cochlée de l’oreille interne.

Par contre, à un stade évo­lué, des aides audi­tives sont recom­man­dées par le méde­cin. Il est ques­tion d’un appa­reil qui aide à amé­lio­rer l’audition. Il peut être uti­li­sé pour une seule oreille ou les deux, selon la gra­vi­té de la mala­die. En effet, les pro­thèses audi­tives sont les tech­niques les plus pri­sées en cas de pres­bya­cou­sie évo­luée. Elles per­mettent aux patients d’effectuer moins d’effort pour com­prendre les dis­cus­sions. Les plus conseillées sont :

  • Les appa­reils audi­tifs extra-auri­cu­laires à contour d’oreille ;
  • Les appa­reils audi­tifs à contour d’oreille avec écou­teurs ;
  • Les appa­reils audi­tifs intra-auri­cu­laires ultras dis­crets qui sont pra­ti­que­ment invisibles.

Ces appa­reils per­mettent effi­ca­ce­ment de ralen­tir l’avancée de la pres­bya­cou­sie. De plus, des séances avec des spé­cia­listes de l’audition sont aus­si conseillées. Ce sont des séances avec des assis­tants d’écoute audi­tive qui œuvrent pour amé­lio­rer la situa­tion des patients. Ils apprennent au sujet des tech­niques de lec­ture des paroles sur les lèvres de leur interlocuteur.

En outre, lorsque la pres­bya­cou­sie est cau­sée par une infec­tion négli­gée de l’oreille interne, un trai­te­ment anti­bio­tique est envi­sa­gé. Aus­si est-il conseillé des anti-inflam­ma­toires. Il est impor­tant d’utiliser uni­que­ment les médi­ca­ments pres­crits par un méde­cin dans ces cas. Cela per­met d’éviter d’endommager davan­tage les oreilles. Dans cer­tains cas, le trai­te­ment de la pres­bya­cou­sie peut néces­si­ter une inter­ven­tion chi­rur­gi­cale.

Comment prévenir la presbyacousie ?

La pré­ven­tion de la pres­bya­cou­sie prend en compte pre­miè­re­ment l’alimentation. Il est très impor­tant de veiller à son ali­men­ta­tion, sur­tout lorsque l’âge avance. En effet, l’omega3 pos­sède des pro­prié­tés d’antioxydants très indis­pen­sables pour les cel­lules audi­tives. Ain­si, l’idéal est de consom­mer le thon, le hareng, la sar­dine, les graines de lin et les fruits rouges secs.

En deuxième posi­tion, il fau­drait évi­ter les fac­teurs qui favo­risent la sur­ve­nue de la patho­lo­gie. Dans ce cas, il est impor­tant de suivre les conseils sui­vants. Il s’agit :

  • De pro­té­ger les oreilles contre les bruits aigus et forts ;
  • D’éviter d’introduire des objets dans les oreilles au risque de pro­vo­quer une déchirure ;
  • D’éviter la fré­quen­ta­tion régu­lière de tout endroit bruyant ou mettre des casques dans ces endroits bruyants ;
  • D’effectuer régu­liè­re­ment des bilans pour véri­fier l’état des oreilles ;
  • D’arrêter le tabac ;
  • De soi­gner les infec­tions d’oreilles pou­vant conduire à la presbyacousie ;
  • D’éviter l’utilisation des pro­duits liquides dans les oreilles sans une auto­ri­sa­tion médicale ;
  • De réduire les appels télé­pho­niques aux volumes trop forts.

Par ailleurs, la pra­tique de bonnes habi­tudes pour évi­ter le sur­poids, le cho­les­té­rol et le dia­bète est impor­tante. Cela per­met de pré­ve­nir la mala­die, car ces fac­teurs favo­risent une appa­ri­tion rapide du mal. Pour ce faire, il faut man­ger sain et faire du sport.

La prise en charge immé­diate de la patho­lo­gie est néces­saire pour évi­ter les com­pli­ca­tions. Ain­si, lorsqu’une quel­conque dou­leur ou un évè­ne­ment anor­mal se pro­duit, une consul­ta­tion est rigou­reu­se­ment recommandée.

Derniers articles

Combien coûte vraiment un appareil auditif ?

Les problèmes de perte ou de réduction des capacités auditives constituent une cause fréquente...

Perte de cheveux : et si vous envisagiez la greffe ?

La greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui a connu un énorme gain...

Comment se sevrer du tabac grâce à la cigarette électronique ?

Le nombre de fumeurs ne cesse de grimper. Pourtant, de nombreuses études continuent d’attester...

Utilisation des morphiniques d’action rapide

Les morphiniques d’action rapide sont des médicaments utilisés pour un soulagement efficace de la...

Pour aller plus loin

Combien coûte vraiment un appareil auditif ?

Les problèmes de perte ou de réduction des capacités auditives constituent une cause fréquente...

Perte de cheveux : et si vous envisagiez la greffe ?

La greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui a connu un énorme gain...

Comment se sevrer du tabac grâce à la cigarette électronique ?

Le nombre de fumeurs ne cesse de grimper. Pourtant, de nombreuses études continuent d’attester...