HomeNon classéTUSSIPAX ® sirop et comprimé"

TUSSIPAX ® sirop et comprimé »

Publié le

spot_img

Codéine – éthylmorphine

TUSSIPAX, sirop

Chlor­hy­drate d’é­thyl­mor­phine .….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….. 0,05 g
quan­ti­té cor­res­pon­dante en éthyl­mor­phine base .….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….. 0,043 g
Codéine .….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….….… 0,05 g
Extrait fluide hydro-alcoo­lique d’es­pèces pectorales(1) .….….….….….….….….….….….….….….….….….….… 3,00 g

Une cuillère-mesure (5 ml) contient 3 mg de codéine base, 3 mg de chlor­hy­drate d’é­thyl­mor­phine. Une cuillère à soupe (15 ml) contient 9 mg de codéine base, 9 mg de chlor­hy­drate d’é­thyl­mor­phine (soit presque un com­pri­mé). Exci­pients : alcool, saccharose.
Une cuillère-mesure (5 ml) contient 0,18 g d’é­tha­nol et 2,6 g de saccharose.
Une cuillère à soupe (15 ml) contient 0,54 g d’é­tha­nol et 7,9 g de saccharose
.
La poso­lo­gie usuelle est de :

Chez l’a­dulte : 1 cuillère à soupe par prise, à renou­ve­ler au bout de 6 heures en cas de besoin, sans dépas­ser la dose de 4 cuillères à soupe par jour.
Chez le sujet âgé ou en cas d’in­suf­fi­sance hépa­tique : La poso­lo­gie ini­tiale sera dimi­nuée de moi­tié par rap­port à la poso­lo­gie conseillée chez l’a­dulte, et pour­ra éven­tuel­le­ment être aug­men­tée en fonc­tion de la tolé­rance et des besoins.
Chez l’en­fant : A titre indicatif :
· enfant de 40 à 50 kg (envi­ron 12 à 15 ans): 1 cuillère-mesure par prise, à renou­ve­ler au bout de 6 heures en cas de besoin, sans dépas­ser la dose de 4 cuillères-mesure par jour.
Les prises devront être espa­cées de 6 heures au minimum.

Contre-indi­ca­tions
· Enfants de moins de 15 ans pour les com­pri­més et 40 kg pour le sirop
· Insuf­fi­sance respiratoire.
· Toux de l’asthmatique.

Gros­sesse et allaitement
Gros­sesse
Il est pré­fé­rable de ne pas admi­nis­trer le médi­ca­ment pen­dant toute la durée de la gros­sesse. En cas de prises répé­tées en fin de gros­sesse, risque de syn­drome de sevrage chez le nou­veau-né, lié à l’ef­fet toxi­co­ma­no­gène de la codéine.

Allai­te­ment
Par pru­dence, évi­ter l’ad­mi­nis­tra­tion pen­dant l’al­lai­te­ment (quelques cas d’hy­po­to­nie et de pauses res­pi­ra­toires ayant été décrits chez des nour­ris­sons après inges­tion par les mères de codéine à doses supra-thérapeutiques).

Effets indé­si­rables
· Les effets indé­si­rables de la codéine sont com­pa­rables à ceux des autres opia­cés, mais, aux doses thé­ra­peu­tiques, plus rares et modérés.
Pos­si­bi­li­té de :
o constipation,
o somnolence,
o états vertigineux,
o nau­sées, vomissements,
o bron­chos­pasme, réac­tions cuta­nées allergiques,
o dépres­sion res­pi­ra­toire (voir rubrique 4.3).

· Aux doses supra-thé­ra­peu­tiques : risque de dépen­dance et de syn­drome de sevrage à l’ar­rêt bru­tal, qui peut être obser­vé chez l’u­ti­li­sa­teur et chez le nou­veau-né de mère toxicomane.

=============================================
 

TUSSIPAX, com­pri­mé pelliculé

Pour un com­pri­mé pelliculé.
Codéine .….….….….….….….….….…… 10 mg
Chlor­hy­drate d’é­thyl­mor­phine .….… 10 mg
soit rati­que­ment Une cuillère à soupe (15 ml)

La poso­lo­gie usuelle
Le trai­te­ment symp­to­ma­tique doit être court (quelques jours).

En l’ab­sence de toute autre forme phar­ma­ceu­tique appor­tant de la codéine, de la codé­thy­line, ou tout autre anti­tus­sif cen­tral les poso­lo­gies usuelles de codéine et de codé­thy­line sont de 60 à 120 mg/j (6 à 12 cp/j) à répar­tir en 3 ou 4 prises espa­cées de 6 heures soit 2 cp à 3 ou 4 cp par prise.

Du fait de la pré­sence de deux anti­tus­sifs cen­traux, codéine et codé­thy­line, dans TUSSIPAX les poso­lo­gies usuelles jour­na­lières de chaque anti­tus­sif doivent être réduites de moi­tié. Chez l’a­dulte et enfants > 15 ans 1 com­pri­mé par prise, 3 fois par jour (espa­cer les prises de 6 heures).

RCP com­plète sur DFM

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...