HomeParapharmacieTHERALENE 4 % solution buvable en gouttes et THERALENE 0,05 % sirop

THERALENE 4 % solution buvable en gouttes et THERALENE 0,05 % sirop

Publié le

spot_img

Dor­mir est essen­tiel pour le bon fonc­tion­ne­ment du corps, le renou­vel­le­ment des cel­lules, la réduc­tion du stress, de la dépres­sion et de l’anxiété. Le som­meil appa­raît donc comme étant une fonc­tion vitale de l’organisme. Par consé­quent, l’absence de som­meil peut favo­ri­ser un affai­blis­se­ment du sys­tème immu­ni­taire. Il existe de nom­breux indi­vi­dus qui ont habi­tuel­le­ment des dif­fi­cul­tés à trou­ver le som­meil, sur­tout la nuit : on parle d’insomnie. Ce pro­blème de san­té peut être réglé à tra­vers la prise de cer­tains médi­ca­ments favo­ri­sant l’endormissement, dont le THERALENE. Qu’appelle-t-on THERALENE ? Quelles sont les poso­lo­gies de ce médi­ca­ment et les contre-indi­ca­tions à respecter ?

Présentation de THERALENE

THERALENE est un médi­ca­ment dont la sub­stance active est connue sous l’appellation Ali­mé­ma­zine. Cette der­nière est une forme de phé­no­thia­zine qui pos­sède de nom­breuses pro­prié­tés thé­ra­peu­tiques (anti­his­ta­mi­niques, adré­no­ly­tiques, anti-dopa­mi­ner­giques, neu­ro­lep­tiques et anti­cho­li­ner­giques). En dehors de l’Alimémazine, THERALENE ren­ferme de nom­breux exci­pients tels que :

  • L’éthanol ;
  • L’eau ;
  • L’alcool éthy­lique ;
  • Le citrique acide monohydraté ;
  • Le sac­cha­rose ;
  • La fram­boise alcoolat ;
  • Le gly­cé­rol ;
  • L’eau dis­til­lée ;
  • Le para­hy­droxy­ben­zoate de méthyle et de propyle.

En outre, on peut ajou­ter l’ascorbique acide, l’iris essence, la vanille oléo­ré­sine, la vio­lette essence, le cata­ly­seur ammo­nia­cal et la rose essence.

Par ailleurs, le taux de rem­bour­se­ment de ce médi­ca­ment est à hau­teur de 15 % et il est à la charge de la sécu­ri­té sociale.

THERALENE a une durée de conser­va­tion de 3 ans, sans ouver­ture et de 7 mois, après ouver­ture. Ce sirop doit faire l’objet d’une bonne conser­va­tion (tem­pé­ra­ture en des­sous de 25 degrés Cel­sius, à l’abri de la lumière).

Indications thérapeutiques de THERALENE

L’utilisation de THERALENE dif­fère selon l’âge du patient. En effet, si ce der­nier est un adulte, ce sirop doit être uti­li­sé pour la prise en charge des insom­nies occa­sion­nelles ou tran­si­toires. Par ailleurs, chez les enfants de moins de 3 ans, ce médi­ca­ment est indi­qué en deuxième inten­tion pour le trai­te­ment des insom­nies d’endormissement en lien avec un état d’hyperéveil.

Posologie de THERALENE

Pour son uti­li­sa­tion, THERALENE est muni d’un gobe­let doseur gra­dué en mil­li­litres. Les gra­dua­tions figu­rant sur le doseur sont de 2,5 mil­li­litres, 5 mil­li­litres et 10 mil­li­litres. Absor­ber 5 mil­li­litres ou 10 mil­li­litres de ce sirop revient à prendre res­pec­ti­ve­ment 2,50 mil­li­grammes ou 5 mil­li­grammes de sa sub­stance active (Ali­mé­ma­zine).

THERALENE est à prendre une fois par jour, plus pré­ci­sé­ment en soi­rée, 30 minutes avant le cou­cher. Les adultes doivent absor­ber 10 à 20 mil­li­litres de ce sirop tan­dis que les enfants (de moins de 3 ans) doivent avoir une prise de 0,5 à 1 mil­li­litre de THERALENE en fonc­tion de leur poids cor­po­rel, par kilo­grammes. Dans cer­tains cas excep­tion­nels, les adultes peuvent aller au-delà de la poso­lo­gie recom­man­dée (jusqu’à 40 mil­li­litres). Cette dose maxi­male pré­co­ni­sée n’est pas à dépas­ser. Le trai­te­ment avec THERALENE doit s’étendre sur 5 jours au maxi­mum. Tou­te­fois, si au-delà de ce délai, le patient pré­sente tou­jours des signes d’insomnie, le trai­te­ment avec THERALENE devra faire l’objet d’une réévaluation.

Effets indésirables de THERALENE

La prise de THERALENE peut expo­ser les patients à quelques effets indé­si­rables. Ces der­niers pro­viennent, pour la plu­part, des carac­té­ris­tiques phar­ma­co­lo­giques de l’Alimémazine. Chez les patients âgés et les enfants, la fré­quence d’apparition et l’intensité de ces effets indé­si­rables sont éle­vées. Ain­si, des troubles du rythme car­diaque, une consti­pa­tion, une throm­bo­cy­to­pé­nie, une mydriase, un ictère cho­les­ta­tique, une leu­co­pé­nie, une tachy­car­die, un glau­come aigu, une réten­tion uri­naire, des troubles de l’érection et de l’éjaculation, un eczé­ma, des réac­tions aller­giques sys­té­miques, des troubles de l’humeur et une urti­caire peuvent faire suite à la prise de THERALENE.

Les patients peuvent aus­si développer :

  • Un pru­rit ;
  • Des réac­tions anxieuses ;
  • Des crises convulsives ;
  • Des tor­ti­co­lis spasmodiques ;
  • Des hal­lu­ci­na­tions ;
  • Un syn­drome des jambes sans repos ;
  • Une dys­ki­né­sie tar­dive (qui peut sur­ve­nir à l’arrêt du trai­te­ment, puis dis­pa­raître lors de la reprise ou d’une aug­men­ta­tion posologique) ;
  • Une hyper­gly­cé­mie.

Une prise de poids, une aka­thi­sie, une hausse de l’appétit, une séche­resse des muqueuses, une incoor­di­na­tion motrice, une gyné­co­mas­tie, une ané­mie hémo­ly­tique et des pal­pi­ta­tions peuvent sur­ve­nir, par moment. En cas d’apparition de ces effets indé­si­rables, le patient doit les décla­rer auprès de son méde­cin trai­tant, afin que des mesures de prise en charge puissent être instaurées.

Contre-indications de THERALENE

La prise de THERALENE peut être inter­dite dans cer­tains cas, sus­cep­tibles d’occasionner des com­pli­ca­tions. Si THERALENE per­met le trai­te­ment de l’insomnie chez les adultes et enfants de moins de 3 ans, il est aus­si contre-indi­qué chez les femmes enceintes ou allai­tantes, chez les patients atteints de mala­die de Par­kin­son et chez ceux ayant des anté­cé­dents d’agranulocytose à d’autres phé­no­thia­zines. De plus, souf­frir de troubles uré­tro­pros­ta­tiques (pou­vant déclen­cher une réten­tion uri­naire) et avoir des anté­cé­dents de syn­drome malin des neu­ro­lep­tiques ne favo­rise pas l’usage de THERALENE. Les patients aux anté­cé­dents de glau­come aigu sont aus­si concer­nés par cette interdiction.

Précautions d’emploi de THERALENE

Les causes à l’origine d’un manque ou d’une insuf­fi­sance de som­meil peuvent être mul­tiples et peuvent ne pas néces­si­ter, selon le cas, une prise en charge médi­ca­men­teuse. Par ailleurs, celles-ci doivent être iden­ti­fiées, de même que les éven­tuels fac­teurs sous-jacents. Cinq jours après l’instauration et le sui­vi régu­lier du trai­te­ment avec THERALENE, la per­sis­tance de l’insomnie chez le patient peut indi­quer une affec­tion sous-jacente, exi­geant de ce fait, une rééva­lua­tion du traitement.

Chez cer­tains patients, l’usage de l’alimémazine (sub­stance active de THERALENE) a favo­ri­sé le déve­lop­pe­ment d’un syn­drome malin des neu­ro­lep­tiques. Rigi­di­té mus­cu­laire, hausse des concen­tra­tions san­guines de créa­ti­nine phos­pho­ki­nase, insta­bi­li­té du sys­tème ner­veux auto­nome, hyper­ther­mie, myo­glo­bi­nu­rie et troubles de la conscience sont les prin­ci­pales carac­té­ris­tiques de cette affec­tion. La pré­sence de l’un de ces signes doit favo­ri­ser l’interruption du trai­te­ment avec THERALENE.

La prise de THERALENE expose les patients à quelques patho­lo­gies du sys­tème lym­pha­tique, en l’occurrence l’agranulocytose, la gra­nu­lo­pé­nie et la neu­tro­pé­nie. L’apparition des signes évo­ca­teurs de l’une de ces mala­dies doit pous­ser le patient à sus­pendre, le plus tôt pos­sible, le trai­te­ment par THERALENE.

En rai­son de leur hyper­sen­si­bi­li­té, l’usage de l’alimémazine n’est pas entiè­re­ment recom­man­dé chez les patients âgés, car ceux-ci sont plus à risque de pré­sen­ter une dépres­sion res­pi­ra­toire, des ver­tiges, une séda­tion et une hypo­ten­sion ortho­sta­tique, d’où l’usage de THERALENE à faible dose, par pré­cau­tion. Du fait des pro­prié­tés anti­cho­li­ner­giques de l’alimémazine, les patients âgés atteints d’une consti­pa­tion chro­nique ou d’hypertrophie pros­ta­tique doivent uti­li­ser THERALENE avec pru­dence, pour limi­ter les risques de réten­tion uri­naire et d’iléus paralytique.

Compte tenu de l’effet dépres­seur du sys­tème ner­veux cen­tral qui découle de l’usage de l’alimémazine, l’absorption de THERALENE par les sujets atteints de syn­drome d’apnées du som­meil peut induire une aug­men­ta­tion du nombre et de la durée des apnées. L’effet séda­tif de cette sub­stance active du THERALENE peut être ren­for­cé par la prise de bois­sons alcoo­li­sées, car l’alcool est aus­si un dépres­seur du sys­tème ner­veux cen­tral. Pour ce faire, la prise de toutes sub­stances conte­nant de l’alcool est pros­crite au cours du trai­te­ment avec THERALENE.

Les phé­no­thia­zines pos­sèdent des effets hypo­ten­seurs et tachy­car­di­sants. Par consé­quent, l’usage de tout pro­duit conte­nant de l’alimémazine (en l’occurrence THERALENE) doit se faire pru­dem­ment au niveau des patients souf­frant de troubles cardiovasculaires.

Les phé­no­thia­zines ont éga­le­ment un effet pho­to­sen­si­bi­li­sant, d’où la néces­si­té d’éviter l’exposition au soleil durant le trai­te­ment avec THERALENE.

Chez les malades pré­sen­tant une insuf­fi­sance rénale ou une insuf­fi­sance hépa­tique sévère, l’organisme éli­mine fai­ble­ment la sub­stance active de THERALENE. Par consé­quent, pour plus de pré­cau­tions, les méde­cins décon­seillent son uti­li­sa­tion. Par ailleurs, si en dépit de tout, un trai­te­ment est ini­tié, les poso­lo­gies devront être revues à la baisse.

Les phé­no­thia­zines appa­raissent comme étant des fac­teurs favo­ri­sant le risque de mort subite chez les enfants de moins de 2 ans. C’est la rai­son pour laquelle l’usage de THERALENE est indi­qué aux patients ayant au moins 3 ans.

Les patients dia­bé­tiques ou ceux qui suivent un régime sans sucre doivent tenir compte du sac­cha­rose conte­nu dans le sirop THERALENE, au risque de s’exposer à des complications.

Interactions médicamenteuses de THERALENE

La prise conco­mi­tante de THERALENE avec les anti­dé­pres­seurs tri­cy­cliques et téra­cy­cliques, les anti­psy­cho­tiques, les anti­aryth­miques, cer­tains anti­his­ta­mi­niques et anti­pa­lu­diques exige une grande pru­dence, car de telles asso­cia­tions peuvent favo­ri­ser l’allongement de l’intervalle QT.

La pru­dence est requise lorsque THERALENE est asso­cié à l’alcool ou à d’autres médi­ca­ments séda­tifs, en rai­son du risque de poten­tia­li­sa­tion de l’action séda­tive de l’alimémazine. En effet, l’altération de la vigi­lance consti­tue un dan­ger en cas d’utilisation de machine ou de conduite de véhicules.

La prise simul­ta­née de THERALENE et de lithium peut induire la mani­fes­ta­tion de signes neu­ro­psy­chiques, carac­té­ris­tiques d’une intoxi­ca­tion au lithium, mais aus­si d’un syn­drome malin des neuroleptiques.

Derniers articles

Perte de cheveux : et si vous envisagiez la greffe ?

La greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui a connu un énorme gain...

Comment se sevrer du tabac grâce à la cigarette électronique ?

Le nombre de fumeurs ne cesse de grimper. Pourtant, de nombreuses études continuent d’attester...

Utilisation des morphiniques d’action rapide

Les morphiniques d’action rapide sont des médicaments utilisés pour un soulagement efficace de la...

Cymbalta Duloxétine : Indications, effets indésirables et Précautions d’emploi

Apparu sur le marché depuis plusieurs années, Cymbalta est un médicament dédié au traitement...

Pour aller plus loin

Perte de cheveux : et si vous envisagiez la greffe ?

La greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui a connu un énorme gain...

Comment se sevrer du tabac grâce à la cigarette électronique ?

Le nombre de fumeurs ne cesse de grimper. Pourtant, de nombreuses études continuent d’attester...

Utilisation des morphiniques d’action rapide

Les morphiniques d’action rapide sont des médicaments utilisés pour un soulagement efficace de la...