HomeNon classéSAVARINE ®

SAVARINE ®

Publié le

spot_img

Source 

Com­pri­mé blanc pel­li­cu­lé conte­nant : – 200mg Pro­gua­nil (chlor­hy­drate), – 100mg de Chlo­ro­quine soit 161,2mg sous forme de phos­phate, – exci­pients (cel­lu­lose micro­cris­tal­line, stéa­rate de magné­sium, ami­don de maïs pré­gé­la­ti­ni­sé, cros­car­mel­lose sodique, opa­dry avec hypro­mel­lose, dioxyde de titane, gly­cé­rol). Boîte de 28 (pla­quettes thermoformées).

INDICATION
Pré­ven­tion du palud­sime dans les pays du groupe II

POSOLOGIE
* ADULTE et ADOLESCENT AU-DESSUS DE 15 ANS.
Débu­ter le trai­te­ment la veille du départ et le pour­suivre pen­dant toute la durée du risque d’im­pa­lu­da­tion et pen­dant les 4 semaines suivantes.
1 com­pri­mé par jour à prendre à heure fixe avec de l’eau à la fin d’un repas.

CONTRE-INDICATIONS
– Anté­cé­dents d’hy­per­sen­si­bi­li­té à un des constituants.
– Insuf­fi­sance rénale.
– Rétinopathie.
– Enfants au-des­sous de 15 ans.
– Sujet de moins de 50kg.

EFFETS INDESIRABLES
* Sévères :
Des réac­tions aller­giques (urti­caire, oedème angio­neu­ro­tique) ont été obser­vées au cours du trai­te­ment, néces­si­tant l’ar­rêt de celui-ci, la mise en place d’un trai­te­ment d’ur­gence et un trai­te­ment symp­to­ma­tique avec sur­veillance clinique.
* Symp­to­ma­tiques :
—- Assez fré­quents : into­lé­rance gas­trique modé­rée (malaise épi­gas­trique), cédant lors de la pour­suite du trai­te­ment, troubles diges­tifs (nau­sées, ver­tiges), céphalées.
—- Rares : réac­tions cuta­nées, troubles cuta­néo-muqueux (pru­rit, érup­tions, colo­ra­tion ardoi­sée des ongles et des muqueuses, chute de cheveux.
—- Excep­tion­nels : aphtes (ulcé­ra­tions buc­cales), stomatites.
* Autres : Rien à signaler.

NB : Pour Angles A. et coll. La Presse Médi­cale 2003 ; 32(3): 106112,
—- les atteintes cuta­nées sont en pre­mière ligne (28%) avec prin­ci­pa­le­ment érup­tion cuta­née, pru­rit, des­qua­ma­tion et alopécie.
—- Les troubles neu­ro­lo­giques (14%) sont à type de convul­sions, neu­ro­pa­thies, ver­tiges, céphalées.
—- Les troubles psy­chia­triques (10%) sont graves dans 56,3% des cas et sur­viennent plus fré­quem­ment chez l’homme (72,2%) avec un délai d’apparition moyen de 16 jours (extrêmes 1 – 70).[Lire]

GROUPES A RISQUES
* Nou­veau-nés : contre-indiqué.
* Nour­ris­sons : contre-indiqué.
* Enfants : contre-indiqué.
* Gros­sesse : le pro­gua­nil ne pré­sente pas de risques, la chlo­ro­quine peut être uti­li­sée aux doses normales.
* Allai­te­ment : le pas­sage dans le lait mater­nel n’as­sure pas la pro­tec­tion de l’enfant.
* Sujets âgés : pas de mises en garde particulières.
* Défi­ciences métaboliques :
—- Insuf­fi­sance hépa­tique : une sur­veillance cli­nique est recommandée.
—- Insuf­fi­sance rénale : contre-indiqué.
* Mala­dies conco­mi­tantes : voir rubrique contre-indications.
Le pro­gua­nil est for­te­ment décon­seillé en cas d’at­teinte ou de trouble rénal. Il est pru­dent d’é­vi­ter en cas de por­phy­rie inter­mit­tente sinon pré­ve­nir la sur­ve­nue d’une crise, et la sur­ve­nue d’une pous­sée en cas de psoriasis.
Uti­li­ser d’autres chi­mio­pro­phy­laxies en cas de défi­cit en glu­cose-6-phos­phate de déshy­dro­gé­nase (risque d’hé­mo­lyse intra­vas­cu­laire isolée).
Effec­tuer régu­liè­re­ment un contrôle neu­ro­lo­gique en cas d’epilepsie.
Lors de la chi­mio­pro­phy­laxie du voya­geur en cas de trouble ou d’a­no­ma­lie oph­tal­mo­lo­gique ou en cas de cure pro­lon­gée et/ou inten­sive (dose cumu­la­tive > 100g de chlo­ro­quine base), aver­tir le malade de la néces­si­té d’un contrôle oph­tal­mo­lo­gique régu­lier avec ques­tion­naire et éva­lua­tion de l’a­cui­té visuelle.

Sava­rine ®
(asso­cia­tion chlo­ro­quine – proguanil)
Source AP-HM

Boîte de 28 com­pri­més (1 cp de Sava­rine ° = 100 mg de chlo­ro­quine + 200 mg de proguanil)

La chi­mio­pro­phy­laxie sera débu­tée la veille du jour de départ et pour­sui­vie pen­dant tout le séjour et 4 semaines après le retour.

POSOLOGIES

  • ADULTE ET ENFANTS > 15 ans : SAVARINE* : 1 cp par jour, à heure fixe, de pré­fé­rence avec de l’eau et à la fin du repas.
  • ENFANTS < 15 ans : Il est néces­saire d’u­ti­li­ser NIVAQUINE* + PALUDRINE* séparés

NIVAQUINE

ADULTES
Pour la forme com­pri­mé de 100 mg : le trai­te­ment doit être com­men­cé la veille du départ et pour­sui­vi pen­dant toute la durée du risque d’im­pa­lu­da­tion et pen­dant les 4 semaines sui­vant le retour : 1 cp de 100 mg/j.
Pour la forme com­pri­mé de 300 mg (réser­vé à l’a­dulte) : le trai­te­ment doit être débu­té une semaine avant le départ en pre­nant 1 cp à 300 mg, deux fois dans la semaine, à jours fixes (par exemple le lun­di et le jeu­di) pen­dant toute la durée du risque d’im­pa­lu­da­tion et pen­dant 4 semaines aprés le retour en conser­vant le même rythme d’administration.
ENFANTS
La poso­lo­gie chez l’en­fant est de : 1,7 mg/kg/j.
La forme sirop est recom­man­dée chez les enfants de moins de 30 kg. Le trai­te­ment doit être débu­té la veille du départ, pour­sui­vi pen­dant toute la durée du risque d’im­pa­lu­da­tion et pen­dant 4 semaines aprés le retour.
En des­sous de 10 kg, il sera don­né 1 cuillère-mesure, 1 jour sur 2.
Si une dose a été omise ou reje­tée, en tota­li­té ou en par­tie, du fait de vomis­se­ments, il faut immé­dia­te­ment com­pen­ser la quan­ti­té omise ou perdue.

PALUDRINE

La palu­drine n’existe qu’en com­pri­més de 100 mg

• Enfants < ou égal à 8 kg : 1/4 cp par jour

• Enfants de 9 à 16 kg : 1/2 cp par jour

• Enfants de 17 à 32 kg : 1 cp par jour

• Enfants de 33 à 45 kg : 1 cp et 1/2 par jour

• Adultes et enfants > 45 kg : 2 cp par jour

CONTRE-INDICATIONS POUR LA SAVARINE
Antécédents :

  • Insuf­fi­sant rénal (clai­rance rénale < 60 ml/mn)
  • Réti­no­pa­thie (à cause de la chloroquine)
  • Por­phy­rie : cela peut déclen­cher une crise
  • Insuf­fi­sance hépa­tique : précautions

Autres médi­ca­ments : En cas de topiques gas­triques, prendre ces médi­ca­ments à dis­tance de la Sava­rine*, à savoir au moins 2 heures avant ou après.

SITUATIONS PARTICULIERES

  • Enfants de moins de 15 ans : adap­ter la posologie
  • Pen­dant la gros­sesse, la Sava­rine* peut être administrée.
  • Allai­te­ment pos­sible (mais il faut un trai­te­ment pro­phy­lac­tique pour le nourrisson).

EFFETS INDESIRABLES
Pas d’ARRET si les effets res­tent tolérables :

Nau­sées
• Très rares : réac­tions aller­giques, pru­rit, cépha­lées, pig­men­ta­tion ardoi­sée, exa­cer­ba­tion d’un psoriasis

ARRET de ce trai­te­ment pro­phy­lac­tique si :
• Appa­ri­tion d’une rétinopathie

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...