HomeParapharmacieNIASPAN LP : indications, posologie, contre-indications, précautions, effets secondaires, interactions

NIASPAN LP : indications, posologie, contre-indications, précautions, effets secondaires, interactions

Published on

spot_img

NIASPAN LP est un médicament qui contient de l’acide nicotinique lentement libérée. Son action dans l’organisme permet une augmentation du taux de bon cholestérol (HDL) ainsi qu’une diminution de la quantité de mauvais cholestérol (LDL). La régulation de ces lipides s’avère justement importante pour préserver la bonne santé du cœur et des vaisseaux.

Cependant, le médicament ne peut s’utiliser qu’à la suite d’une prescription médicale. En réalité, il est déconseillé dans plusieurs contextes que seul le médecin peut apprécier. En outre, lorsqu’il n’y a pas de contre-indication, il reste nécessaire de prendre des précautions avant de commencer le traitement. Voici tout ce qu’il faut savoir à ce propos.

NIASPAN LP : Indications

Le NIASPAN LP est habituellement prescrit pour le traitement deux catégories de maladies. Il s’agit de :

  • dyslipidémie mixte
  • hypercholestérolémie primaire.

Ce sont des concentrations anormalement élevées de cholestérol ou d’acides gras dans le sang. En effet, il existe deux types de cholestérol dans l’organisme. On distingue notamment le bon cholestérol ou HDL (High Density Lipoprotein) et le mauvais cholestérol ou LDL (Low Density Lipoprotein). Le premier est appelé « bon », car il ne se dépose pas dans les artères. Quant au second, il est appelé « mauvais » parce qu’il peut se déposer dans les artères, augmentant le risque de crise cardiaque ou d’AVC.

Ainsi, dans les cas de dyslipidémie mixte ou d’hypercholestérolémie primaire, le médicament intervient pour réguler les taux de cholestérol dans le sang. Il s’utilise habituellement en association avec une autre substance qui réduit les taux de graisses dans l’organisme dénommée « statine ». Cependant, si les statines sont contre-indiquées chez le patient, le médecin pourra toujours prescrire uniquement NIASPAN LP. Évidemment, le médicament ne remplace pas les autres stratégies non pharmacologiques (exercice physique, régime alimentaire…) pour recouvrer la santé.

NIASPAN LP : Posologie et mode d’administration

Il importe de toujours respecter les doses indiquées par le médecin pour la prise de ce médicament. En effet, quelles que soient ses utilisations habituelles, ce traitement nécessite à tous les coups une adaptation au profil du patient. Ainsi, la posologie énoncée ici ne représente qu’une possibilité, certes courante, mais modifiable par le spécialiste.

D’ordinaire, le médecin vous fera commencer le traitement avec une faible dose qui connaitra des augmentations selon les effets constatés et attendus. Le traitement initial recommandé s’étale sur trois semaines de la manière suivante :

  • Première semaine : prise d’un comprimé de 375 mg chaque soir au coucher
  • Deuxième semaine : prise d’un comprimé de 500 mg chaque soir au coucher
  • Troisième semaine : prise d’un comprimé de 750 mg les soirs au coucher.

À la suite de cette phase initiale, il est généralement prescrit une dose de deux comprimés de 500 mg (soit 1000 mg) tous les soirs au coucher pendant 4 nouvelles semaines. Le médecin décidera enfin d’une dose quotidienne adaptée à votre cas (2000 mg au maximum par jour). Les doses suggérées chez les femmes peuvent être inférieures à celles indiquées aux hommes. Il n’y a cependant pas de différence entre la posologie chez la personne âgée et le jeune.

NIASPAN LP est disponible sous plusieurs formats (375 mg, 500 mg, 1000 mg…) qu’il faut éviter de confondre. En effet, la prise de plusieurs comprimés de faible dose n’équivaut pas à celle d’un comprimé fortement dosé. En outre, la préparation de ce médicament est différente de celle des autres traitements à base d’acide nicotinique. Il n’y a donc pas lieu de substituer la substance par une autre similaire.

Mode d’administration

NIASPAN LP se prend par voie orale chaque soir au coucher après un en-cas pauvre en graisse comme un yaourt allégé, une pomme ou une tranche de pain. Le comprimé ne doit pas être cassé, écrasé, ni mâché. Il suffira de l’avaler avec un peu d’eau. Si vous avez oublié de prendre un comprimé, évitez de faire un surdosage pour compenser. Prenez simplement votre dose habituelle le soir suivant.

NIASPAN LP : Contre-indications

High Density Lipoprotein

Ce médicament est contre-indiqué suivant divers contextes. Ne le prenez jamais en cas :

  • d’allergie (hypersensibilité) à l’acide nicotinique ou à l’une des substances contenues dans NIASPAN LP
  • de dysfonctionnement du foie
  • d’ulcère de l’estomac ou de l’intestin grêle
  • de saignement artériel (saignement grave d’un vaisseau sanguin reliant le cœur au reste du corps).

Par ailleurs, le traitement est réservé exclusivement aux adultes. Il est donc déconseillé de l’utiliser chez les enfants.

Grossesse, allaitement et fertilité

Chez la femme enceinte, il n’existe pas de données suffisantes pour établir les répercussions sur le fœtus de l’utilisation du NIASPAN LP aux doses habituellement prescrites. Il n’est pas non plus déterminé si ce médicament altère les capacités reproductrices. Le traitement est en conséquence contre-indiqué chez la femme enceinte.

En cas d’allaitement, il faut aussi éviter de prendre ce médicament. En réalité, l’acide nicotinique passe dans le lait maternel. Son utilisation peut ainsi entrainer des effets indésirables graves chez le nourrisson allaité. Bien qu’aucune étude n’a été conduite avec NIASPAN LP chez les femmes qui allaitent, consultez votre médecin pour savoir s’il faut soit arrêter le traitement soit arrêter l’allaitement (passer à l’utilisation du biberon en l’occurrence). Il s’agit d’une mesure salutaire.

NIASPAN LP : Précautions

Certaines précautions seront requises chez les profils de patients présentant des risques de complications de leurs maladies lors du traitement. On distingue notamment les cas de :

  • muscles squelettiques
  • Insuffisance rénale
  • Diabète.
  • Infarctus du myocarde aigu
  • Acide urique
  • Coagulation
  • Problème de foie
  • Hypophosphorémie, etc.

Muscles squelettiques

Il est important d’informer son médecin de l’existence d’antécédents personnels ou familiaux de problèmes musculaires. En effet, des cas de lésions musculaires ont été recensés chez des patients traités à la fois avec NIASPAN LP et une statine. Le médecin devra évaluer les bénéfices apportés par le traitement pour juger de la pertinence de sa mise en place.

En outre, si le traitement est requis malgré le risque, une surveillance attentive du patient sera nécessaire pour identifier précocement tout symptôme. Il s’agit notamment de douleurs musculaires, sensibilité et faiblesse des muscles… surtout lors des premiers mois du traitement ou d’augmentation posologique. Une interruption automatique du traitement sera préconisée.

Insuffisance rénale

Le médicament doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une insuffisance rénale. En effet, aucune étude clinique n’a été réalisée sur ces profils pour établir les implications du traitement. Il reste donc judicieux de surveiller le patient pour pallier d’éventuelles complications.

Diabète

Les patients diabétiques ou potentiellement diabétiques doivent également bénéficier d’un suivi personnalisé lors de ce traitement. Ceux-ci présentent le risque de développer une intolérance au glucose. Il peut s’avérer nécessaire de modifier leur régime alimentaire ou même leur traitement antidiabétique pour éviter les complications.

Infarctus du myocarde aigu

Chez les patients atteints de la phase aigüe de l’infarctus du myocarde ou d’angor instable, l’administration de NIASPAN LP requiert beaucoup de prudence. Le médecin doit être prévenu surtout dans les cas d’utilisation de produits vaso-actifs comme les adrénolytiques, les dérivés nitrés, les inhibiteurs calciques.

Acide urique

Il est recommandé de mettre en place une surveillance accrue des patients présentant des facteurs de risque de goutte. En effet, des cas d’augmentations de concentrations en acide urique ont été recensés pendant le traitement par NIASPAN LP.

Coagulation

Chez les patients sous anticoagulants, il importe de surveiller le temps de prothrombine et la numération plaquettaire. En effet, ces éléments subissent parfois des modifications sous NIASPAN LP. Il convient d’être alors prudent lors de l’administration et vigilant en cas d’imminence d’une intervention chirurgicale.

Hypophosphorémie

Des cas de diminutions transitoires de la phosphorémie ont été recensés chez des patients sous NIASPAN LP. Il faut ainsi pratiquer une surveillance de la phosphorémie chez les personnes à risques. Par ailleurs, le suivi doit s’étendre aux patients qui présentent des antécédents d’ictère, d’atteinte hépatobiliaire ou d’ulcère gastro-duodénal.

NIASPAN LP : Effets secondaires

À l’instar de tous les médicaments, NIASPAN LP comporte des effets secondaires, bien que tout e monde n’y soit pas sujet. Ces répercussions peuvent se classifier en 4 groupes notamment :

  • Les effets secondaires fréquents
  • Les effets secondaires peu fréquents
  • Les effets secondaires rares
  • Les effets secondaires très rares

Les effets secondaires fréquents

Ce sont des effets indésirables qui touchent environ 1 personne sur 10. Il s’agit entre autres de :

  • Bouffées vasomotrices
  • Diarrhée
  • Nausées ou vomissements
  • Éruption cutanée ou démangeaisons
  • Douleurs abdominales ou difficultés à respirer

Les bouffées vasomotrices sont particulièrement très fréquentes. Elles concernent plus d’une personne sur 10 et apparaissent le plus souvent au début du traitement (ou au moment de changer les doses). Elles se caractérisent par une sensation de chaleur, de rougeur, des fourmillements ou démangeaisons au niveau du cou, dans le dos, sur le visage ou la poitrine.

Généralement, ces bouffées disparaissent progressivement jusqu’à s’estomper entièrement au bout de quelques semaines de traitement. Dans de rares cas, elles s’intensifient et s’accompagnent de vertiges, d’accélération du rythme cardiaque, de palpitations, d’essoufflement, de transpirations, de frissons d’œdèmes voire d’évanouissements. En cas de survenance de l’un de ces effets, une interruption immédiate du traitement est requise ainsi que la sollicitation d’urgence des services du médecin traitant.

Effets secondaires peu fréquents

Ils surviennent chez moins d’un patient sur 100. Il s’agit notamment de :

  • Maux de tête
  • Transpiration, vertiges, essoufflement
  • Peau sèche, urticaire ou éruption cutanée généralisée
  • Douleurs ou gonflement des membres
  • Altération de certaines fonctions de l’organisme (foie, muscles…)
  • Frissons ou sensation de faiblesse

Lorsque ces symptômes surviennent, il convient de solliciter au plus vite l’avis du médecin sur la nécessité d’une prise en charge ou de l’arrêt du traitement.

Effets secondaires rares

Ils touchent moins d’une personne sur 1000. Il s’agit de :

  • Nez qui coule (rhinite)
  • Baisse de la tolérance au glucose
  • Nervosité, troubles du sommeil
  • Chute de la tension artérielle ou évanouissement, surtout au lever
  • Troubles oculaires
  • Gonflement du visage
  • Éruption cutanée bulleuse ou vésiculeuse,
  • Paresthésie
  • Douleurs de poitrine
  • Flatulence ou éructation
  • Crampe dans les jambes

Effets secondaires très rares

Ces effets touchent moins d’une personne sur 10 000. Ils ne sont pas toujours graves, mais doivent faire l’objet d’une prise charge médicale. On distingue :

  • L’anorexie
  • La migraine
  • Certains troubles oculaires spécifiques (amblyopie toxique, œdème maculaire cystoïde)
  • Des problèmes cardiaques (fibrillation auriculaire ou autres arythmies)
  • Le jaunissement de la peau et des yeux (jaunisse)
  • L’assombrissement de la peau (hyperpigmentation)
  • L’apparition de plaques noirâtres sur la peau
  • Des ulcères d’estomac ou d’intestin grêle
  • Les réactions allergiques pouvant comprendre les bouffées vasomotrices, des éruptions cutanées de tout genre, urticaire, le gonflement du visage ou de la gorge, l’essoufflement, des difficultés respiratoires… (contactez immédiatement votre médecin dans ces cas)
  • Collapsus, etc.

Notons que certains effets indésirables non énumérés peuvent survenir selon le patient. Dans tous les cas, la consultation d’un médecin dans les plus brefs délais sera bénéfique au patient.

NIASPAN LP : Interactions

High Density Lipoprotein

Les interactions de NIASPAN LP avec d’autres substances peuvent se classifier en deux grands groupes. Il s’agit de :

  • interactions avec des médicaments
  • interactions avec des boissons.

Les interactions avec des médicaments

A priori, quel que soit le médicament que vous prenez en concomitance avec NIASPAN LP (même s’il s’agit de traitement sans ordonnance), vous devez informer votre médecin en vue d’analyser les éventuelles interactions et prendre les mesures adéquates. Cette recommandation devient plus stricte lorsque vous suivez :

  • un traitement antidiabétique (insuline incluse) : il est important de suivre la glycémie dans ce cas et de modifier le traitement si nécessaire
  • un traitement anticoagulant: des analyses régulières de sang sont requises
  • un traitement par résines : ils peuvent inhiber l’action thérapeutique du NIASPAN LP. Généralement, une prise des médicaments à des moments différés de la journée peut résoudre ce problème.
  • Un traitement pouvant faire baisser la tension artérielle (bêtabloquants, dérivés nitrés, patchs de nicotine…) : NIASPAN LP peut aussi réduire la tension artérielle. Des mesures posologiques pourront être indiquées dans ces cas.
  • Un traitement par statines: ce sont des médicaments qui réduisent le taux de cholestérol dans le sang. Leur association avec NIASPAN LP apparait comme un facteur de risque d’apparition de troubles musculaires.

Interactions avec des boissons

Les boissons chaudes ainsi que l’alcool sont à éviter pendant un traitement par NIASPAN LP. En effet, elles peuvent aggraver certains effets secondaires tels que les bouffées vasomotrices et les démangeaisons. Aussi, l’alcool en particulier peut augmenter les risques de troubles musculaires et hépatiques.

NIASPAN LP : Conservation

Le médicament doit être tenu hors de la vue et de la portée des enfants. Il doit se conserver à une température inférieure ou égale à 25 ° C.

 

 

Latest articles

AUGMENTATION DES PHOSPHATASES ALCALINES ET/OU DES GAMMA GT : Définitions, Rapport, Causes, Vérification du dosage, Solution

Dans le cadre d’un bilan hépatique, le dosage des phosphatases alcalines et des Gamma...

ASCITE : ÉTIOLOGIE, STADIFICATION, COMPLICATIONS, MANIFESTATIONS, DIAGNOSTICS ÉTIOLOGIQUES ET TRAITEMENTS

L’ascite est une affection caractérisée par l’accumulation anormale de liquide dans la cavité péritonéale,...

AUDIOMÉTRIE : DESCRIPTION, TYPOLOGIE, DÉROULEMENT, INTERPRÉTATION

La perte auditive est une affection courante qui touche environ 8 millions de personnes en...

Clonazépam (Rivotril) : Indications, contre-indications, posologie, effets secondaires, mises en garde, interactions

Le clonazépam (Rivotril) est un médicament appartenant à la famille des benzodiazépines. Celles-ci sont...

More like this

AUGMENTATION DES PHOSPHATASES ALCALINES ET/OU DES GAMMA GT : Définitions, Rapport, Causes, Vérification du dosage, Solution

Dans le cadre d’un bilan hépatique, le dosage des phosphatases alcalines et des Gamma...

ASCITE : ÉTIOLOGIE, STADIFICATION, COMPLICATIONS, MANIFESTATIONS, DIAGNOSTICS ÉTIOLOGIQUES ET TRAITEMENTS

L’ascite est une affection caractérisée par l’accumulation anormale de liquide dans la cavité péritonéale,...

AUDIOMÉTRIE : DESCRIPTION, TYPOLOGIE, DÉROULEMENT, INTERPRÉTATION

La perte auditive est une affection courante qui touche environ 8 millions de personnes en...