HomeParapharmacieMODURÉTIC : indications, administration, précautions et effets secondaires

MODURÉTIC : indications, administration, précautions et effets secondaires

Publié le

spot_img

MODURÉTIC est un médi­ca­ment com­po­sé de deux prin­ci­paux ingré­dients actifs qui sont des diu­ré­tiques. Il s’agit du chlor­hy­drate d’amiloride et de l’hydrochlorothiazide. Compte tenu du méca­nisme d’action de ceux-ci, le com­po­sé est effi­cace dans le trai­te­ment et la pré­ven­tion d’affections diverses. Par ailleurs, il n’est dis­po­nible que sur ordon­nance et son emploi néces­site que l’on prenne quelques pré­cau­tions. Cela va éga­le­ment per­mettre de limi­ter les effets secon­daires de ce médi­ca­ment. Quelles sont les dif­fé­rentes infor­ma­tions à connaitre avant sa prise ?

MODURÉTIC : présentation

MODURÉTIC appar­tient à la famille des diu­ré­tiques et des sul­fa­mides. Chaque com­pri­mé sécable contient deux prin­ci­pales sub­stances actives :

  • Le chlor­hy­drate d’amiloride dihy­dra­té (5,680 mg) qui équi­vaut à 5,0 mg de chlor­hy­drate d’amiloride anhydre,
  • L’hydro­chlo­ro­thia­zide (50 mg).

Les exci­pients sont le lac­tose mono­hy­dra­té, le stéa­rate de magné­sium, l’amidon de maïs et le phos­phate dical­cique dihy­dra­té. Les autres com­po­sants sont la gomme de guar et l’amidon pré­gé­la­ti­ni­sé. Les com­pri­més sécables sont pré­sen­tés sous forme de losange et de cou­leur pêche. Ils sont conte­nus dans des blis­ters en alu­mi­nium et en PVC.

MODURÉTIC : indications thérapeutiques

MODURÉTIC peut être recom­man­dé dans le trai­te­ment des per­sonnes qui pré­sentent une accu­mu­la­tion exces­sive de liquide dans les tis­sus cor­po­rels. Celle-ci est géné­ra­le­ment due une mala­die car­dio­vas­cu­laire : œdème d’origine car­diaque. Ce médi­ca­ment est aus­si très effi­cace dans le trai­te­ment d’une patho­lo­gie hépa­tique dégé­né­ra­tive chro­nique avec accu­mu­la­tion de liquides dans l’abdomen. On parle alors d’ascite liée à une cir­rhose ou insuf­fi­sance hépa­tique. En outre, ce com­pri­mé est uti­li­sé pour trai­ter les patients atteints d’hypertension artérielle.

MODURÉTIC : contre-indications

Les cher­cheurs décon­seillent l’utilisation de MODURÉTIC lorsque le patient est aller­gique aux dif­fé­rents ingré­dients actifs (ami­lo­ride et hydro­chlo­ro­thia­zide) et aux déri­vés du sul­fa­mide. Cette sub­stance chi­mique s’apparente à l’hydrochlorothiazide. De même, sa prise est contre-indi­quée en cas d’hypersensibilité à l’un des autres com­po­sants qu’il contient.

Par ailleurs, les per­sonnes avec des taux éle­vés de potas­sium dans le sang (hyper­ka­lié­mie) ne doivent pas uti­li­ser MODURÉTIC. La même recom­man­da­tion est valable pour celles qui prennent d’autres médi­ca­ments épar­gneurs de potas­sium ou des sup­plé­ments de ce nutri­ment. Le médi­ca­ment est éga­le­ment décon­seillé aux patients atteints d’une mala­die rénale due au dia­bète (néphro­pa­thie dia­bé­tique) avec ou sans alté­ra­tion de la fonc­tion rénale. Pour finir, il ne faut pas le pres­crire à un enfant, car les don­nées sur son effi­ca­ci­té et sa sécu­ri­té sont insuffisantes.

MODURÉTIC : administration

La prise de MODURÉTIC doit être faite sous sur­veillance médi­cale stricte. Le patient a l’obligation de suivre rigou­reu­se­ment les recom­man­da­tions et les pres­crip­tions poso­lo­giques de son méde­cin ou phar­ma­cien. En cas de doute, il doit consul­ter ces professionnels.

Posologie

Il faut noter que la poso­lo­gie peut varier en fonc­tion de l’état phy­sio­pa­tho­lo­gique du patient et de sa gravité.

Cas d’un œdème d’origine cardiaque

La dose ini­tiale recom­man­dée est un com­pri­mé par jour. Le four­nis­seur de soins peut tou­te­fois aug­men­ter la dose jusqu’à un maxi­mum de deux com­pri­més par jour si cela s’avère néces­saire. Après la diu­rèse, il peut réduire la dose. On peut alors effec­tuer un trai­te­ment d’entretien sur une base non conti­nue.

Cas de l’ascite lié à une cirrhose hépatique

La dose mini­male recom­man­dée ini­tia­le­ment est aus­si un com­pri­mé par jour. Il est pos­sible d’augmenter cette dose de façon pro­gres­sive jusqu’à l’obtention d’une diu­rèse effi­cace, dans la limite de deux com­pri­més par jour. Le trai­te­ment d’entretien peut être ini­tié à une dose infé­rieure à celle requise pour la diurèse.

Cas d’hypertension

La dose habi­tuelle recom­man­dée est éga­le­ment 1 com­pri­mé par jour. Il faut l’administrer en une seule prise ou en prises frac­tion­nées ; c’est-à-dire un demi com­pri­mé deux fois par jour. Dans cer­tains cas, une dose jour­na­lière d’un demi-com­pri­mé de ce médicament.

Mode d’administration

MODURÉTIC est admi­nis­tré par voie orale et peut être pris avant, pen­dant ou après les repas. On recom­mande de boire du liquide, notam­ment de l’eau après la prise, car le médi­ca­ment peut entraî­ner une déshydratation.

MODURÉTIC : mécanisme d’action

Pris par voie orale, MODURÉTIC pré­sente un bon pro­fil d’absorption, avec un pic maxi­mal des deux prin­cipes actifs entre la qua­trième et la sixième heure. Le début de l’action diu­ré­tique s’observe vers la deuxième heure, lorsque l’effet bio­lo­gique des com­po­sants actifs com­mence à se produire.

L’hydrochlorothiazide appar­tient à la caté­go­rie des diu­ré­tiques thia­zi­diques. De ce fait, il garan­tit une inhi­bi­tion du co-trans­por­teur sodium-chlore sur la sur­face api­cale des cel­lules du tubule contour­né dis­tal (une par­tie du néphron). Ces sub­stances aug­mentent alors l’excrétion uri­naire d’eau, de chlore et de sodium. Par la suite, ce sera le tour du potas­sium et du magné­sium pro­dui­sant ain­si un effet diu­ré­tique important.

L’amiloride, quant à lui, est capable d’inhiber le cotrans­por­teur sodium-potas­sium dépen­dant de l’ATP (Adé­no­sine Tri­phos­phate). Ceci est éga­le­ment expri­mé à la sur­face des cel­lules du tubule dis­tal, tout en assu­rant une dimi­nu­tion de la réab­sorp­tion du sodium. Dans le même temps, on note une inhi­bi­tion de l’excrétion du potassium.

Cette asso­cia­tion est très impor­tante, non seule­ment pour ren­for­cer les effets diu­ré­tiques de l’amiloride. Cepen­dant, elle per­met sur­tout de com­bi­ner l’action sali­diu­ré­tique mar­quée de l’hydrochlorothiazide et celle épar­gnante sur l’excrétion du potas­sium. Enfin, l’effet du médi­ca­ment MODURÉTIC se pro­longe en moyenne entre 9 et 12 heures. Après cela, l’excré­tion uri­naire inchan­gée des deux prin­cipes actifs commence.

MODURÉTIC : efficacité

Au cours d’une étude, les auteurs ont tes­té l’administration conco­mi­tante d’amiloride et d’hydrochlorothiazide sur 82 patients atteints de l’hypertension. Ceux-ci avaient des pres­sions arté­rielles supé­rieures à 140/90 mmHg. Les don­nées rap­por­tées montrent com­ment l’ajout de 2,5 à 5 mg/jour d’amiloride et de 25 mg d’hydrochlorothiazide a été efficace.

En fait, cette asso­cia­tion a assu­ré une baisse sup­plé­men­taire des valeurs des pres­sions arté­rielles d’environ 2 mmHg. Mal­gré l’efficacité de cette asso­cia­tion, celle de l’hydro­chlo­ro­thia­zide et de l’énalapril semble encore plus sûre. En outre, une autre étude menée sur 28 patients souf­frant d’HTA montre l’efficacité du trai­te­ment par hydro­chlo­ro­thia­zide à 50 mg + ami­lo­ride à 5 mg. Cela peut en effet garan­tir une dimi­nu­tion signi­fi­ca­tive de la pres­sion artérielle.

Par ailleurs, un essai daté de 1975 a per­mis d’observer une fois encore l’efficacité de cette asso­cia­tion sur le poids. L’administration d’amiloride et d’hydrochlorothiazide à fortes doses a garan­ti une dimi­nu­tion du poids cor­po­rel de 1,9 kg envi­ron. Il faut rap­pe­ler que l’usage, voire l’abus du médi­ca­ment chez des per­sonnes saines, est poten­tiel­le­ment dan­ge­reux, sur­tout à fortes doses.

MODURÉTIC : surdosage

Lorsqu’un patient prend acci­den­tel­le­ment une sur­dose de MODURÉTIC, il doit en infor­mer immé­dia­te­ment son méde­cin. Il peut tou­te­fois se rendre dans le centre de san­té le plus proche. Les dif­fé­rents signes obser­vés en cas de sur­dose sont des étour­dis­se­ments, le ver­tige, une confu­sion men­tale ou une soif exces­sive. Aus­si, la vic­time peut pré­sen­ter un rythme car­diaque éle­vé et une ten­sion arté­rielle très basse.

C’est d’ailleurs cette mani­fes­ta­tion qui pro­voque la majo­ri­té des autres. Par contre, il faut arrê­ter le trai­te­ment lorsqu’on prend une dose exces­sive du médi­ca­ment. Les symp­tômes doivent être gérés dans les plus brefs délais. La vic­time est direc­te­ment mise sous sur­veillance étroite. On peut par exemple induire les vomis­se­ments ou effec­tuer un lavage gas­trique et des soins de sou­tien.

En cas d’oubli, on recom­mande de ne pas prendre une double dose pour com­pen­ser celle oubliée. Il faut tou­jours deman­der l’avis d’un pro­fes­sion­nel dans ces situa­tions. Pour être effi­cace, il est néces­saire que le médi­ca­ment soit pris régu­liè­re­ment pen­dant toute la durée du trai­te­ment. L’heure de début de prise devient celle habituelle.

MODURÉTIC : interactions

MODURÉTIC

MODURÉTIC peut avoir des inter­ac­tions lorsqu’on le prend avec d’autres sub­stances. C’est le cas des inhi­bi­teurs de l’ECA (inhi­bi­teurs de l’enzyme de conver­sion de l’angiotensine) et des anta­go­nistes des récep­teurs de l’angiotensine II. Ce sont des médi­ca­ments uti­li­sés pour le trai­te­ment de l’hypertension arté­rielle. Ceux recom­man­dés pour sup­pri­mer la réponse du sys­tème immu­ni­taire (immu­no­sup­pres­seurs) peuvent éga­le­ment inter­agir avec MODURÉTIC. Outre ces symp­tômes, on peut citer :

  • Les médi­ca­ments épar­gneurs du potas­sium ou sup­plé­ments potassiques,
  • Les anti­dia­bé­tiques pris par voie orale,
  • Les médi­ca­ments uti­li­sés pour la relaxa­tion musculaire,
  • Les autres diurétiques,
  • Les amines pressives,
  • Les cor­ti­coïdes et l’hormone adré­no­cor­ti­co­trope ACTH,
  • Les anti-inflam­ma­toires non sté­roï­diens (AINS), 
  • Les médi­ca­ments contre les troubles dépressifs,
  • Les bar­bi­tu­riques qui ont un effet séda­tif sur le sys­tème ner­veux central,
  • Les médi­ca­ments uti­li­sés pour réduire la quan­ti­té de graisses dans le sang,
  • Les anal­gé­siques,
  • Les stu­pé­fiants.

MODURÉTIC ne peut être pris avec des ali­ments et des bois­sons alcoo­li­sées. L’alcool peut induire une baisse exces­sive de la pres­sion arté­rielle peut survenir.

MODURÉTIC : effets secondaires

MODURÉTIC peut pro­vo­quer des effets indé­si­rables, mais il faut pré­ci­ser qu’ils ne sur­viennent pas chez tout le monde. Ces der­niers sont géné­ra­le­ment ceux connus pour être asso­ciés aux thia­zides, à la mala­die trai­tée, ou à la diu­rèse. Des études ont éga­le­ment mon­tré que l’association ami­lo­ride-hydro­chlo­ro­thia­zide n’augmente pas le risque d’effets indé­si­rables par rap­port à l’administration sépa­rée des deux prin­cipes actifs.

Effets graves

Après la prise de MODURÉTIC, des symp­tômes graves peuvent sur­ve­nir. Ceux-ci comprennent :

  • Une réac­tion aller­gique sévère ou ana­phy­lac­tique,
  • Une urti­caire,
  • Une mala­die cuta­née entraî­nant une des­qua­ma­tion de la peau (nécro­lyse épi­der­mique toxique).

On recom­mande d’arrêter la prise dans ce cas et de se rendre immé­dia­te­ment dans un hôpital.

Effets fréquents rapportés dans les essais cliniques

Ces effets secon­daires incluent une dimi­nu­tion ou un manque d’appétit, des maux de tête, des ver­tiges, des nau­sées ou une asthé­nie. On a aus­si obser­vé une appa­ri­tion de taches ou de bosses sur la peau ain­si qu’un dés­équi­libre élec­tro­ly­tique. D’autres effets comprennent :

  • Une déshy­dra­ta­tion,
  • La goutte,
  • Une dimi­nu­tion du taux de sodium dans le sang (hypo­na­tré­mie),
  • Une dépres­sion,
  • Une insom­nie,
  • Une alté­ra­tion du goût,
  • Une confu­sion men­tale,
  • Une ner­vo­si­té,
  • Une som­no­lence,
  • Des four­mille­ments (pares­thé­sie),
  • Une dimi­nu­tion de l’attention et de l’orientation,
  • Une modi­fi­ca­tion de la com­pré­hen­sion (stu­peur),
  • Une perte de conscience tem­po­raire (syn­cope),
  • Des troubles de la vision.

Les autres effets indé­si­rables sont les dou­leurs tho­ra­ciques cau­sées par une réduc­tion de l’oxygène et de l’apport san­guin au cœur.

Effets secondaires dus à l’amiloride

Comme men­tion­né, les com­po­sants de l’association peuvent cha­cun induire des effets indé­si­rables. Il s’agit notam­ment de :

  • La pro­duc­tion insuf­fi­sante de cel­lules san­guines par la moelle osseuse (ané­mie aplasique),
  • La neu­tro­pé­nie,
  • La dimi­nu­tion de la libido,
  • Le dys­fonc­tion­ne­ment céré­bral (encé­pha­lo­pa­thie),
  • Les trem­ble­ments,
  • Les acou­phènes (sen­sa­tion gênante de bour­don­ne­ments ou bour­don­ne­ments dans les oreilles),
  • L’arrêt car­diaque partiel
  • Les pal­pi­ta­tions (rythme car­diaque irré­gu­lier ou renforcé),
  • La toux,
  • L’ulcère pep­tique,
  • Le jau­nis­se­ment de la peau et du blanc des yeux et les modi­fi­ca­tions de la fonc­tion hépatique,
  • L’alopécie (perte de cheveux),
  • Les dou­leurs au cou/aux épaules,
  • Les dou­leurs aux extrémités,
  • Les contrac­tions invo­lon­taires de la vessie.

En dehors des effets sus­men­tion­nés, on peut citer la poly­urie, l’augmentation de la fré­quence d’émission de petites quan­ti­tés d’urine, la pres­sion intraoculaire.

Symptômes dus à l’hydrochlorothiazide

Les symp­tômes liés à l’hydrochlorothiazide sont l’inflammation des glandes sali­vaires, l’agranulocytose, l’anémie apla­sique, l’anémie hémo­ly­tique et la réduc­tion anor­male des glo­bules blancs. En outre, on peut noter une rup­ture des capil­laires sous la sur­face de la peau et une réduc­tion des pla­quettes san­guines. De plus, les patients peuvent avoir une aug­men­ta­tion de la gly­cé­mie, une concen­tra­tion éle­vée d’acide urique dans le sang et une hypo­ka­lié­mie. Un œdème pul­mo­naire, une irri­ta­tion de l’estomac, des crampes, un ictère et une pan­créa­tite peuvent éga­le­ment survenir.

Autres effets rares

MODURÉTIC peut pro­vo­quer des effets rares comme la tachy­car­die, les bouf­fées vaso­mo­trices, la baisse de la ten­sion arté­rielle et des dif­fi­cul­tés à res­pi­rer. Des patients ont décla­ré qu’ils pré­sen­taient une sen­sa­tion de plé­ni­tude dans l’abdomen, des dou­leurs abdo­mi­nales, des fla­tu­lences et un sai­gne­ment gas­tro-intes­ti­nal. En outre, on note des dou­leurs lom­baires, arti­cu­laires ain­si que des crampes mus­cu­laires. Une insuf­fi­sance rénale et une toxi­ci­té peuvent se présenter.

MODURÉTIC : précautions et avertissements

Avant d’utiliser MODURÉTIC, il est impor­tant de prendre des précautions.

La conservation du médicament

Le médi­ca­ment MODURÉTIC doit être tenu hors de la vue et de la por­tée des enfants. Les patients doivent aus­si le conser­ver dans son embal­lage d’origine afin de le pro­té­ger contre la lumière. Par ailleurs, il ne faut pas uti­li­ser ce com­po­sé après sa date d’expiration. Celle-ci est géné­ra­le­ment indi­quée sur la boite et la pla­quette. En cas de doute, on recom­mande d’en par­ler à un professionnel.

Le cas des femmes allaitantes et en état de grossesse

Les femmes enceintes ou qui allaitent doivent infor­mer leur méde­cin avant de prendre MODURÉTIC. La même pré­cau­tion est recom­man­dée pour celles qui pla­ni­fient une gros­sesse. De fait, le médi­ca­ment est pros­crit en cas de ges­ta­tion. D’après cer­taines études, l’amiloride peut faci­le­ment tra­ver­ser la bar­rière pla­cen­taire et atteindre le sang fœtal. Comme consé­quence, cette sub­stance est sus­cep­tible d’entraîner un ictère fœtal ou des effets secon­daires typiques des diurétiques.

En plus, l’action hémo­dy­na­mique de ces médi­ca­ments sur le sang mater­nel pour­rait pro­vo­quer une alté­ra­tion de l’apport hémo­dy­na­mique nor­mal des organes impor­tants pour le déve­lop­pe­ment fœtal. Cela com­pro­met évi­dem­ment leur crois­sance. Il revient au méde­cin de trou­ver la bonne for­mu­la­tion pour ces femmes atteintes de l’hypertension et qui recherchent un sou­la­ge­ment de leurs symp­tômes. Le pro­fes­sion­nel doit au préa­lable éva­luer si les béné­fices éven­tuels l’emportent sur les risques pour le bébé.

On décon­seille éga­le­ment MODURÉTIC aux femmes qui allaitent. En effet, les deux prin­cipes actifs de ce médi­ca­ment peuvent se retrou­ver dans le lait mater­nel. Alors, il existe un risque qu’ils par­viennent au nou­veau-né. Tou­te­fois, si ce com­po­sé est le plus sûr, le pra­ti­cien pour­rait recom­man­der l’arrêt de l’allaitement.

La conduite

Il n’existe aucune don­née qui per­mette de confir­mer des effets du médi­ca­ment sur l’aptitude à uti­li­ser des machines et conduire des véhi­cules. Cepen­dant, rare­ment, MODURÉTIC peut pro­vo­quer des effets indé­si­rables sus­cep­tibles d’affecter l’aptitude à conduire des véhi­cules et à uti­li­ser des machines. On peut entre autres citer la som­no­lence, les ver­tiges et les troubles tem­po­raires de la vision. Par consé­quent, on recom­mande aux patients d’être pru­dents lorsqu’ils conduisent et uti­lisent des machines.

Le dopage et l’intolérance

L’usage du médi­ca­ment sans néces­si­té thé­ra­peu­tique consti­tue un dopage et peut en tout état de cause déter­mi­ner des tests anti­do­page posi­tifs. Cette pré­cau­tion vise essen­tiel­le­ment ceux qui pra­tiquent un sport spé­ci­fique. Enfin, MODURÉTIC contien­drait du lac­tose, alors on recom­mande aux patients de consul­ter un méde­cin s’ils pré­sentent une into­lé­rance à ce sucre.

L’évaluation préalable

Avant l’administration de MODURÉTIC, il est impor­tant d’évaluer soi­gneu­se­ment les taux plas­ma­tiques d’électrolytes afin d’éviter une décom­pen­sa­tion hydro­sa­line. Celle-ci est en fait dan­ge­reuse pour la san­té du patient. Ces contrôles doivent être encore plus stricts chez les per­sonnes qui pré­sentent un risque évident d’altération de l’équilibre électrolytique.

Derniers articles

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

Pour aller plus loin

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...