HomeSantéBases de données sur le médicament : fonctionnement, types et agrément

Bases de données sur le médicament : fonctionnement, types et agrément

Publié le

spot_img

Les bases de don­nées sur le médi­ca­ment peuvent ser­vir aus­si bien aux pro­fes­sion­nels de la san­té qu’aux patients. Elles per­mettent de retrou­ver des médi­ca­ments com­mer­cia­li­sés sur plu­sieurs années. Bien que les bases de don­nées soient très utiles, elles ne rem­placent aucu­ne­ment la consul­ta­tion d’un méde­cin. Il faut juste savoir quand et com­ment s’en ser­vir de façon optimale.

Bases de données sur le médicament : présentation

Les bases de don­nées sur le médi­ca­ment sont des banques publiques ren­fer­mant tous les docu­ments cer­ti­fiés sur les médi­ca­ments. Il s’agit de plus de deux ans d’informations sur les médi­ca­ments dis­po­nibles sur le mar­ché sur cette période ou com­mer­cia­li­sés actuellement.

Ces don­nées scien­ti­fiques sont publiques et acces­sibles aus­si bien aux per­sonnes pri­vées qu’aux pro­fes­sion­nels de la san­té. Elles leur indiquent les poso­lo­gies et donnent des recom­man­da­tions sur les­dits pro­duits de san­té.

Bases de données sur le médicament : fonctionnement

Les bases de don­nées sur le médi­ca­ment fonc­tionnent géné­ra­le­ment de la même manière. Elles dis­posent de plu­sieurs barres de recherche per­met­tant d’effectuer vos obser­va­tions en fonction :

  • du nom du médi­ca­ment de A à Z ;
  • du nom de la sub­stance active ;
  • du nom de la patho­lo­gie.

D’autres bases de don­nées, en plus des infor­ma­tions sur les médi­ca­ments, trans­mettent des recom­man­da­tions concer­nant les mesures d’hygiène et des astuces natu­relles pour la san­té. Elles donnent par­fois, en cas de doute, la pos­si­bi­li­té de consul­ter un méde­cin direc­te­ment en ligne.

Bases de données sur le médicament : les bases françaises

En matière de bases de don­nées sur le médi­ca­ment, il en existe une mul­ti­tude en France dis­po­sant d’un agré­ment.

La Base de données publique des médicaments

Elle est mise en place par le gou­ver­ne­ment et apporte des pré­ci­sions sur les usages et com­po­sants des pro­duits de san­té. Toutes les infor­ma­tions qui y sont relayées sont conçues et agréées par :

  • l’Agence natio­nale de sécu­ri­té du médi­ca­ment et des pro­duits de san­té (ANSM) ;
  • la Haute Auto­ri­té de san­té (HAS) ;
  • l’Union natio­nale des caisses d’assurance mala­die (UNCAM) ;
  • ain­si que le Minis­tère des Affaires sociales et de la san­té.

Le Dictionnaire Français du Médicament avec esculapepro

Ce dic­tion­naire regroupe un inven­taire de plus de 15 000 spé­cia­li­tés caté­go­ri­sées par leurs com­po­sants et dis­pat­chées en plus de 6000 classes phar­ma­co­lo­giques clas­si­fiées. Pour y figu­rer, ces der­nières doivent dis­po­ser d’une auto­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché fran­çais (AMM).

Le Dictionnaire Vidal des médicaments.

Ce der­nier per­met d’accéder à une réelle notice du médi­ca­ment qui peut être recher­ché par nom ou par sub­stance afin de contrô­ler leurs inter­ac­tions médi­ca­men­teuses. Il est dis­po­nible en accès direct et gra­tuit aux pro­fes­sion­nels de la san­té via le lien http://www.vidalpro.net/ et à l’industrie phar­ma­ceu­tique via le lien http://www.vidalip.net/.

Ils peuvent ain­si y suivre les actua­li­tés sur les médi­ca­ments dans « l’Officiel du Médi­ca­ment » et dans « la Presse du Médi­ca­ment ».

Thériaque

Il s’agit de la base de don­nées du CNHIM (Centre natio­nal hos­pi­ta­lier d’information sur le médi­ca­ment) acces­sible via le lien http://www.theriaque.org. Elle per­met d’analyser les ordon­nances en effec­tuant une recherche par caté­go­ries à savoir :

  • médi­ca­ments ;
  • mul­ti­cri­tères ;
  • médi­ca­ments génériques ;
  • médi­ca­ments à sta­tuts par­ti­cu­liers

Les recherches ain­si menées donnent accès à des fiches détaillées des spé­cia­li­tés, sub­stances actives, classes phar­ma­co-thé­ra­peu­tiques ou chi­miques, etc.

Le Mediquick

Il s’agit d’une base dis­po­nible à tra­vers le lien http://www.esculapepro.com/Mediquick7. Il pro­pose des infor­ma­tions sur la prise des médi­ca­ments et leurs com­po­sants.

L’Orphanet

Il s’agit d’une base de don­nées sur les mala­dies rares et les médi­ca­ments orphe­lins mise en place sous la direc­tion de la DGS et de l’INSERM. En effec­tuant une recherche par mala­dies ou par signes via le site www.orpha.net, il est pos­sible d’accéder à plu­sieurs listes aidant à trou­ver les médi­ca­ments orphe­lins (ceux béné­fi­ciant d’une auto­ri­sa­tion d’utilisation tem­po­raire en France).

Il s’agit entre autres de la liste des consul­ta­tions ouvertes pour cer­taines patho­lo­gies, la liste des pro­grammes de recherche, la liste des essais cli­niques, la liste des labo­ra­toires de diag­nos­tic et la liste des asso­cia­tions de malades.

La Base Claude Bernard

Agréée par la HAS (Haute Auto­ri­té de San­té) dans le cadre de la cer­ti­fi­ca­tion des LAP (Logi­ciels d’Aide à la Pres­crip­tion), la Base Claude Ber­nard est le pré­cur­seur des bases de don­nées élec­tro­nique sur les médi­ca­ments. Elle figure d’ailleurs dans les logi­ciels des pro­fes­sion­nels de santé.

Le Thesorimed

Cette base est mise en place par les sys­tèmes d’Assu­rance Mala­die (CNAMTS, MSA, RSI) et per­met d’accéder à la liste des médi­ca­ments com­mer­cia­li­sés en France et uti­li­sée par près de 200 éta­blis­se­ments de santé.

On y retrouve donc les pro­duits de san­té dis­po­sant d’une AMM natio­nale ou euro­péenne, d’une ATU nomi­na­tive ou de cohorte, de pré­pa­ra­tions hos­pi­ta­lières et pro­duites sous auto­ri­sa­tion d’importation.

L’ADM ou l’Aide au diagnostic médical

Conçu par la Facul­té de Méde­cine de l’Université de Rennes 1, l’AMD s’avère très utile pour poser un diag­nos­tic. Pour y accé­der, il faut être membre du corps médi­cal ou para­mé­di­cal. Ces der­niers y retrouvent gra­tui­te­ment et libre­ment, plus de 10 000 des­crip­tions de patho­lo­gies et 2 400 des­crip­tions d’effets secon­daires de médi­ca­ments.

La Caisse Nationale d’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés

Il s’agit d’un guide qui per­met aux méde­cins et phar­ma­ciens de pro­po­ser à leurs patients des médi­ca­ments géné­riques comme équi­va­lents thé­ra­peu­tiques. Ils peuvent éga­le­ment accé­der à la liste des pro­duits et pres­ta­tions, aux infor­ma­tions du sys­tème de soin ain­si qu’aux règlementations.

L’Infostab

Il s’agit d’une asso­cia­tion qui met à la dis­po­si­tion des pro­fes­sion­nels de la san­té (en 24 langues), des infor­ma­tions rela­tives à la pré­pa­ra­tion, l’administration, la sta­bi­li­té et la com­pa­ti­bi­li­té des médi­ca­ments injec­tables. Ils peuvent y accé­der via le site http://www.infostab.com/.

Le CRAT

Cette base s’adresse par­ti­cu­liè­re­ment aux méde­cins, phar­ma­ciens, sages-femmes et consul­tantes en lac­ta­tion afin de pré­ve­nir les risques téra­to­gènes, fœtaux-toxiques ou néo­na­taux de divers agents en cours de gros­sesse et d’allaitement (médi­ca­ments, radia­tions, virus, expo­si­tions pro­fes­sion­nelles et environnementales…).

Ils peuvent ain­si trou­ver gra­tui­te­ment toutes les infor­ma­tions sur la gros­sesse et ses risques sur le lien http://www.lecrat.org/.

La revue Prescrire

Ce site pro­pose plus de 30 ans d’archives sur les médi­ca­ments. On y retrouve libre­ment, le guide des inter­ac­tions médi­ca­men­teuses, des fiches infos patients, etc.

Bases de données sur le médicament : les bases internationales

Bases de don­nées sur le médicament

D’un pays à l’autre, les bases de don­nées fluc­tuent, mais elles sont toutes règle­men­tées et peuvent ser­vir tan­tôt aux usa­gers et tan­tôt aux professionnels.

Medlibrary

Cette base de don­nées des États-Unis vous pro­pose plus de 16 000 réfé­rences issues de la FDA. Elle est acces­sible via le lien http://www.fda.gov/Drugs/InformationOnDrugs/ucm135821.htm. De plus, les fichiers y sont téléchargeables.

United States Pharmacopeial Convention

Il s’agit d’une base de don­nées de médi­ca­ment infor­ma­tive des États-Unis. Elle est faci­le­ment acces­sible à tra­vers le lien http://www.usp.org/.

Micromedex

Pro­po­sée par les États-Unis, cette base de don­nées de médi­ca­ments est sans cesse actua­li­sée et regroupe une mul­ti­tude d’informations détaillées. Ces der­nières concernent les médi­ca­ments, les mala­dies, la recherche toxi­co­lo­gique, les tests cli­niques… Elle est acces­sible via le lien http://micromedex.com/.

List of Orphan Designations With Market Approvals.

Cette base de don­nées acces­sible à tra­vers le lien http://www.fda.gov/orphan/designat/ per­met d’accéder à la liste exhaus­tive des médi­ca­ments orphe­lins approu­vés sur le mar­ché américain.

Drug Information

Le site http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/druginformation.html et les sites (pour les patients) http://www.nlm.nih.gov/medlineplus/druginformation.html et http://sis.nlm.nih.gov/chemical.html per­mettent de retrou­ver la liste des médi­ca­ments mis en vente aux États-Unis. Cela concerne plus de 9000 pres­crip­tions regrou­pées par l’United States Phar­ma­co­peia (USP), la Natio­nal Libra­ry of Medi­cine et, Med­line Plus Health Information.

Agence européenne du médicament

Il s’agit d’une base des médi­ca­ments dis­po­nibles sur le mar­ché euro­péen. La liste de ces der­nières est dis­po­nible sur le site http://www.ema.europa.eu/ema/.

Cette base de don­nées alle­mande sur le médi­ca­ment est stric­te­ment réser­vée aux pro­fes­sion­nels de la san­té. Ils pour­ront retrou­ver toutes les infor­ma­tions dont ils ont besoin à tra­vers le lien http://www.pharmazie.com/dacon32/index_e.htm.

Centre belge d’information pharmaco-thérapeutique

Il s’agit d’une base belge qui regroupe toutes les infor­ma­tions phar­ma­co-thé­ra­peu­tique per­ti­nentes sur le site http://www.cbip.be/.

British National Formulary

Il s’agit d’une base de don­nées du Royaume-Uni du médi­ca­ment qui per­met de retrou­ver les com­po­sants et inter­ac­tions médi­ca­men­teuses via le site http://www.bnf.org/bnf/index.htm.

L’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé

Mis en place par le Cana­da, il s’agit d’une pla­te­forme bien four­nie sur laquelle figures de nom­breuses infor­ma­tions du domaine de la san­té. Ces der­nières sont dis­po­nibles en mode bilingue avec le lien http://www.cadth.ca/fr/.

Base de données sur les produits pharmaceutiques (BDPP)

Conçue par le Pro­gramme des pro­duits thé­ra­peu­tiques (PPT) de San­té Cana­da, cette base per­met de recher­cher des pro­duits actifs ou dis­con­ti­nués conformes à la régle­men­ta­tion des médi­ca­ments, des maté­riels médi­caux et autres pro­duits thé­ra­peu­tiques uti­li­sés au Cana­da. En accé­dant au site http://www.hc-sc.gc.ca/hpb/drugs-dpd/index.html il est pos­sible d’effectuer des recherches en fonc­tion de l’entreprise, du nom du pro­duit, des ingré­dients actifs, etc.

Bases de données sur le médicament : les agréments

En matière de san­té, rien n’est lais­sé de côté. Conce­voir une base de don­nées du médi­ca­ment néces­site donc une régle­men­ta­tion stricte. En effet, les patients et medi­cins se doivent de se ras­su­rer de leur fia­bi­li­té des. C’est alors qu’intervient l’agrément médical

Qui donne l’agrément ?

Mettre en place des bases de don­nées n’est pas de la por­tée de tout le monde. Abor­dant un sujet strict et sen­sible que sont la san­té et la médi­ca­men­ta­tion, elles doivent suivre une régle­men­ta­tion tout aus­si stricte. Cette der­nière est mise en place par la HAS qui pro­pose la 3e ver­sion de l’agrément des bases de don­nées sur les médi­ca­ments.

Elle doit cette pré­ro­ga­tive à l’article L. 161–38 du Code de la sécu­ri­té sociale qui dis­pose que la HAS est char­gée de l’agrément des bases de don­nées sur les médi­ca­ments (BdM) conçus pour l’usage des logi­ciels d’aide à la pres­crip­tion (LAP) et des logi­ciels d’aide à la dis­pen­sa­tion (LAD) cer­ti­fiés sur la base d’une charte de qua­li­té. Ladite charte doit défi­nir les pré-requis néces­saires à la qua­li­té d’une base de don­nées selon les cri­tères jugés cri­tiques pour les logi­ciels de soins.

Comment se faire agréer ?

La pro­cé­dure d’agrément concerne tous édi­teurs sou­hai­tant mettre en place une bande de don­nées conçue pour sup­porter un LAP ou un LAD cer­ti­fié selon les réfé­ren­tiels de la HAS. Ils devront donc se rendre sur le site de la HAS contact.mns@has-sante.f) afin de ren­sei­gner un dos­sier de demande d’agrément. Le dos­sier dis­pose d’un ques­tion­naire retra­çant les axes de la charte. Une fois l’agrément vali­dé, celui-ci est valable pour 5 ans.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...