HomeNon classéFEMARA ® - LETROZOLE

FEMARA ® – LETROZOLE

Published on

spot_img

Rappel : le letrozole est un inhibiteur de l’aromatase [Lire]

Une étude publiée jeudi dans le New England Journal of Medicine (cf infra) fait état d’une avancée importante dans le traitement du cancer du sein.

Les résultats de la recherche indiquent que les femmes atteintes d’un cancer du sein qui sont traitées par du letrozole présentent un risque de récidive pratiquement diminué de moitié.

L’étude avait été lancée pour savoir si le letrozole, un médicament qui élimine la synthèse de l’oestrogène, pourrait réduire les risques de récidive chez les patientes ayant souffert d’un cancer du sein, et déjà traitée depuis cinq avec le tamoxifène.

Car, bien qu’il soit efficace pour réduire les risques de récidive, des études ont montré que l’action du tamoxifène peut être néfaste au-delà de cinq ans. D’où l’intérêt de pouvoir lui substituer un traitement par le letrozole.

Constatant des résultats positifs chez les patientes participant à l’étude, les chercheurs ont décidé de l’interrompre, pour qu’un plus grand nombre de femmes atteintes de la même maladie aient accès rapidement au traitement.

Cet enthousiasme a cependant pour inconvénient de laisser plusieurs questions sans réponses. Par exemple, la durée du traitement au letrozole n’est pas précisée. Et si les effets secondaires observés sont restés mineurs – bouffées de chaleur, arthrite et myalgie – durant les 2,4 ans qu’a duré l’étude, les effets à long terme du letrozole demeurent inconnus.

“La sûreté de ce type de médicament est incertaine à long terme et les informations supplémentaires sur la densité osseuse, la santé cardiovasculaire et la qualité de vie des patientes qui ont participé à l’étude n’ont pas été publiées”, a indiqué le docteur Harold Burstein, de la faculté de médecine de Harvard, dans un éditorial du New England Journal of Medicine publié jeudi.

L’étude a été menée par des chercheurs de la Société canadienne du cancer, de l’Hôpital Princess Margaret de Toronto et de l’Institut national du cancer des Etats-Unis, entre autres.

A Randomized Trial of Letrozole in Postmenopausal Women
after Five Years of Tamoxifen Therapy for Early-Stage Breast Cancer

Published at www.nejm.org October 9, 2003 (10.1056/NEJMoa032312
Paul E. Goss, M.D., Ph.D., James N. Ingle, M.D., Silvana Martino, D.O., Nicholas J. Robert, M.D., Hyman B. Muss, M.D., Martine J. Piccart, M.D., Ph.D., Monica Castiglione, M.D., Dongsheng Tu, Ph.D., Lois E. Shepherd, M.D., Kathleen I. Pritchard, M.D., Robert B. Livingston, M.D., Nancy E. Davidson, M.D., Larry Norton, M.D., Edith A. Perez, M.D., Jeffrey S. Abrams, M.D., Patrick Therasse, M.D., Michael J. Palmer, M.Sc., and Joseph L. Pater, M.D.

ABSTRACT

  • Background In hormone-dependent breast cancer, five years of postoperative tamoxifen therapy — but not tamoxifen therapy of longer duration — prolongs disease-free and overall survival. The aromatase inhibitor letrozole, by suppressing estrogen production, might improve the outcome after the discontinuation of tamoxifen therapy.
  • Methods We conducted a double-blind, placebo-controlled trial to test the effectiveness of five years of letrozole therapy in postmenopausal women with breast cancer who have completed five years of tamoxifen therapy. The primary end point was disease-free survival.
  • Results A total of 5187 women were enrolled (median follow-up, 2.4 years). At the first interim analysis, there were 207 local or metastatic recurrences of breast cancer or new primary cancers in the contralateral breast — 75 in the letrozole group and 132 in the placebo group — with estimated four-year disease-free survival rates of 93 percent and 87 percent, respectively, in the two groups (P0.001 for the comparison of disease-free survival). A total of 42 women in the placebo group and 31 women in the letrozole group died (P=0.25 for the comparison of overall survival). Low-grade hot flashes, arthritis, arthralgia, and myalgia were more frequent in the letrozole group, but vaginal bleeding was less frequent. There were new diagnoses of osteoporosis in 5.8 percent of the women in the letrozole group and 4.5 percent of the women in the placebo group (P=0.07); the rates of fracture were similar. After the first interim analysis, the independent data and safety monitoring committee recommended termination of the trial and prompt communication of the results to the participants.

    Conclusions As compared with placebo, letrozole therapy after the completion of standard tamoxifen treatment significantly improves disease-free survival.

Latest articles

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...

Hyperthyroïdie : causes, symptômes, traitement et prévention

Bien que le corps humain soit une formidable machine dont les rouages sont parfaitement...

More like this

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...