HomeNon classéIBUPROFENE

IBUPROFENE

Publié le

spot_img

Juillet 2004

Pré­sen­té – à juste titre – comme anal­gé­sique , l’i­bu­pro­fène (enfant de plus de 6 mois) est éga­le­ment anti­py­ré­tique et son uti­li­sa­tion dans cette indi­ca­tion parait se géné­ra­li­ser. Il n’en reste pas moins que l’i­bu­pro­fène est un anti-inflam­ma­toire non sté­roï­dien qui ne devrait pas être bana­li­sé comme anti­py­ré­tique de pre­mière inten­tion chez des nour­ris­sons fébriles refu­sant sou­vent toute alimentation..

Dans l’é­tat actuel des connais­sances, ll ne pos­sède pas la sécu­ri­té du para­cé­ta­mol et devrait être réser­vé  » en seconde inten­tion  » c’est à dire en cas d’é­chec ou de résul­tat insuf­fi­sant c’est à dire pour des tem­pé­ra­tures supé­rieures à 38°5 voire 39°C.

Voir : En pre­mière inten­tion, pour l’en­fant, seul le PARACETAMOL est licite Fièvre de l’en­fant éven­tuel­le­ment avec une dose de charge [Lire]

La mul­ti­pli­ca­tion des déno­mi­na­tions com­mer­ciales du même prin­cipe actif entraine une majo­ra­tion du risque de sur­do­sage en cas d’automédication.

MAJ 2004
Ibu­pro­fène : infor­ma­tion ou dés­in­for­ma­tion média­tique ? [Lire]
Ibu­pro­fène : une rumeur fébrile par le Dr Daniel Anne­quin, res­pon­sable centre de la migraine de l’enfant ( Hôpi­tal d’enfants Armand Trous­seau Paris) [Lire]

 

ADVIL 100 mg, com­pri­mé enrobé

ADVIL 200 mg, com­pri­mé enrobé

ADVIL ENFANT ET NOURISSONS 20 mg/1ml, sus­pen­sion buvable en flacon

ANADVIL 200 mg, com­pri­mé enrobé

ANTARENE 100 mg, com­pri­mé pelliculé

ANTARENE 20 mg/ml NOURRISSON ET ENFANTS, sus­pen­sion buvable

ANTARENE 200 mg, com­pri­mé pelliculé

ASPROFEN 200 mg, gélule

DOCTRIL 200 mg, com­pri­mé pelliculé

ERGIX 200 mg DOULEUR ET FIEVRE, com­pri­mé pelliculé

EXPANFEN 200 mg, com­pri­mé enrobé

FASPIC 200 mg, comprimé

FASPIC 200 mg, gra­nu­lés pour solu­tion buvable en sachet-dose

HEMAGENE TAILLEUR 200 mg, com­pri­mé pelliculé 

IBUALGIC 200 mg, com­pri­mé effervescent

IBUHEXAL 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE AGI PHARMA 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE ARROW 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE BIOGARAN 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE BOEHRINGER INGELHEIM 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE ELA/APHARM 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE ETHYPHARM 100 mg, micro­gra­nules en sachet

IBUPROFENE ETHYPHARM 200 mg, micro­gra­nule en sachet

IBUPROFENE G GAM 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE GALEPHAR 200 mg, gélule

IBUPROFENE GIBAUD 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE GNR 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE HEXAL SANTE 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE IPRAD 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE IVAX 200 mg, com­pri­mé enrobé 

IBUPROFENE MERCK 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE MSD 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE QUALIMED 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE RATIOPHARM 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE RPG 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE RPG 200 mg, gélule

IBUPROFENE SANOFI SYNTHELABO OTC 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE TEVA 200 mg, com­pri­mé enrobé

IBUPROFENE UNION INTERPHARMACEUTIQUE ATLANTIQUE 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE UP JOHN 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE UPSA 200 mg, com­pri­mé pelliculé

IBUPROFENE ZYDUS 200 mg, com­pri­mé enrobé

INTRALGIS 200 mg, com­pri­mé effervescent

INTRALGIS 200 mg, com­pri­mé pelliculé

MOTRIN 200 mg, com­pri­mé pelliculé

NUREFLEX 20mg/ml ENFANTS ET NOURRISSONS SANS SUCRE, sus­pen­sion buvable édul­co­rée au mal­ti­tol liquide et à la sac­cha­rine sodique

NUREFLEX 20mg/ml ENFANTS ET NOURRISSONS, sus­pen­sion buvable

NUREFLEX 200 mg, com­pri­mé enrobé

NUROFEN 200 mg, cap­sule molle

NUROFEN 200 mg, com­pri­mé effervescent

NUROFEN 200 mg, com­pri­mé enrobé

NUROFEN 200 mg, com­pri­mé orodispersible

NUROFEN ABS 200 mg, com­pri­mé orodispersible

NUROFLASH 200 mg, com­pri­mé pelliculé

ORALFENE 200 mg, gélule

SPEDIFEN 200 mg, comprimé

SPEDIFEN 200 mg, gra­nules pour solu­tion buvable en sachet ‑dose

TYLOFEN 200 mg, com­pri­mé enrobé

UPFEN 200 mg, com­pri­mé effervescent

UPFEN 200mg, com­pri­mé pelliculé

PRECAUTIONS D’EMPLOI (Source MEDIQUICK 5.0 par ESCULAPE PRO)

  • Usage exclu­sif chez les plus de 6 mois (forme sus­pen­sion buvable), chez les plus de 15 ans (com­pri­més).
  • Au préa­lable, diag­nos­ti­quer et trai­ter une infec­tion en cas de risques et une mala­die à risque infec­tieux puis sur­veiller l’é­vo­lu­tion (risque de dimi­nu­tion des défenses natu­relles, les signes infec­tieux risquent d’être masqués).
  • En début de cure, contrô­ler la fonc­tion rénale et la diu­rèse en cas d’in­suf­fi­sance car­diaque, de cir­rhose, de néphro­pa­thies chro­niques, de trai­te­ment diu­ré­tique asso­cié, d’hy­po­vo­lé­mie post-opératoire.
  • Sur­veiller l’ap­pa­ri­tion de mani­fes­ta­tions diges­tives, sur­tout en cas de trai­te­ment anti­coa­gu­lant asso­cié, d’an­té­cé­dents d’her­nie hia­tale, d’hé­mor­ra­gies, d’ulcère…(risques de graves troubles gas­tro-intes­ti­naux, de mani­fes­ta­tions hématologiques).
  • En cas de sur­ve­nue d’hé­mor­ra­gie diges­tive, arrê­ter la cure.
  • En cas de sur­ve­nue de troubles visuels, effec­tuer un contrôle oph­tal­mo­lo­gique complet.
  • En cas de cure pro­lon­gée, contrô­ler les fonc­tions rénale et hépa­tique puis la NFS.
  • - Décon­seiller for­te­ment l’as­so­cia­tion avec un autre AINS, le lithium, le métho­trexate, la ticlo­pi­dine, les sul­fa­mides hypoglycémiants.
  • MANIPULATEURS DE MACHINE ET CONDUCTEURS DE VEHICULE : étour­dis­se­ments possibles.
  • Pour la sus­pen­sion buvable : – TENEUR EN SORBITOL : 70mg par ml. – TENEUR EN SACCHAROSE : 3,3g par ml. – PRESENCE DE COLORANT ROUGE COCHENILLE A.

EFFETS INDESIRABLES (Source MEDIQUICK 5.0 par ESCULAPE PRO)Sévères :

  • - Sur­ve­nue pos­sible de : héma­té­mèse, melae­na, ulcé­ra­tion pep­tique néces­si­tant l’ar­rêt du traitement.
  • - Atteintes rénales avec occa­sion­nel­le­ment insuf­fi­sance rénale aiguë ou chro­nique, oligurie.
  • Réac­tions d’hy­per­sen­si­bi­li­té : der­ma­to­lo­giques (rash cuta­né, pru­rit, oedème); res­pi­ra­toires (sur­ve­nue pos­sible de crise d’asthme, chez les sujets aller­giques à l’as­pi­rine ou à d’autres AINS).
  • Rares : ménin­gite asep­tique à l’i­bu­pro­fène, liée à un lupus ou à une connectivite.
  • Excep­tion­nels : agra­nu­lo­cy­tose, ané­mie hémo­ly­tique.

    Symp­to­ma­tiques :

  • Nau­sées, vomis­se­ments, épi­gas­tral­gies, troubles dys­pep­tiques, troubles du transit.
  • - Excep­tion­nel­le­ment, des cas de cépha­lées et de ver­tiges ont été rapportés.
  • Quelques rares cas de troubles de la vue ont été observés.
  • Occa­sion­nels : élé­va­tion de la pres­sion artérielle.
  • Très rares : dépres­sion, som­no­lence.

    Autres :

  • - Excep­tion­nels : élé­va­tion tran­si­toire des trans­ami­nases sériques.

Derniers articles

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

Pour aller plus loin

L’oxyurose : voies de transmissions, traitements, prévention

Les invasions helminthiques (helminthiases) sont des maladies dues à des vers parasites (helminthes) qui...

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...