HomeNon classéERYTHROPOÏÉTINE - EPO - Eprex ®

ERYTHROPOÏÉTINE – EPO – Eprex ®

Published on

spot_img

Voir également http://www.biam2.org/www/Spe21694.html

Les premiers à bénéficier des injections d’EPO sont les insuffisants rénaux présentant une anémie (aprés correction d’une éventuelle carence martiale). Trés souvent, une injection SC par semaine suffit (Voir infra MAJ 12/2002).

Les patients atteints d’une insuffisance cardiaque sevère avec HVG et les patients coronariens peuvent également tirer un bénéfice important de ces injections.

Au delà de ces bénéfices, les injections d’EPO ont de multiples intérêts chez les personnes âgées

  • Amélioration de l’appétit
  • Amélioration de l’état général
  • Amélioration de la thyrmie et des performances intellectuelles

POSOLOGIE ET SURVEILLANCE
Ce traitement peut être instauré à raison d’une injection SC par semaine avec un surveillance étroite de la pression artérielle et du taux de l’hémoglobine.
Une Nfs doit être pratiquée avant chaque injection et le taux d’hémoglobinei doit être stabilisé entre 10 et 12 g sans polyglobulie.

En cas de risque d’artériopathie ( diabétiques +++) des petites doses d’aspirine paraissent souhaitables.


MAJ 12/2002

Traitement par érythropoïétine (Eprex®)
AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE
Nouvelles recommandations d’administration suite à des notifications de cas d’érythroblastopénie.
Mise à jour : 26 décembre 2002

Eprex® est un médicament stimulant la formation d’hématies (globules rouges) à partir des cellules souches de la moelle osseuse. Eprex® est une érythropoïétine commercialisée en France par les laboratoires Janssen-Cilag, et est indiquée dans le traitement de certaines situations d’anémie (manque de globules rouges).

En novembre 2001, l’attention des prescripteurs a été attirée sur la survenue de très rares cas d’érythroblastopénie (ralentissement ou arrêt de la formation des globules rouges) chez des patients atteints d’insuffisance rénale chronique traités par Eprex®.
A la suite des notifications de ces cas d’érythroblastopénie, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) a recommandé, en juillet 2002, l’utilisation préférentielle de la voie intraveineuse par rapport à la voie sous-cutanée pour l’administration d’Eprex® chez les patients en insuffisance rénale chronique.

En décembre 2002, la réévaluation du profil de sécurité d’emploi d’Eprex® par voie sous-cutanée dans l’indication de l’insuffisance rénale chronique a conduit l’Afssaps, après avis de la commission d’autorisation de mise sur le marché et en lien avec l’ensemble des Etats membres de l’Union européenne, à contre-indiquer l’administration d’Eprex® par voie sous-cutanée chez les insuffisants rénaux chroniques (en prédialyse, dialyse péritonéale et en hémodialyse).

Cette mesure ne concerne pas les autres indications (maladies hématologiques, cancers, tumeurs solides, lymphomes malins ou myélomes multiples, programmes de transfusion autologue, chirurgie orthopédique majeure programmée).

Latest articles

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...

Hyperthyroïdie : causes, symptômes, traitement et prévention

Bien que le corps humain soit une formidable machine dont les rouages sont parfaitement...

More like this

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...