HomeNon classéENBREL® (Etanercept)

ENBREL® (Etanercept)

Publié le

spot_img

Résu­mé : ENBREL est un inhi­bi­teur com­pé­ti­tifs des TNF par leur  » cap­ture  » avant qu’ils atteignent les cel­lules cibles natu­relles. Il dimi­nue ain­si l’ac­ti­vi­té inflam­ma­toire sur les organes cibles.

Fiche com­plète avec DRUGSOFT.COM et MEDIQUICK 5.0 : [Lire]

MAJ 11/2003
Consen­sus sur l’u­ti­li­sa­tion des anti-TNF dans l’ar­thrite rhu­ma­toïde et autres mala­dies inflammatoires
Furst D. et coll. : « Upda­ted consen­sus sta­te­ment on bio­lo­gi­cal agents for the treat­ment of rheu­ma­toid arthri­tis and other immune media­ted inflam­ma­to­ry diseases (may 2003) ». Ann Rheum Dis 2003 ; 62(11,Suppl. II):ii2-ii9. © Copy­right 2003 http://www.jim.fr – Dr Domi­nique-Jean Bouilliez

Les anti-TNF. sont recom­man­dés pour le trai­te­ment de l’ar­thrite rhu­ma­toïde (AR) cli­ni­que­ment active, après qu’un autre DMARD (le plus sou­vent le métho­trexate) ait été uti­li­sé. Ils peuvent être pro­po­sés en plus du trai­te­ment exis­tant, ou, quand c’est néces­saire, rem­pla­cer ce DMARD. Cepen­dant, bien que les preuves de l’ef­fi­ca­ci­té des anti-TNF chez les patients n’ayant jamais béné­fi­cié d’un trai­te­ment par métho­trexate soient à pré­sent net­te­ment ras­sem­blées, leur usage en tant que pre­mier DMARD doit encore, à l’heure actuelle, être limi­té, en atten­dant les résul­tats des études de sécu­ri­té à long terme et des études phar­ma­co­éco­no­miques. Quoi qu’il en soit, les anti-TNF peuvent être le DMARD de pre­mière inten­tion quand les autres pré­sentent des contre-indications.
L’AR n’est par ailleurs pas la seule indi­ca­tion recon­nue des anti-TNF. Ain­si, l’é­ta­ner­cept a reçu l’ap­pro­ba­tion pour l’ar­thrite juvé­nile et l’ar­thrite pso­ria­sique tan­dis que l’in­flixi­mab a reçu l’au­to­ri­sa­tion euro­péenne de mise sur le mar­ché dans la spon­dy­lar­thrite anky­lo­sante et a été intro­duite dans les recom­man­da­tions les plus récentes du groupe ASAS (ASsess­ment in Anky­lo­sing Arthri­tis). L’in­flixi­mab a éga­le­ment été auto­ri­sé dans le trai­te­ment de la mala­die de Crohn avec fis­tu­li­sa­tion, tan­dis que plu­sieurs anti-TNF ont mon­tré une cer­taine effi­ca­ci­té dans le psoriasis.

Enfin, plu­sieurs études, qui ne relèvent plus à pré­sent de l’a­nec­dote, ont mon­tré l’in­té­rêt de ces molé­cules dans la mala­die de Still de l’a­dulte, dans les lésions cuta­néo­mu­queuses de la mala­die de Beh­çet et l’u­véite de Beh­çet, la gra­nu­lo­ma­tose de Wege­ner, l’ar­té­rite de Takaya­su, le syn­drome de Sjö­gren, la poly­myo­site, la poly­chon­dritre, l’ar­té­rite à cel­lules géantes, la sar­coï­dose, la poly­myo­site et le syn­drome SAPHO.

Ce qui ne veut pas néces­sai­re­ment dire qu’ils obtien­dront l’au­to­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché dans ces indi­ca­tions. Des études plus pous­sées, notam­ment de sécu­ri­té à long terme et de type phar­ma­co­éco­nom­qiues devront encore être pro­gram­mées pour ce faire. Mais l’exis­tence de ces études est indi­ca­trice de l’in­té­rêt des cli­ni­ciens envers ces molé­cules dont l’u­sage cli­nique a été éta­bli dans le même docu­ment de consensus.

Enbrel is a gene­ti­cal­ly engi­nee­red copy of a cell « recep­tor. » ENBREL acts by bin­ding, or cap­tu­ring « excess » TNF. TNF is one of the domi­nant cyto­kines or pro­teins that play an impor­tant role in the cas­cade of reac­tions that cause the inflam­ma­to­ry pro­cess of RA. ENBREL com­pe­ti­ti­ve­ly inhi­bits the bin­ding of TNF mole­cules to TNF recep­tor (TNFR) sites. By pre­ven­ting TNF from bin­ding to TNFR sites, ENBREL ren­ders the cyto­kine inac­tive, resul­ting in redu­ced inflam­ma­to­ry activity.

When injec­ted, Enbrel soaks up the excess TNF in patients blood before the sub­stance can make its way to joints to do damage.

Recom­men­ded for Appro­val For Rheu­ma­toid Arthritis
Gai­thers­burg, Mary­land, Sep­tem­ber 16, 1998 – ENBREL® (eta­ner­cept) was una­ni­mous­ly recom­men­ded for appro­val for the treat­ment of active rheu­ma­toid arthri­tis (RA) by the U.S. Food and Drug Admi­nis­tra­tion (FDA)
Arthri­tis Advi­so­ry Com­mit­tee today. If licen­sed by the FDA, the Immu­nex Cor­po­ra­tion (Nas­daq : IMNX) drug will be the first enti­re­ly new approach to trea­ting RA appro­ved in the last 15 years. The FDA Advi­so­ry Com­mit­tee recom­men­ded that ENBREL be appro­ved for use alone in patients who have fai­led other so-cal­led Disease Modi­fying Anti-Rheu­ma­tic Drugs (DMARDs). In addi­tion, the com­mit­tee recom­men­ded that ENBREL be appro­ved for use in com­bi­na­tion with methotrexate.
ENBREL has been stu­died in 1,039 RA patients. Cli­ni­cal results pre­sen­ted today by Immu­nex demons­tra­ted grea­ter reduc­tion in joint pain and swel­ling in patients recei­ving ENBREL, com­pa­red with patients recei­ving placebo.
Mea­su­re­ments of health-rela­ted qua­li­ty of life, inclu­ding func­tio­na­li­ty, men­tal health and vita­li­ty also impro­ved with ENBREL treat­ment. Many patients repor­ted res­ponses to ENBREL within weeks after ini­tia­tion of therapy.
The most com­mon side effect obser­ved was mild injec­tion-site reac­tions that gene­ral­ly did not inter­rupt treatment.

« The data show that ENBREL pro­vides relief of symp­toms for many RA patients, many of whom have not been trea­ted suc­cess­ful­ly with other drugs or can­not tole­rate the side effects asso­cia­ted with some cur­rent medi­ca­tions, » said Lar­ry W. More­land, MD, Divi­sion of Immu­no­lo­gy and Rheu­ma­to­lo­gy, Uni­ver­si­ty of Ala­ba­ma at Birmingham.
More than 100 patients have been trea­ted with ENBREL for at least 15 months, and more than 80 percent of them expe­rien­ced relief of their symp­toms, which was sus­tai­ned. Cli­ni­cal stu­dies sho­wed that patients have respon­ded to ENBREL even after other the­ra­pies fai­led and that ENBREL can be given in com­bi­na­tion with metho­trexate, without increa­sing side effects.

Pour en savoir plus : http://www.enbrelinfo.com/

MAJ 11/2000
Voir Poly­ar­thrite Rhu­ma­toïde : trai­te­ment de fond (MAJ 11/2000)

Atteintes héma­to­lo­giques et atteintes démyé­li­ni­santes sous ENBREL (eta­ner­cept)
En France, l’é­ta­ner­cept est uti­li­sé uni­que­ment dans le cadre d’Au­to­ri­sa­tions Tem­po­raires d’U­ti­li­sa­tion – ATU – nomi­na­tives, déli­vrées par l” AFSSAPS
. Dans un com­mu­ni­qué de presse daté du 10 novembre 2000 , l” AFSSAPS décrit des atteintes héma­to­lo­giques et démyé­li­ni­santes graves, sur­ve­nues sous eta­ner­cept et recom­mande au corps médi­cal de bien éva­luer le rap­port béné­fice-risque avant l’ins­tau­ra­tion de ce trai­te­ment chez des patients pré­sen­tant des anté­cé­dents d’at­teinte héma­to­lo­gique ou démyé­li­ni­sante. (Source : Com­mu­ni­qué de presse de l’AF­SSAPS du 10 novembre 2000)

MAJ 09/2003
Enbrel est désor­mais dis­po­nible en phar­ma­cie mais doit être pres­crit sur une ordon­nance Médi­ca­ment d’exception (Cer­fa N°60–3976) « en confor­mi­té avec la Fiche d’Information Thé­ra­peu­tique » comme le pré­cisent les labo­ra­toires Wyeth.
Les rhu­ma­to­logues, les pédiatres et les spé­cia­listes en méde­cine interne hos­pi­ta­liers pour­ront seuls rédi­ger l’ordonnance ini­tiale, dont le renou­vel­le­ment pour­ra être effec­tué par un méde­cin libéral.

Rem­bour­sé à 65%, Enbrel est recom­man­dé dans le trai­te­ment de la poly­ar­thrite rhu­ma­toïde active de l’adulte « en cas de réponse inadé­quate aux trai­te­ments de fond, y com­pris le métho­trexate », mais éga­le­ment en cas de poly­ar­thrite rhu­ma­toïde sévère, active et évo­lu­tive de l’adulte « non pré­cé­dem­ment trai­té par le méthotrexate ».

Enbrel est recom­man­dé dans le trai­te­ment de l’arthrite chro­nique juvé­nile poly­ar­ti­cu­laire active de l’enfant de 4 à 17 ans en cas de réponse inadé­quate ou d’intolérance avé­rée au méthotrexate.

Derniers articles

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Pour aller plus loin

Pasteurellose pasteurella multocida : symptômes, diagnostic et traitement

La pasteurellose est une maladie infectieuse assez fréquente qui se retrouve chez les animaux...

Paludisme : agent infectieux, clinique, personnes à risque

Le paludisme, maladie humaine évitable, mais potentiellement mortelle, est un mal fréquent. Dans le...

Phimosis : causes, symptômes, complications et traitements

Le phimosis est une pathologie qui touche particulièrement le sexe masculin à la naissance...