HomeParapharmacieDulaglutide -Trulicity : description, prix et indications

Dulaglutide ‑Trulicity : description, prix et indications

Publié le

spot_img

Lorsque l’exercice phy­sique et le régime ali­men­taire ne per­mettent pas à cer­taines per­sonnes sur­tout celles obèses de perdre du poids, il existe des pro­duits pour les aider. Par­mi ces pro­duits, le Dula­glu­tide occupe une place par­ti­cu­lière. Ce médi­ca­ment est très effi­cace et est aus­si pres­crit aux adultes, qui sont atteints de dia­bète de type 2. Ain­si, en rai­son des agents qui le consti­tuent, il est impor­tant de connaitre ses indi­ca­tions pour mieux pro­fi­ter de ses bienfaits.

Dulaglutide : description du produit

Médi­ca­ment appar­te­nant à la caté­go­rie des anti­dia­bé­tiques sys­té­miques, le Dula­glu­tide est un pro­duit mis en place, pour cana­li­ser et amé­lio­rer le taux de gly­cé­mie chez les dia­bé­tiques. Son nom com­mer­cial est Tru­li­ci­ty. C’est un médi­ca­ment dis­po­nible en solu­tion injec­table, sous forme de sty­lo pré­rem­pli.

De plus, en phar­ma­cie, il est ven­du dans une boite de 4 sty­los pré­rem­plis de 0,5 ml. Selon les don­nées sta­tis­tiques, on le retrouve à un prix de 80 € envi­ron. Cepen­dant, il est pos­sible que le prix de vente varie en fonc­tion de la phar­ma­cie. Dans tous les cas, le Dula­glu­tide est rem­bour­sé à un taux de 65 % par la sécu­ri­té sociale.

Composition du Dulaglutide

Le Dula­glu­tide est com­po­sé d’une sub­stance active appe­lée éga­le­ment dula­glu­tide. En dehors de cette sub­stance, il contient aus­si des exci­pients qui sont entre autres :

  • L’acide citrique ;
  • Le citrate de sodium ;
  • Le man­ni­tol ;
  • Le poly­sor­bate 80.

Ce sont donc tous ces com­po­sants qui confèrent au Dula­glu­tide une effi­ca­ci­té indubitable.

Dulaglutide : mécanisme d’action du médicament

Le Dula­glu­tide est un pro­duit doté de plu­sieurs pro­prié­tés anti-hyper­gly­cé­miantes du GLP‑1. Cela dit, lorsque la sub­stance active du médi­ca­ment est en pré­sence de concen­tra­tions impor­tantes de glu­cose, elle agit sur les cel­lules bêta pan­créa­tiques. Ain­si, cela entraine une forte libé­ra­tion d’insu­line. De ce fait, le Dula­glu­tide se charge de blo­quer la sécré­tion de glu­ca­gon, une sub­stance anor­ma­le­ment éle­vée chez les patients souf­frant de dia­bète de type 2.

Par ailleurs, l’action du médi­ca­ment sur le glu­ca­gon pro­voque une dimi­nu­tion du glu­cose hépa­tique. Ce qui per­met alors de régu­la­ri­ser le taux de gly­cé­mie dans l’organisme du patient. Il faut noter que le Dula­glu­tide per­met aus­si d’assurer une meilleure vidange gas­trique.

L’efficacité et la sécu­ri­té du médi­ca­ment ont été confir­mées grâce à plu­sieurs études contrô­lées. On com­prend donc les actions et les bien­faits du pro­duit sur le corps des per­sonnes diabétiques.

Dulaglutide : quelles sont les indications du produit ?

Tru­li­ci­ty ou le Dula­glu­tide est un anti­bio­tique résis­tant indi­qué chez les adultes souf­frant d’un dia­bète de type 2 insuf­fi­sam­ment contrô­lé. Cela dit, le pro­duit peut être uti­li­sé en asso­cia­tion avec d’autres médi­ca­ments capables de trai­ter le dia­bète. Autre­ment, il est adap­té en mono­thé­ra­pie, lorsque l’utilisation de la met­for­mine est inap­pro­priée suite aux contre-indi­ca­tions ou intolérances.

Les indi­ca­tions du pro­duit doivent être res­pec­tées, pour évi­ter de cau­ser des pro­blèmes à l’organisme.

Comment prendre Dulaglutide ?

La poso­lo­gie indi­quée pour ce pro­duit dépend de plu­sieurs facteurs.

En mono­thé­ra­pie, la poso­lo­gie usuelle est de 0,75 mg, et ceci une fois par semaine.

En asso­cia­tion, il est recom­man­dé d’administrer le Dula­glu­tide en une dose de 1,5 mg une fois par semaine. En outre, pour les patients âgés de 75 ans et plus, la dose est de 0,75 mg une fois par semaine. Ceci en rai­son de la vul­né­ra­bi­li­té de leur organisme.

Le pro­duit peut être pris à n’importe quel moment de la jour­née. Il faut juste res­pec­ter les doses indiquées.

Dulaglutide :les contre-indications du médicament

Comme pour tous les autres médi­ca­ments, il est inter­dit de prendre le Dula­glu­tide lorsque vous êtes aller­gique à l’une des sub­stances qu’il contient. Hor­mis cette contre-indi­ca­tion, il faut aus­si évi­ter de prendre le pro­duit lorsque :

  • Vous êtes atteint d’une mala­die gas­tro-intes­ti­nale sévère ;
  • Vous souf­frez d’une insuf­fi­sance rénale terminale ;
  • Vous êtes en période d’allaitement ;
  • Vous êtes hyper­sen­sible aux pro­téines de hamster.

De plus, le Dula­glu­tide est contre-indi­qué en voie intra­vei­neuse ou intramusculaire.

Les effets secondaires du Dulaglutide

Les effets secon­daires du Dula­glu­tide sont nom­breux. On peut évo­quer de ce fait :

  • La diar­rhée ;
  • La dimi­nu­tion de l’appétit,
  • La consti­pa­tion ;
  • Les vomis­se­ments ;
  • Les dou­leurs abdominales ;
  • Le reflux gastro-œsophagien ;
  • La fatigue.

On peut aus­si citer des effets comme l’éructation, l’angiodème, l’hypoglycémie, la dis­ten­sion abdo­mi­nale et l’occlusion intes­ti­nale non méca­nique. Il existe aus­si des effets secon­daires qui appa­raissent peu fré­quem­ment. Ce sont entre autres :

  • Une réac­tion dans la zone d’injection ;
  • L’élévation des enzymes pancréatiques ;
  • Le cho­lé­cys­tique ;
  • La déshy­dra­ta­tion.

D’autres effets secon­daires que ceux énu­mé­rés peuvent aus­si sur­ve­nir. Il faut noter que ces symp­tômes ne sont pas sys­té­ma­ti­que­ment consta­tés chez tout le monde. De toutes les façons, si vous remar­quez une ano­ma­lie, il fau­dra le signa­ler rapi­de­ment à votre méde­cin traitant.

Dulaglutide : les interactions du médicament

L’utilisation du Dula­glu­tide per­met de favo­ri­ser la vidange gas­trique et d’améliorer la vitesse d’absorption des médi­ca­ments qui sont admi­nis­trés par voie orale. Ain­si, le pro­duit doit être uti­li­sé avec pré­cau­tion chez cer­tains patients qui se traitent avec d’autres médi­ca­ments. À cet effet, il faut évi­ter d’associer le Dula­glu­tide avec :

  • Les anti­hy­per­ten­seurs ;
  • La digoxine ;
  • Le para­cé­ta­mol ;
  • L’atorvastine ;
  • La war­fa­rine ;
  • Les contra­cep­tifs oraux.

En effet, l’association de la Dula­glu­tide avec l’un de ces pro­duits peut créer des inter­ac­tions chez l’usager. Il convient donc de faire atten­tion et de signa­ler au méde­cin tout ce que vous pre­nez comme médi­ca­ment, dans le but de connaitre la conduite à tenir.

Dulaglutide : mises en garde

Pour garan­tir une effi­ca­ci­té opti­male du Dula­glu­tide, il est conseillé de prendre en compte les mises en garde rela­tives à l’utilisation du pro­duit. De ce fait, il fau­dra tout d’abord res­pec­ter les indi­ca­tions et la poso­lo­gie, qui seront recom­man­dées par le pro­fes­sion­nel de san­té. En réa­li­té, un sur­do­sage du pro­duit peut entrai­ner une hypo­gly­cé­mie ou des troubles gas­tro-intes­ti­naux.

De sur­croit, chez la femme enceinte ou en période d’allaitement, les don­nées ne montrent pas l’efficacité du médi­ca­ment. Il est donc décon­seillé d’en prendre pen­dant ces périodes pour évi­ter de pro­vo­quer des ano­ma­lies chez le nouveau-né.

Atten­tion à ne pas oublier de tou­jours signa­ler vos anté­cé­dents ou trai­te­ments en cours à votre méde­cin. Cela lui per­met d’établir une cor­ré­la­tion entre les pro­duits que vous prenez.

En l’absence de com­pa­ti­bi­li­té, il faut évi­ter de prendre le médi­ca­ment. De plus, les doses oubliées ne doivent pas être com­pen­sées par des doses doubles. Il faut abso­lu­ment res­pec­ter la dose d’une injec­tion par semaine. Si vous avez oublié, pré­ve­nez votre médecin.

Dulaglutide : les précautions d’emploi

Les pré­cau­tions d’emploi du médi­ca­ment Dula­glu­tide sont rela­tives à plu­sieurs points. Ain­si, il est néces­saire de bien le conser­ver à une tem­pé­ra­ture ambiante, loin de la por­tée des enfants. La durée de conser­va­tion du médi­ca­ment ne doit pas dépas­ser 2 ans. Lors de son uti­li­sa­tion, le Dula­glu­tide peut être conser­vé en dehors du réfri­gé­ra­teur pen­dant deux semaines au plus à une tem­pé­ra­ture n’excédant pas 30 °C.

Il faut tou­jours lire la notice avant de com­men­cer l’utilisation du pro­duit. Si vous avez des doutes, contac­tez votre phar­ma­cien ou méde­cin pour plus d’informations.

Derniers articles

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...

Les troubles psychologiques : causes, symptômes et traitements

Les souffrances et les changements réguliers de comportement sont notamment les principales caractéristiques des...

Pour aller plus loin

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...