HomeParapharmacieDronédarone-Multaq : Indications, posologie et effets indésirables

Dronédarone-Multaq : Indications, posologie et effets indésirables

Publié le

spot_img

Médi­ca­ment appar­te­nant à la famille des anti­aryth­miques, la Dro­né­da­rone contri­bue à la régu­la­ri­sa­tion du rythme car­diaque. Sa com­po­si­tion a long­temps fait l’objet de plu­sieurs études par les cher­cheurs. Ain­si, on doit l’utiliser avec pré­cau­tion et selon les indi­ca­tions pré­cises d’un méde­cin. Cela per­met d’éviter les effets indé­si­rables que peut cau­ser ce pro­duit. Quelles sont les indi­ca­tions de la Dro­né­da­rone ? Quelle est sa poso­lo­gie et quels en sont les effets indésirables ?

Présentation et composition du médicament

Encore connue sous le nom de Mul­taq, la Dro­né­da­rone est un pro­duit qui néces­site une sur­veillance par­ti­cu­lière pen­dant le trai­te­ment. Géné­ra­le­ment, il est uti­li­sé chez les patients souf­frant de fibril­la­tion auri­cu­laire. En effet, la Dro­né­da­rone aide ces der­niers à main­te­nir leur rythme car­diaque régu­lier.

Par ailleurs, ce médi­ca­ment pres­crit sur ordon­nance se pré­sente sous forme de com­pri­mé (blanc) de 400 mg. En phar­ma­cie, on le retrouve dans une boite de 60 et son prix est variable. Cepen­dant, il n’est pas rem­bour­sable par la sécu­ri­té sociale.

En ce qui concerne la com­po­si­tion de la Dro­né­da­rone, les sub­stances qui y sont conte­nues sont répar­ties en plu­sieurs caté­go­ries. Il s’agit notam­ment d’un prin­cipe actif appe­lé chlor­hy­drate de Dro­né­da­rone et des exci­pients qui sont entre autres :

  • Le macro­gol 6000 ;
  • Le stéa­rate de magnésium ;
  • Le dioxyde de titane ;
  • L’amidon de maïs ;
  • L’hypromellose.

On peut éga­le­ment citer la cire de car­nau­ba, la cros­po­vi­done, le poloxa­mère 407 et la silice col­loï­dale anhydre.

Indications de la Dronédarone

Comme il a été men­tion­né plus haut, la Dro­né­da­rone ou Mul­taq est indi­quée chez les patients, qui pré­sentent un rythme car­diaque irré­gu­lier. Elle peut réduire le risque d’une hos­pi­ta­li­sa­tion exi­gée pour soi­gner ou évi­ter des com­pli­ca­tions, qui ris­que­raient de cau­ser la mort du patient. Selon cer­taines études, la Dro­né­da­rone doit être envi­sa­gée pour main­te­nir le rythme car­diaque d’un patient adulte, après une car­dio­ver­sion réus­sie. De plus, son pro­fil de tolé­rance ne per­met pas de l’utiliser sans indi­ca­tions du méde­cin. L’idéal est donc de ne pas en prendre sans avis du pro­fes­sion­nel de santé.

Dronédarone : Posologie

Pour garan­tir l’efficacité de ce pro­duit chez le patient, la dose habi­tuel­le­ment recom­man­dée pour un adulte est de 800 mg par jour. Autre­ment dit, le patient adulte devra prendre le com­pri­mé de 400 mg, 2 fois par jour, soit 1 com­pri­mé le matin et 1 autre le soir.

Il faut pré­ci­ser que le médi­ca­ment doit se prendre avec le repas pour évi­ter les ver­tiges. De plus, les per­sonnes qui prennent ce médi­ca­ment doivent évi­ter de prendre du pam­ple­mousse. En effet, ce fruit aug­mente la concen­tra­tion san­guine du médi­ca­ment. Cela dit, des effets secon­daires pour­raient survenir.

En outre, il peut arri­ver que votre méde­cin vous pres­crive une dose du médi­ca­ment autre que celle indi­quée sur celui-ci. Cela risque d’arriver d’autant plus que la déter­mi­na­tion des doses peut varier en fonc­tion de cer­tains fac­teurs tels que le poids, la prise d’autres médi­ca­ments ou l’état de san­té du malade. Il fau­dra donc res­pec­ter scru­pu­leu­se­ment les doses qui seront pres­crites par le méde­cin traitant.

Les contre-indications du médicament

Il est décon­seillé de prendre la Dronédarone :

  • Lorsque vous avez une fonc­tion hépa­tique for­te­ment réduite ;
  • Lorsque vous avez une fré­quence car­diaque esti­mée à moins de 50 bat­te­ments à la minute ;
  • En cas d’aller­gie à l’un des com­po­sants conte­nus dans la Dronédarone ;
  • Si vous pre­nez des médi­ca­ments tels que le rito­na­vir, la cyclo­spo­rine, l’itraconazole et le kétoconazole ;
  • Si vous souf­frez d’une dys­fonc­tion ven­tri­cu­laire gauche grave ;
  • Lorsque vous souf­frez d’une toxi­ci­té pul­mo­naire ou hépa­tique et que vous uti­li­sez le médi­ca­ment amiodarone.

De sur­croit, le médi­ca­ment est décon­seillé chez la femme allai­tante et celle enceinte. Les contre-indi­ca­tions à la prise de ce pro­duit sont nom­breuses. À cet effet, il est recom­man­dé de consul­ter un méde­cin avant toute prise du médicament.

Les effets indésirables de la Dronédarone

Comme beau­coup d’autres médi­ca­ments, la Dro­né­da­rone pré­sente des effets indé­si­rables. Il s’agit entre autres de :

  • Diar­rhée ;
  • Fatigue ;
  • Vomis­se­ments ;
  • Sen­si­bi­li­té de la peau à la lumière du soleil ;
  • Dou­leurs au niveau de l’estomac ;
  • Fai­blesse musculaire ;
  • Brû­lures d’estomac.

En dehors de ces symp­tômes, le patient peut souf­frir de dou­leurs tho­ra­ciques, d’inflammation de la peau et d’une alté­ra­tion du goût.

Cepen­dant, les symp­tômes n’apparaissent pas de manière sys­té­ma­tique chez tout le monde. Dans tous les cas, si vous consta­tez un quel­conque pro­blème, pré­ve­nez votre méde­cin. Cela per­met d’évaluer la sécu­ri­té du produit.

Les interactions du médicament

Le médi­ca­ment Dro­né­da­rone peut pro­duire des inter­ac­tions lorsqu’il est asso­cié à cer­taines sub­stances comme :

  • L’amantadine ;
  • L’alitrétinoïne ;
  • Les ago­nistes alphas ;
  • Les anti­bio­tiques appar­te­nant à la famille des quinolones ;
  • Les anti­dé­pres­seurs tricycliques ;
  • Les anti­his­ta­mi­niques comme la doxy­la­mine, la loratadine.

Il faut éga­le­ment évi­ter d’associer le pro­duit avec les ana­logues de la soma­to­sta­tine, les anti­fon­giques, les anta­go­nistes du cal­cium. La Dro­né­da­rone peut pré­sen­ter des inter­ac­tions avec d’autres sub­stances autres que celles énu­mé­rées plus haut. Le patient se doit donc de faire très atten­tion pen­dant le trai­te­ment. Il doit par ailleurs noti­fier à son méde­cin tous les autres trai­te­ments médi­ca­men­teux en cours.

La Dronédarone : les mises en garde

L’utilisation de la Dro­né­da­rone néces­site la consi­dé­ra­tion de cer­taines mises en garde. Ain­si, si vous pre­nez un autre médi­ca­ment en asso­cia­tion avec la Dro­né­da­rone, pré­ve­nez direc­te­ment le méde­cin. Il ne revient donc pas au patient de chan­ger lui-même les poso­lo­gies et la manière dont il prend les médi­ca­ments. De plus, pré­ve­nez au plus tôt votre méde­cin trai­tant lorsque vous consta­tez pen­dant le traitement :

  • Des étour­dis­se­ments ;
  • Un ralen­tis­se­ment de la fré­quence cardiaque ;
  • Une rou­geur cutanée ;
  • Des déman­geai­sons ;
  • Une inflam­ma­tion de la peau.

Aus­si, faut-il ces­ser la prise du médi­ca­ment et sol­li­ci­ter dans les plus brefs délais des soins médi­caux si vous constatez :

  • Des signes de réac­tion allergique ;
  • Des signes d’angioœdème comme les enflures de visage, de la langue ou même de la gorge ;
  • Des signes de troubles hépatiques.

Il faut rap­pe­ler qu’il est impor­tant de pré­ci­ser au méde­cin les anté­cé­dents ou aller­gies avant d’employer le médi­ca­ment. Le médi­ca­ment n’est pres­crit que chez les adultes. De ce fait, aucune effi­ca­ci­té n’a été éta­blie en ce qui concerne les sujets âgés de moins de 18 ans.

La Dro­né­da­rone peut cau­ser des pro­blèmes pul­mo­naires. Ain­si, lorsque vous éprou­vez des dif­fi­cul­tés à res­pi­rer ou vous pré­sen­tez une toux sèche, il fau­dra immé­dia­te­ment consul­ter le médecin.

Si vous uti­li­sez le médi­ca­ment et qu’une gros­sesse advient pen­dant la période, pre­nez contact avec votre méde­cin traitant.

Une chose sur laquelle il ne faut pas oublier de mettre l’accent, c’est bien sûr les doses. Lorsque vous avez oublié de prendre une dose, il ne faut en aucun cas la com­pen­ser avec une prise double. Cela risque de pro­vo­quer la sur­ve­nue des effets secondaires.

Dronédarone : les précautions d’emploi

Le médi­ca­ment doit être conser­vé à une tem­pé­ra­ture ambiante, dans son embal­lage d’origine. Il ne faut pas oublier de le gar­der hors de la por­tée des enfants.

Si vous ne com­pre­nez pas la notice du pro­duit, vous pou­vez vous rap­pro­cher de votre phar­ma­cien ou de votre méde­cin traitant.

Il faut éga­le­ment évi­ter de don­ner le médi­ca­ment à une autre per­sonne, même si cette der­nière pré­sente les mêmes symp­tômes que vous. Conseillez-lui plu­tôt de voir son méde­cin pour connaitre la conduite à tenir.

En géné­ral, le médi­ca­ment Dro­né­da­rone est un pro­duit dont l’efficacité est indu­bi­table dans la régu­la­ri­sa­tion du rythme car­diaque. Cepen­dant, pour béné­fi­cier des bien­faits de ce médi­ca­ment, l’idéal est de res­pec­ter les indi­ca­tions qui seront pré­vues par le pro­fes­sion­nel de santé.

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....