HomeParapharmacieInhibiteurs de l’aromatase : classification, indications, formes communes

Inhibiteurs de l’aromatase : classification, indications, formes communes

Publié le

spot_img

Les inhi­bi­teurs de l’aromatase regroupent un ensemble de médi­ca­ments ayant un effet anta­go­niste sur l’activité de l’aromatase. Ils sont de plu­sieurs types et consti­tuent un trai­te­ment de choix contre le can­cer du sein chez la femme méno­pau­sée. Dans la majo­ri­té des cas, ils ont démon­tré une grande effi­ca­ci­té et pré­sentent une très faible varia­bi­li­té des réponses.

Cepen­dant, ils entraînent une pano­plie d’effets secon­daires et sont sou­mis à des pré­cau­tions d’usages strictes. De plus, ils font l’objet de plu­sieurs contre-indi­ca­tions et sont inef­fi­caces lorsque les récep­teurs œstro­gé­niques sont néga­tifs. En phar­ma­cie, ils sont exclu­si­ve­ment com­mer­cia­li­sés sous ordon­nance médicale.

Inhibiteur de l’aromatase : présentation

Un inhi­bi­teur de l’aromatase (ou anti-aro­ma­tase) est un médi­ca­ment qui se décline prin­ci­pa­le­ment sous forme de com­pri­més. Son admi­nis­tra­tion se fait géné­ra­le­ment par voie orale et il bloque l’activité de l’aro­ma­tase. Il entre en com­pé­ti­tion avec elle et entraîne une réduc­tion de ses effets dans l’organisme. Voir dans les rubriques ci-des­sous, plus d’informations sur l’aromatase.

Aromatase : présentation

L’aro­ma­tase (ou œstro­gène syn­thé­tase) est une enzyme impli­quée dans la syn­thèse des œstro­gènes par l’organisme. On la réper­to­rie par­mi les fac­teurs pré­do­mi­nants de déve­lop­pe­ment sexuel et elle contri­bue à la déter­mi­na­tion du sexe fœtal. Sa sécré­tion connaît une opti­mi­sa­tion dans plu­sieurs condi­tions patho­lo­giques, dont les can­cers. Dans le cadre du can­cer du sein, en par­ti­cu­lier, elle joue un rôle clé dans la crois­sance tumorale.

Aromatase : localisation

La prin­ci­pale loca­li­sa­tion de l’aromatase est le réti­cu­lum endo­plas­mique. On la retrouve, cepen­dant, dans beau­coup d’autres tis­sus de l’organisme. Il y a, par exemple :

  • Les tis­sus gonadiques ;
  • Les tis­sus cérébraux ;
  • Les tis­sus placentaires ;
  • Les tis­sus sanguins ;
  • Les tis­sus cutanés ;
  • Les tis­sus osseux.

En géné­ral, l’expression de l’aromatase ain­si que ses effets s’observent prin­ci­pa­le­ment au niveau des tis­sus sus­men­tion­nés. Dans les autres tis­sus, notam­ment les tis­sus hépa­tiques, il est habi­tuel­le­ment indé­tec­table.

Aromatase : fonctions

L’aromatase est un cata­ly­seur bio­lo­gique. Au niveau des glandes sur­ré­nales, elle est indis­pen­sable à la conver­sion des andro­gènes en œstro­gènes. En effet, dans l’organisme, à par­tir d’un cer­tain âge, la sécré­tion des œstro­gènes se fait prin­ci­pa­le­ment à par­tir des andro­gènes. Plu­sieurs méca­nismes sont mis en route et font inter­ve­nir des réac­tions, dont l’aromatase est le déclen­cheur majeur. Il s’agit, principalement :

  • De l’hydroxylation du com­plexe 19 — méthyle des andro­gènes. Elle se tient trois fois avant la sécré­tion des œstrogènes ;
  • De la dégra­da­tion du groupe méthyle des andro­gènes en formiate ;
  • De l’aromatisation du com­plexe A.

Après la réac­tion d’aromatisation, on obtient des formes spé­ci­fiques d’œstrogènes en fonc­tion de l’androgène ini­tial. L’androstènedione per­met d’obtenir l’estrone tan­dis que la tes­to­sté­rone per­met d’obtenir de l’œstradiol. En l’absence d’aromatase, ces dif­fé­rentes réac­tions ne peuvent avoir lieu. Par consé­quent, l’utilisation d’un inhi­bi­teur de l’aromatase rend impos­sible la sécré­tion d’œstrogènes à par­tir d’androgènes.

Aromatase : activité

L’acti­vi­té de l’aromatase est influen­cée par un cer­tain nombre de fac­teurs. Il y a, entre autres :

  • l’obésité ;
  • l’alcoolisme ;
  • l’insuline ;
  • la pro­lac­tine ;
  • les gona­do­tro­phines.

En pré­sence de ces fac­teurs, l’activité de l’aromatase peut être soit exa­cer­bée ou modé­rée. Même si aucune don­née scien­ti­fique n’atteste cela, il se peut que ces fac­teurs inter­fèrent éga­le­ment avec l’activité des inhi­bi­teurs de l’aromatase.

Inhibiteur de l’aromatase : classification

On dis­tingue selon le mode d’action, deux prin­ci­pales caté­go­ries d’inhibiteurs de l’aromatase. Il s’agit des inhi­bi­teurs de l’aromatase non sté­roï­diens réver­sibles et des inhi­bi­teurs de l’aromatase sté­roï­diens irréversibles.

Inhibiteurs de l’aromatase non stéroïdiens réversibles

Les inhi­bi­teurs de l’aromatase non sté­roï­diens irré­ver­sibles sont les plus uti­li­sés en milieu hos­pi­ta­lier. Dans l’organisme, ils ne se fixent pas à l’aromatase et n’ont aucun impact sur sa struc­ture. Ils livrent plu­tôt une com­pé­ti­tion réver­sible au sub­strat phy­sio­lo­gique de l’aromatase : l’androstènedione. Se fai­sant, ils empêchent l’activité de l’aromatase et indi­rec­te­ment la syn­thèse d’œstrogènes à par­tir d’androgènes. En termes d’efficacité, ils sont tout aus­si effi­caces que les inhi­bi­teurs sté­roï­diens. Cepen­dant, ils ont l’avantage d’avoir une action réver­sible. Cela implique qu’en cas d’arrêt d’utilisation d’un inhi­bi­teur non sté­roï­dien réver­sible, la syn­thèse d’œstrogènes à par­tir d’un andro­gène peut se faire à nouveau.

Inhibiteurs de l’aromatase stéroïdiens irréversibles

Les inhi­bi­teurs de l’aromatase sté­roï­diens irré­ver­sibles sont moins uti­li­sés que les inhi­bi­teurs non sté­roï­diens. À l’opposé de ceux-ci, ils se lient à l’aromatase même par une liai­son cova­lente l’empêchant de s’activer. Bien qu’ils soient très effi­caces, ils pos­sèdent une acti­vi­té irré­ver­sible. À la fin du trai­te­ment, il n’y a donc théo­ri­que­ment aucun moyen d’induire à nou­veau la syn­thèse d’œstrogènes par conver­sa­tion d’androgènes. Au vu de cela, on recom­mande de les uti­li­ser dans les cir­cons­tances extrêmes.

Inhibiteurs de l’aromatase : indications

La prin­ci­pale indi­ca­tion des inhi­bi­teurs de l’aromatase est le can­cer du sein hor­mo­no-dépen­dant chez la femme méno­pau­sée. Pour en savoir plus sur cette patho­lo­gie, consul­ter les sec­tions suivantes.

Cancer du sein hormono-dépendant : présentation

Les can­cers cor­res­pondent de façon géné­rale à une pro­li­fé­ra­tion anar­chique des cel­lules dans une par­tie de l’organisme. Ils évo­luent usuel­le­ment sur plu­sieurs années et ont une forte inci­dence sur le pro­nos­tic vital. Ils peuvent tou­cher dif­fé­rents organes, dont le col de l’utérus, les seins, la peau et les pou­mons. Lorsqu’ils affectent les seins, on les appelle : « can­cers du sein ».

Typi­que­ment fémi­nins, les can­cers du sein touchent pré­fé­ren­tiel­le­ment les femmes de plus de 50 ans. Ils peuvent être hor­mo­no-dépen­dants ou non. Dans le pre­mier cas, les tumeurs can­cé­reuses pos­sèdent un cer­tain nombre de récep­teurs œstro­gé­niques sur leurs mem­branes externes. Elles ont besoin d’œstrogènes pour pro­li­fé­rer et mûrir. Par consé­quent, en l’absence de sécré­tion d’œstrogènes dans l’organisme, elles régressent.

Chez la femme méno­pau­sée, on assiste à une sup­pres­sion de l’activité hor­mo­nale dans les ovaires. Les œstro­gènes sont alors pro­duits uni­que­ment par conver­sion d’androgènes sous l’effet de l’aromatase. Dans ces cir­cons­tances, l’utilisation d’un inhi­bi­teur de l’aromatase entraîne une absence de sécré­tion d’œstrogènes et indi­rec­te­ment une régres­sion tumorale.

Chez la femme non méno­pau­sée, en revanche, les ovaires pro­duisent tou­jours des œstro­gènes. On observe alors des effets oppo­sés. Pour cette rai­son, les inhi­bi­teurs de l’aromatase per­mettent le trai­te­ment du can­cer du sein uni­que­ment en cas de méno­pause.

Cancer du sein hormono-dépendant : causes

Les causes pré­cises de sur­ve­nue d’un can­cer du sein, qu’il soit hor­mo­no-dépen­dant ou pas, ne sont pas connues. On sait, cepen­dant, que la mala­die résulte de la fusion d’un cer­tain nombre de fac­teurs, notamment :

  • la pré­sence d’antécédents familiaux ;
  • l’alcoolisme chro­nique ;
  • l’utilisation de trai­te­ments hormonaux ;
  • le sur­poids et l’obésité ;
  • la séden­ta­ri­té.

Quel­que­fois, on asso­cie éga­le­ment la sur­ve­nue d’un can­cer de sein à la puber­té pré­coce et la méno­pause tar­dive. Par­fois, la mala­die sur­vient sans qu’on puisse iden­ti­fier un seul fac­teur pou­vant jus­ti­fier son appa­ri­tion. On dit alors qu’elle est idiopathique.

Cancer du sein hormono-dépendant : symptômes

Le can­cer du sein se mani­feste par une kyrielle de symp­tômes. Les plus évo­ca­teurs com­prennent, néanmoins :

  • une érup­tion mammaire ;
  • une modi­fi­ca­tion de la struc­ture de la peau des seins ;
  • des dou­leurs mammaires ;
  • une modi­fi­ca­tion de l’aspect des seins ;
  • une inver­sion du mamelon.

D’autres signes moins évo­ca­teurs comme la rou­geur cuta­née, la des­qua­ma­tion et l’effritement de la peau peuvent aus­si apparaître.

Inhibiteurs de l’aromatase : formes communes

On retrouve dif­fé­rents inhi­bi­teurs d’aromatase dans les offi­cines phar­ma­ceu­tiques. Néan­moins, les formes les plus com­munes sont :

  • L’anastrozole (Ari­mi­dex®) ;
  • Le létro­zole (Fema­ra®) ;
  • L’exemestane (Aro­ma­sine®).

En France et dans bien d’autres pays du monde, ils repré­sentent les formes d’inhibiteurs de l’aromatase les plus uti­li­sés.

Aanastrozole (Arimidex®)

L’anastrozole est un inhi­bi­teur de l’aromatase décli­né sous forme de com­pri­més blancs de 1 mg. Il est dis­po­nible à des prix variables en fonc­tion de la boîte du médi­ca­ment et du nombre de com­pri­més qu’elle contient. Voir plus d’informations à son pro­pos dans les rubriques ci-dessous.

Aanastrozole (Arimidex®) : composition

La sub­stance active de l’Arimidex est l’anastrozole. Dans un com­pri­mé d’Arimidex, on la retrouve en plus des exci­pients ci-après :

  • L’hypromellose ;
  • Le macro­gol 300 ;
  • Le magné­sium stéarate ;
  • Le povi­done ;
  • Le sodium carboxyméthylamidon ;
  • Le titane dioxyde.

Par ailleurs, il convient de noter que l’Arimidex contient éga­le­ment du lac­tose monohydraté.

Aanastrozole (Arimidex®) : posologie et mode d’emploi

Dans le cadre du trai­te­ment du can­cer du sein chez la femme méno­pau­sée, l’administration de l’anastrozole se fait géné­ra­le­ment sui­vant une poso­lo­gie fixe. Il s’agit de la prise unique d’un com­pri­mé de 1 mg par jour. Le trai­te­ment qui d’ordinaire est à vie peut s’étendre sur plu­sieurs années.

Pour ce qui est du mode d’emploi de l’anastrozole, aucune mesure spé­ci­fique n’existe. Le médi­ca­ment peut être pris par voie orale pen­dant ou après les repas. De même, le patient est libre de le prendre avec de l’eau ou un autre breu­vage. Par exemple, un jus de fruits, un yaourt, une bouillie, etc.

Aanastrozole (Arimidex®) : effets secondaires

À l’instar de la plu­part des inhi­bi­teurs de l’aromatase, ana­stro­zole pré­sente plu­sieurs effets secon­daires. On les répar­tit en fonc­tion de leur fré­quence en dif­fé­rents groupes.

Effets secondaires fréquents de l’anastrozole

Les effets secon­daires les plus fré­quents de l’ana­stro­zole com­prennent :

  • les bouf­fées de chaleur ;
  • les maux de tête ;
  • les nau­sées ;
  • une érup­tion cutanée ;
  • une fatigue généralisée.

La rai­deur arti­cu­laire ain­si que l’arthralgie sont éga­le­ment des effets secon­daires cou­ram­ment recen­sés dans cette catégorie.

Effets secondaires peu fréquents de l’anastrozole

Moins fré­quents que les pré­cé­dents, les effets secon­daires de l’anastrozole pour ce groupe sont :

  • la perte d’appétit ;
  • la som­no­lence ;
  • le syn­drome du canal carpien ;
  • les vomis­se­ments ;
  • la diar­rhée ;
  • la perte de cheveux.

A ces effets s’ajoutent par­fois, la séche­resse vagi­nale, la dou­leur osseuse, l’ostéoporose et la for­ma­tion d’une urti­caire.

Effets secondaires rares de l’anastrozole

Le choc ana­phy­lac­tique est le prin­ci­pal effet secon­daire rare de l’ana­stro­zole. Il s’accompagne quelquefois :

  • d’une hyper­cho­les­té­ro­lé­mie (hausse du taux san­guin de cholestérol) ;
  • d’une aug­men­ta­tion du taux san­guin de transaminases ;
  • d’un sai­gne­ment génital.

Qu’ils soient intenses ou non, les effets secon­daires rares de l’anastrozole consti­tuent des motifs obli­ga­toires de consul­ta­tion.

Létrozole (Femara®)

Le létro­zole est un inhi­bi­teur de l’aromatase pré­sen­té sous la forme d’un com­pri­mé pel­li­cu­lé rond, de cou­leur jaune et légè­re­ment bicon­vexe. Il pos­sède des bords biseau­tés et on retrouve sur ses faces les gra­vures « FV » et « CG ». Voir plus d’informations à son pro­pos dans les sec­tions ci-après.

Létrozole (Fémara®) : composition

Le Féma­ra outre sa sub­stance active qu’est le létro­zole com­prend les exci­pients suivants :

  • la cel­lu­lose microcristalline ;
  • l’amidon de maïs ;
  • le car­boxy­mé­thy­la­mi­don sodique ;
  • le stéa­rate de magnésium ;
  • la silice col­loï­dale anhydre.

Le pel­li­cu­lage des com­pri­més est fait sur la base de dif­fé­rents ingré­dients. Notam­ment l’hypromellose (E464), le macro­gol 8000, le dioxyde de titane (E171) et l’oxyde de fer jaune (E172). Par ailleurs, des exci­pients à effets notoires comme le lac­tose mono­hy­dra­té entrent en ligne de compte dans la for­mu­la­tion du médicament.

Létrozole (Fémara®) : posologie et mode d’emploi

En géné­ral, la poso­lo­gie d’usage du létro­zole est d’un com­pri­mé par jour pen­dant toute la durée du trai­te­ment. Il peut arri­ver, cepen­dant, que le méde­cin trai­tant modi­fie cette poso­lo­gie. Tout dépend du tableau cli­nique du patient et de ses carac­té­ris­tiques. Pour ce qui concerne le mode d’emploi, il n’existe aucune mesure spé­ci­fique. On peut prendre le médi­ca­ment avant ou pen­dant les repas et avec de l’eau ou un jus de fruits.

Létrozole (Femara®) : effets secondaires

Les effets secon­daires du létro­zole sont proches de ceux de l’anastrozole. Seule­ment, en cas d’utilisation du létro­zole le patient peut pré­sen­ter d’autres effets géné­raux. C’est le cas par exemple de la trans­pi­ra­tion exces­sive et de l’insomnie.

Exemestane (Aromasine®)

L’exémestane est un anti-aro­ma­tase décli­né sous la forme de com­pri­més blancs dosés à 25 mg. Voir de plus amples infor­ma­tions à son pro­pos dans les sec­tions ci-après.

Exemestane (Aromasine®) : composition

Le prin­cipe actif de l’Aromasine est l’Exémestane. Il contient en plus de ce der­nier, les exci­pients ci-après :

  • La cel­lu­lose microcristalline ;
  • Le cros­po­vi­done ;
  • L’hypromellose ;
  • Le macro­gol 400 et le macro­gol 600 ;
  • Le magné­sium stéarate ;
  • Le man­ni­tol ;
  • Le poly­sor­bate 80.

On y retrouve aus­si des ingré­dients secon­daires comme la silice col­loï­dale anhydre, le sodium car­boxy­mé­thy­la­mi­don, et le titane dioxyde

Exemestane (Aromasine®) : posologie et mode d’emploi

L’administration de l’exémestane se fait à une poso­lo­gie quo­ti­dienne de 25 mg, soit un com­pri­mé par jour. Selon la gra­vi­té des signes et le niveau de la pro­pa­ga­tion du can­cer, le méde­cin trai­tant peut ajus­ter cette poso­lo­gie. En géné­ral, on pré­co­nise que le médi­ca­ment soit pris par voie orale et en dehors des repas. Pour cause, il pré­sen­te­rait des inter­ac­tions avec plu­sieurs aliments.

Exemestane (Aromasine®) : effets secondaires

Les effets secon­daires de l’Aromasine sont éga­le­ment iden­tiques à ceux du létro­zole et de l’Anastrozole. Les seuls effets qui lui sont spé­ci­fiques sont l’hépatite et la for­ma­tion d’un œdème. Beau­coup plus rare­ment, il peut modi­fier la numé­ra­tion for­mule san­guine.

 

Derniers articles

La question de la qualité nutritionnelle des repas en résidence senior

Le bien-être de nos parents et grands-parents est une préoccupation constante, surtout lorsque l'âge...

Prophylaxie médicale : tout savoir sur les masques FFP

Depuis la pandémie de la Covid-19, l’utilisation des masques respiratoires s’est largement répandue dans...

Comment booster la présence de collagène dans votre organisme ?

Le collagène est un composant bien connu dans le monde du cosmétique. Au-delà de...

8 aliments à consommer pour réduire la graisse abdominale

Saviez-vous que notre santé est largement influencée par nos choix alimentaires au quotidien ?...

Pour aller plus loin

La question de la qualité nutritionnelle des repas en résidence senior

Le bien-être de nos parents et grands-parents est une préoccupation constante, surtout lorsque l'âge...

Prophylaxie médicale : tout savoir sur les masques FFP

Depuis la pandémie de la Covid-19, l’utilisation des masques respiratoires s’est largement répandue dans...

Comment booster la présence de collagène dans votre organisme ?

Le collagène est un composant bien connu dans le monde du cosmétique. Au-delà de...