HomeParapharmacieLes antimycosiques : formes, indications, contre-indications

Les antimycosiques : formes, indications, contre-indications

Publié le

spot_img

Dans le cadre d’une mycose cuta­née, les anti­my­co­siques sont le trai­te­ment de réfé­rence pour lut­ter contre les infec­tions cau­sées par des cham­pi­gnons micro­sco­piques. En l’absence d’un trai­te­ment anti­my­co­sique adé­quat, la mycose peut s’élargir sur d’autres zones de la peau. Cela peut aus­si créer le siège d’une sur­in­fec­tion bactérienne.

Pour y remé­dier effi­ca­ce­ment, les trai­te­ments anti­my­co­siques sont pres­crits sous dif­fé­rentes for­mules, notam­ment locales et orales. Il s’agit notam­ment des pro­duits sous forme de pom­mades, ver­nis, crèmes, lotions, com­pri­més, gel de douche. Ceux-ci sont uti­li­sés en fonc­tion de la zone lésée (cuir che­ve­lu, espace entre les doigts, les ongles, espace vagi­nal, les lèvres de la bouche).

Ain­si, tous les pro­duits anti­my­co­siques ne sont pas admi­nis­trés de la même manière. Décou­vrez donc plus en détail les dif­fé­rentes formes d’antimycosiques, leurs indi­ca­tions et contre-indi­ca­tions.

Les antimycosiques : définition

Les anti­my­co­siques, encore appe­lés anti­fon­giques, sont un groupe de pro­duits der­ma­to­lo­giques. Ils sont notam­ment dédiés à com­battre des cham­pi­gnons micro­sco­piques et les infec­tions qu’ils engendrent. Ils servent à lut­ter contre toutes les formes de mycoses, à savoir :

  • La mycose au pied ;
  • Sur le cuir chevelu ;
  • Aux ongles ;
  • Aux com­mis­sures des lèvres de la bouche ;
  • La mycose sur des zones de la peau dépour­vue de poils (entre les fesses, sous les seins des femmes, sous les ais­selles, etc.) ;
  • La mycose vagi­nale, etc.

Par ailleurs, les anti­my­co­siques agissent de deux façons dif­fé­rentes. D’une part, les médi­ca­ments anti­my­co­siques tuent le cham­pi­gnon res­pon­sable de la mycose. D’autre part, ils empêchent la mul­ti­pli­ca­tion du champignon.

À cet effet, il existe une grande varié­té de médi­ca­ments anti­my­co­siques dans le trai­te­ment d’une mycose super­fi­cielle ou sys­té­mique et pro­fonde.

Les variétés d’antimycosiques

Les médi­ca­ments anti­my­co­siques sont regrou­pés en deux caté­go­ries majeures. On note d’une part les anti­fon­giques à usage sys­té­mique et les anti­fon­giques à usage local. On peut aus­si retrou­ver des asso­cia­tions à usage local avec des cor­ti­coïdes ou des anti­bac­té­riens et aus­si des anti­my­co­siques à usage local divers.

Les antimycosiques à usage systémique

Les anti­my­co­siques à usage sys­té­mique concernent les ally­la­mines, dont la ter­bi­na­fine (un trai­te­ment des plus actifs) et les déri­vés azo­lés. Ceux-ci sont répar­tis en deux groupes à savoir :

  • Les imi­da­zo­lés, dont Kéto­co­na­zole est le prin­ci­pal représentant ;
  • Les tria­zo­lés, com­prennent le flu­co­na­zole, l’itraconazole, le vori­co­na­zole, le posa­co­na­zole et plus récem­ment l’isavuconazole.

Les antimycosiques à usage local

On compte dans la caté­go­rie des anti­my­co­siques à usage local des déri­vés imi­da­zo­lés, des poly­ènes, des pyri­dones et des asso­cia­tions d’antimycosiques.

Déri­vés imi­da­zo­lés tels que :

  • Amy­cor, Peva­ryl, Fazol, Keto­derm, Dak­ta­rin, Myk 1% ;
  • Gyno- Peva­ryl, Gyna­dak­ta­rin, Gyno­myk, Gynotrosyd.

Les poly­ènes tels que :

  • La Fun­gi­zone, un ampho­té­ri­cine B ;
  • Et la nystatine.

Les pyri­dones comme :

  • Mys­co­ter 1 % ;
  • Mycos­ter 8 % ;
  • Sebi­prox 1,5 %.

Les asso­cia­tions d’antimycosiques, il y en a plu­sieurs, dont :

  • Ampho­cy­cline ;
  • Poly­gy­nax ;
  • Ter­gy­nan ;
  • Myco­log ;
  • Pima­fu­cort ;
  • Pima­fu­cine.

Les anti­my­co­siques à usage divers concernent :

  • La pom­made de Whitfield ;
  • Le Myco­dé­cyl, crème, poudre et solu­tion pour une appli­ca­tion locale ;
  • Sel­sun.

Antimycosiques à usage systémique : mode d’emploi

Les anti­my­co­siques agissent dif­fé­rem­ment sur les cham­pi­gnons et infec­tions qu’ils engendrent. Ain­si, les indi­ca­tions d’utilisation des médi­ca­ments sont variables selon les affec­tions cuta­nées et muqueuses.

Les indications

De façon géné­rale, les anti­my­co­siques à usage sys­té­mique aident à com­battre les mycoses super­fi­cielles, notam­ment les mycoses de la peau, des ongles, du cuir che­ve­lu ou des muqueuses (bouche, vagin…). De façon spécifique,

  • La ter­bi­na­fine est indi­quée en cas d’onychomycoses, de der­ma­to­phy­ties cuta­nées et de can­di­doses cutanées ;
  • Le kéto­co­na­zole (imi­da­zo­lé) est indi­qué en cas d’infections cuta­nées et des muqueuses qui ne peuvent être trai­tées loca­le­ment en rai­son de leur résis­tance à ce traitement ;
  • Les tria­zo­lés à usage sys­té­mique sont indi­qués en cas de mycoses super­fi­cielles qui touchent la peau, les muqueuses ou les pha­nères qui sont inva­sifs et les asper­gil­loses invasives.

Les contre-indications

La ter­bi­na­fine est décon­seillée en cas en cas d’insuf­fi­sance hépa­tique et rénale sévère, lorsque la femme porte une gros­sesse ou allaite.

Les tria­zo­lés sont inter­dits en cas de gros­sesse, à l’exception du flu­co­na­zole. Tou­te­fois, la dose et la durée d’utilisation du flu­co­na­zole doivent être limitées.

Le kéto­co­na­zole est inter­dit en cas de gros­sesse et d’allai­te­ment ou d’hyper­sen­si­bi­li­té aux anti­fon­giques des imidazolés.

Posologie et mode d’administration

La ter­bi­na­fine se prend par voie orale. Il est recom­man­dé de prendre 1 com­pri­mé de 25 g par jour pen­dant un repas. Le trai­te­ment dure de 6 semaines à 3 mois.

Dans les cas d’ony­cho­my­coses, il est conseillé de suivre le trai­te­ment sur une durée de 2 à 4 semaines. Il en est de même en cas de der­ma­to­phy­ties cuta­nées. Les can­di­doses cuta­nées requièrent 2 à 6 semaines de traitement.

Le kéto­co­na­zole en com­pri­mé de 200 g est recom­man­dé à une prise de 1 com­pri­mé par jour au cours d’un repas. Pour un enfant, il faut entre 4 et 7 mg/kg par jour.

Les tria­zo­lés sont des médi­ca­ments conçus en poudre, gélules, sus­pen­sion buvable, per­fu­sion. Les admi­nis­tra­tions sont recom­man­dées de 1 à 4 fois par jour.

Enfin, quelle que soit votre affec­tion, il est impor­tant de suivre for­mel­le­ment les pres­crip­tions de votre méde­cin. Ce der­nier vous don­ne­ra les ins­truc­tions appro­priées selon votre cas.

Effets indésirables

Les tria­zo­lés pré­sentent des effets indé­si­rables en par­ti­cu­lier l’hépa­to­toxi­ci­té (cyto­lyse, cho­les­tase) et les troubles diges­tifs (nau­sées, vomis­se­ments diar­rhée). Des effets géné­raux (cépha­lées, som­no­lence) et héma­to­lo­giques (leu­co­pé­nies, throm­bo­pé­nies) peuvent aus­si sur­ve­nir. D’autres réac­tions toxiques spé­ci­fiques à cha­cun de leurs com­po­sants peuvent éga­le­ment apparaître.

En par­ti­cu­lier, le vori­co­na­zole pré­sente des effets secon­daires tels que les fluo­roses osseuses, les troubles visuels et neu­ro­pa­thies optiques, l’insuf­fi­sance rénale, la pho­to­sen­si­bi­li­té.

La ter­bi­na­fine a pour effets indé­si­rables peu graves : nau­sées, diar­rhées, troubles dys­pep­tiques, dou­leurs abdo­mi­nales, trouble du gout, érup­tions cuta­nées tran­si­toires à type d’exanthèmes, de pru­rit ou d’urticaire.

Des réac­tions sévères sont aus­si rap­por­tées, notamment :

  • Aggra­va­tion d’eczéma ou de psoriasis ;
  • par­fois la nécro­lyse épi­der­mique toxique, les ver­tiges et les céphalées.

Cer­tains effets secon­daires peuvent ame­ner à inter­rompre le trai­te­ment par ter­bi­na­fine. Pour un com­pri­mé de ter­bi­na­fine de 250 mg, le sur­do­sage est esti­mé à 5 g. On assiste à des cépha­lées, des nau­sées, des ver­tiges, des dou­leurs gas­triques après un surdosage.

Le kéto­co­na­zole étant un imi­da­zo­lé, il ne pré­sente pas une toxi­ci­té sérieuse. Les effets secon­daires sont liés aux réac­tions liées à l’inhibition de la syn­thèse des sté­rols chez l’homme et à son hépa­to­toxi­ci­té.

Le kéto­co­na­zole peut cau­ser une chute des taux de pro­duc­tion de tes­to­sté­rone, la dimi­nu­tion de la libi­do, une oli­go­sper­mie et une gyné­co­mas­tie. Tous ces phé­no­mènes cessent une fois que le trai­te­ment est arrê­té. Des troubles gas­tro-intes­ti­naux sont éga­le­ment rapportés.

Antimycosiques à usage local : mode d’emploi

antimycosiques

Les indi­ca­tions et contre-indi­ca­tions des anti­my­co­siques à usage local sont éga­le­ment variables. Sont aus­si variables les poso­lo­gies qui vont de 2 à 3 semaines et 4 à 8 semaines, selon les infec­tions et le médi­ca­ment utilisé.

Les modes d’administration sont des uti­li­sa­tions orales, topiques et locales. En ce qui concerne les effets indé­si­rables, il en existe, mais ils ne sont pas graves dans tous les cas.

Indications

Les anti­fon­giques à usage local sont indi­qués pour com­battre les mycoses les plus pro­fondes. En fait, ils ont pour rôle d’empê­cher la pro­li­fé­ra­tion des cham­pi­gnons, en s’attaquant aux germes et aux mycoses les plus profondes.

Leur spectre d’activité est large et prend en compte tous les agents res­pon­sables de régé­né­res­cences des cham­pi­gnons. Tou­te­fois, cer­tains anti­fon­giques à usage local n’agissent que sur des espèces fon­giques bien pré­cises. Par exemple :

  • Amy­cor, Peva­ryl, Fazol, Keto­derm, Dak­ta­rin et Myk 1 % sont des anti­my­co­siques à usage local indi­qués pour le trai­te­ment des mycoses cuta­nées ;
  • Des anti­my­co­siques à usage local tels que Gyno- Peva­ryl, Fazol, Gyna­dak­ta­rin, Gyno­myk, Gyno­tro­syd sont eux des­ti­nés pour le trai­te­ment des mycoses vagi­nales ;
  • Les poly­ènes sont uti­li­sés prin­ci­pa­le­ment dans le trai­te­ment des can­di­doses, rare­ment dans les malassezioses ;
  • Quant aux pyri­dones, elles sont indi­quées dans le trai­te­ment des der­ma­to­phy­ties à Tri­cho­phy­ton, Epi­der­mo­phy­ton, Micro­spo­rum, en dehors des teignes, les can­di­doses cuta­nées, le pity­ria­sis ver­si­co­lor, la der­mite sébor­rhéique ain­si que les onychomycoses ;
  • Pour le reste des médi­ca­ments qui consti­tuent les asso­cia­tions d’antimycosiques, elles sont indi­quées dans les formes vési­cu­lo-bul­leuses for­te­ment inflam­ma­toires de cer­taines dermatophyties.

Par ailleurs, concer­nant les anti­my­co­siques à usage local divers :

  • Le Sel­sun est indi­qué pour le trai­te­ment du pity­ria­sis ver­si­co­lor et de la der­ma­tite sébor­rhéique du cuir chevelu ;
  • Myco­dé­cyl, pour le trai­te­ment d’appoint des der­ma­to­phy­ties ;
  • La pom­made de With­field, pour le trai­te­ment des der­ma­to­phy­ties plan­taires.

Cette pom­made est com­po­sée de pro­prié­tés fon­gi­sta­tiques de l’acide ben­zoïque, de pro­prié­tés kéra­to­ly­tiques et exfo­liantes retrou­vé dans de l’acide sali­cy­lique.  Cela la rend très utile au niveau du pied.

Contre-indications

Les anti­my­co­siques à usage local sont contre-indi­qués en fonc­tion de la caté­go­rie à laquelle ils appartiennent.

Des dérivés imidazolés

Il ne faut pas uti­li­ser les déri­vés imi­da­zo­lés de manière répé­tée sur une grande sur­face, sous pan­se­ment occlu­sif, sur une peau lésée, chez un pré­ma­tu­ré ou un nouveau-né.

En outre, le mico­na­zole sous forme de gel buc­cal qui fait par­tie des déri­vés imi­da­zo­lés est contre indi­qué avec les médi­ca­ments comme :

  • Les anti­coa­gu­lants oraux ;
  • Des sul­fa­mides hypoglycémiants ;
  • Du cisa­pride
  • Ou du pimozide.

Cela peut en effet poten­tia­li­ser leurs effets.

De même, dans la liste des médi­ca­ments pro­ve­nant de la classe des déri­vés imi­da­zo­lés, cer­tains sont contre-indi­qués pen­dant le pre­mier tri­mestre de gros­sesse. Cela, pour des mesures de pré­cau­tions. On parle du :

  • Buto­co­na­zole ;
  • Fen­ti­co­na­zole ;
  • Omo­co­na­zole ;
  • Et du tioconazole.

Par ailleurs, cer­tains déri­vés imi­da­zo­lés, lorsqu’on les uti­lise pour un trai­te­ment par voie vagi­nale, affectent les mesures contra­cep­tives. La contre-indi­ca­tion n’est pas men­tion­née, mais il vaut mieux être sur ses gardes.

Des polyènes et pyridones

Les poly­ènes sont contre-indi­qués lorsqu’on est en proie à une hyper­sen­si­bi­li­té à l’un des constituants.

Quant aux pyri­dones, la ciclo­pi­rox ola­mine qui fait par­tie des anti­my­co­siques à usage local ne doit pas être uti­li­sée en cas d’hypersensibilité au pro­duit, sur de grandes sur­faces ou sous pan­se­ment occlusif.

Des associations d’antimycosiques

En ce qui concerne les asso­cia­tions d’antimycosiques, aucune contre-indi­ca­tion notable n’a été évo­quée par les spé­cia­listes. Tou­te­fois, leur usage doit tenir compte du diag­nos­tic.

En revanche, il peut arri­ver que le méde­cin hésite entre plu­sieurs diag­nos­tics. Dans ce cas, il vaut mieux se réfé­rer aux résul­tats de l’examen myco­lo­gique avant de savoir s’il faut les uti­li­ser ou non.

Des antimycosiques à usage local divers

Les anti­my­co­siques à usage local divers sont contre-indi­qués dans plu­sieurs cas, notamment :

  • La poudre Myco­dé­cyl ne doit pas être uti­li­sée sur les muqueuses et au contact de l’œil. Cela pour­rait pro­vo­quer une réac­tion locale. La pom­made est aus­si contre-indi­quée en cas d’hyper­sen­si­bi­li­té ;
  • Sel­sun est une sus­pen­sion irri­tante. Il ne doit pas être uti­li­sé sur une peau lésée en rai­son de son pas­sage sys­té­mique. De plus, cela pour­rait tacher les vête­ments. En cas de pity­ria­sis ver­si­co­lor, il est pré­fé­rable que le Sel­sun soit rem­pla­cé par du kéto­co­na­zole en appli­ca­tion unique ;
  • La pom­made de Whit­field : aucune contre-indi­ca­tion spé­ci­fique n’a été révé­lée. Mais, il est recom­man­dé une uti­li­sa­tion au niveau du pied pour évi­ter la dif­fu­sion de l’antifongique.

Posologie et mode d’administration

Les anti­my­co­siques à usage local existent sous plu­sieurs formes. En effet, ils sont com­mer­cia­li­sés sous forme de :

  • Crème ;
  • Pom­made ;
  • Gel ;
  • Lotion ;
  • Lait ;
  • Poudre ;
  • Solu­tions filmogènes ; 
  • Ovule ;
  • Com­pri­mé ou cap­sule vaginaux ;
  • Sus­pen­sion buvable ;
  • Gel buc­cal ;
  • Com­pri­mé à sucer. 

Quel antimycosique pour quelle mycose ?

La forme d’antimycosique pres­crite par le méde­cin dépend de la loca­li­sa­tion et de l’aspect cli­nique de lésion néces­si­tant leur usage. En géné­ral, les :

  • Ovules sont adap­tés au trai­te­ment des can­di­doses vaginales ;
  • Solu­tions buvables, gels buc­caux et com­pri­més à sucer sont spé­ci­fiques aux can­di­doses buccales ;
  • Lotions, gels et poudres sont réser­vés au trai­te­ment des lésions suin­tantes et macérées ;
  • Crèmes sont des­ti­nées au trai­te­ment des lésions sèches et desquamatives ;
  • Émul­sions sont appli­quées sur les muqueuses ;
  • Solu­tions fil­mo­gènes sont uti­li­sées uni­que­ment en cas d’onyxis sans atteinte matricielle.

La poso­lo­gie et la durée du trai­te­ment tiennent compte de la zone infec­tée, mais aus­si du type de mycose. À cet effet, prière de suivre les indi­ca­tions de votre méde­cin trai­tant de façon correcte.

Posologie

Quand il s’agit de can­di­doses, les gels et les crèmes sont à uti­li­ser en géné­ral entre 2 et 3 semaines en fonc­tion de la zone atteinte.

Au niveau des muqueuses par contre, les gels et émul­sions sont à uti­li­ser pen­dant une semaine.

Pour en finir avec les can­di­doses, il faut uti­li­ser une solu­tion ou une poudre entre 2 et 3 semaines pour des lésions macé­rées.

Pour les mycoses de type der­ma­to­phy­toses, l’utilisation d’un gel, d’une crème ou d’une poudre se fait en géné­ral sur 2 et 3 semaines.

Par contre, pour trai­ter des endroits poi­lus ou encore le cuire che­ve­lure, on doit uti­li­ser sur 4 à 8 semaines, une solu­tion, une crème ou une émul­sion. Le trai­te­ment peut se faire par voie orale si au niveau de la peau glabre les lésions sont réel­le­ment éten­dues.

Dans les cas de pity­ria­sis ver­si­co­lor et de der­mite sébor­rhéique, il faut faire une appli­ca­tion unique d’un gel mous­sant ou d’une solu­tion quand il s’agit du torse. Quand il s’agit du cuir che­ve­lu par contre, il faut appli­quer un sham­poing entre deux ou trois fois par semaines sur une durée de 4 semaines.

Mode d’administration

Les anti­my­co­siques à usage local divers ont un usage topique, cuta­né et sys­té­mique :

  • La crème, la poudre et la solu­tion Myco­dé­cyl sont des­ti­nées à une appli­ca­tion locale. Cette poudre étant indi­quée comme trai­te­ment d’appoint des der­ma­to­phy­ties, deux appli­ca­tions par jour suf­fisent. Le trai­te­ment doit par contre se pro­lon­ger sur la durée, jusqu’à gué­ri­son appa­rente des lésions ;
  • La pom­made de Whit­field est à appli­quer sur une longue durée, jusqu’à dis­pa­ri­tion des lésions. L’application se fait de pré­fé­rence sur les pieds. Les risques de dif­fu­sion de l’antifongique sont moindres dans ce cas. Et les effets sont rapides sur cette par­tie du corps ;
  • Le Sel­sun est une forme de sus­pen­sion à 2,5 %. Il est recom­man­dé deux appli­ca­tions par semaine pen­dant deux semaines. Tou­te­fois, avant d’appliquer le Sel­sun, il est obli­ga­toire de faire une toi­lette géné­ra­li­sée avec une solu­tion déter­gente, de pré­fé­rence une solu­tion de type Mer­cryl. Cette toi­lette est sui­vie d’un rin­çage et d’un séchage soi­gneux. Après cela, le Sel­sun peut être appli­qué et lais­sé en contact de la par­tie lésée pen­dant 15 minutes avant rinçage.

Effets indésirables

Comme dans tout autre trai­te­ment, il est recom­man­dé de suivre à la lettre les pres­crip­tions du méde­cin et ne jamais dépas­ser les doses recom­man­dées. Tou­te­fois, si les symp­tômes per­sistent mal­gré l’utilisation dans les normes d’un anti­my­co­sique à usage local, il faut se réfé­rer à son méde­cin trai­tant et non pas aug­men­ter la dose recommandée.

Il se peut que l’organisme du patient ne réponde pas à ce trai­te­ment ou car­ré­ment que le diag­nos­tic posé ait été faussé.

Liés aux dérivés imidazolés

Les effets indé­si­rables des déri­vés imi­da­zo­lés ne sont pas nom­breux. Il est pos­sible que, lors d’un trai­te­ment d’une mycose par voie vagi­nale, la qua­li­té des pré­ser­va­tifs ou dia­phragmes en latex soit dimi­nuée et par rico­chet leur effi­ca­ci­té contraceptive.

En plus, il se peut qu’une contra­cep­tion locale par sper­mi­cides ne soit pas acti­vée en uti­li­sant les déri­vés imidazolés.

Liés aux polyènes et pyridones

Pour les poly­ènes en géné­ral, très peu d’effets indé­si­rables ont été réper­to­riés. Néan­moins, leur uti­li­sa­tion peut pro­vo­quer des troubles diges­tifs et quelques rares réac­tions locales d’irritation.

Quant aux pyri­dones, les effets indé­si­rables réper­to­riés se limitent à des réac­tions locales d’intolérance telles qu’un éry­thème, un pru­rit, une irri­ta­tion, une sen­sa­tion de brûlure.

Liés aux associations d’antimycosiques

Pour l’instant, en ce qui concerne les asso­cia­tions d’antimycosiques, rien de criard n’a été réper­to­rié, mais il faut faire très atten­tion. Le diag­nos­tic posé doit être fiable avant tout usage de ces antimycosiques.

Sur­tout, res­pec­ter les recom­man­da­tions du méde­cin trai­tant reste la bonne chose à faire dans tous les cas.

Liés aux antimycosiques à usages locaux divers

Pour les anti­my­co­siques à usages locaux divers, des formes graves d’effets secon­daires n’ont pas été rap­por­tées. Il est vrai­sem­blable qu’un usage immo­dé­ré des pom­mades, sus­pen­sions, et crèmes sur des par­ties sen­sibles de la peau pour­rait créer des bles­sures et autres irri­ta­tions.

En exemple, le Sel­sun est une sus­pen­sion irri­tante. Il ne doit donc pas être uti­li­sé sur une peau lésée, car il a un effet sys­té­mique. De plus, la solu­tion déter­gente Mer­cryl asso­ciée au Sel­sun entraîne une sébor­rhée réac­tion­nelle. Cela limite son uti­li­sa­tion dans le temps.

Étant don­né que la pom­made de Whit­field est uti­li­sée sur une longue durée, une légère irri­ta­tion peut sur­ve­nir sur le site d’application. Quant au Myco­dé­cyl, il peut créer une réac­tion locale lorsqu’il est appli­qué sur les muqueuses et au contact de l’œil.

Derniers articles

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...

Thrombose veineuse profonde (TVP) et antivitamine K (AVK) :que savoir ?

La thrombose veineuse constitue l’une des manifestations principales de la maladie thromboembolique veineuse. Egalement...

Pour aller plus loin

Testostérone en patch Intrinsa : comment l’utiliser ?

Les problèmes liés à la sexualité de la femme ont longtemps été ignorés, alors...

THROMBOSE ET VOYAGE : « Le syndrome de la classe économique »

Les voyages long-courriers ont la réputation d’être épuisants physiquement. Il est toutefois important de...

Traitement médical de la maladie de Crohn

Première cause de maladie inflammatoire chronique intestinale devant la rectocolique hémorragique, la maladie de...