HomeNon classéCholestérol - Statines On ne nous dit pas tout ?

Cholestérol – Statines On ne nous dit pas tout ?

Publié le

spot_img

Phi­lippe Even : offen­sive anti-statines.
Cinq mois après un best-sel­ler polé­mique sur les médi­ca­ments le pro­fes­seur Even réci­dive avec un livre expli­quant que les médi­ca­ments contre le cho­les­té­rol ne servent à rien. Selon lui, « un taux de cho­les­té­rol éle­vé n’est pas la cause des infarc­tus du myo­carde et des acci­dents vas­cu­laires céré­braux ». [Lire]
En réponse, la HAS a émis le 14 février 2013 un com­mu­ni­qué de Presse : « Pour un bon usage des sta­tines » [Lire]

 Voir éga­le­ment :STATINES : ON EN PARLE DANS.….
1/ Les sta­tines en pré­ven­tion des can­cers (2005 ASCO Annual Mee­ting) [Lire]
2/ Les sta­tines seront-elles « l’as­pi­rine » du 21ème siècle ? [Lire]

La saga du cholestérol
Par D. Dupagne – atoute.org
Voi­ci un résu­mé de la saga du cho­les­té­rol, de l’hypothèse lipi­dique à la guerre des sta­tines, de 1950 à nos jours. C’est l’histoire d’une bataille sans mer­ci entre les pro­hi­bi­tio­nistes du cho­les­té­rol et les cho­les­té­ro-scep­tiques, qui pour­raient bien finir par la gagner. [Lire]

La saga des sta­tines Par Claude Béraud,
Les effets de sta­tines indé­pen­dants de leurs effets sur les lipoprotéines
Les sta­tines n’agissent pas seule­ment sur les lipo­pro­téines de faible den­si­té en inhi­bant la HGM- CoA réduc­tase car l’acide meva­lo­nique pro­duit de la 3‑hy­droxy-3- methyl-3- glu­ta­ryl coenzh­meA reduc­tase est le pré­cur­seur non seule­ment du cho­les­té­rol mais aus­si d’autres com­po­sés non sté­roï­diens. Cette carac­té­ris­tique pour­rait expli­quer les effets des sta­tines indé­pen­dants des effets hypolipémiants.Ces médi­ca­ments pos­sé­de­raient en effet des acti­vi­tés anti­oxy­dantes, anti-inflam­ma­toires, immu­no­mo­du­la­trices et sta­bi­li­santes de la plaque athé­ro­ma­teuse ren­dant compte des effets de ces médi­ca­ments dans les affec­tions car­dio vas­cu­laires mais éga­le­ment dans une mul­ti­tude de patho­lo­gies qui ont jus­ti­fié des études in vitro ou chez l’animal sou­vent encou­ra­geantes mais aus­si des essais cli­niques habi­tuel­le­ment déce­vants ou contra­dic­toires [Lire]

Sta­tines : Pour qui ? Pourquoi ?
Le taux de LDLc est un moyen com­mode de « cibler et suivre » les patiens mais se poser des ques­tions en termes de morts et d’ac­ci­dents car­dio­vas­cu­laires évi­tés et pas seule­ment en termes de taux de cho­les­té­rol est une néces­si­té pas tou­jours facile à expli­quer aux patients sou­vent mal infor­més. Pour y voir plus clair, sans perdre de vue des nuances impor­tantes, voi­ci un résu­mé des infor­ma­tions publiées par Pres­crire sur le sujet. [Lire]
Sur Escu­lape : Hypo­li­pé­miants : ne pas se trom­per d’objectif ! [Lire]

Cho­les­té­rol : A l’in­su de mon plein gré ?

Rap­pe­lez vous
Cho­les­té­rol : En 2002, Chris­tian Leh­mann et Mar­tin Win­ck­ler avaient lan­cé une alerte… dans l’in­dif­fé­rence médiatique.
La résis­tance crois­sante au mar­ke­ting dont font preuve cer­tains méde­cins depuis quelques années semble avoir convain­cu l’in­dus­trie phar­ma­ceu­tique de chan­ger son fusil d’é­paule et de viser main­te­nant le grand public. [Lire]

Sur Escu­lape : Si le cho­les­té­rol vous était compté…(octobre 2002)
Le cho­les­té­rol est pro­ba­ble­ment l’une des névroses médi­cales les plus répan­dues dans le monde des riches.…trés trés peu dans les pays pauvres…[Lire]

 

Pri­vi­lé­gier la pravastatine !!!

Seules 2 sta­tines par­mi les 5 com­mer­cia­li­sées en Europe, ont démon­tré dans 5 essais thé­ra­peu­tiques ran­do­mi­sés un béné­fice sur la réduc­tion de la mor­ta­li­té toutes causes : la sim­vas­ta­tine (4S, HPS) et la pra­vas­ta­tine (WOSCOPS, LIPID et MEGA) les stra­té­gies d’abaissement inten­sif du LDL-cho­les­té­rol n’ont pas per­mis de démon­trer un tel béné­fice pour le patient (mis à part dans l’étude JUPITER, tel­le­ment controversée).

L’étude MEGA, le plus grand essai de pré­ven­tion pri­maire réa­li­sé avec la pra­vas­ta­tine a été publiée en sep­tembre 2006 dans le Lan­cet. Elle montre que cet anti­cho­les­té­rol moins puis­sant sur l’abaissement du LDL-cho­les­té­rol per­met d’obtenir à son dosage le plus faible (10 mg) les meilleurs résul­tats sur la réduc­tion de la mor­ta­li­té glo­bale et de la fré­quence des évé­ne­ments céré­bro- et cardio-vasculaires.

Le risque d’in­te­rac­tion médi­ca­men­teuse CYP 3A4-dépen­dante appa­raît majeur avec la sim­vas­ta­tine (Lodales°, Zocor°), modé­ré avec la céri­vas­ta­tine (Chol­stat°, Stal­tor°) et l’a­tor­vas­ta­tine (Tahor°) et qua­si nul avec la flu­vas­ta­tine (Frac­tal°, Les­col°) et la pra­vas­ta­tine (Eli­sor°, Vas­ten°). La pres­crip­tion de sta­tines non méta­bo­li­sées par le CYP 3A4 semble pré­fé­rable chez les patients poly­mé­di­ca­men­tés. [Lire]
Voir éga­le­ment les dif­fé­rences de coût [Lire]

For­min­dep : retour vers le futur ???
En atten­dant la publi­ca­tion immi­nente des nou­velles recom­man­da­tions amé­ri­caines pour la prise en charge du patient dys­li­pi­dé­mique, Le For­min­dep ana­lyse les mises à jour euro­péennes, amé­ri­caines et fran­çaises de 2011 sous l’angle du niveau de dépen­dance avec lequel elles ont été éla­bo­rées (liens d’intérêts des experts, choix des réfé­rences biblio­gra­phiques et conclu­sion des recom­man­da­tions) … [Lire]

Focus sur la dérive col­lec­tive de la pres­crip­tion hypo­li­pé­miante en France entre 2001 et 2011. Le mil­liard d’eu­ros a été dépas­sé dès 2010, les volumes de pres­crip­tion n’ont jamais flé­chi, les baisses de prix ont été consé­quentes, mesures pure­ment comp­tables, les phar­ma­ciens d’of­fi­cines ont joué le jeu en sub­sti­tuant, les méde­cins sous influence des firmes ont repor­té mas­si­ve­ment leurs pres­crip­tions sur de fausses inno­va­tions plus coû­teuses, l’As­su­rance mala­die a lais­sé faire…, car la visite des DAM est res­tée inopé­rante. Pour­tant la qua­li­té de la pres­crip­tion pour­rait être consi­dé­ra­ble­ment amé­lio­rée et à moindre coût… [Lire] (Fran­çois Pes­ty puppem.com)

Mais aus­si.…

 la méde­cine est une bonne chose pour les malades…
Le dan­ger réel est la bonne san­té. Si votre entou­rage n’a rien remar­qué de spé­cial, si vous-même n’avez jamais été inquié­té par autre chose que des écou­le­ments sai­son­niers, des dou­leurs fami­lières, des cour­riers impromp­tus d’un Minis­tère ou d’une Mutuelle qui s’inquiètent à votre place, ni par toutes ces varia­tions d’humeur qui vous rendent si atta­chant, alors évi­tez à tout prix la méde­cine. Dans ces cas, le risque sera tou­jours supé­rieur au béné­fice. [Lire]
Sur Escu­lape : Dépis­tez, dépis­tez… Il en res­te­ra tou­jours quelque chose ??? [Lire]

Derniers articles

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...

Les troubles psychologiques : causes, symptômes et traitements

Les souffrances et les changements réguliers de comportement sont notamment les principales caractéristiques des...

Pour aller plus loin

Erysipèle : causes, symptômes et traitements

Encore appelé dermohypodermite aiguë, l’érysipèle est une maladie de la peau qui se manifeste...

Épreuve fonctionnelle respiratoire : quand et comment la réaliser ?

Les épreuves fonctionnelles respiratoires renvoient à des mesures adéquates pour évaluer le souffle respiratoire...

FIBRILLATION ATRIALE ou Auriculaire(FA) : symptômes, diagnostic et traitements

D’après un rapport de la Haute Autorité de Santé (HAS) datant de 2014, la...