HomeNon classéVaccination des patients immunodéprimés et aspléniques contre le pneumocoque

Vaccination des patients immunodéprimés et aspléniques contre le pneumocoque

Publié le

spot_img

Source : Calen­drier des vac­ci­na­tions et recom­man­da­tions vac­ci­nales 2016
[Lien / social-sante.gouv.fr]

Les autres vac­ci­na­tions des patients immu­no­dé­pri­més et aspléniques
– Recom­man­da­tions – 2012 [Lire]
– Syn­thèse – 2016 (Docu­ment Pfi­zer) [Lire]
– Calen­drier des vac­ci­na­tions et recom­man­da­tions vac­ci­nales 2016 [Lien / social-sante.gouv.fr]

==================================

Rap­pel
En 2016 nous avons deux vac­cins contre le pneumocoque
  • (Pneu­mo 23 ®)
    Le pre­mier vac­cin contre le pneu­mo­coque com­mer­cia­li­sé (Pneu­mo 23®) n’est pas conju­gué et contient 23 séro­types de pneu­mo­coque (1, 2, 3, 4, 5, 6B, 7F, 8, 9N, 9V, 10A, 11A, 12F, 14, 15B, 17F, 18C, 19A, 19F, 20, 22F, 23F et 33F). Le prin­ci­pal avan­tage de ce vac­cin est sa cou­ver­ture séro­ty­pique large, per­met­tant de confé­rer une pro­tec­tion contre la plu­part des infec­tions à pneumocoque.
    L’ac­tion contre le por­tage est inexis­tante et ne lui confère donc aucun effet altruiste.
  • Pre­ve­nar ®.
    Ce vac­cin est conju­gué à la pro­téine CRM197pour . les poly­osides de 7 séro­types (4, 6B, 9V, 14, 18C, 19F et 23F) Il confère une pro­tec­tion contre les infec­tions à pneu­mo­coque et le por­tage de cette bac­té­rie. de plus, il peut être uti­li­sé dès l’âge de deux mois. L’ac­tion contre le por­tage confère au vac­cin un effet altruiste

Plu­sieurs études ont éva­lué l’efficacité et l’immunogénicité de la vac­ci­na­tion par le vac­cin poly­osi­dique non conju­gué (Pneu­mo 23®) asso­cié ou non au vac­cin conju­gué (Pre­ve­nar) chez l’adulte Ces études montrent une effi­ca­ci­té du vac­cin non conju­gué chez les sujets splé­nec­to­mi­sés avec une dimi­nu­tion du risque de bac­té­rié­mie. Le vac­cin non conju­gué est immu­no­gène chez les patients splé­nec­to­mi­sés [avec cepen­dant une moins bonne réponse chez les patients ayant été splé­nec­to­mi­sés pour une tumeur, 61 à 67 % ver­sus 90 %.

Une étude réa­li­sée chez 54 patients asplé­niques montre que après deux doses de vac­cin conju­gué 7‑valent plus de 90 % des patients pré­sentent des taux d’anticorps >= 1,0 µg/mL pour au moins cinq des sept sérotypes .

Chez les patients non ou mau­vais répon­deurs au vac­cin non conju­gué, il n’y a pas de béné­fice à la revac­ci­na­tion. En revanche, le vac­cin conju­gué est immu­no­gène dans cette popu­la­tion mais , le vac­cin non conju­gué admi­nis­tré préa­la­ble­ment altère la réponse au vac­cin conju­gué admi­nis­tré secon­dai­re­ment (phé­no­mène d’hyporéponse).

Vac­ci­na­tions des per­sonnes immunodéprimées

Chez les patients préa­la­ble­ment vac­ci­nés avec le vac­cin non conju­gué ayant des titres pro­tec­teurs avant la revac­ci­na­tion, il n’est pas obser­vé d’augmentation des moyennes géo­mé­triques des titres en anti­corps après admi­nis­tra­tion du vac­cin conjugué.

La vac­ci­na­tion contre les infec­tions inva­sives à pneu­mo­coque est for­te­ment recom­man­dée pour tous les patients asplé­niques. [Lire]

  • Pour les enfants avant l’âge de 2 ans : vac­ci­na­tion par le vac­cin conju­gué 13-valent : sché­ma 3+1 à M2, M3, M4 et un rap­pel à 11 mois. Une dose de vac­cin poly­osi­dique 23-valent sera admi­nis­trée après l’âge de 2 ans.
  • Pour les enfants âgés de 2 à 5 ans non vac­ci­nés préa­la­ble­ment : vac­ci­na­tion par deux doses de vac­cin conju­gué 13-valent admi­nis­trées avec un inter­valle de huit semaines sui­vies d’une dose de vac­cin poly­osi­dique 23-valent au moins deux mois après la deuxième dose de vac­cin 13-valent.
  • Plus de 5 ans et adultes : Etant don­né la démons­tra­tion d’une meilleure immu­no­gé­ni­ci­té du vac­cin conju­gué et du risque d’hyporéactivité induit par le vac­cin non conju­gué, la recom­man­da­tion pour les enfants âgés de plus de 5 ans et pour les adultes est d’administrer une dose de vac­cin conju­gué 13-valent sui­vie d’une dose de vac­cin poly­osi­dique 23-valent au moins deux mois après la dose de vac­cin 13-valent.

    Pour les patients ayant reçu anté­rieu­re­ment un vac­cin poly­osi­dique 23-valent non conju­gué, un délai mini­mum de trois ans est recom­man­dé avant de le vac­ci­ner avec le vac­cin conjugué

L’administration du vac­cin conju­gué 13-valent chez les per­sonnes âgées de 18 à 50 ans se fait hors AMM.
A ce jour, des don­nées com­plé­men­taires sont néces­saires avant de recom­man­der des injec­tions de rappel.

Derniers articles

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

Pour aller plus loin

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...