HomeNon classéTraitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Publié le

spot_img

Afssaps Octobre 2008

• Au cours des infec­tions sexuel­le­ment trans­mis­sibles, notam­ment des uré­trites et cer­vi­cites non com­pli­quées, les deux agents infec­tieux le plus sou­vent iso­lés en France sont Neis­se­ria gonor­rhoeae (gono­coque) et Chla­my­dia tra­cho­ma­tis, seuls ou asso­ciés entre eux dans de nom­breux cas.

L’es­sen­tiel

  • L’évolution de la résis­tance du gono­coque aux qui­no­lones ain­si que sa dimi­nu­tion de sen­si­bi­li­té aux cépha­lo­spo­rines imposent d’actualiser la prise en charge des uré­trites et cer­vi­cites non compliquées.
  • La prise en charge concerne non seule­ment le patient mais aus­si le ou les partenaire(s) récent(s) et /ou habituel(s).
  • Toute sus­pi­cion d’urétrite ou cer­vi­cite doit être confir­mée micro­bio­lo­gi­que­ment : un pré­lè­ve­ment bac­té­rio­lo­gique avant trai­te­ment est indispensable.
  • Le trai­te­ment anti­bio­tique pro­ba­bi­liste doit être mis en oeuvre aus­si­tôt après le prélèvement.
  • Le trai­te­ment anti­bio­tique recom­man­dé asso­cie sys­té­ma­ti­que­ment un trai­te­ment anti-gono­coc­cique et un trai­te­ment anti-Chlamydia

Les péni­cil­lines, les cyclines (dont la doxy­cy­cline), les fluo­ro­qui­no­lones (dont la cipro­floxa­cine) ne doivent plus être uti­li­sées pour le trai­te­ment de pre­mière inten­tion des uré­trites et cer­vi­cites à Neis­se­ria gonorrhoeae.


Les trai­te­ments

Trai­te­ment anti-gonococcique

  • cef­triaxone : 500 mg en une seule injec­tion (intra-mus­cu­laire ou intra-veineuse) ;
  • en cas de contre-indi­ca­tion aux bêta-lac­ta­mines : spec­ti­no­my­cine, 2 g en une seule injec­tion intramusculaire
  • en cas de refus ou d’impossibilité d’administrer un trai­te­ment par voie paren­té­rale : céfixime, 400 mg en une prise orale unique.

    Asso­cié au trai­te­ment anti-Chlamydia

  • azi­thro­my­cine : 1 g en monodose ;
  • ou doxy­cy­cline : 200 mg/jour en deux prises par voie orale pen­dant 7 jours.

Les autres mesures

  • Des séro­lo­gies (syphi­lis, infec­tion à VIH, hépa­tite B, hépa­tite C) sont à pra­ti­quer en tenant compte des délais de séro-conversion.
  • Les rap­ports pro­té­gés (uti­li­sa­tion de pré­ser­va­tifs) doivent être préconisés.
  • Les consul­ta­tions de sui­vi sont à J3 si les symp­tômes per­sistent, à J7 systématiquement.
  • La vac­ci­na­tion contre l’hé­pa­tite B doit être pro­po­sée à tout patient non immunisé.

Le texte com­plet de la mise au point : Trai­te­ment anti­bio­tique pro­ba­bi­liste des uré­trites et cer­vi­cites non com­pli­quées ( Actua­li­sa­tion – Octobre 2008) [Lire] (pdf)

Escu­lape
1 – Si chez l’homme la recherche de chla­my­diae peut être pra­ti­quée sur les urines du 1er jet, chez la femme le pré­lè­ve­ment de l’en­do­col reste la méthode de référence.
2 – Reste la dif­fi­cul­té d’é­va­luer le risque HIV (Séro­lo­gie ini­tiale + Ag P24) : Conduite a tenir en cas de prise de risque sexuel vis a vis du HIV. [Lire]
3 – l’her­pès est la MST-IST la plus fréquente.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...