HomeNon classéPROCALCITONINE

PROCALCITONINE

Publié le

spot_img

Mai 2010
Oli­vier Prey­nat-Seauve, Tarik Sab­ba­ri Has­sa­ni, André Deom, Dag­mar Kes­se­ler
[Texte com­plet / http://www.cscq.ch

Revoir : INTERET MEDICAL DU COUPLE VS/CRP [Lire]

1 – La procalcitonine

La pro­cal­ci­to­nine (PCT) est une pro­téine. C’est un pré­cur­seur d’une hor­mone, il s’agit donc d’une pro­hor­mone. La fonc­tion bio­lo­gique de la PCT est encore mal connue.

Inté­rêts du dosage de la procalcitonine

Ce com­po­sé pro­duit spé­ci­fi­que­ment en cas d’infection micro­bienne, est donc par­ti­cu­liè­re­ment inté­res­sant car il est par­fois dif­fi­cile pour le cli­ni­cien de diag­nos­ti­quer l’origine infec­tieuse d’une patho­lo­gie (inflam­ma­tion, fièvre, etc.).
Le dosage de la PCT est donc indi­qué lors de sus­pi­cions d’infections bac­té­riennes, para­si­taires ou fon­giques. En revanche, la concen­tra­tion en PCT n’est pas aug­men­tée au cours des infec­tions virales ou des patho­lo­gies inflam­ma­toires non infectieuses.

La quan­ti­té de PCT pro­duite dans le sang est sou­vent cor­ré­lée à la quan­ti­té d’agents infec­tieux. La mesure de sa concen­tra­tion peut donc être uti­li­sée comme mar­queur bio­lo­gique de la sévé­ri­té d’une infec­tion. La concen­tra­tion en PCT décroît très rapi­de­ment après éra­di­ca­tion du foyer infec­tieux. A l’inverse, sa pro­duc­tion est main­te­nue si l’in­fec­tion per­siste. Le dosage de la PCT est donc utile pour éva­luer l’évolution d’un état infec­tieux ou l’efficacité d’un trai­te­ment antimicrobien.

L’intérêt du dosage de la PCT par rap­port à celui de la Pro­téine C réac­tive (CRP) , est en outre son élé­va­tion rapide lors d’infection bac­té­rienne. La CRP consti­tue un bon mar­queur de la phase aiguë de l’inflammation, son uti­li­sa­tion pour dis­tin­guer une infec­tion bac­té­rienne d’une infec­tion virale est moins évidente.

Indi­ca­tions pour le dosage de la procalcitonine

  • Un inté­rêt du dosage de la PCT est de per­mettre la dis­tinc­tion entre une ori­gine bac­té­rienne et virale d’une infec­tion. La concen­tra­tion en PCT est éle­vée en cas d’infection bac­té­rienne, mais est nor­male si l’origine est virale. Cette dis­tinc­tion est par­ti­cu­liè­re­ment impor­tante lors de ménin­gites ou pneu­mo­pa­thies, car elle condi­tionne le trai­te­ment choi­si par le clinicien. 
  • Lors d’un trai­te­ment anti­bio­tique, le dosage de la PCT per­met de véri­fier l’efficacité du trai­te­ment et éven­tuel­le­ment d’adapter sa durée. 
  • En réani­ma­tion, des dosages suc­ces­sifs de PCT per­mettent de suivre l’évolution et de déter­mi­ner le pro­nos­tic d’infections graves.

4 – Valeurs usuelles

Ces valeurs doivent être inter­pré­tées en fonc­tion du contexte cli­nique. Une concen­tra­tion de PCT supé­rieure à 0,1 ng/mL peut signa­ler la pré­sence d’une infec­tion bac­té­rienne, néces­si­tant un trai­te­ment anti­bio­tique. Avec une concen­tra­tion de PCT à 0,5 ng/mL, un patient doit être consi­dé­ré comme pré­sen­tant un risque de déve­lop­per un sepsis.

Dif­fi­cul­tés dans l’interprétation d’un dosage de la procalcitonine

Cer­taines situa­tions non infec­tieuses peuvent être à l’origine d’une élé­va­tion de la concen­tra­tion de PCT.
Par exemple :

  • Nou­veau-nés : la PCT peut être éle­vée les pre­miers jours qui suivent la naissance
  • Trau­ma­tisme grave
  • Brû­lures importantes
  • Inso­la­tions
  • Cer­tains can­cers de la thy­roïde

    Cer­taines situa­tions infec­tieuses peuvent don­ner un résul­tat de PCT néga­tif.
    Par exemple :

  • Infec­tion bac­té­rienne débu­tante (dosage précoce)
  • Foyer infec­tieux localisé
  • Trai­te­ment de l’échantillon au labo­ra­toire d’analyses médi­cales
    La PCT est très stable dans le pré­lè­ve­ment de sang. Il est cepen­dant pré­fé­rable de conge­ler l’échantillon à ana­ly­ser à –20°C en cas de dosage différé.

[Texte com­plet / http://www.cscq.ch

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...