HomeSantéInfections invasives à pneumocoques : causes et traitements

Infections invasives à pneumocoques : causes et traitements

Publié le

spot_img

Les pneu­mo­nies bac­té­riennes sont de plus en plus fré­quentes de nos jours, sur­tout en période hiver­nale. Tout comme la plu­part des infec­tions inva­sives à pneu­mo­coques, elles sont cau­sées par une bac­té­rie : le pneu­mo­coque. Il s’agit d’une bac­té­rie extrê­me­ment dan­ge­reuse qui se pro­page très vite. Le pneu­mo­coque est la source de nom­breuses infec­tions qui peuvent conduire à la mort. D’ailleurs, ces infec­tions engendrent un impor­tant taux de mor­ta­li­té. Cette bac­té­rie existe en plu­sieurs types dont cer­tains plus viru­lents que d’autres. Quelles sont les infec­tions les plus fré­quentes cau­sées par le pneu­mo­coque ? Com­ment se mani­festent-elles ? Que dire de la vac­ci­na­tion et des moyens de trai­te­ments des infec­tions à pneumocoques ?

Qu’est-ce que le pneumocoque ?

Le pneu­mo­coque est une bac­té­rie de la caté­go­rie des strep­to­coques, aus­si connue sous le nom de strep­to­coc­cus pneu­mo­niae. Les der­nières recherches dont cette bac­té­rie a fait l’ob­jet en ont iden­ti­fié 90 dif­fé­rents types. Obser­vé au micro­scope, le pneu­mo­coque a la forme du chiffre 8.

Dans la majo­ri­té des cas, il peut être pré­sent dans diverses par­ties du corps humain dont le nez, la bouche et le pha­rynx. Il peut res­ter inac­tif pen­dant très long­temps sans entraî­ner le moindre symp­tôme chez les per­sonnes qui sont infectées.

Chez cer­tains patients par contre, le pneu­mo­coque trouve une cer­taine faci­li­té à se dépla­cer dans le corps. Il induit alors des affec­tions telles que la pneu­mo­nie (qui touche prin­ci­pa­le­ment le sys­tème pul­mo­naire), une otite moyenne aiguë (tou­chant les oreilles) et une sinu­site. On peut aus­si évo­quer la sep­ti­cé­mie et la péri­to­nite.

L’en­do­car­dite (tou­chant le cœur) et la ménin­gite qui affecte les enve­loppes du cer­veau sont éga­le­ment des consé­quences poten­tielles d’une infec­tion par le pneu­mo­coque.

En France, les infec­tions à pneu­mo­coques sont l’une des causes de mor­ta­li­té les plus récur­rentes. Ces bac­té­ries pro­voquent même plus de morts que les acci­dents de voiture.

La transmission des infections à pneumocoques 

Il est impor­tant de pré­ci­ser que les infec­tions à pneu­mo­coques sont très conta­gieuses. Autant les per­sonnes malades que les por­teurs sains peuvent les trans­mettre à leurs proches. Les contacts étroits et longs consti­tuent les vec­teurs de trans­mis­sion de la bac­té­rie. La bac­té­rie peut se trans­mettre par la toux, les éter­nue­ments ou encore les bai­sers, mais aus­si pen­dant les rap­ports sexuels. Pour limi­ter les trans­mis­sions, il est alors recom­man­dé d’observer quelques règles. Il s’agit de se laver les mains le plus fré­quem­ment pos­sible, por­ter des masques et gar­der ses dis­tances avec les per­sonnes atteintes ou à risque.

Quelles sont les causes des infections pneumococciques ?

Le pneu­mo­coque est bien évi­dem­ment la cause prin­ci­pale d’une infec­tion pneu­mo­coc­cique. Cette bac­té­rie est pour­vue d’une cap­sule qui lui per­met de péné­trer faci­le­ment l’or­ga­nisme. Elle est décrite comme un com­plexe de poly­sac­cha­rides qui condi­tionnent la viru­lence et la patho­gé­ni­ci­té de l’in­fec­tion.

Par­mi les 91 types de pneu­mo­coque, les plus dan­ge­reux et qui ont des effets néfastes sur l’or­ga­nisme sont les types 4, 6, 9, 14, 18, 19, 23. En effet, ces types de la bac­té­rie sont res­pon­sables de plus de 80% des infec­tions chez les enfants et un peu plus de 50% chez les adultes.

Une fois dans l’or­ga­nisme, le pneu­mo­coque colo­nise en pre­mière posi­tion les voies res­pi­ra­toires. Les infec­tions se pro­duisent fré­quem­ment en hiver et au début du prin­temps. Lors­qu’on éter­nue, il se forme des aéro­sols qui favo­risent la dis­tri­bu­tion de la bactérie.

Quelles sont les personnes à risque d’infections à pneumocoques ?

Les infec­tions à pneu­mo­coques peuvent affec­ter tout type de per­sonnes. Même si elle reste inac­tive pen­dant de longues périodes, la bac­té­rie res­pon­sable de ces infec­tions peut tou­cher des organes vitaux et déclen­cher des mala­dies. Elle peut même conduire à la mort. Cer­taines per­sonnes sont plus à risque que d’autres.

Les per­sonnes dont l’organisme est fra­gile sont les plus expo­sées. On peut éga­le­ment évoquer :

  • Les per­sonnes atteintes d’affections chro­niques telles que le dia­bète, les mala­dies du foie et cer­taines patho­lo­gies cardio-respiratoires ;
  • Les fumeurs et les alcoo­liques ;
  • Les per­sonnes à immu­ni­té réduite ain­si que celles sui­vant des trai­te­ments (qui ont des impacts néga­tifs sur le sys­tème immu­ni­taire).

Par­ti­cu­liè­re­ment, les per­sonnes âgées pré­sentent un risque éle­vé de contrac­ter une infec­tion à pneu­mo­coques, même si elles ne sont atteintes d’aucune patho­lo­gie sous-jacente. En effet, l’épithélium de ces per­sonnes est très sou­vent endom­ma­gé en rai­son d’une bron­chite chro­nique ou de la péné­tra­tion d’un virus res­pi­ra­toire. Cela consti­tue alors un contexte idéal pour la péné­tra­tion du pneu­mo­coque.

Les symptômes caractéristiques des infections à pneumocoques

Les mani­fes­ta­tions d’une infec­tion à pneu­mo­coques ain­si que leur gra­vi­té peuvent for­te­ment varier d’un patient à un autre en fonc­tion de nom­breux fac­teurs.  On dis­tingue l’âge, le sexe et l’état de san­té géné­ral du patient. Sui­vant le type d’infection, on dis­tingue les symp­tômes suivants :

  • En cas de pneu­mo­nie : des essouf­fle­ments, la res­pi­ra­tion sif­flante, la toux, la fièvre, les fris­sons. Le patient peut aus­si être vic­time de cra­chats colo­rées et épaisses, de fatigue chro­nique ou encore de maux de tête ;
  • En cas de ménin­gite : des mou­ve­ments irré­gu­liers de la tête qui peuvent conduire à une rai­deur au niveau de la nuque. Les fièvres, les maux de tête et les vomis­se­ments sont aus­si très courants ;
  • En cas de sep­sie : une dimi­nu­tion impor­tante de la tem­pé­ra­ture, une aug­men­ta­tion très rapide du rythme car­diaque et de la fré­quence res­pi­ra­toire et des varia­tions impor­tantes du taux de glo­bules blancs ;
  • Pour l’otite moyenne aiguë : des dou­leurs au niveau des oreilles, une rou­geur et un bom­be­ment du tym­pan, une perte audi­tive, des nau­sées et des vomissements ;
  • Pour la sinu­site : on observe une conges­tion nasale avec obs­truc­tion et un écou­le­ment nasal de cou­leur jaune ou verte. Des pres­sions ou dou­leurs sur le visage, des maux de tête et une baisse consé­quente de l’odorat peuvent aus­si se manifester.

La majo­ri­té de ces symp­tômes appa­raissent de façon assez bru­tale puisque la période d’incubation varie de quelques jours à quelques semaines.

Le diagnostic des infections à pneumocoques 

Pour diag­nos­ti­quer une infec­tion à pneu­mo­coques, le pro­ces­sus peut varier selon le type d’infection.

En cas de ménin­gite par exemple, c’est une ponc­tion lom­baire qui est réa­li­sée : on se sert d’une aiguille fine pour pré­le­ver le liquide cépha­lo-rachi­dien entre deux ver­tèbres. Par ailleurs, les pre­mières bases du trai­te­ment pour­raient être jetées si le patient est rapi­de­ment hospitalisé.

En revanche, pour la pneu­mo­nie à pneu­mo­coques, les méde­cins réa­lisent géné­ra­le­ment des hémo­cul­tures pour déter­mi­ner une pré­sence éven­tuelle de la bac­té­rie dans le sang. Si le diag­nos­tic n’est pas fiable, on peut réa­li­ser une radio­gra­phie des pou­mons pour le confirmer.

Lorsque c’est une bac­té­rié­mie qui est soup­çon­née, une simple prise de sang suf­fi­ra pour éta­blir le diag­nos­tic. L’échantillon de sang est mis en hémo­cul­ture afin de déter­mi­ner les éven­tuelles bac­té­ries de pneumocoques.

Dans les cas où l’in­fec­tion affecte les muscles et les arti­cu­la­tions, des frot­tis directs sont effi­caces pour le diagnostic.

La prévention et le traitement des infections à pneumocoques 

En géné­ral, les anti­bio­tiques sont effi­caces pour trai­ter les infec­tions à pneu­mo­coques. Ces anti­bio­tiques doivent être pres­crits par un méde­cin afin que les doses soient res­pec­tées et les effets secon­daires évités.

En termes de pré­ven­tion, la fièvre est l’un des seuls symp­tômes qu’on peut pré­ve­nir dans une infec­tion à pneu­mo­coque. Pour cela, il est essen­tiel que le patient s’hydrate suf­fi­sam­ment avec de l’eau, du lait ou des bouillons. Quant aux bois­sons qui contiennent de la caféine (le thé, les bois­sons éner­gi­santes et le café), elles sont à proscrire.

Il existe aus­si des mesures pour sou­la­ger les dou­leurs et la fièvre induites par le pneu­mo­coque notam­ment la prise de médi­ca­ments comme l’acétaminophène et l’ibuprofène. Le sui­vi strict de la poso­lo­gie est essen­tiel pour la réus­site du traitement.

La vaccination contre les infections à pneumocoques : que faut-il savoir ?

Le meilleur moyen de se mettre à l’abri du pneu­mo­coque est de se faire vac­ci­ner. La vac­ci­na­tion devient même plus impor­tante quand on vieillit, puisque le sys­tème immu­ni­taire s’affaiblit de plus en plus. Les vac­cins contre le pneu­mo­coque confèrent jusqu’à 75% de pro­tec­tion aux adultes qui en ont reçu une dose. Le vac­cin agit en sti­mu­lant le sys­tème immu­ni­taire à sécré­ter des anti­corps qui vont recon­naître et com­battre les pneumocoques.

Tou­te­fois, la vac­ci­na­tion peut entraî­ner des effets secon­daires pas­sa­gers qui dis­pa­raissent d’eux-mêmes au bout d’un cer­tain temps. Au nombre de ces effets secon­daires, on peut citer les maux de tête, la fatigue, les diar­rhées et vomis­se­ments, les dou­leurs mus­cu­laires et les érup­tions cuta­nées. Ces effets peuvent être dif­fé­rents d’un sujet à un autre. S’ils ne dis­pa­raissent pas au bout de trois ou quatre jours, il fau­dra en infor­mer un méde­cin.

Derniers articles

Combien coûte vraiment un appareil auditif ?

Les problèmes de perte ou de réduction des capacités auditives constituent une cause fréquente...

Perte de cheveux : et si vous envisagiez la greffe ?

La greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui a connu un énorme gain...

Comment se sevrer du tabac grâce à la cigarette électronique ?

Le nombre de fumeurs ne cesse de grimper. Pourtant, de nombreuses études continuent d’attester...

Utilisation des morphiniques d’action rapide

Les morphiniques d’action rapide sont des médicaments utilisés pour un soulagement efficace de la...

Pour aller plus loin

Combien coûte vraiment un appareil auditif ?

Les problèmes de perte ou de réduction des capacités auditives constituent une cause fréquente...

Perte de cheveux : et si vous envisagiez la greffe ?

La greffe de cheveux est une technique chirurgicale qui a connu un énorme gain...

Comment se sevrer du tabac grâce à la cigarette électronique ?

Le nombre de fumeurs ne cesse de grimper. Pourtant, de nombreuses études continuent d’attester...