HomeNon classéParvovirus B19

Parvovirus B19

Publié le

spot_img

Le par­vo­vi­rus B19 (a été appe­lé SPLV = Serum Par­vo­vi­rus-like virus, HPV = Human Par­vo­vi­rus, puis Par­vo­vi­rus B19) est un virus stric­te­ment humain qui se trans­met par voie res­pi­ra­toire, trans­fu­sion­nelle ou mater­no-foe­tale et entraine de petites épi­dé­mies en milieu sco­laire, prin­temps et hiver.
La conta­gio­si­té est impor­tante ( 50 % ) .
Virus lytique pour les pré­cur­seurs éry­throïdes et toxi­ci­té pour les leu­co­cytes et les throm­bo­cytes et pos­sède donc un tro­pisme mar­qué pour le glo­bule rouge.
Les infec­tions sont très sou­vent asymp­to­ma­tique. Répan­du dans le monde entier ; 40 % des adultes de 20–30 ans sont por­teurs d’an­ti­corps spé­ci­fiques (séro­pré­va­lence chez les per­sonnes de plus de 50 ans : > 60 %).

  • Méga­lé­ry­thème épidémique
  • Gros­sesse et par­vo­vi­rus B19
  • Syn­drome Gant – Chaussettes
  • Exan­thème tho­ra­cique unilatéral

NB : Infec­tions sup­pu­ra­tives : néant. Infec­tions cuta­nées, sous-cuta­nées et muqueuses : méga­lé­ry­thème épi­dé­mique : 5ème mala­die de l’en­fant (pri­mo-infec­tion chez l’en­fant) : rash macu­lo-papu­leux, éry­thème spec­ta­cu­laire de joues puis des membres, en den­telles. Infec­tion de plaies : néant. Infec­tions de la sphère ORL : rhi­no­pha­ryn­gite peut être asso­ciée au méga­lé­ry­thème épi­dé­mique. Infec­tions ocu­laires : néant. Infec­tions uri­naires et rénales : néant. Infec­tions ostéoar­ti­cu­laires : mani­fes­ta­tions arti­cu­laires : poly­ar­thrite bila­té­rale d’ins­tal­la­tion bru­tale (pri­mo-infec­tion chez l’a­dulte). Viré­mie : néant. Infec­tions pul­mo­naires : néant. Infec­tions neu­ro-ménin­gées : néant. Infec­tions des séreuses : néant. Infec­tions intes­ti­nales : néant. Toxi-infec­tions ali­men­taires : néant. Chocs : néant. (http://lyon-sud.univ-lyon1.fr/bacterio-viro/DESLYON/Fiches/chapitre2/Parvovirus_B19.html)

Voir éga­le­ment Les der­ma­toses virales (rou­geole, rubéole, roséole, etc..)

Par­vo­vi­rus B19 et mala­dies auto-immunes
Oli­vier Meyer
Ser­vice de rhu­ma­to­lo­gie, hôpi­tal Bichat, 46, rue Hen­ri-Huchard, 75018, Paris, France
Decem­ber 2002.
Résu­mé

Le par­vo­vi­rus B19 (PV B19) est res­pon­sable de nom­breux tableaux cli­niques dont les plus fré­quents sont le méga­lé­ry­thème, la crise éry­thro­blas­to­pé­nique des ané­mies hémo­ly­tiques et l’hy­drops fœta­lis. Une poly­ar­thrite et des poly­ar­thral­gies accom­pagnent, chez l’a­dulte jeune, l’é­rup­tion cuta­née dans 60 % des cas. Les signes pré­do­minent aux extré­mi­tés et s’a­mendent habi­tuel­le­ment en une semaine (extrêmes 2 à 21 j). Le diag­nos­tic est affir­mé sur la séro­lo­gie IgM anti-PV B19, affir­mant le carac­tère récent de l’infection.

Des tableaux de poly­ar­thrite plus pro­lon­gée sont par­fois obser­vés, sans doute liés à la pré­sence d’al­lèles d’his­to­com­pa­ti­bi­li­té DR4. Cer­taines de ces formes s’ac­com­pagnent de la pré­sence tran­si­toire de fac­teurs rhu­ma­toïdes. D’autres auto-anti­corps sont pro­duits à la suite d’une infec­tion à PV B19 tels des anti-noyaux, des anti-ADN, des anti-SSA/SSB, des anti-phos­pho­li­pides. Outre le fait que l’in­fec­tion aiguë à PV B19 puisse simu­ler une PR débu­tante ou un lupus sys­té­mique (érup­tion des joues en forme de lupus, cyto­pé­nie,…), de rares obser­va­tions de PR éro­sives ou de lupus suc­cé­dant à une infec­tion à PV B19 ont été rap­por­tées avec iso­le­ment d’ADN de PV B19 dans les tis­sus syno­viaux ou les cel­lules san­guines par des méthodes de PCR.

Les études por­tant sur de grandes séries laissent pen­ser que cette étio­lo­gie par­vo­vi­rale est très acces­soire. Des vas­cu­la­ri­tés tou­chant les petits vais­seaux (pur­pu­ra rhu­ma­toïde, mala­die de Wege­ner), les vais­seaux de moyen calibre (PAN) et de gros calibre (mala­die de Hor­ton) peuvent suc­cé­der à une infec­tion à PV B19. Il s’a­git éga­le­ment de cas cli­niques peu nombreux.

Derniers articles

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

L’OTITE SERO-MUQUEUSE DE L’ENFANT : Causes, Diagnostic et Traitements

Tout comme l’otite moyenne aiguë, l’otite séromuqueuse est une affection que l’on retrouve couramment...

Pour aller plus loin

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...