HomeParapharmacieLes ACT : indications, effets indésirables, précautions

Les ACT : indications, effets indésirables, précautions

Publié le

spot_img

Le corps humain est sou­vent confron­té à des per­tur­ba­tions de toutes sortes. La mala­die consti­tue le prin­ci­pal frein au fonc­tion­ne­ment de l’organisme humain. Cer­taines sont chro­niques alors que d’autres sont cau­sées par des fac­teurs ayant un rap­port à l’environnement. Le palu­disme fait par­tie de cette caté­go­rie. Pré­sente depuis la pré­his­toire, cette affec­tion est consi­dé­rée comme la plus impor­tante avec des mil­lions de cas dans le monde chaque année. La gra­vi­té du mal est telle que rien qu’en 2020, pas moins de 627 000 décès ont été enre­gis­trés. Face à ce phé­no­mène, plu­sieurs solu­tions de trai­te­ment ont été appor­tées, mon­trant cha­cune leurs forces et fai­blesses. Par­mi les plus pro­met­teuses selon les orga­nismes de san­té au plan mon­dial, il y a Arte­mi­si­nin based com­bi­na­tion the­ra­py ou ACT. Voi­ci l’essentiel à rete­nir de ce traitement.

Les ACT : présentation

Les ACT ou « arte­mi­si­nin based com­bi­na­tion the­ra­py » sont des trai­te­ments médi­ca­men­teux qui pro­viennent de l’assemblage de plu­sieurs molé­cules. Appe­lés com­bi­nai­sons thé­ra­peu­tiques à base d’artémisinine, ils uti­lisent cette der­nière comme prin­cipe actif. Cette molé­cule pure­ment natu­relle est en réa­li­té pro­duite par une plante, dont il est pos­sible de l’extraire avec les bons pro­cé­dés et les outils adéquats.

Il s’agit de l’armoise annuelle qui pro­vient de la Chine. Le pays en est d’ailleurs le pre­mier pro­duc­teur mon­dial. Il est tout de même pos­sible de la retrou­ver dans d’autres régions du monde comme l’Afrique et l’Europe. En fonc­tion de la manière dont elle est culti­vée, les quan­ti­tés d’artémisinine qu’il est pos­sible d’en tirer sont assez variables. Dans tous les cas, elles se retrouvent géné­ra­le­ment dans les feuilles qui, une fois frois­sées, sont carac­té­ri­sées par leur très forte odeur.

Si l’histoire des ACT remonte à 1972, elles ont vrai­ment com­men­cé à être uti­li­sées après 2001. Cette année marque la réus­site de la troi­sième phase des essais cli­niques de la pre­mière com­bi­nai­son jamais élaborée.

Les ACT : indications

Les ACT sont des trai­te­ments qui ont un fort poten­tiel en rai­son de leur prin­cipe actif : l’artémisinine. Depuis 2001, les com­bi­nai­sons thé­ra­peu­tiques à base d’artémisinine sont recon­nues par l’OMS comme idéales pour lut­ter contre le palu­disme.

Paludisme de forme sévère

Le palu­disme est une mala­die qui est trans­mise par la piqûre de mous­tiques ano­phèles femelles infec­tés par un para­site pré­cis : le « plas­mo­dium ». Même si cette mala­die est évi­table avec les bonnes pré­cau­tions, elle reste l’une des plus répan­dues dans le monde. En 2021 ; près de 240 mil­lions de cas ont été recen­sés et le nombre de morts s’élève à plu­sieurs cen­taines de milliers.

Ils sont sou­vent dus à une prise en charge tar­dive. Il arrive cepen­dant que même dans le cas contraire, cer­taines com­pli­ca­tions sur­viennent. Le para­site peut déve­lop­per la capa­ci­té à résis­ter aux médi­ca­ments anti­pa­lu­diques. Dans ce cas pré­cis, le patient entre dans une phase de palu­disme sévère ou grave.

Elle est carac­té­ri­sée par une para­si­té­mie à « plas­mo­dium fal­ci­pa­rum » ; une ver­sion mutante du para­site à l’origine du palu­disme. Les symp­tômes sont entre autres :

  • l’extrême fai­blesse ;
  • les troubles de la conscience ;
  • ou encore les convul­sions répétées.

Dans le pire des scé­na­rios, cela peut abou­tir à la mort. Avec une com­bi­nai­son thé­ra­peu­tique à base d’artémisinine, il est pos­sible de l’éviter. Les molé­cules du prin­cipe actif sont en mesure de détruire le plas­mo­dium résis­tant en agis­sant direc­te­ment sur sa struc­ture. Elles inhibent le méta­bo­lisme du para­site, le condui­sant pro­gres­si­ve­ment à une élimination.

Paludisme de forme non compliquée

Les com­bi­nai­sons thé­ra­peu­tiques à base d’artémisinine ne sont pas réser­vées aux formes graves du palu­disme. Elles peuvent être uti­li­sées pour soi­gner des formes net­te­ment moins com­pli­quées afin de favo­ri­ser une gué­ri­son encore plus rapide du patient. Dans ce cas pré­cis, il fau­dra cepen­dant res­pec­ter une condi­tion. Le trai­te­ment doit être com­bi­né à un autre schi­zon­ti­cide san­guin. Autre­ment dit, il fau­dra admi­nis­trer éga­le­ment un anti­pa­lu­déen qui agit sur les formes endo-éry­thro­cy­taires des plasmodiums.

Les ACT sont dis­po­nibles sous plu­sieurs formes en rai­son de nom­breuses variantes de l’artémisinine. En fonc­tion du déri­vé employé lors du trai­te­ment, la poso­lo­gie peut chan­ger. Dans tous les cas, il est vive­ment décon­seillé de com­men­cer le trai­te­ment sans l’avis d’un méde­cin. L’automédication est à prohiber.

Les ACT : effets indésirables

En dépit de leur effi­ca­ci­té dans le cadre du trai­te­ment du palu­disme, la prise des médi­ca­ments de l’ACT peut entraî­ner des effets indé­si­rables. Ils tra­duisent géné­ra­le­ment une into­lé­rance plus ou moins sévère de l’organisme du patient face à une molé­cule ou à une autre. De même, il peut être ques­tion d’un rejet de l’artemisia, élé­ment prin­ci­pal du traitement.

Dans tous les cas, il est impor­tant de pré­ci­ser que les effets indé­si­rables ne sont pas les mêmes d’un indi­vi­du à un autre. Aus­si, les mani­fes­ta­tions peuvent ne pas être les mêmes selon la forme sous laquelle le trai­te­ment est admi­nis­tré. Il est alors recom­man­dé de pro­cé­der à une obser­va­tion du patient au cours de la prise des médicaments.

Dans le cas des ACT sous forme de com­pri­més, les effets indé­si­rables se pré­sentent sou­vent sous la forme de troubles diges­tifs. Il est donc com­mun de remar­quer des réac­tions telles que :

  • des nau­sées ;
  • des vomis­se­ments ;
  • de la diarrhée ;
  • ou encore des dif­fi­cul­tés à manger.

À ces mani­fes­ta­tions, il est pos­sible d’ajouter les effets indé­si­rables liés aux molé­cules qui sont en asso­cia­tion dans le trai­te­ment. Dans cette hypo­thèse, il est pos­sible que les patients déve­loppent des troubles du rythme car­diaque ou encore des troubles d’ordre neu­ro­lo­giques. Plus rares, des réac­tions aller­giques peuvent sur­ve­nir au cours du traitement.

Concer­nant les ACT admi­nis­trés par injec­tion, les patients peuvent déve­lop­per des réac­tions cuta­nées. Elles peuvent être cau­sées par une into­lé­rance à la sub­stance injec­tée. Par contre, les réac­tions les plus graves peuvent aller jusqu’à une ané­mie hémo­ly­tique due à la des­truc­tion des glo­bules rouges. Il est alors recom­man­dé de prê­ter une cer­taine atten­tion au patient au cours du traitement.

Les ACT : précautions de prise

Les ACT ou « arte­mi­si­nin based com­bi­na­tion therapy »

Comme toute thé­ra­pie, le trai­te­ment du palu­disme doit être enca­dré. Il est en effet cou­rant de consta­ter une ten­dance à l’automédication ou encore le non-res­pect des consignes de prise. Cela peut entraî­ner des consé­quences assez graves, notam­ment avec le risque de sur­do­sage. Il convient donc de prendre cer­taines pré­cau­tions au cours de la thérapie.

Le recours à la notice des médicaments

La notice d’utilisation est ce petit papier qui accom­pagne la plu­part des médi­ca­ments qui sont ven­dus en phar­ma­cie. Sou­vent longue, elle est com­pa­rable à une fiche d’information sur le pro­duit. Vous y trou­ve­rez ain­si des élé­ments tels que :

  • la com­po­si­tion ;
  • les indi­ca­tions et contre-indications ;
  • les effets indé­si­rables possibles ;
  • ain­si que la poso­lo­gie adap­tée à chaque personne.

Les médi­ca­ments ACT sont aus­si accom­pa­gnés d’une notice. La pre­mière chose qu’il revient au patient de faire est de la lire. Cela per­met de rece­voir des infor­ma­tions fiables sur le médi­ca­ment et les pré­cau­tions de prise. Il fau­dra alors suivre les recom­man­da­tions indi­quées pour assu­rer une prise optimale.

L’avis du médecin traitant

Un autre élé­ment dont il est impé­ra­tif de tenir compte dans le trai­te­ment par les ACT est l’avis du méde­cin trai­tant. Pour rap­pel, ces médi­ca­ments doivent être admi­nis­trés à la suite d’une pres­crip­tion médi­cale. En effet, c’est le méde­cin trai­tant qui juge de la néces­si­té d’avoir recours aux ACT ou encore d’arrêter le traitement.

En pra­tique, lorsqu’au cours de la thé­ra­pie, les effets indé­si­rables se mani­festent, faire appel au méde­cin trai­tant va per­mettre de prendre les bonnes dis­po­si­tions. Pour faire bonne mesure, lorsque le trai­te­ment est fait par voie intra­vei­neuse, le patient doit être mis en obser­va­tion. Cette pré­cau­tion va réduire les risques de complications.

Le respect de la posologie

La der­nière pré­cau­tion de prise des ACT est le res­pect de la poso­lo­gie. Elle tra­duit la quan­ti­té de com­pri­més ou de sub­stance injec­table qui doit être admi­nis­trée à une per­sonne selon un temps pré­cis. Il faut savoir que la quan­ti­té dépend essen­tiel­le­ment des constantes du patient ain­si que du niveau de gra­vi­té de la mala­die. Par exemple, un enfant et un adulte ne pour­ront pas prendre le même nombre de comprimés.

De même, le temps lais­sé entre les prises per­met de régu­ler l’action des molé­cules dans l’organisme. Lorsqu’il est trop court, le patient risque de subir les revers d’une action trop vio­lente. Pour finir, les cas de sur­do­sage aux ACT peuvent cau­ser des dégâts assez graves au patient. Il fau­dra alors faire atten­tion à bien suivre la poso­lo­gie indi­quée.

Les ACT : grossesse et allaitement

Le trai­te­ment du palu­disme chez la femme enceinte ou allai­tante est sujet à de nom­breux débats. En effet, plu­sieurs études ont été menées afin de déter­mi­ner s’il existe un risque pour la mère et pour l’enfant avec la prise des médi­ca­ments contre le palu­disme. Concer­nant les ACT, les résul­tats ont été déter­mi­nés comme assez posi­tifs.

En pra­tique, la prise de cer­tains médi­ca­ments à base d’artémias ne consti­tue pas un risque pour la mère et pour l’enfant. Dans le cas de l’artéméther par exemple, l’administration est pos­sible à tout moment de la gros­sesse. Cela vient du fait qu’il n’y a aucun risque lié à une prise nor­male.

Il convient cepen­dant de pré­ci­ser que le recours à ces médi­ca­ments dans ces périodes doit être sou­mis à l’avis d’un méde­cin. Cela vient du fait que cer­tains effets indé­si­rables pour­raient consti­tuer une sen­sa­tion de gêne pen­dant la gros­sesse ou l’allaitement. À titre illus­tra­tif, dans le cas d’une mère qui a des anté­cé­dents car­dio­vas­cu­laires, un sui­vi plus ren­for­cé sera privilégié.

 

Derniers articles

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...

HOMOCYSTEINE : facteur de risque cardio-vasculaire

L’homocystéine a fait l’objet de nombreuses spéculations depuis sa découverte en 1932. Ses propriétés...

Pour aller plus loin

La psychose maniaco-dépressive : troubles bipolaires I et II

La psychose maniaco-dépressive est l’une des affections psychiatriques les plus répandues en Occident. Elle fut...

Le bâillement : mécanisme et significations

Commun à presque toutes les espèces vertébrées sur terre, le bâillement est l’un des...

La rage chez l’homme : causes, symptômes et traitements

La rage est une maladie mortelle dont la cause est le virus RABV. Ce...