HomeNon classéMéningocoque C

Méningocoque C

Published on

spot_img

le HCSP précise la place du vaccin tétravalent conjugué
Juillet 2012
[Texte complet]

Le Haut Conseil de la santé publique a été saisi le 9 février 2012 par le Directeur général de la santé afin que, sur la base des données épidémiologiques nationales et internationales sur les infections invasives à méningocoque (IIM) et des données d’immunogénicité et de tolérance disponibles,

il émet un avis sur :

  • l’utilisation du vaccin méningococcique tétravalent conjugué A, C, Y, W135 NIMENRIX ® ;
  • la place respective des vaccins méningococciques tétravalents conjugués NIMENRIX ® et MENVEO ®, par rapport au vaccin méningococcique tétravalent non conjugué MENCEVAX ®.

Le vaccin tétravalent A, C, Y, W135 NIMENRIX ® a obtenu le 20 avril 2012 une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne avec pour indication « l’immunisation active des sujets à partir de 12 mois contre les maladies méningococciques invasives dues aux Neisseria meningitidis des groupes A, C, W135 et Y » [1]. Le schéma recommandé comporte l’administration d’une seule dose.
Le vaccin tétravalent A, C, Y, W135 MENVEO ® a obtenu le 15 mars 2010 une AMM européenne pour « l’immunisation active des adolescents (âgés de plus de 11 ans) et les adultes à risque d’exposition à Neisseria meningitidis des sérogroupes A, C, W135 et Y, pour prévenir la maladie invasive ». Le vaccin MENVEO ® a obtenu le 24 avril 2012 une extension de son AMM européenne aux enfants de 2 à 10 ans [2,3]. Le schéma recommandé comporte l’administration d’une seule dose.

Vaccins méningococciques disponibles en FranceLes vaccins non conjugués sont :

  • Vaccin méningococcique A+C® polyosidique (Sanofi Pasteur MSD)
  • MENCEVAX ® : vaccin tétravalent ACYW135 (GlaxoSmithKline)

    Les vaccins conjugués monovalents C sont :

  • MENINGITEC ® : contenant 10 µg d’oligoside de Neisseria meningitidis (souche C11) sérogroupe C conjugué à la protéine CRM197 de Corynebacterium diphtheriae (Pfizer Holding France) ;
  • MENJUGATE KIT ® : contenant 10 µg d’oligoside de Neisseria meningitidis (souche C11) sérogroupe C conjugué à la protéine CRM197 de Corynebacterium diphtheriae (Novartis Vaccines and Diagnostics SRL) ;
  • NEISVAC ® : contenant 10 µg de polyoside (de-O-acétylé) de Neisseria meningitidis (souche C11) sérogroupe C conjugué à l’anatoxine tétanique (Baxter SAS).

    Les vaccins conjugués tétravalents A, C, Y, W135 sont :

  • NIMENRIX ® (GlaxoSmithKline) : contenant 5 µg de chaque polyoside conjugué à l’anatoxine tétanique ;
  • MENVEO ® (Novartis Vaccines and Diagnostics) ; contenant 10 µg d’oligoside A et 5 µg d’oligoside des autres sérogroupes conjugués à la protéine CRM197 de Corynebacterium diphtheriae.

Il n’y a pas de vaccin méningococcique polyosidique actuellement disponible dirigé contre les méningocoques de sérogroupe B.

Compte tenu de ces éléments, le Haut Conseil de la santé publiqueconfirme son avis du 25 juin 2010 à savoir :

  • l’importance de la vaccination contre les infections invasives méningococciques C mise en place en 2010 chez le nourrisson âgé de 12 à 24 mois avec extension transitoire entre 2 ans et 24 ans ;
  • et la nécessité d’utiliser, dans cette indication, des vaccins méningococciques conjugués C monovalents, y compris après exposition à un cas d’IIM à méningocoque C.
  • rappelle la liste des personnes qui relèvent d’une vaccination par un vaccin quadrivalent méningococcique A, C, Y, W135 (:NIMENRIX ® – MENVEO ®)
    • les personnels des laboratoires de recherche travaillant spécifiquement sur le méningocoque ;
    • les sujets exposés transitoirement aux méningocoques A, Y ou W135 :— du fait d’un contact avec un cas d’infection invasive à méningocoque de sérogroupe A, Y, ou W135 (la vaccination doit alors être réalisée au plus tard dans les 10 jours qui suivent l’hospitalisation du cas index).

      — ou se rendant au pèlerinage de La Mecque (Hadj ou Umrah) ou dans une zone d’endémie à méningocoque A, Y ou W 135, notamment la ceinture de la méningite en Afrique subsaharienne dans les conditions suivantes : au moment de la saison sèche ou dans toute autre zone où sévit une épidémie, avec un contact étroit et prolongé avec la population locale. La vaccination doit être réalisée au moins 10 jours avant le départ.

    • les sujets devant pouvoir bénéficier d’une protection durable et étendue vis-à-vis d’un nombre élargi de sérogroupes de méningocoque :

      o les personnes porteuses d’un déficit en fraction terminale du complément ou qui reçoivent un traitement anti-C5A ;
      o celles qui sont porteuses d’un déficit en properdine ;
      o ou celles ayant une asplénie anatomique ou fonctionnelle ;
      o les sujets ayant reçu une greffe de cellules souches hématopoïétiques

Recommande, du fait de l’ensemble des avantages cités plus haut, que l’utilisation des vaccins tétravalents méningococciques conjugués soit privilégiée dès l’âge autorisé par leurs AMM respectives (1 an pour le NIMENRIX ®, 2 ans pour le MENVEO ®) et aux dépens des vaccins méningococciques non conjugués (vaccin méningococcique A+C® polyosidique et MENCEVAX ®) (Grade B).

Cependant, en l’absence d’AMM pour les vaccins méningococciques tétravalents conjugués avant l’âge de 1 an, seul le vaccin bivalent non conjugué A+C peut être actuellement utilisé entre 6 mois et 1 an dans l’unique objectif d’une protection contre les infections invasives à méningocoque du groupe A. Dans cette situation, l’avantage de cette vaccination précoce doit être pesé au regard des risques théoriques (Grade C) liés à l’induction d’une hyporéactivité lors de vaccinations ultérieures, notamment contre le méningocoque C. Lorsque la vaccination par un vaccin méningococcique tétravalent conjugué A, C, Y, W135 est envisagée chez un sujet ayant reçu antérieurement un vaccin méningococcique :

  • aucun délai n’est recommandé après la vaccination avec un vaccin conjugué monovalent C ;
  • un délai de trois ans est recommandé après la vaccination avec un vaccin tétravalent non conjugué (durée estimée de protection du vaccin non conjugué) ;
  • en cas de nécessité impérative et urgente d’élargir la protection aux sérogroupes Y et W135 des sujets vaccinés depuis moins de trois ans avec le vaccin non conjugué A+C, et en l’absence de données spécifiques, aucun délai minimum n’est recommandé. Lorsque la vaccination par un vaccin méningococcique conjugué monovalent C est envisagée chez un sujet ayant reçu antérieurement un vaccin méningococcique non conjugué contenant la valence C (vaccin méningococcique A+C® polyosidique et vaccin tétravalent non conjugué MENCEVAX ®), un délai de trois ans est recommandé (durée estimée de protection du vaccin non conjugué)

[Text complet]

Latest articles

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...

Hyperthyroïdie : causes, symptômes, traitement et prévention

Bien que le corps humain soit une formidable machine dont les rouages sont parfaitement...

More like this

NACO – ANTICOAGULANTS ORAUX NON ANTIVITAMINE K

Les anticoagulants sont des médicaments dont la fonction première est relative au sang. De...

Puberté précoce : âge, signes, diagnostic, causes, solutions

La maturation sexuelle est un phénomène physiologique tout à fait normal dont le début...

NEPHROHUS : causes, symptômes, diagnostics, traitements

Les insuffisances rénales sont dues à une destruction progressive des reins. Plus qu’on ne...