HomeNon classéMéningocoque C

Méningocoque C

Publié le

spot_img

le HCSP pré­cise la place du vac­cin tétra­valent conjugué
Juillet 2012
[Texte com­plet]

Le Haut Conseil de la san­té publique a été sai­si le 9 février 2012 par le Direc­teur géné­ral de la san­té afin que, sur la base des don­nées épi­dé­mio­lo­giques natio­nales et inter­na­tio­nales sur les infec­tions inva­sives à ménin­go­coque (IIM) et des don­nées d’immunogénicité et de tolé­rance disponibles,

il émet un avis sur :

  • l’utilisation du vac­cin ménin­go­coc­cique tétra­valent conju­gué A, C, Y, W135 NIMENRIX ® ;
  • la place res­pec­tive des vac­cins ménin­go­coc­ciques tétra­va­lents conju­gués NIMENRIX ® et MENVEO ®, par rap­port au vac­cin ménin­go­coc­cique tétra­valent non conju­gué MENCEVAX ®.

Le vac­cin tétra­valent A, C, Y, W135 NIMENRIX ® a obte­nu le 20 avril 2012 une auto­ri­sa­tion de mise sur le mar­ché (AMM) euro­péenne avec pour indi­ca­tion « l’immunisation active des sujets à par­tir de 12 mois contre les mala­dies ménin­go­coc­ciques inva­sives dues aux Neis­se­ria menin­gi­ti­dis des groupes A, C, W135 et Y » [1]. Le sché­ma recom­man­dé com­porte l’administration d’une seule dose.
Le vac­cin tétra­valent A, C, Y, W135 MENVEO ® a obte­nu le 15 mars 2010 une AMM euro­péenne pour « l’immunisation active des ado­les­cents (âgés de plus de 11 ans) et les adultes à risque d’exposition à Neis­se­ria menin­gi­ti­dis des séro­groupes A, C, W135 et Y, pour pré­ve­nir la mala­die inva­sive ». Le vac­cin MENVEO ® a obte­nu le 24 avril 2012 une exten­sion de son AMM euro­péenne aux enfants de 2 à 10 ans [2,3]. Le sché­ma recom­man­dé com­porte l’administration d’une seule dose.

Vac­cins ménin­go­coc­ciques dis­po­nibles en FranceLes vac­cins non conju­gués sont :

  • Vac­cin ménin­go­coc­cique A+C® poly­osi­dique (Sano­fi Pas­teur MSD)
  • MENCEVAX ® : vac­cin tétra­valent ACYW135 (GlaxoS­mi­thK­line)

    Les vac­cins conju­gués mono­va­lents C sont :

  • MENINGITEC ® : conte­nant 10 µg d’oligoside de Neis­se­ria menin­gi­ti­dis (souche C11) séro­groupe C conju­gué à la pro­téine CRM197 de Cory­ne­bac­te­rium diph­the­riae (Pfi­zer Hol­ding France) ;
  • MENJUGATE KIT ® : conte­nant 10 µg d’oligoside de Neis­se­ria menin­gi­ti­dis (souche C11) séro­groupe C conju­gué à la pro­téine CRM197 de Cory­ne­bac­te­rium diph­the­riae (Novar­tis Vac­cines and Diag­nos­tics SRL) ;
  • NEISVAC ® : conte­nant 10 µg de poly­oside (de-O-acé­ty­lé) de Neis­se­ria menin­gi­ti­dis (souche C11) séro­groupe C conju­gué à l’anatoxine téta­nique (Bax­ter SAS).

    Les vac­cins conju­gués tétra­va­lents A, C, Y, W135 sont :

  • NIMENRIX ® (GlaxoS­mi­thK­line) : conte­nant 5 µg de chaque poly­oside conju­gué à l’anatoxine tétanique ;
  • MENVEO ® (Novar­tis Vac­cines and Diag­nos­tics) ; conte­nant 10 µg d’oligoside A et 5 µg d’oligoside des autres séro­groupes conju­gués à la pro­téine CRM197 de Cory­ne­bac­te­rium diphtheriae.

Il n’y a pas de vac­cin ménin­go­coc­cique poly­osi­dique actuel­le­ment dis­po­nible diri­gé contre les ménin­go­coques de séro­groupe B.

Compte tenu de ces élé­ments, le Haut Conseil de la san­té publiqueconfirme son avis du 25 juin 2010 à savoir :

  • l’importance de la vac­ci­na­tion contre les infec­tions inva­sives ménin­go­coc­ciques C mise en place en 2010 chez le nour­ris­son âgé de 12 à 24 mois avec exten­sion tran­si­toire entre 2 ans et 24 ans ;
  • et la néces­si­té d’utiliser, dans cette indi­ca­tion, des vac­cins ménin­go­coc­ciques conju­gués C mono­va­lents, y com­pris après expo­si­tion à un cas d’IIM à ménin­go­coque C.
  • rap­pelle la liste des per­sonnes qui relèvent d’une vac­ci­na­tion par un vac­cin qua­dri­va­lent ménin­go­coc­cique A, C, Y, W135 (:NIMENRIX ® – MENVEO ®) 
    • les per­son­nels des labo­ra­toires de recherche tra­vaillant spé­ci­fi­que­ment sur le méningocoque ;
    • les sujets expo­sés tran­si­toi­re­ment aux ménin­go­coques A, Y ou W135 :— du fait d’un contact avec un cas d’infection inva­sive à ménin­go­coque de séro­groupe A, Y, ou W135 (la vac­ci­na­tion doit alors être réa­li­sée au plus tard dans les 10 jours qui suivent l’hospitalisation du cas index).

      — ou se ren­dant au pèle­ri­nage de La Mecque (Hadj ou Umrah) ou dans une zone d’endémie à ménin­go­coque A, Y ou W 135, notam­ment la cein­ture de la ménin­gite en Afrique sub­sa­ha­rienne dans les condi­tions sui­vantes : au moment de la sai­son sèche ou dans toute autre zone où sévit une épi­dé­mie, avec un contact étroit et pro­lon­gé avec la popu­la­tion locale. La vac­ci­na­tion doit être réa­li­sée au moins 10 jours avant le départ.

    • les sujets devant pou­voir béné­fi­cier d’une pro­tec­tion durable et éten­due vis-à-vis d’un nombre élar­gi de séro­groupes de ménin­go­coque :

      o les per­sonnes por­teuses d’un défi­cit en frac­tion ter­mi­nale du com­plé­ment ou qui reçoivent un trai­te­ment anti-C5A ;
      o celles qui sont por­teuses d’un défi­cit en properdine ;
      o ou celles ayant une asplé­nie ana­to­mique ou fonctionnelle ;
      o les sujets ayant reçu une greffe de cel­lules souches hématopoïétiques

Recom­mande, du fait de l’ensemble des avan­tages cités plus haut, que l’utilisation des vac­cins tétra­va­lents ménin­go­coc­ciques conju­gués soit pri­vi­lé­giée dès l’âge auto­ri­sé par leurs AMM res­pec­tives (1 an pour le NIMENRIX ®, 2 ans pour le MENVEO ®) et aux dépens des vac­cins ménin­go­coc­ciques non conju­gués (vac­cin ménin­go­coc­cique A+C® poly­osi­dique et MENCEVAX ®) (Grade B).

Cepen­dant, en l’absence d’AMM pour les vac­cins ménin­go­coc­ciques tétra­va­lents conju­gués avant l’âge de 1 an, seul le vac­cin biva­lent non conju­gué A+C peut être actuel­le­ment uti­li­sé entre 6 mois et 1 an dans l’unique objec­tif d’une pro­tec­tion contre les infec­tions inva­sives à ménin­go­coque du groupe A. Dans cette situa­tion, l’avantage de cette vac­ci­na­tion pré­coce doit être pesé au regard des risques théo­riques (Grade C) liés à l’induction d’une hypo­réac­ti­vi­té lors de vac­ci­na­tions ulté­rieures, notam­ment contre le ménin­go­coque C. Lorsque la vac­ci­na­tion par un vac­cin ménin­go­coc­cique tétra­valent conju­gué A, C, Y, W135 est envi­sa­gée chez un sujet ayant reçu anté­rieu­re­ment un vac­cin méningococcique :

  • aucun délai n’est recom­man­dé après la vac­ci­na­tion avec un vac­cin conju­gué mono­va­lent C ;
  • un délai de trois ans est recom­man­dé après la vac­ci­na­tion avec un vac­cin tétra­valent non conju­gué (durée esti­mée de pro­tec­tion du vac­cin non conjugué) ;
  • en cas de néces­si­té impé­ra­tive et urgente d’élargir la pro­tec­tion aux séro­groupes Y et W135 des sujets vac­ci­nés depuis moins de trois ans avec le vac­cin non conju­gué A+C, et en l’absence de don­nées spé­ci­fiques, aucun délai mini­mum n’est recom­man­dé. Lorsque la vac­ci­na­tion par un vac­cin ménin­go­coc­cique conju­gué mono­va­lent C est envi­sa­gée chez un sujet ayant reçu anté­rieu­re­ment un vac­cin ménin­go­coc­cique non conju­gué conte­nant la valence C (vac­cin ménin­go­coc­cique A+C® poly­osi­dique et vac­cin tétra­valent non conju­gué MENCEVAX ®), un délai de trois ans est recom­man­dé (durée esti­mée de pro­tec­tion du vac­cin non conjugué)

[Text com­plet]

Derniers articles

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....

Optimisation de la santé de la prostate : implications de quelques études

Les troubles de la prostate, notamment le cancer, sont des problèmes assez récurrents chez...

Pour aller plus loin

Nodule de la thyroïde : diagnostic et traitement

La découverte d’un nodule de la thyroïde est l’une des situations qui provoquent le...

ORALAIR 100 IR et 300 IR : mode d’action, effets secondaires

ORALAIR 100 IR + 300 IR 31, comprimés sublinguaux est un médicament soumis à prescription médicale restreinte,...

Ostéochondromatose synoviale : Causes, symptômes et traitement

Il existe un grand nombre de maladies du système musculo-squelettique et du tissu conjonctif....