HomeNon classéH.I.V - PRIMO-INFECTION

H.I.V – PRIMO-INFECTION

Published on

spot_img

Syn­thèse Dr H. Ray­baud 15/09/1998
Source : Sécré­ta­riat d’é­tat à la sante – Avril 1998
 

Voir la MAJ 2008 / HAS [Lire]

 

Le diag­nosc­tic trés pré­coce des pri­mo-infec­tions symp­to­ma­tiques pré­sente un inté­rêt majeur en per­met­tant une prise en charge rapide par des trai­te­ments ayant un impact signi­fi­ca­tif sur le déve­lop­pe­ment de l’infection.

D’autre part, un patient asymp­to­ma­tique peut venir consul­ter sur une  » prise de risque « , géné­ra­le­ment sexuelle mais éga­le­ment un par­tage de seringue, bles­sure sur un soin, etc.… La ques­tion du  » trai­te­ment anti­ré­tro­vi­ral aprés expo­si­tion « . va se poser.Il n’est plus réser­vé aux conta­mi­na­tions pro­fes­sion­nelles et néces­site de diri­ger le patient vers un ser­vice d’ur­gence ou un pra­ti­cien hos­pi­ta­lier réfé­rent. Son suc­cés est condi­tion­né par la pré­co­ci­té de la mise en route (au plus vite, au mieux dans les 12 heures, au pire dans les 48 heures) et la stricte observance
En pra­tique, l’é­va­lua­tion du risque peut être dif­fi­cile et – pour le moins – un contact télé­pho­nique avec le réfé­rent une sage attitude
Quelle que soit la déci­sion, la prise en charge doit inté­grer des dimen­sions thé­ra­peu­tiques, sociales et psychologiques.

SEMIOLOGIE
Les signes cli­niques débutent géné­ra­le­ment vers le 15ème jour aprés la conta­mi­na­tion. mais sont peu spécifiques.
$ pseu­do-grip­pal ou $ pou­vant évo­quer une MNI
—- Fièvre, cépha­lées, asthénie
—- Even­tuel­le­ment : érup­tion cuta­née (rash), ulcé­ra­tions des muqueuses buc­cales ou génitales
—- Adé­no­pa­thies mul­tiples mul­tiples appa­rais­sant dans la seconde semaine d’évolution.
—- Diar­rhée et can­di­dose orales moins fré­quentes mais évocatrices
—- Les formes neu­ro­lo­giques pré­coces, plus rares, sont par­fois graves
L’é­vo­lu­tion se fait sur plu­sieurs semaines

BIOLOGIE

  • L’an­ti­gé­ni­ci­té p24 est le test de réfé­rence du diag­nos­tic de pri­mo infection.
    Il est pré­sent dans 90% des cas dés J14 et pré­cède donc l’ap­pa­ri­tion des anti­corps de 8 à 30 jours
    l’agP24 dis­pa­rait au bout de 10 jours quand appa­raissent les anticorps
    Sa posi­ti­vi­té conduit à une hos­pi­ta­li­sa­tion dans un centre spécialisé.
  • Asso­cier une récherche d’An­ti­corps anti-HIV par un test Eli­sa . Sa posi­ti­vi­té est pos­sible dés J22-26 aprés la conta­mi­na­tion. Il doit être confir­mé par un Wes­tern blot. Il n’est pra­ti­qué qu’à titre de réfé­rence. Sa néga­ti­vi­té dans cette phase pré­coce n’est pas décisionnelle.
  • NB : la recherche d’ARN HIV n’est pas indi­quée dans cette phase de diag­nos­tic. Elle sera effec­tuée dans le bilan pré-thé­ra­peu­tique et le sui­vi du patient

BIOLOGIE POSITIVE
Hos­pi­ta­li­sa­tion rapide dans un ser­vice spécialisé.

BIOLOGIE NEGATIVE
La néga­ti­vi­té des 2 tests ( agP24 et AC anti HIV) ne per­met pas d’é­li­mi­ner à 100 % une contamination
La vigi­lance, les conseils de pré­ven­tion et un sou­tien psy­cho­lo­giques doivent être maintenus.
Seule une recherche d’an­ti­corps anti-HIV par un test Eli­sa 3 mois aprés l’ex­po­si­tion au risque per­met­tra d’af­fir­mer un diag­nos­tic de non contamination.
Ques­tion : La recherche d’ARN HIV per­met-elle de rac­cour­cir ce délai d’at­tente ? Seule la pos­si­bi­li­té de faux-posi­tifs semble avoir été signalée.

En cas de risque éva­lué impor­tant, la déci­sion d’un  » trai­te­ment anti­vi­ral aprés expo­si­tion  » doit être prise et néces­site donc l’in­ter­ven­tion d’un pra­ti­cien hos­pi­ta­lier référent.

Pour plus d’in­for­ma­tions : VIH Info soi­gnants : 0 801 630 515
Voir éga­le­ment : Sida Infos

Latest articles

Celebrex – Celecoxib : efficacité et sécurité clinique par rapport aux AINS

Inclus dans la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et plus particulièrement dans celle...

BPCO : causes, symptômes et traitements

La BPCO ou la bronchopneumopathie chronique obstructive est un ensemble d’affections respiratoires et graves,...

Boiteries de l’enfant : causes, symptômes et traitements

Une part importante de la population est confrontée à un problème orthopédique en France,...

Adrénaline solution injectable IM en auto-injecteur

Très utilisée pour stopper ou réduire l’impact des crises cardiaques, l’adrénaline est une hormone...

More like this

Celebrex – Celecoxib : efficacité et sécurité clinique par rapport aux AINS

Inclus dans la catégorie des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et plus particulièrement dans celle...

BPCO : causes, symptômes et traitements

La BPCO ou la bronchopneumopathie chronique obstructive est un ensemble d’affections respiratoires et graves,...

Boiteries de l’enfant : causes, symptômes et traitements

Une part importante de la population est confrontée à un problème orthopédique en France,...