HomeNon classéPour éviter une infection par le virus du Sida (HIV) UN TRAITEMENT...

Pour éviter une infection par le virus du Sida (HIV) UN TRAITEMENT EN URGENCE

Publié le

spot_img

24H/24 Source : www.arps-info.com

Vous avez eu une rela­tion sexuelle sans pré­ser­va­tif avec une per­sonne ren­con­trée sur un lieu de drague, sur inter­net ou par petite annonce ?
Votre capote a cra­qué pen­dant un rap­port sexuel avec une per­sonne séropositive ?

Bref, vous crai­gnez d’a­voir été expo­sé au virus du sida, il existe une solu­tion : le trai­te­ment d’ur­gence « post-exposition ».

APRÈS UNE PRISE DE RISQUE SEXUEL
La cam­pagne de l’Inpes pré­co­nise quatre réflexes à adop­ter [Lire]

Pour Escu­lape un seul mot d’ordre

Pour évi­ter une infec­tion par le virus du Sida (HIV)
UN TRAITEMENT EN URGENCE

Vous avez eu une rela­tion sexuelle sans pré­ser­va­tif avec une per­sonne ren­con­trée sur un lieu de drague, sur inter­net ou par petite annonce ?
Votre capote a cra­qué pen­dant un rap­port sexuel avec une per­sonne séropositive ?
Bref, vous crai­gnez d’a­voir été expo­sé au virus du sida, il existe une solution :
le trai­te­ment d’ur­gence « post-exposition ».
Voi­la que faire : [Lire]

LE TRAITEMENT D’URGENCE POST-EXPOSITION, C’EST QUOI ?

C’est un trai­te­ment iden­tique à celui don­né aux per­sonnes trai­tées pour une infec­tion à VIH / sida.
Uti­li­sé très pré­co­ce­ment après la trans­mis­sion du virus du sida, il dimi­nue le risque de déve­lop­per la maladie.
Ce trai­te­ment est géné­ra­le­ment com­po­sé de trois médi­ca­ments (tri­thé­ra­pie) qui doivent être pris pen­dant quatre semaines sans inter­rup­tion. Après la fin du trai­te­ment un sui­vi médi­cal pen­dant trois mois est néces­saire pour véri­fier son efficacité.

QUELQUES HEURES POUR AGIR

Le trai­te­ment post-expo­si­tion doit être débu­té le plus vite pos­sible, idéa­le­ment dans les 4 heures après la rela­tion sexuelle poten­tiel­le­ment conta­mi­nante. Il est alors très efficace.
Ensuite sa capa­ci­té à blo­quer le virus dimi­nue. Au delà de 48 heures, c’est trop tard : le virus a déjà dis­sé­mi­né dans l’or­ga­nisme. Il n’y a donc pas une minute à perdre .

QUAND BÉNÉFICIER D’UN TRAITEMENT POST-EXPOSITION ?

  • Si vous avez eu un rap­port sexuel sans pré­ser­va­tif avec une per­sonne atteinte de l’af­fec­tion à VIH/sida (ou en cas de rup­ture de préservatif).
  • Si vous avez eu un rap­port sexuel non pro­té­gé (ou mal pro­té­gé) avec une per­sonne qui appar­tient à un groupe où la fré­quence de l’in­fec­tion à VIH/sida est éle­vée : homo / bisexuel mas­cu­lin, per­sonne ayant des par­te­naires mul­tiples, usa­ger de drogue intra-vei­neuse, per­sonne ayant vécu dans un pays où la fré­quence du sida est éle­vée (Afrique, Asie du Sud-Est…)
  • En cas de viol.

Dans les autres situa­tions, l’in­di­ca­tion du trai­te­ment est éva­luée au cas par cas par le méde­cin. Pour plus d’in­for­ma­tions appe­lez Sida Info ser­vice au 0800 840 800

OU DOIS-JE ALLER POUR OBTENIR LE TRAITEMENT ?

Votre méde­cin géné­ra­liste ne peut pas pres­crire ce trai­te­ment. Il faut aller à l’hôpital :

  • Aux heures ouvrables, allez direc­te­ment dans un ser­vice spé­cia­li­sé dans la prise en charge des infec­tions à VIH/sida (CISIH) ou aux urgences les plus proches. Voir les adresses en bas de ce texte.
  • La nuit et le week-end, allez aux urgences. Il est sou­hai­table d’al­ler à l’hô­pi­tal avec le ou la par­te­naire source de la conta­mi­na­tion potentielle.
    Dites à l’in­fir­mière qui vous accueille que vous venez pour « un acci­dent d’ex­po­si­tion au VIH » et insis­tez pour voir rapi­de­ment le médecin.

ET SI MA PRISE DE RISQUE DATE DE PLUS DE 48 HEURES ?

Si vous avez eu une rela­tion sexuelle non pro­té­gée datant de plus de 48 heures, il fau­dra faire un test de dépistage.

Le test peut être pres­crit par votre méde­cin trai­tant et réa­li­sé dans un labo­ra­toire de ville. Il peut aus­si être effec­tué dans une Consul­ta­tion de Dépis­tage Ano­nyme et Gra­tuite (CDAG). Ce test peut être réa­li­sé à par­tir du quin­zième jour après le rap­port sexuel.[Lire]

Si ce pre­mier test est néga­tif c’est ras­su­rant mais il faut le confir­mer par un second test six semaines après le rap­port sexuel pour être cer­tain de l’ab­sence de contamination.

Dépis­ter pré­co­ce­ment l’in­fec­tion à VIH/sida, amé­liore le pro­nos­tic de la maladie.
Consul­ter un méde­cin per­met­tra aus­si de faire le point sur vos prises de risque et de véri­fier l’ab­sence d’in­fec­tion sexuel­le­ment trans­mis­sible telle que la syphi­lis, la gono­coc­cie ou l’hé­pa­tite B.

Si vous n’êtes pas vac­ci­né contre l’hé­pa­tite B, une vac­ci­na­tion pour­ra vous être proposée.

ET SI JE SUIS SÉROPOSITIF (VE) ?

En cas de rup­ture de pré­ser­va­tif, accom­pa­gnez votre par­te­naire à l’hôpital.
Si vous êtes traité(e) par anti-rétro­vi­raux, appor­tez votre ordon­nance et votre der­nier résul­tat de charge virale.

Derniers articles

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...

Ostéopénie : clinique, physiopathologie, étiologies, traitement

L’ostéopénie est un état de fragilité osseuse fréquent à partir de 50 ans. Elle est...

Pour aller plus loin

Le pied douloureux de l’adulte : causes, symptômes, diagnostic, traitements

De multiples facteurs peuvent causer des douleurs au niveau du pied. Celles-ci peuvent invalider...

Mycoplasma pneumoniae : maladies caractéristiques, traitements

Les maladies infectieuses constituent un problème de santé majeur et figurent parmi les dix...

Paralysie faciale a frigore : causes, symptômes, diagnostic et traitement

La paralysie faciale a frigore (PFF) est l’une des formes les plus fréquentes des...